Navigation – Plan du site
Le modèle dans la science médiévale

Le modèle dans la transmission des savoirs

Sondage d’un terrain épistémologique
Giuseppe Sangirardi
p. 13-19

Résumés

La notion de modèle se caractérise d’abord par l’ampleur de sa diffusion à travers une grande variété d’espaces aussi bien disciplinaires que linguistiques, revêtant ainsi un rôle significatif dans l’épistémologie contemporaine. Avatar à certains égards de la notion de structure, le modèle ne saurait s’y réduire, dans la mesure notamment où il semble articuler une science des concepts et une science du sujet. Les études de cas ici réunies, portant sur plusieurs domaines du savoir médiéval (musique, littérature, médecine, physique, mathématiques), montrent sous des angles différents la dynamique opératoire du modèle, en faisant notamment émerger la notion de jeu comme ouverture de la connaissance modélisée vers le nouveau.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce dossier thématique Le modèle dans la science médiévale, coordonné par Giuseppe Sangirardi et Nicolas Weill-Parot, est issu originellement, avec un certain nombre de remaniements et d’ajouts, d’une journée d’étude organisée à l’université Paris-Est – Créteil : Les modèles et leur transmission en science et en littérature au Moyen Âge, organisée par les mêmes coordinateurs, le 25 novembre 2011, avec le soutien de l’Institut universitaire de France, du centre de recherche en histoire européenne comparée CRHEC (EA 4392, UPEC) et du centre Interlangues – texte, image, langage (EA 4182, université de Bourgogne).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

1. L’intérêt épistémologique de la notion de modèle tient, au premier abord, à ce qu’elle traverse une large fraction de la géographie complexe des disciplines scientifiques contemporaines (de la mathématique à la physique, de la géographie à la biologie, de l’économie à la linguistique, pour ne nommer que quelques domaines parmi d’autres) en gardant un profil somme toute reconnaissable, en dépit des multiples nuances « locales » que lui confèrent les usages propres à chacun des langages spécialisés. À ce caractère éminemment transversal de la notion contribue d’ailleurs la correspondance entre les mots qui la désignent dans quelques-unes des langues principales : au français modèle font écho l’anglais model, l’italien modello, l’espagnol modelo ou encore l’allemand Modell, tous issus, à travers l’italien, du latin populaire modellus (dérivé à son tour de modus et ayant le sens de « petite mesure »).

Le plus souvent, le modèle apparaît comme le résultat d’un processus (qu’on peut app...

Pour citer cet article

Référence papier

Giuseppe Sangirardi, « Le modèle dans la transmission des savoirs », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014, 13-19.

Référence électronique

Giuseppe Sangirardi, « Le modèle dans la transmission des savoirs », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13428 ; DOI : 10.4000/crm.13428

Haut de page

Auteur

Giuseppe Sangirardi

Université de Bourgogne
Centre Interlangues TIL

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org