Navigation – Plan du site

Le corps du prince. Micrologus, XXII

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Le corps du prince. Micrologus, XXII, Florence, Sismel / Edizioni del Galluzzo, 2014, 827 p. 

ISSN 1123-2560

Texte intégral

1Ce nouveau volume de la revue Micrologus correspond à la publication des colloques tenus à Liège et Louvain en 2011. Leur sous-titre annonçait l’orientation de ces rencontres internationales : « Le corps du prince au cours des rituels de cour. Autour de l’œuvre d’Agostino Paravicini Bagliani ». Eric Bousmar, Hans Cools, Jonathan Dumont et Alain Marchandisse signent l’introduction (p. xi-xvi) et mettent en scène les 26 articles des 36 historiens1 dans une double perspective historiographique (Kantorowicz, Giesey, Paravicini Bagliani) et prospective (rituels, représentations, communication symbolique). Le corps du prince (dont le singulier marque la distance mais aussi la référence au Double corps du roi) est abordé dans un long Moyen Âge occidental qui va du XIe au XVIe siècle. S’imposent les thèmes des funérailles, de l’apparence, de la démultiplication, de la fécondité, de la déficience… dans des perspectives cérémonielle, anthropologique, politique et spirituelle. Un nombre notable d’articles comporte des illustrations (uniquement en noir et blanc) et des annexes. L’ouvrage est pourvu de résumés en anglais, d’un index des noms et personnes (p. 785-823), et d’un autre des manuscrits et documents d’archives (p. 825-827).

2Pour rester dans les limites raisonnables d’un compte-rendu, on ne retiendra qu’une dizaine d’articles sur le total, en commençant par l’article d’ouverture, celui d’Agostino Paravicini Bagliani, « Le corps du pape, vingt ans après » (p. 13-35). L’historien y rappelle les points de départ historique et historiographique d’une recherche qui, sans fin, s’enrichit de nouveaux exemples et nouvelles thématiques : en 1064, alors que la papauté s’impose dans le contexte de la réforme grégorienne, Pierre Damien, à la demande du pape Alexandre II, traite des raisons qui font que les règnes des papes sont moins longs que celui de Pierre ou ceux des princes laïcs (De brevitate) ; l’adaptation de Reinhard Elze (1977) de la thèse des Deux corps du roi, l’un mortel et l’autre immortel (Kantorowicz, 1957) à la papauté, qu’on peut résumer par « le pape n’a pas deux corps, il n’a qu’un seul corps, destiné à mourir, parce que ce qui reste après sa mort est l’Église » a également nourri la thèse d’APB sur la caducité du pape et la perpétuité de l’institution. Et partant, APB a mené des recherche sur la prolongation de la vie, la santé, les médecins, l’immortalité, l’autoreprésentation, autant de sujets qui ont préoccupé les papes, plus particulièrement Innocent III (1198-1216) ou Boniface VIII (1294-1303), pour ne citer que deux exemples. Si la binarité est commune aux Deux corps du roi et au Corps du pape, les angles de recherche diffèrent : juridique et philosophique pour l’un, anthropologique (histoire du corps) chez l’autre. L’évolution des rituels menés jusqu’aux XXe-XXIe siècles achève d’en prouver la richesse : plénitude des pouvoirs du pape exprimée par la métaphore corporelle de la tête qui est la seule à jouir des cinq sens (plénitude des sens), sens des sept baisers que le pape reçoit du célébrant…

3Dans « The French Royal Funeral Ceremony and the King’s Two Bodies. Ernst H. Kantorowicz, Ralph E. Giesey and The Construction of A Paradigm » (p. 105-137), Elizabeth Brown revient sur le tournant historiographique des années 1950-1960 et pointe les contre-sens apparentés des deux historiens. EB prend l’exemple de la lecture erronée qu’ont faite Kantorowicz et Giesey du Recueil des Roys de France (1566) de Jean du Tillet, où ils ont vu l’illustration de l’immortalité de la dignitas du pouvoir politique quand le spécialiste des cérémonies parlait de l’immortalité du corps alors que les funérailles de François Ier (1547) avaient privilégié l’effigie. Les différentes représentations des corps du roi défunt continuent de stimuler la réflexion et la recherche.

