Navigation – Plan du site

Agrippa d’Aubigné, Œuvres, t. III. Traitté des douceurs de l’affliction. À Madame, éd. crit. de Gilbert Schrenck

Bénédicte Boudou
Référence(s) :

Agrippa d’Aubigné, Œuvres, t. III. Traitté des douceurs de l’affliction. À Madame, éd. crit. de Gilbert Schrenck, Paris, Classiques Garnier (« Textes de la Renaissance » 194), 2014, 281 p.

ISBN 978-2-8124-3173-9

Texte intégral

1Ce livre, paru au tournant du XVIe et XVIIe siècle (1600-1601), précède de loin les Tragiques (1610), l’Histoire universelle et le Baron de Faeneste. C’est, chronologiquement, la deuxième grande publication d’Agrippa d’Aubigné et elle constitue un jalon essentiel dans son parcours d’écrivain.

2Il s’agit d’une longue lettre adressée à la sœur d’Henri IV, Catherine de Bourbon, devenue duchesse du Bar par son mariage avec un catholique en 1599. À peine arrivée à Nancy, Catherine, dont le mariage devait consolider les relations entre la France et la Lorraine de Charles III, ardent défenseur du catholicisme et proche des Habsbourg, est engagée par sa belle-famille à abjurer le protestantisme et soumise à des controverses théologiques visant à cette fin, à Nancy (nov.-déc. 1599) et plus tard à Paris. Dès sa jeunesse, elle a fait l’objet de tentatives de conversion répétées.

3La lettre d’Aubigné expose ainsi les points essentiels du dogme calviniste, et montre l’écrivain qui s’engage dans les débats religieux avec les plus prestigieux théologiens des deux religions  : des pasteurs tels que Jacques Couet (pasteur de l’Église française de Bâle), Théodore de Bèze, Pierre Du Moulin, des aristocrates lettrés comme Odet de la Noue, des érudits comme le Rochelais Jean du Sin et le Genevois Thomas Pelletier (qui se convertira au catholicisme en 1609 sous l’influence du cardinal Du Perron), mais aussi des prédicateurs catholiques comme Jacques Davy Du Perron (protestant converti et devenu « grand convertisseur »), René Benoist et Pierre-Victor Palma Cayet (redoutable polémiste depuis sa conversion au catholicisme en 1595, il connaît le protestantisme de l’intérieur). Le Traitté des douceurs de l’affliction est un texte important pour éclairer et comprendre les débats religieux d’un tournant du siècle marqué par l’abjuration d’Henri IV et son rapprochement avec Rome. Ce texte n’a jamais bénéficié d’une édition critique ; on n’en connaît que le manuscrit Tronchin 160 joint aux Œuvres complètes réunies par Réaume et Caussade en 1873, et reproduit ici en appendice I.

4L’intérêt littéraire du Traitté consiste dans l’articulation des problématiques littéraires et théologiques par une verve polémique. Composé très rapidement, le Traitté se caractérise par une écriture engagée puisqu’il se livre à la satire de l’Église catholique. Mais il sait aussi s’adresser personnellement à sa destinataire pour déplorer ses souffrances. Dans un portrait qui préfigure les femmes suppliciées que donneront à voir les Tragiques, D’Aubigné présente Madame comme une femme persécutée pour sa foi. Pour saint Augustin, l’affliction constitue « le moyen pour l’âme humaine de s’éprouver soi-même et de connaître avec quelle intensité de piété et quel désintéressement elle aime Dieu » (Cité de Dieu, I, 9, 9). Fidèle à cette définition, D’Aubigné explique que les afflictions infligées à Catherine de Bourbon sont le signe même de son élection. Le livre d’Aubigné se caractérise à la fois par une volonté catéchétique et une vocation consolatoire (qui rappelle celle qu’assignait Érasme à la lettre : la consolation doit être caressante et affectueuse). Le Traitté est à la fois exhortation spirituelle de Catherine, duchesse de Bar, et appel au martyre. À cela s’ajoute un aspect plus personnel que suggère Gilbert Schrenck : le deuil mélancolique de Catherine, épouse sacrifiée aux intérêts de l’État, rappelle à D’Aubigné son propre veuvage. Dans cette lettre qui est aussi un traité (les deux titres lui ont d’ailleurs été donnés), Agrippa d’Aubigné passe graduellement de la forme épistolaire au traité d’édification spirituelle. Ce Traitté prend donc tout son sens par rapport à la controverse théologique de Nancy.

