Navigation – Plan du site

Remontrances, prophéties et confessions de femmes (1575-1650), édition de Jean-Philippe Beaulieu

Daniel Maira
Référence(s) :

Remontrances, prophéties et confessions de femmes (1575-1650), édition de Jean-Philippe Beaulieu avec la collaboration de Diane Desrosiers-Bonin et Claude La Charité, Paris, Classiques Garnier, 2014, 282 p.

ISBN 978-2-8124-2574-5

Texte intégral

1L’ouvrage Remontrances, prophéties et confessions de femmes réunit vingt-cinq plaquettes parues entre 1575 et 1650, composées par des femmes ou sous une identité féminine. Après une brève introduction générale (p. 9-18), le florilège est divisé en six sections d’après les différentes typologies des instances narratives : « Voix de ligueuses », « La fée et la pucelle », « Bohémienne et bouffonne », « La criminelle », « La magicienne », « Libellistes de la Fronde » ; chaque section est accompagnée d’une introduction plus détaillée, et plusieurs textes bénéficient d’une introduction particulière. L’ouvrage se termine par le relevé des variantes (p. 237-239), deux annexes (p. 241-250), un glossaire (p. 251-254), une bibliographie riche et précise (p. 255-271) et l’index des noms (p. 273-279).

2Ces textes ne portent pas sur l’éducation des filles, sur la défense du sexe féminin ou encore sur l’économie domestique, mais – et c’est là leur intérêt et singularité – ils commentent les événements politiques les plus actuels. Jean-Philippe Beaulieu souligne qu’« il est difficile de déterminer l’authenticité de ces prises de paroles ; dans bien des cas, des hommes sont vraisemblablement les rédacteurs des textes » (p. 10). On ne pourra pas savoir si c’est la duchesse de Guise Anne d’Este, mère des deux fils assassinés par Henri III en 1588 lors des États de Blois, qui a pris la plume pour rédiger personnellement les Regrets de Madame de Nemours sur la mort de Messeigneurs de Guyse ses enfans (1589) ainsi que la Remontrance faicte par Madame de Nemours à Henry de Valloys (1589). Tous ces textes assurent néanmoins une « rhétorique de la prise de parole féminine » ainsi que la présence des voix de femmes « dans la sphère publique » (p. 10).

3Ces textes prennent la forme de trois modalités discursives différentes. Tout d’abord, les remontrances : par exemple celles d’Anne d’Este et Catherine de Clèves adressées à Henri III, qui sous la forme d’une complainte adressent des invectives virulentes au roi, (voir p. 30, « le massacre commis envers mes deux enfans par toy Roy cruel inhumain et tyran ») ; ou encore celles de l’une des libellistes de la Fronde, Charlotte Hénault (sont reproduits quatre textes). Ensuite les confessions : par exemple celle d’une criminelle coupable d’avoir été complice du meurtre de son mari et qui se repent publiquement (il s’agit des Pitoyables et funestes regrets (1600) de Marguerite d’Auge, dont le texte a été établi, annoté et introduit par Claude La Charité), ou celles de Leonora Galigaï, épouse de Concini, qui avoue son recours à la magie (voir les quatre textes édités). Enfin, la troisième modalité discursive est la prophétie où l’on exploite le don oraculaire de locutrices parfois fictives : par exemple les prophéties politiques de figures légendaires comme Mélusine et Jeanne d’Arc, celles de la prophétesse provençale Martingale (cinq textes sont reproduits), qui adresse des révélations à des personnages illustres comme Marie de Médicis ou Anne d’Autriche, ou encore celles de la bohémienne Friquette ou de la bouffonne Mathurine, composés dans un style entre le sérieux et le burlesque. Loin pourtant d’être étanches, ces trois registres peuvent aussi se mélanger dans un seul texte.

4On aurait apprécié, dans une note ou une annexe, la liste des ouvrages attribués à ces figures auctoriales féminines ; à propos de Martingale, l’éditeur précise avoir effectué un recensement et avoir trouvé neuf textes courts parus entre 1617 et 1628, mais n’en avoir retenu que six pour son florilège (cinq textes édités et l’un des deux textes de l’annexe), sans fournir d’autres indications sur les trois autres textes attribués à cette auteure.

5Il serait facile de critiquer l’hétérogénéité thématique du volume, dont le dénominateur commun est donné par le fait que les textes ont été rédigés par des figures auctoriales féminines. Les textes de la section « Voix de ligueuses » auraient pu paraître à côté d’autres pamphlets ou textes d’actualité politique parus pendant les guerres de religion (remarquons cependant que Jean-Philippe Beaulieu renvoie très souvent, dans les notes ou dans les introductions, à des textes contemporains traitant le même argument, ceci pour inscrire les textes choisis dans une production plus vaste, voir par exemple p. 75-76). Cette critique serait pourtant aussi injustifiée que hâtive, car si la prise de parole féminine dans l’espace littéraire constitue le trait fédérateur de ce florilège, c’est justement parce que cette prise de parole a été souvent négligée dans la recherche, sans doute en raison d’un désintérêt qui délégitimait a priori ces instances féminines et leur témoignage. Cet ouvrage a donc le mérite de réunir ces textes et de les donner à lire – parfois pour la première fois depuis l’époque de leur première publication. Tous les textes sont richement annotés, avec précision et érudition, et souvent mis en relation dans les notes avec des documents des XVIe et XVIIe siècles ; ce travail très bien mené s’avère indispensable pour comprendre toutes les allusions historiques à l’actualité politique et, par conséquent, rendre accessible des textes qui auraient sans cela risqué de demeurer obscurs.

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Maira, « Remontrances, prophéties et confessions de femmes (1575-1650), édition de Jean-Philippe Beaulieu », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13354

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org