Navigation – Plan du site

Bartsch, Foerster et Cie. La première romanistique allemande et son influence en Europe, éd. Richard Trachsler

Alain Corbellari
Référence(s) :

Bartsch, Foerster et Cie. La première romanistique allemande et son influence en Europe, éd. Richard Trachsler, Paris, Classiques Garnier (« Rencontres » 64), 2013, 306 p. 

ISBN 978-2-8124-1704-7

Texte intégral

1Le lecteur français sera peut-être un peu déconcerté par cet ouvrage où se mêlent des articles en trois langues (français, allemand, anglais), dont l’un est la traduction française d’un article allemand, et dont deux autres, en anglais, comprennent de nombreuses citations allemandes, traduites en anglais dans l’un mais pas dans le second. Hâtons-nous de préciser que cela constitue à nos yeux non une faiblesse, mais bien une force de ce volume. De fait, ce plurilinguisme est en lui-même un hommage à la science qu’il salue. Autour de 1900, en effet, chaque savant écrivait dans sa propre langue, même et surtout pour la correspondance, et nul ne s’en plaignait ! Et il est difficile de ne pas percevoir dans cette entreprise collective une nostalgie pour une époque aujourd’hui révolue de la science philologique, voire une forme de baroud d’honneur de son éditeur qui a récemment quitté la chaire de philologie romane de Göttingen pour celle de Zürich. La première phrase de sa préface suffirait d’ailleurs à s’en convaincre, car à quoi sert-il de commencer par rappeler cet extrait apparemment anodin du règlement de 1913 du séminaire de philologie de l’université de Göttingen demandant que Wer das Zimmer als Letzter verlässt, hat das Gaslicht auszudrehen (« Qui quitte la salle en dernier doit éteindre la lampe à gaz »), sinon à insinuer que l’édition de ce volume revient précisément à « éteindre le gaz » d’une pratique scientifique qui semble avoir fait son temps ?

2Issu d’un cycle de conférences donné à l’université de Göttingen, Bartsch, Foerster et Cie réunit une brochette de bons spécialistes autour de la question de l’institutionnalisation des études de romanistique en Allemagne, puis en Europe sur le modèle allemand. Face à la germanistique, et à l’anglistique qui s’en est assez vite détachée, la philologie romane a en effet toujours été considérée en bloc en Allemagne, où les « spécialistes » de cette branche ont précisément pour caractéristique d’être des généralistes de toutes les langues latines, exigence devenue aujourd’hui quasiment irréalisable, avec les conséquences que l’on sait sur la désaffection dont la branche – du moins dans ses composantes médiévales – est actuellement victime.

3Depuis deux décennies, les ouvrages et articles ont fleuri autour de la question aujourd’hui assez bien débrouillée des débuts de la médiévistique, même s’il reste encore des choses à en dire, comme nous en persuadent une bonne partie des articles ici réunis. Les douze pages de l’introduction de Richard Trachsler cernent avec une grande clarté le propos du volume, concluant de manière un peu mélancolique que « la Romanistik est maintenant une affaire allemande qui fait à ce titre partie de son histoire, pour le meilleur et pour le pire », bien que, captatio in extremis, « elle se trouve, pour cette raison aussi, au cœur de l’Europe » (19).

