Navigation – Plan du site

Carlos F. Clamote Carreto, Contez vous qui savez de nombre... Imaginaire marchand et économie du récit au Moyen Âge

Pierre Levron
Référence(s) :

Carlos F. Clamote Carreto, Contez vous qui savez de nombre... Imaginaire marchand et économie du récit au Moyen Âge, Paris, Champion (« EMA » 58), 2014, 375 p.

ISBN 978-2-7453-2599-0

Texte intégral

  • 1  Carlos F. Clamote Carreto, « Anatomie de la différence. Le corps déréglé et les outrances de l’écr (...)
  • 2  Carlos F. Clamote Carreto, « Eppur se muove : ritmos e cadéncias di um imaginário em movimento », (...)
  • 3  Carlos F. Clamote Carreto, O mercador de palavras o a rescrita do mondo. Literatura e pensamento e (...)
  • 4  Carlos F. Clamote Carreto, « La parole rachetée : imaginaire marchand et économie du signe dans le (...)
  • 5  Carlos F. Clamote Carreto, « La parole dérobée : économie du silence et rhétorique de l’avarice da (...)

1Carlos F. Clamote Carreto est professeur à l’Universidade Aberta de Lisbonne. Ses recherches portent principalement sur les représentations du corps1, sur la mobilité et le mouvement2, et avant tout sur deux axes fondamentaux : la réévaluation signifiante d’une chanson de geste s’ouvrant à d’autres univers et à d’autres discours que ceux du monde féodal ; l’économie du récit mise en rapport avec l’émergence d’une pensée économique dans une société qui se monétarise et qui se confronte au problème – économique, moral et littéraire – de l’avarice. Le marchand devient un être ambivalent car ouvert : miroir inversé du chevalier, il peut mettre en forme son comportement. Contez vous qui savez de nombre... (désormais CSN) est l’aboutissement actuel d’une recherche entreprise avec la rédaction de la thèse de doctorat de son auteur3 et dont deux articles de 20094 et de 20105 portant respectivement sur la parole et le silence sont des jalons importants. L’ouvrage se fonde sur une démarche commune à ces travaux : le dépassement du paradoxe apparent que constitue la mise sur le même axe de l’imaginaire et de l’économie marchande, et l’exploration d’un corpus illustrant la solidarité profonde entre le discours littéraire et le discours économique. CSN exploite ainsi les chansons de geste d’Aiol, du Charroi de Nîmes, de la Bataille Loquifer, de la Chevalerie Vivien, d’Hervis de Metz, de Huon de Bordeaux, mais aussi du Couronnement de Louis. Le versant romanesque de l’enquête est constitué du Roman de Tristan de Béroul, de L’Escoufle et du Roman de Guillaume de Dole de Jean Renart, de Galeran de Bretagne, du Guillaume d’Angleterre et du Roman de Silence d’Heldris de Cornuälle. Le roman « idyllique » de Floire et Blancheflor et la « chantefable » d’Aucassin et Nicolette ainsi que l’Enfant prodigue de Courtois d’Arras et les Fabliaux érotiques édités par Luciano Rossi intègrent un ensemble destiné à représenter les principaux genres narratifs profanes pratiqués au Moyen Age central. Les Miracles de Nostre-Dame de Gautier de Coinci ouvrent la réflexion sur la littérature narrative religieuse ; le Roman de la Rose de Jean de Meun l’étend vers le discours didactique. CSN a deux visées principales : discerner, tout d’abord, les éléments de pensée économique dans des textes de plus en plus marqués par le monétarisme ; contribuer à la réévaluation critique de nombreuses œuvres dont la réception est parfois « prisonnière » d’un sens dominant. Le présent compte-rendu exploitera successivement ces deux aspects.