5Il tient encore une place cruciale dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné. Dans la mesure où il propose un mélange de prose (pour les passages narratifs et satiriques, pour la consolation) et de poésie (à la fin du recueil, la paraphrase en vers mesurés du psaume 88 préfigure les Tragiques), il annonce à la fois les textes en prose et en vers d’Agrippa d’Aubigné.

6L’édition critique commence par une longue et riche Introduction générale (p. 13-81). Le texte proprement dit occupe les pages 101 à 134. Il est remarquablement annoté par un travail qui éclaire tous les points de la controverse théologique : l’examen de conscience (p. 101, en note), la valeur de l’affliction (p. 74 et sq), le pouvoir de tromper, appelé « efficace d’erreur ». Toutes les allusions bibliques sont largement éclairées, et l’annotation s’attache toujours à mettre en relation la lettre et les Tragiques (voir par exemple la note 5, p. 109). L’éditeur intellectuel, Gilbert Schrenck, n’hésite pas à réexpliquer la prédestination et ses conséquences sur le comportement du croyant (p. 115), il commente le commandement « Tu adoreras Dieu seul » (p. 123-124), il annote, p. 126, la phrase Souffrir pour noz pechez ce n’est pas similitude à Christ, mais souffrir pour luy c’est porter à bon escient son image. De la page 83 à la page 90, Gilbert Schrenck livre encore un tableau chronologique de la controverse (1595-1604, année de la mort de Catherine à Nancy) et il s’attache à recontextualiser le texte en reproduisant, en annexe (11 annexes, p. 137-222), des extraits des principales pièces de la controverse qui permettent d’éclairer les enjeux historiques, théologiques et esthétiques : Pierre de L’Estoile, « Reparties de Madame au Roy sur le subject de sa conversion que sa Majesté desiroit et l’en pressoit », 1601 ; Avis des Ministres, Conference tenue à Nancy sur le differend de la religion. À l’effect de convertir Madame… (par Jacques Couet) ; Lettres des ministres Jacques Couet et Dominique De Losse, dit de la Touche, attaché à Madame depuis nov 1599, sur la conférence en question ; Remonstrance et supplication tres-humble à Madame de P.-V. Palma Cayet, Lettre à Madame (1600), d’Odet de la Noue ; Remonstrance charitable touchant la religion, de René Benoist (1597), et sa Briefve Proposition des admirables conversions de la vraye foy ; Coppie d’une lettre escrite à Madame la duchesse de Bar, par Thomas Pelletier (1601) (cf. d’Aubigné pour l’alternance puissante des passages lyriques et satiriques et l’opposition qu’il établit entre les deux religions) ; Conference des ministres accordée, et puis refusée par eux, avec les Docteurs de la saincte Eglise catholique par P.-V. Palma Cayet (1602) ; Lettres et occupations de Jean du Sin (rescapé de la saint Barthélemy).

7À ces annexes s’ajoutent deux appendices : la Lettre à Madame (Ms Tronchin 160, qui a servi de texte de base à toutes les éditions de 1855 à nos jours). Gilbert Schrenck lui préfère la dernière version de l’œuvre, Traitté des douceurs de l’affliction. à Madame, jamais republiée depuis 1601, et qui constitue la version augmentée de l’original. Et la Declaration de Henry Marc de Gouffier, marquis de Bonnivet (parue de façon anonyme en 1616 à l’occasion de sa conversion au protestantisme, et éditée par Jean-Raymond Fanlo). Enfin, une bibliographie riche et exhaustive et un index des noms propres terminent et complètent cet ouvrage.

8Gilbert Schrenck offre ici une remarquable édition d’un Traitté particulièrement riche malgré sa minceur, et il rend très accessible un livre d’une lecture passionnante.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Boudou, « Agrippa d’Aubigné, Œuvres, t. III. Traitté des douceurs de l’affliction. À Madame, éd. crit. de Gilbert Schrenck », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 07 avril 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13376

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org