4Le volume est divisé en trois parties dont l’unité n’est pas aussi claire qu’il pourrait paraître à première vue : les quatre articles de la première partie, « La première romanistique universitaire. Aufstieg und Niedergang [essor et déclin] », réunissent des contributions d’Hermann Krapoth sur « Les premiers séminaires de philologie romane » (23-36), d’Udo Schöning sur Karl Bartsch (37-61), de Susanne Friede sur Wendelin Foerster (63-81) et de Frank-Rutger Hausmann sur « La romanistique d’expression allemande au temps du national-socialisme » (83-125). Nous sommes bien là en domaine allemand, mais nous ne le quittons pas totalement dans les deux autres parties : la deuxième, « Le modèle allemand en Europe », comprend les contribution de Luciano Formisano sur « La romanistique allemande et l’Italie au XIXe siècle » (129-143), de Françoise Vielliard sur « ‘La docte Allemagne’ ou le regard de l’Ecole des chartes sur la philologie romane en Allemagne avant 1870 » (145-178) et de Gilles Roques sur « Les principaux éditeurs des textes médiévaux français en Allemagne (jusqu’en 1930) » (179-205). Tandis que la contribution un peu filandreuse de Luciano Formisano, malgré son titre, évoque autant sinon plus la France que l’Italie (en terminant sur des considérations peu originales sur les relations de Joseph Bédier et Gaston Paris), celle de Françoise Vielliard amplifie un dossier déjà esquissé par Charles Ridoux (dont on s’étonne tout de même un peu de ne pas voir du tout citée la vaste étude Evolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, 2001) et celle de Gilles Roques serait mieux à sa place dans la première partie, qu’elle complète idéalement. Quant à la troisième partie, « The british connection », elle est plus disparate encore, réunissant les études de David Trotter sur les romanistes anglais Reid et Wright (en un jeu de mots intraduisible : « Reiding and Wrigthing, (with) thanks to German scholarship » – 209-222), de Winfried Rudolf sur les anglicistes Bernhard ten Brink et Edmund Stengel (223-246), de Thomas Honegger sur l’enseignement de l’anglistique à Iéna (247-264) et de Daron Burrows sur la contribution d’Albert Stimming aux études anglo-normandes (263-292) : se mêlent donc non seulement enseignement en Allemagne et à l’étranger mais surtout (ce qui n’était pas annoncé sur la couverture du volume) romanistique et anglistique. Même si le lien de ces deux branches dans des chaires les englobant toutes deux jusque dans la seconde moitié du XIXe siècle est un fait, on se retient mal de penser qu’il y a un peu là confusion de matières. Qui plus est, les contributeurs prennent parfois les choses par le tout petit bout de la lorgnette, de sorte que des articles aux larges vues voisinent avec d’autres beaucoup plus anecdotiques ; à cet égard, avouons que les longues mises en parallèle par David Trotter des notes de Reid et de Foerster sur Le Chevalier au lion de Chrétien de Troyes, pour aboutir à la conclusion que Reid n’arrive en l’occurrence pas à la cheville de Foerster, sont tout de même d’un intérêt assez limité…

5Tâchons donc de remettre un peu d’ordre : il y a d’abord des articles monographiques, sur Bartsch, Foerster, ten Brink, Stengel et Stimming. Ces contributions dénotent des degrés d’empathie assez inégaux : Udo Schöning est plutôt hagiographique sur Bartsch, présenté comme un surhomme pour avoir maîtrisé à la fois la germanistique et la romanistique, et dont la peu glorieuse parodie du Kutschkelied destinée à ridiculiser la médiévistique française est réduite à une simple plaisanterie sans méchanceté (soyons sérieux : peut-on vraiment dire de sang froid qu’un ponte de l’université allemande de la seconde moitié du XIXe siècle a pu être « im Grunde viel zu unpolitisch, um antifranzösisch zu sein » [54] ?). Susanne Friede, par contre, tombe si peu dans l’admiration béate de Foerster que son insistance à rappeler que celui-ci ressentait la succession directe de Diez à Bonn comme un pénible fardeau en devient presque gênante. Mais pour le coup, elle aurait pu rappeler que Foerster entretenait bien, lui, des sentiments antifrançais sur lesquels ne plane aucune ambiguïté – Gaston Paris et Paul Meyer s’en plaignent jusque dans la Romania !

6L’article de Gilles Roques est l’un des plus clairs et informatifs du volume : ne faisant apparemment que dresser une liste rapide des éditions de textes français médiévaux fournies par les philologues allemands, il assortit chacun de ses mini-portraits de savants, égrenés dans un ordre rigoureusement chronologique, de petites remarques acérées qui font tout le prix de son regard. La distinction entre savants d’envergure et « solides artisans » (194), la perception fine des différences générationnelles et le jugement lapidaire porté sur chaque édition (qui aujourd’hui connaît mieux que Gilles Roques les éditions des textes français médiévaux ?) font de son exposé un guide d’une sûreté insurpassable. C’est en même temps l’un des articles les plus pessimistes du volume puisque, selon G. Roques, « on peut dire que depuis 1900 l’école philologique allemande a continué sur son erre, et qu’ensuite il n’y a plus eu que des successeurs » (202). Il y a cependant eu passage de témoin puisque « outre la France, c’est finalement dans les pays anglo-saxons (Angleterre et Etats-Unis) et en Italie que cette tradition philologique s’est le mieux maintenue, avec des qualités diverses » (205).

