Navigation – Plan du site

Mathieu Linlaud, Serrures médiévales (VIIIe-XIIIe siècle)

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Mathieu Linlaud, Serrures médiévales (VIIIe-XIIIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes (« Archéologie et Culture »), 2014, 346 p.

ISBN 978-2-7535-2903-8

Texte intégral

1Ce travail doctoral s’est attaché à un élément fort important pour l’histoire des relations des hommes avec leurs habitats et leur biens propres ou collectifs : les systèmes de fermeture. Le propos est, au départ, archéologique et voudrait mettre un peu de rigueur et de technique aussi bien à propos des objets métalliques trouvés en fouilles, plus ou mois bien identifiés, répertoriés et conservés, que dans les collections de clés et serrures constituées depuis plus de deux siècles par la sélection d’amateurs passionnés. Dans les deux cas, le manque de références (d’origine et de chronologie) assises sur des données sûres rend hasardeuses certaines déterminations fonctionnelles et ne permet pas de reconnaître avec certitude telle ou telle pièce comme relevant de la serrurerie, ni de définir son usage pratique et sa place dans l’évolution des techniques. L’ouvrage se présente donc comme un premier essartage d’un champ quelque peu inculte, malgré une relative abondance des sources et de la littérature.

2La recherche s’est appuyée sur des sources archéologiques et iconographiques ce qui donne lieu à un riche appareil : 103 figures pour les 209 p. de texte sur deux colonnes et 740 notes (avec un cahier de XXXII planches en couleurs), 402 titres de bibliographie, un glossaire (15 p. et 26 figures), un aperçu iconographique de 228 entrées, un corpus du matériel archéologique de LXXI planches et plus de 790 objets et fragments dessinés et décrits (pour 22 sites français et un ibérique cartographiés p. 50). La collecte est donc considérable et le lecteur est bien guidé au long de la démarche de l’auteur.

3Deux chapitres présentent d’abord l’historiographie du sujet, soit une littérature générale technique tardive (à partir du XVIIe s.) et peu scientifique et des études propres aux serrures insuffisantes, ici assez rudement jugées ; puis est abordée l’orientation méthodologique suivie : après la définition du champ d’étude (« les pièces mécaniques permettant l’ouverture et la fermeture des meubles et bâtiments », p. 43), on passe aux types de sources estimées utilisables : donc, près de 800 objets issus de 23 sites, dont un tiers seulement publiés, et qui peuvent être mis en comparaison avec 61 sites européens. Ensuite, viennent les images (deux ou trois thèmes privilégiés, saint Pierre, la descente aux Limbes, les évangélistes), puis les sources dites « historiques » : livres des métiers, vocabulaires ‒ avec la mise au point d’un glossaire rénové introduisant des « néologismes » considérés comme nécessaires ‒, enfin, recours à la modernité de la 3D, ce à quoi le lecteur peut, en effet, rendre hommage pour la compréhension des systèmes (les pl. I à XV, sont très éclairantes pour le chapitre suivant).

4Un troisième chapitre s’attache aux moyens d’ouvertures et fermetures, en bois et en métal que nous ont livrés l’archéologie. Les systèmes de serrures à ressorts métalliques permettant, par l’emploi d’une clé, l’engagement et le dégagement d’un pêne dans un moraillon sont évidemment les plus performants, malgré des fragilités que reflète le très grand nombre de fragments quasiment ininterprétables ; outre les systèmes proprement dits, il y a les plaques de protection extérieures (« palâtres ») et parfois intérieures, aux percements révélateurs. On rencontre aussi des ensembles verrous vertevelles, aux pièces récupérables ou non, et des cadenas à ressort indépendants mais présentant des structures voisines des serrures de coffrets. Les « organes de rotation », charnières de divers type, gonds avec pentures, montants de bois des portes sont successivement analysés.

5Le quatrième chapitre entreprend une lecture critique de l’iconographie en en soulignant les limites : tradition, imitation de modèles archaïques bien ou mal compris, imprécision, besoin de mettre en valeur des symboles forts (clés de ville pour des portes que l’on barrait sans serrures, clés de saint Pierre démesurées, « clés du cœur » imaginaires). La conclusion revient, plus loin, sur la médiocrité des sources iconographiques.

