Navigation – Plan du site

Georges Ier d’Amboise (1460-1510). Une figure plurielle de la Renaissance,dir. Jonathan Dumont et Laure Fagnard

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Georges Ier d’Amboise (1460-1510). Une figure plurielle de la Renaissance,dir. Jonathan Dumont et Laure Fagnard, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, 272 p.

ISBN 978-2-7535-2772-0

Texte intégral

1Jonathan Dumont et Laure Fagnard viennent de publier les actes du colloque de Liège (2010), consacré au cardinal et archevêque de Rouen, Georges Ier d’Amboise, légat a latere, principal conseiller de Louis XII. Les 13 communications, précédées d’une introduction (Jonathan Dumont et Laure Fagnard) et suivies d’une conclusion (Franz Bierlaire), sont réparties en trois parties : « Georges d’Amboise, action et image politiques » ; « Georges d’Amboise, bâtisseur, bibliophile et amateur d’art » ; « Georges d’Amboise, de la mise au tombeau à la memoria ». Le colloque de Liège a réuni des chercheurs historiens, historiens d’art et historiens du droit, venus de Belgique, de France, d’Italie, d’Israël et d’Allemagne à l’occasion du 500ème anniversaire de la mort de Georges d’Amboise, dont la vie fut placée « Entre politique, Église et mécénat ». Le volume compte un cahier central de 32 pages en couleurs et 28 documents en noir et blanc dans le texte, au total 60 illustrations, et un index (265-270).

2La publication du colloque de Liège achève de renouveler, avec le catalogue France 1500. Entre Moyen Âge et Renaissance (dir. Geneviève Bresc-Bautier, Thierry Crépin-Leblond, Elisabeth Taburet-Delahaye et Martha Wolff, RMN, 2010) et le colloque de Rouen Au seuil de la Renaissance. Le cardinal Georges d’Amboise (1460-1510) (dir. Jean-Pierre Chaline, PURH, 2012), la bibliographie consacrée au cardinal d’Amboise, en mettant cette fois l’accent sur la dimension européenne du prélat.

3Au-delà des pointes de Machiavel et Guiccardini qui moquèrent les ambitions pontificales du cardinal, on ne peut qu’être impressionné par la carrière éminente de celui qui est mort à 50 ans : évêque de Montauban (1484-1491), archevêque de Narbonne (1492-1494), archevêque de Rouen (1495-1510), cardinal (1498), légat (1501) à vie (1503), premier légat installé en France, pour la carrière religieuse, et pour le politique, principal conseiller de Louis XII de son avènement en 1498 jusqu’à la mort du prélat en 1510. « Presque roi », comme on le dit alors, comme on le dit souvent en pareil cas, une appréciation mi-laudative mi-critique. Fort impliqué dans la conquête et l’organisation du Milanais (1499), de Naples (1501), le cardinal d’Amboise suit la carrière pluridirectionnelle des grands prélats du temps. Ce compte-rendu n’insistera que sur certains thèmes de ce colloque, principalement politiques et funéraires.

4Georges d’Amboise appartenait à une famille noble du Blésois, ancienne mais modeste, dont l’ascension s’explique par le service du roi : notre prélat est petit-fils et fils de chambellan de Charles VI et Charles VII. La participation de son père Pierre, seigneur de Chaumont, à la guerre du Bien public interrompt pour deux ans (1465-1467), de manière dramatique, l’ascension familiale : le château de Chaumont-sur-Loire est détruit et les biens de Pierre sont confisqués. Le retour en grâce de Pierre inaugure la fortune de ses enfants. Car la réussite de Georges d’Amboise accompagne celle de ses 8 frères et 7 sœurs. Une famille dont Cédric Michon, Jonathan Dumont et Isabelle Gillet montrent bien l’ascension générale. Louis d’Amboise, frère très aîné de Georges, puisque né en 1433, connaît grâce à ses qualités et la confiance du prince (Louis XI) une très belle carrière d’évêque d’Albi et de lieutenant général de Bourgogne au temps de la conquête du duché après la mort du Téméraire. Le très jeune Georges est déjà aumônier de Louis XI en 1481. Les représentations héraldiques illustrent cette réussite : Georges d’Amboise porte les armes pleines : « palé d’or et de gueules de six pièces » (Laurent Hablot). Une peinture d’Andrea Solario, réalisée pour le château de Gaillon mais aujourd’hui disparue, célébrait la famille d’Amboise, un peu dans la manière de la célèbre peinture des Juvénal des Ursins. Cinq des frères de Georges occupent des places éminentes dans l’Église et montrent l’importance d’un premier ordre lettré, pourvu de hauts grades universitaires. Une situation que Machiavel dénonce dans le Prince en impliquant directement le cardinal de Rouen : la trop grande puissance de l’Église en France compromet la survie de l’État.

5Laurent Vissière appelle à contrebattre la mauvaise réputation du cardinal d’Amboise au XVIe siècle (voir les critiques italiennes et les sotties, étudiées par Nicole Hochner) par son action diplomatique, en Milanais surtout, et non dans toute l’Italie, car la politique française se préoccupe davantage de la formation d’un glacis protecteur aux frontières du royaume que d’un interventionnisme général dans la péninsule. Georges d’Amboise remet pourtant en cause l’équilibre italien de Lodi (1454) par la ligue de Cambrai (1508) qui a pour objet d’unir les princes chrétiens contre les Vénitiens dans la perspective d’une alliance contre les Turcs.

6Le cardinal jouit également d’une légende dorée qui exalte son action pour la paix et la justice dans le royaume autour de Louis XII, « père du peuple » (1506), son œuvre avec son frère Louis pour la réforme des ordres mendiants. Isabelle Gillet étudie l’intéressante influence de Georges d’Amboise dans l’évolution de la formation juridique des officiers royaux des baillis aux cours souveraines, tenus d’être au moins licenciés en droit (ordonnance de Blois de 1499), qui va accentuer les progrès de la noblesse de robe.

7Notons aussi les articles sur le château Renaissance de Gaillon, reconstruit par le cardinal (Florence Bardati, Xavier Pagazini, Laure Fagnard), en relevant l’étude du portail de Gênes (fig. 28), le goût du cardinal pour la peinture, les livres (Marie-Pierre Laffitte), pour terminer par les deux dernières communications, consacrées aux funérailles et au monument funéraire élevé dans la cathédrale Notre-Dame de Rouen. Georges d’Amboise meurt à Lyon, un extraordinaire cortège avec effigie le ramène à Rouen (Alain Marchandisse). Gabriela Reuss étudie le complexe monument du prélat, représenté en orant, une attitude encore peu fréquente alors, que l’on ne trouve qu’avec le monument du cardinal de Fréauville (mort en 1323) et, pour les princes temporels, dans les tombeaux de Louis XI et Charles VIII. La réorganisation du monument de la cathédrale, auquel est ajouté l’orant de son successeur, complique son analyse, mais apporte la preuve de la réussite familiale et personnelle de Georges d’Amboise, puisque c’est son neveu Georges II d’Amboise qui lui succède à l’archevêché de Rouen.

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Georges Ier d’Amboise (1460-1510). Une figure plurielle de la Renaissance,dir. Jonathan Dumont et Laure Fagnard », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13349

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org