Navigation – Plan du site
Le modèle dans la science médiévale

Avicenne fut-il un modèle pour les médecins italiens de la fin du Moyen Âge ?

Joël Chandelier
p. 21-38

Résumés

Avicenne a constitué, du XIVe au XVIe siècle, l’une des principales autorités médicales, notamment dans les universités italiennes. Pour autant, a-t-il représenté un modèle pour les médecins ? L’étude envisage d’abord la possibilité que le savant persan ait été pris comme exemple de praticien, pour montrer que ce ne fut presque jamais le cas : le plus souvent, les médecins italiens se contentent de quelques généralités sur sa personnalité, sans s’intéresser réellement à sa vie ni à chercher à la mettre en valeur. En revanche, le Canon de la médecine, son principal ouvrage encyclopédique, servit de véritable modèle d’écriture : de nombreux traités médicaux rédigés aux XIVe et XVe siècles suivent son plan, ou s’efforcent de s’adapter à sa structure. De cette manière, on peut bien dire que le Canon a modelé la pensée médicale de la fin du Moyen Âge et des débuts de l’époque moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Avicenne, un modèle de médecin ?
Le canon et la structuration de la science médicale
Un modèle avicennien ?

Aperçu du texte

Dans un dialogue intitulé Barbaromastix paru en 1533, Bassiano Landi, futur professeur ordinaire de médecine théorique à Padoue, déclare : « J’ai l’espoir que, de notre Académie, sortent des volumes complets sur les erreurs d’Avicenne ». Exactement à la même époque, quand, dans les années 1540, le célèbre médecin et professeur padouan Giovanni Battista da Monte décrit l’utilité du Canon, la principale encyclopédie du médecin persan, il a un avis tout à fait opposé :

Lorsque le médecin aura appris tout l’art de soigner dans les première, deuxième, troisième et quatrième fen [du Canon], il ne lui manquera rien d’autre que de diriger son étude vers la présentation des choses particulières qu’a faite notre divin Avicenne ; car, après avoir enseigné l’art dans les première, deuxième, troisième et quatrième fen, il entame le troisième livre, où il enseigne comment appliquer aux particuliers cette méthode universelle.

Le moins que l’on puisse dire est qu’Avicenne constitue, au milieu du XVIe...

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Chandelier, « Avicenne fut-il un modèle pour les médecins italiens de la fin du Moyen Âge ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014, 21-38.

Référence électronique

Joël Chandelier, « Avicenne fut-il un modèle pour les médecins italiens de la fin du Moyen Âge ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13430 ; DOI : 10.4000/crm.13430

Haut de page

Auteur

Joël Chandelier

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org