  • 6  Corinne Cooper-Deniau, Le motif du don contraignant dans la littérature arthurienne du douzième et (...)
  • 7  Philippe Haugeard, Ruses médiévales de la générosité. Donner, dépenser, dominer dans la littératur (...)
  • 8  Philippe Haugeard utilise le Guillaume d’Angleterre, le Roman de la Rose, Hervis de Mes, le Charro (...)
  • 9  CSN, chapitre II, p. 87.
  • 10  CSN, chapitre II, pp. 90-97.
  • 11  CSN, chapitre III, pp. 99-127.
  • 12  CSN, chapitre III, pp. 179-217.
  • 13  CSN, chapitre III, pp. 220-236.
  • 14  Flamenca, édité par François Zufferey et traduit par Valérie Fasseur, Paris, LGF, 2014.
  • 15  Florence Goyet, Penser sans concepts : fonction de l’épopée guerrière : « Iliade », « Chanson de R (...)
  • 16  CSN, chapitre III, pp. 222-226.

2En rappelant que la réflexion économique possède deux versants, ses acteurs (le marchand) d’une part et ses valeurs (la circulation de l’argent et des richesses) d’autre part, on notera que CSN participe d’une tendance récente de la recherche en médiévistique littéraire : le passage d’une étude des conditions du don (représentée par l’étude de Corinne Cooper-Deniau sur le don contraignant6) à celle des interrogations sur l’économie, les Ruses médiévales de la générosité de Philippe Heaugeard7 représentant l’articulation entre la générosité aristocratique et les nouvelles normes économiques. Bien qu’utilisant des corpus dans lesquels des œuvres communes interviennent8, l’ouvrage de Carlos F. Clamote Carreto n’a pas les mêmes perspectives que celui de Philippe Haugeard : la notion anthropologique de potlatch n’y est pas étudiée. Elle est éludée au profit d’une catégorie essentielle : l’économie, qui possède de nombreuses réalisations. Le don est ainsi abordé sous l’angle d’une « économie oblative »9 revêtant des dimensions commerciales implicites10. Le silence est à la fois un élément constitutif de la taciturnitas peccamineuse et une métaphore de l’avarice11 ; l’argent devient une donnée importante du mythe tristanien12. On s’éloigne toutefois de la conception ultérieure d’une économie dotée d’une pensée autonome, dans la mesure où les questions qui en relèvent sont traitées par le fonctionnement des textes et par la théologie. Les réalités économiques ne sont pas encore pensables en elles-mêmes, mais au moyen d’un double mouvement de structuration du discours poétique et de conception des personnages. CSN souligne ainsi que si la chanson de geste devient perméable à ces préoccupations, le marchand est lui-même une entité narrative polyvalente. C’est un personnage mobile, qui devient donc un parallèle spéculaire à un héros aristocratique qui lui-même se déplace13 ; c’est un personnage disponible, dont les fonctions peuvent être occupées temporairement par des aristocrates (ainsi dans le Guillaume d’Angleterre), même si l’éventail des expériences est grand. A ce propos, il aurait peut-être été utile d’élargir l’enquête dans une autre direction et d’étudier davantage les interactions entre les marchands et les clercs. Tous les deux se prêtent en effet aux travestissements de personnages nobles. Le roman d’oc Flamenca14 montre ainsi un Guillaume de Nevers se déguisant en clerc pour rencontrer et séduire l’héroïne éponyme dont il s’est épris tout en détenant un pouvoir économique considérable. L’absence de marchands dans des textes contemporains du corpus étudié, tels le Tristan en prose ou la Queste del saint Graal, pour ne citer que deux importants exemples, eût pu également être mentionnée : cela aurait permis de mesurer l’existence de fortes tensions entre des productions littéraires influencées par les faits économiques et une très probable réaction caractérisée par l’évolution spirituelle du roman breton ou par son extrême restriction sociologique. L’économie décrite par CSN a donc les caractéristiques suivantes : elle est un objet très souple, qui se diffuse dans les structures de pensée et de narration tout en n’étant pas conceptualisée en elle-même, ce qui la distingue fondamentalement de disciplines de l’esprit qui ont cette capacité mais qui disposent de concepts fondamentaux, comme le droit et la médecine ; CSN représente donc une étape épistémologique importante, qui pourrait être mise en rapport avec les caractéristiques de l’épopée dégagées par Florence Goyet15. L’économie est un objet de parole et de fantasme ; susceptible de provoquer le scandale16, elle confronte à des degrés divers la poétique au réel.