6Le cinquième et dernier chapitre, et le plus long, tente une première synthèse en prenant en compte la simultanéité de plusieurs types de fermetures et la réutilisation d’un même objet avec changements de serrures et de systèmes, en raison d’usures ou de cassures. Une des évolutions visibles, cependant, est celle des clés : d’abord en alliage cuivreux (Antiquité, Haut Moyen Âge), elles deviennent entièrement en fer pour les clés « enroulées » à anneaux ronds et plats des IXe-XIIIe siècles. Les anneaux losangiques sont limités jusqu’au XIVe siècle aux rares clés à tige pleine. Les découpures des pannetons des clés (partie sous la clé qui, diversement découpée, permet d’agir sur le ressort et le pêne et n’a apparemment pas de nom médiéval) ne sont pas un vrai critère de datation, mais se complexifient au cours du temps. Ce que l’on peut retenir de l’évolution, c’est une présence de plus en plus affirmée des systèmes à rotations avec des clefs à tige pleine de la fin de l’Antiquité au Xe siècle et ensuite l’apparition médiévale des clés enroulées en fer pour agir sur des « pênes à barbe et des ressorts à gorge » (p. 171et 173) ; enfin arrivent des serrures ouvrables de l’intérieur comme de l’extérieur avec des clés et serrures appelées ici « proto-bénardes », peu fiables, pour devenir au XIVe la clé « bénarde » très répandue. Les causes des évolutions sont, sans doute aucun, la facilité d’usage pour la bénarde : pouvoir refermer derrière soi une porte de chambre ou d’une maison où l’on a pénétré sans user d’une double fermeture par barrage. D’autre part, la miniaturisation offre des possibilités de petites serrures sur des coffrets précieux, ou de moyennes pour enfermer plus sûrement des biens dans les huches et autres coffres de taille respectable. La diffusion de ces modernités est difficile à lire, même avec la soixantaine de sites européens mis en confrontation aux 23 d’Europe continentale occidentale… L’étroitesse géographique du corpus et les modifications intervenues sur les meubles subsistants (par exemple l’armoire d’Aubazine) rendent difficile un suivi fin des origines et de la diffusion des types de serrures. En conclusion de l’étude proprement dite, il paraît certain que les systèmes à rotation et les ressorts sont présents dès le 1er siècle (p. -C.), et que le Moyen Âge les a notablement perfectionnés avec les ressorts à gorge et des pênes à une puis deux « barbes ». Les serrures à double entrée ont été lentes à se généraliser en raison de fragilité des clés creuses « enroulées » (serrures dites ici « proto-bénardes ») et ne se répandent réellement que dans le dernier tiers du XIVe siècle.

7L’étude ne fait qu’« entrevoir un sujet passionnant », telle est la conclusion ouverte du texte. À laquelle la recension souscrit pleinement.

8Tout à fait intéressée par la question et la façon dont l’ouvrage présente les choses, on a beaucoup apprécié la possibilité de prendre connaissance du glossaire et ses illustrations, des images 3D, des planches de dessins des objets (N.B. : les clefs de Blois ou les fragments de moraillons d’Andone sont pourtant aussi peu enthousiasmants que les transcriptions exhaustives de relevés de comptes d’une seigneurie à qui ne connaît pas la région).

9Cela, néanmoins, n’empêche pas de s’interroger en premier lieu sur un certain laisser-aller général du ton et de la forme. Le ton est souvent plutôt méprisant, voire inutilement acerbe, pour les prédécesseurs, professionnels ou amateurs, et l’on sera plus indulgent en ne relevant pas quelques naïvetés et ignorances évangéliques ou latines ; la forme égrène d’assez nombreuses incorrections de construction et d’accords douteux et, surtout, l’on achoppe péniblement sur une troisième personne du passé simple du verbe être transformée avec constance en subjonctif imparfait (ou en tonneau ?) grâce à un incongru « û », peut-être lié à une correction informatique non repérée.

10Le fond, pour une historienne, ne peut être abordé du côté purement technique où elle risquerait de subir les foudres de spécialistes avertis (et pas du seul auteur), mais va simplement porter sur trois points d’inégal intérêt. L’un touche à la nature différente des usages des fermetures : peut-on traiter totalement en bloc des portes de maison et des serrures de coffrets ? Les dimensions et usages des unes et des autres sont sans commune mesure. Un serrurier de village peut fabriquer de bons et solides systèmes de verrous à barres, de grosses serrures de ressorts à gorge, des pênes larges à barbes épaisses et autres anneaux et moraillons pour des portes et, éventuellement, des huches ou gros coffres massifs, mais pas forcément les systèmes plus fins – et fragiles ‒ des coffrets, des armoires et des verrous des capsæ, même s’ils pouvaient savoir réparer une clé ou remplacer une pièce. Des listes de taxes sur les produits passant les péages, entrant aux foires, évoquent des produits métalliques fabriqués et l’on doit penser à des achats de systèmes complets importés. La question des serrures ouvrables par les deux côtés doit être aussi traitée en elle-même : un coffret, une armoire n’en n’ont aucun besoin. En l’occurrence, le grand intérêt porté aux serrures « bénardes » pose à nouveau le problème de la différenciation des objets considérés, et du temps chronologique du travail proposé par le titre. On dépasse très généralement le XIIIe siècle pour aller jusqu’à la fin du XIVe, voire les siècles suivants ; il fallait donc élargir le regard. Du coup, la médiéviste s’interroge sur le sens de « bénarde », dont les lexicographes, soit ignorent le terme, soit se réfèrent (en chaîne paresseusement imitative) à un sens moral tout à fait étrange pour un ensemble technique de précision : « niais, sot » (1441-1447). On se permet de suggérer une étymologie vraiment technique, dont la filiation reste à déterminer, peut-être à travers des sources péninsulaires ou occitanes : bini, æ, a, (de bis), « chaque fois deux » (par ex. F. Gaffiot, Dictionnaire, 1934, p. 218c), la serrure binæ, devenue une « binarde » mal lue ou mal prononcée, ouvre bien de dehors comme de dedans et ne manque pas d’être, sans niaiserie aucune, fort utile.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Mathieu Linlaud, Serrures médiévales (VIIIe-XIIIe siècle)  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13352

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org