Navigation – Plan du site
Le modèle dans la science médiévale

Modèle ou faire-valoir ?

Guillaume l’Anglais et quelques-uns de ses épigones
Laurence Moulinier-Brogi
p. 39-58

Résumés

Cet article s’attache au cas d’un texte animé par deux principales intentions, secouer un certain ordre établi et passer à la postérité comme objet d’étude et de mémoire, le De urina non visa composé en 1220 par Guillaume l’Anglais, un médecin établi à Marseille. Ce singulier traité d’astrologie médicale entendait faire l’apologie de la supériorité de l’astrologie sur la médecine et proposait aux praticiens de se dispenser de tout élément d’examen clinique, en particulier de l’analyse des urines, en se fondant uniquement sur l’examen du ciel. Le nombre de témoins connus ou conservés plaide en faveur d’une grande fortune de ce texte, qui fut non seulement beaucoup copié et diffusé, mais également démarqué et imité. On étudie donc ici plus précisément les modalités selon lesquelles Guillaume l’Anglais put dans certains cas devenir un modèle, implicite ou assumé, voire une auctoritas.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

En 1220, un Anglais du nom de Guillaume établi à Marseille, professant la médecine mais prisant par dessus tout la science des astres, composa un traité baptisé De urina non visa, littéralement De l’urine non vue, avec lequel il entendait à la fois jeter un pavé dans la mare d’une pratique médicale alors dominante, l’uroscopie ou examen des urines des patients, et léguer aux anonymes qu’il désignait comme ses condisciples un véritable mémorial. Guillaume l’Anglais fut manifestement un auteur et un traducteur fécond, mais c’est de loin son De urina non visa qui assura sa mémoire. Une rapide revue de la tradition manuscrite de ce singulier opuscule montre que ses vœux ne furent pas vains : le nombre de témoins connus ou conservés plaide en faveur d’une grande fortune de ce texte, notamment auprès des universitaires et surtout des membres des universités les plus récemment créées en Occident. Cerise sur le gâteau, le De urina non visa figure même, après le Quadripartitus (sic !) de Pto...

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Moulinier-Brogi, « Modèle ou faire-valoir ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014, 39-58.

Référence électronique

Laurence Moulinier-Brogi, « Modèle ou faire-valoir ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13431 ; DOI : 10.4000/crm.13431

Haut de page

Auteur

Laurence Moulinier-Brogi

Université Lumière-Lyon 2
UMR 5648 (CIHAM)

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org