  • 17  CSN, chapitre III, p. 222.
  • 18  CSN, chapitre III, pp. 226-231.
  • 19  CSN,chapitre IV, pp. 237-267.
  • 20  CSN,chapitre I, pp. 39-58.
  • 21  CSN,chapitre I, p. 57.
  • 22  CSN,chapitre I, p. 59.
  • 23  CSN,chapitre I, pp. 68-69.
  • 24  Florence Bouchet, « L’écriture androgyne : le travestissement dans le Roman de Silence », Senefian (...)
  • 25  Erika E. Hess, « Inheritance law and gender identity in the Roman de Silence », Law and Sovereingt (...)
  • 26  Voir Martin Aurell, La vielle et l’épée : troubadours et politique en Provence au treizième siècle(...)

3Nous touchons là la seconde contribution fondamentale du livre de Carlos F. Clamote Carreto : réévaluer les caractéristiques et les contenus des genres littéraires médiévaux. Une sorte de doxa se répète implicitement dans les sujets de recherche mais aussi dans l’enseignement de la littérature du Moyen Age : l’insensibilité des écrivains du douzième et du treizième siècle aux données économiques, que l’on oppose au « réalisme » plus grand d’auteurs de la fin de la période comme Antoine de la Sale écrivant son Jehan de Saintré. CSN réfute cette assertion, en montrant comment la chanson de geste passe d’une association de l’économie avec la trahison (dans la Chanson de Roland17) à son usage comme facteur d’interrogation sur l’identité des personnages18, avant de passer à Vivien, le « chevalier marchëant »19. Le verbe passe de la crise et de ses manifestations à un renouveau de l’écriture. Le rôle de la ville dans l’économie de l’ouvrage participe également de la réévaluation de la poétique médiévale. Les développements qui lui sont consacrés sont placés au début de l’ouvrage20 et montrent que cette dernière, si elle a du mal à s’intégrer dans le roman breton, trouve sa place dans une épopée21 animée par des thématiques sous-jacentes qui pourraient bien relever d’une fonction didactique implicite – les aristocratiques destinataires des poèmes épiques apprendraient à compter avec le monde urbain – ou d’une circulation sociale entre les diverses catégories de la population. La problématique marchande et économique revêtirait donc une fonction fédératrice implicite. Le roman fait lui aussi l’objet de réévaluations importantes. Plusieurs entités y concourent : le personnage de Gauvain, que le sénéchal Keu considère comme un « marchand de mots »22 et qui devient le garant du royaume arthurien et d’une caritas liés23, jouant ainsi le rôle de signe d’une réflexion sur l’économie ; la Fortune, qui n’est pas seulement l’allégorie du sort, mais une régisseuse de l’économie du texte. L’un des apports les plus stimulants de CSN réside dans l’utilisation du Roman de Silence d’Heldris de Cornuälle pour l’étude de l’économie de l’usure et de l’avarice : l’ouvrage rappelle la force de cette préoccupation dans un texte souvent lu sous l’angle du travestissement24, de la crise d’identité ou au prisme d’une réflexion féministe25. Il contribue donc à un rééquilibrage critique de l’un des plus étonnants et des plus importants récits romanesques du Moyen Age central. L’inclusion de la lyrique dans le corpus aurait pu contribuer à ce travail de réévaluation. De fait, les préoccupations économiques n’y sont pas inconnues : Bertran de Lamanon se plaint ainsi du poids de la gabelle que Charles d’Anjou impose aux provençaux dans son sirventès De la ssal de Proenza.m doill26.

4CSN est un ouvrage utile et important. Il est utile, parce qu’il comble un vide objectif qui ne concerne pas seulement la médiévistique littéraire, mais aussi l’épistémologie. Il est donc un jalon de l’intégration des textes de fiction dans l’histoire de disciplines plus concrètes et dont le poids social est plus lourd. Il est important, parce qu’il permet d’établir des parallèles fonctionnels entre l’économie et des savoirs relevant aussi bien du savant que du littéraire au Moyen Age, comme le droit, la science politique ou la médecine. Il l’est encore par sa capacité à appeler d’autres recherches...