4Frédérique Lachaud, « Corps du prince, corps de la res publica. Écriture métaphorique et construction politique dans le Policraticus de Jean de Salisbury » (p. 171-199), offre une réflexion sur la politique et la rhétorique, et analyse à nouveaux frais la célèbre métaphore du corps politique de 1159 (V, 2) où à chaque organe ou membre est associée une fonction, FL dit même des « offices gouvernementaux », à l’exception de l’âme-clergé et des pieds-paysans. Jean de Salisbury mêle les métaphores, les superposant parfois au risque de confusions (corps du prince-corps de la res publica). FL invite à s’intéresser aux ressorts d’écriture autant qu’aux thèmes privilégiés par le complexe Jean de Salisbury. Ces figures de style sont pour lui des moyens, mais quels sont ses buts ? Prôner l’équilibre des pouvoirs ? FL va jusqu’à évoquer une dimension collective du pouvoir (p. 189-191) – que pense FL de l’équilibre des responsabilités ?

5Plusieurs articles, principalement ceux de Chris Woolgar, « Queens and Crowns : Philippa of Hainaut, Possessions and The Queen’s Chamber in Mid XIVth Century England » (p. 210-228), de Bertrand Schnerb, « Le corps armé du prince. Le duc de Bourgogne en guerre » (p. 297-315), ou encore de Thalia Bero et Eva Pibiri, « Le corps du prince au sein des rituels funéraires de la Maison de Savoie (XIVe-XVIe siècles) » (p. 393-427), attirent l’attention sur la parure précieuse des princes et princesses (couronnes de la reine Philippa, femme d’Édouard III ; cimier de plumes et d’orfèvrerie de Philippe le Bon, fig. 1, p. 299 ; collier de l’ordre du collier fondé par Amédée VI en 1364). Ces objets sont portés, ils touchent le corps ou le vêtement princier et ils symbolisent triplement le pouvoir par leurs matières, leurs formes et leurs motifs – les bijoux sont un champ de recherches à exploiter systématiquement.

6On placera ici l’article de Laurent Hablot, « En chair et en signes. Le corps héraldique et emblématique du prince au cœur des rituels de cour » (p. 657-678), dont les trois parties – le corps emblématisé, le corps partagé, le corps sublimé – donnent beaucoup de sens au goût héraldique foisonnant. Car l’héraldique rend présent le prince absent, le démultiplie, le surreprésente (p. 658). Les armes affichent le rang, le sang, le pouvoir et les prétentions du prince (fig. 1, p. 658 : les grandes armes de René d’Anjou (vers 1450) aux six quartiers de Naples, Jérusalem, Hongrie, Anjou, Bar, Lorraine). À partir du milieu du XIVe siècle, la devise personnalise la représentation. Est-ce la même évolution qui tend dans le même temps à rendre les portraits plus ressemblants ?

7Les funérailles font l’objet de plusieurs communications du Corps du prince. Parmi elles, retenons celle de Jean-Baptiste de Vaivre, Alain Marchandisse et Laurent Vissière, « L’agonie, la mort et les funérailles de Pierre d’Aubusson († 1503), grand maître de Rhodes et cardinal » (p. 619-655), funérailles qui sont connues grâce au journal du vice-chancelier Bartolomeo Policiano pour la période qui va du 22 juin (attaque) au 4 juillet 1503 (obsèques). On suit les derniers jours du vainqueur du siège turc en 1480 (annexe, p. 642-650), l’évolution quotidienne de sa maladie, les soins reçus, la préparation du cadavre (embaumement, vêtements, pièces d’armes), la foule des Rhodiens venant le veiller, les obsèques et l’inhumation, disparue (1522, 1856). Un rare exemple, sur lequel insistent les auteurs, de funérailles d’un chef de guerre, cardinal-légat, ayant réuni clergés latin et grec.

8Enfin, pour terminer ce panorama du Corps du prince, distinguons Gilles Lecuppre, qui est un des rares à proposer une communication largement ouverte sur les différentes puissances de la chrétienté latine : « Déficience du corps et exercice du pouvoir au XIVe siècle » (p. 705-719). La croissance des pouvoirs monarchiques a-t-elle entraîné un surcroît d’intérêt, de défiance – peut-on dire d’amour ? – pour le corps du prince, se demande GL, dans une évolution parallèle à celle qu’APB avait notée pour le corps du pape à partir de la réforme grégorienne ? Les infirmités et les maladies royales n’ont pas manqué dans le siècle étudié, mais GL attire l’attention sur l’inégal traitement de ces déficiences, tantôt perçues comme des manifestations sacrificielles (roi christique portant les péchés du monde), tantôt comme des signes d’incapacité autorisant l’éviction princière. Plusieurs facteurs ont pu jouer. GL en propose deux. On hésitera moins à attaquer des princes territoriaux que des princes oints du Seigneur (p. 718) ; les Anglais, plus pragmatiques, ont été plus hostiles aux princes déficients que d’autres. En pleine santé ou malade, le corps d’un roi aux pouvoirs accentués préoccupe de plus en plus la communauté (p. 718).

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Le corps du prince. Micrologus, XXII », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13348

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org