7D’autres articles ont pour ambition de cerner un moment particulier de l’histoire de la médiévistique : Françoise Vielliard retient en l’occurrence tout particulièrement l’attention en montrant que les professeurs de l’Ecole des chartes, et en particulier Guessard, n’étaient pas si en retard qu’on le dit souvent sur la philologie allemande. Rappelons d’ailleurs que la première édition véritablement « lachmanienne » (méthode qui, comme on le sait depuis Giovanni Fiesoli – La Genesi del Lachmannismo, Florence, Galuzzo, 2000 – est sans rapport avec les pratiques de Karl Lachmann) d’un texte roman en Allemagne (le Fierabras de Gröber) n’est pas antérieure à 1869, à un moment où Gaston Paris et Paul Meyer étaient déjà en pleine possession de leurs moyens scientifiques. D’autres articles du volume, comme ceux de Krapoth et de Formisano, nous font en même temps bien voir que, même si dès les années 1830 Diez règne sur la romanistique, la multiplication des chaires en Allemagne ne commence qu’avec la seconde moitié du siècle.

8Quant au long et un peu diffus article de Frank-Rutger Haussmann, originellement en allemand, il est le seul a avoir été spécialement traduit en français, ce qui contredit le principe du volume (à chacun sa langue), mais montre en même temps le soin particulier qu’a pris l’éditeur de rendre plus accessible un texte dont les résonances politiques ne peuvent qu’intéresser un lectorat francophone. De fait, on reste tout de même un peu déçu par cet exposé à la fois rassurant (les romanistes n’ont pas fait allégeance au nazisme de gaîté de cœur et seuls « 5 à 10 % des écrits » ont tenté d’« élaborer une nouvelle romanistique national-socialiste autonome » [108]) et peu précis : on cherche en vain des détails non seulement sur les romanistes écartés par le pouvoir, mais aussi sur la teneur exacte des travaux qui ont été publiés durant la période.

9Dans l’ensemble, on glanera dans Bartsch, Foerster et Cie une foule de renseignements intéressants, mais il faut parfois bien les chercher, ce qui nous amène à mentionner un dernier disparate un peu gênant de ce riche volume : seuls deux articles (les deux derniers) sont suivis d’une bibliographie, et l’on se demande s’il n’aurait pas été utile d’élaborer une bibliographie générale du volume dont le manque, en dépit de deux bons index (des noms et des œuvres), se fait cruellement sentir. De fait, et c’est là une suggestion que l’on pourrait faire à l’entreprenant coordinateur du volume (qui n’est pas à un chantier près !), il pourrait s’avérer utile, après plus de vingt ans de travaux sur l’histoire des études médiévales, d’enfin fournir à tous les chercheurs une bibliographie raisonnée des études portant sur cette question. Un tel travail permettrait d’une part de mieux mettre en perspective des études dont beaucoup (à l’instar d’un certain nombre de celles publiées dans Bartsch, Foerster et Cie) sont très, voire trop, minutieusement ciblées, d’autre part de pointer les cantons restant encore à explorer de ce vaste champ de recherche. Tel quel, le présent volume offre des analyses précieuses, mais dont la synthèse reste encore à parfaire, en prenant en particulier en compte la première moitié du XIXe siècle et en dressant un bilan épistémologique raisonné de cette grande aventure universitaire.

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Corbellari, « Bartsch, Foerster et Cie. La première romanistique allemande et son influence en Europe, éd. Richard Trachsler », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://crm.revues.org/13338

Haut de page

Auteur

Alain Corbellari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org