Notes

1  Carlos F. Clamote Carreto, « Anatomie de la différence. Le corps déréglé et les outrances de l’écriture épique », Micrologus, 20, 2012, Estremità e escrescenze del corpo / Extremities and excrescences of the body, pp. 191-222.

2  Carlos F. Clamote Carreto, « Eppur se muove : ritmos e cadéncias di um imaginário em movimento », Mobilidade e litératura na Idade Média. Formas, trajectórias e sentidos / Mobilité et littérature au Moyen Âge. Formes, enjeux et significations, dir. de Carlos F. Clamote Carreto, Lisboa, Universidade Abierta, 2011, pp. 11-14.

3  Carlos F. Clamote Carreto, O mercador de palavras o a rescrita do mondo. Literatura e pensamento ecónomico na Idade Media, Lisboa, Chiado Editoria, 2012.

4  Carlos F. Clamote Carreto, « La parole rachetée : imaginaire marchand et économie du signe dans le récit médiéval (XIIe-XIIIe siècle) », PRIS-MA, XXV, 1-2, numéros 49-50, 2009, pp. 23-54.

5  Carlos F. Clamote Carreto, « La parole dérobée : économie du silence et rhétorique de l’avarice dans quelques récits en vers des XIIe et XIIIe siècles », Micrologus, 18, 2010, Il Silenzio / The Silence, pp. 113-146.

6  Corinne Cooper-Deniau, Le motif du don contraignant dans la littérature arthurienne du douzième et du treizième siècle (1150-1250), thèse dirigée par Philippe Ménard et soutenue devant l’université de Paris-Sorbonne (Paris-IV), Lille, Atelier National de Reproduction des Thèses, 2001.

7  Philippe Haugeard, Ruses médiévales de la générosité. Donner, dépenser, dominer dans la littérature épique et romanesque des XIIe et XIIIe siècles, Paris, Champion, 2013.

8  Philippe Haugeard utilise le Guillaume d’Angleterre, le Roman de la Rose, Hervis de Mes, le Charroi de Nîmes et les Enfances Vivien.

9  CSN, chapitre II, p. 87.

10  CSN, chapitre II, pp. 90-97.

11  CSN, chapitre III, pp. 99-127.

12  CSN, chapitre III, pp. 179-217.

13  CSN, chapitre III, pp. 220-236.

14  Flamenca, édité par François Zufferey et traduit par Valérie Fasseur, Paris, LGF, 2014.

15  Florence Goyet, Penser sans concepts : fonction de l’épopée guerrière : « Iliade », « Chanson de Roland », « Hôgen » et « Heiji Monogatari », Paris, Champion, 2006.

16  CSN, chapitre III, pp. 222-226.

17  CSN, chapitre III, p. 222.

18  CSN, chapitre III, pp. 226-231.

19  CSN,chapitre IV, pp. 237-267.

20  CSN,chapitre I, pp. 39-58.

21  CSN,chapitre I, p. 57.

22  CSN,chapitre I, p. 59.

23  CSN,chapitre I, pp. 68-69.

24  Florence Bouchet, « L’écriture androgyne : le travestissement dans le Roman de Silence », Senefiance, 47, Le nu et le vêtu au Moyen Age, 2001, pp. 47-58.

25  Erika E. Hess, « Inheritance law and gender identity in the Roman de Silence », Law and Sovereingty in the Middle Ages and the Renaissance, Turnhout, Brepols, 2011, pp. 217-236.

26  Voir Martin Aurell, La vielle et l’épée : troubadours et politique en Provence au treizième siècle, Paris, Aubier, 1989, pp. 274-277.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Levron, « Carlos F. Clamote Carreto, Contez vous qui savez de nombre... Imaginaire marchand et économie du récit au Moyen Âge  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13357

Haut de page

Auteur

Pierre Levron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org