Navigation – Plan du site

Yolanda Plumley, The Art of Grafted Song. Citation and Allusion in the Age of Machaut

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Yolanda Plumley, The Art of Grafted Song. Citation and Allusion in the Age of Machaut, New York, Oxford University Press, 2013, 460 p.

ISBN 978-0-19-991508-8

Texte intégral

1L’objet du présent ouvrage, comme l’explique fort bien l’auteur dans son introduction, que je me permets de citer brièvement, est de « trace the trajectory of the Ars nova chanson from its roots in early dance-song from ca. 1300 to the mature polyphonic works of Machaut, and to explore the part played by citational practice in its development » (p. 10) ; la « pratique citationnelle » en question se définissant, « in a broad sense » (p. 6), comme tout ce qui relève de la citation, de la paraphrase (« quotation » et « citation », en version originale), de l’allusion, de l’imitation, tant sur le plan textuel que mélodique – du moins, dans l’idéal, puisque l’ouvrage de Plumley offre le mérite (quelque peu paradoxal) de consacrer une bonne part de ses développements à des textes dépourvus de toute notation musicale. L’auteur entend ainsi montrer qu’encore au XIVe siècle, la citation, ou l’art de la greffe, joue « a key role in experimentation within form, genre, and literary and musical style » (p. 10), spécialement en ce qui concerne les formes lyriques dites fixes (ballades, virelais, rondeaux) ; bien plus, que ces multiples échanges textuels et musicaux sont le reflet d’une « profoundly collaborative lyric culture » (ibid.), qui d’ailleurs est aussi une culture agonistique, comme peut en témoigner le développement contemporain des puys.

  • 1  Ces ballettes ont donné lieu à une édition en 2006 : cf. notre compte rendu dans la présente revue (...)
  • 2  Citons, tout de même, qui ne laissent pas les analyses de Plumley dans une solitude totale, les tr (...)
  • 3  Relevons, à titre d’exemple, deux signes du traitement quelque peu rapide auquel sont soumises les (...)

2Une fois passée l’introduction – pour l’essentiel, quelques considérations théoriques sur la notion de citation, une exposition claire des objectifs poursuivis et, selon les habitudes anglo-saxonnes, un utile résumé des différents chapitres de l’ouvrage –, l’étude propose, en trois parties et dix chapitres, et suivant un ordre rigoureusement (ou presque) chronologique, une série d’analyses portant sur des corpus variés en importance comme en notoriété, mais toujours extrêmement fines et précises, qui mènent le lecteur à travers la majeure partie du XIVe siècle, depuis les premiers développements de la chanson polyphonique et des formes fixes jusqu’aux œuvres de Guillaume de Machaut. Ainsi, la première partie (« Citation, Genre, and Experiments in Song in the Early Fourteenth Century ») est d’abord consacrée à la section ballettes du fameux chansonnier Douce1 (chapitre 1), une forme lyrique bien difficile à saisir, qui tient du « generic melting-pot » (p. 37), comme le dit à juste titre Plumley, mais qui n’en annonce pas moins clairement et le virelai et la ballade ; puis aux « balades, rondeaux et diz entez sus refroiz de rondeaux », ainsi que les désigne la table du BNF, fr. 146, de Jehannot de Lescurel (chapitre 2) ; enfin à quelques unes des nombreuses insertions lyriques que comprend la version interpolée du Roman de Fauvel contenue dans le même fameux manuscrit (chapitre 3). La deuxième partie (« Performing Citation in Court and City. The Rise of the Fixed Forms »), dans la mesure où elle porte sur des corpus assez peu étudiés2, est peut-être la plus intéressante : il y est question, successivement, des fastras du poète hennuyer Watriquet de Couvin (chapitre 4) ; des différentes compositions lyriques que l’on peut rattacher d’une part au puy de Valenciennes (serventois, chansons d’amour et sottes chansons du ms. BNF, fr. 24432), d’autre part à une institution similaire liée aux orfèvres de Paris, dont témoignent les Miracles de Notre Dame par personnages (chapitre 5) ; enfin, dans les chapitres 6 et 7, de la quarantaine de ballades composées par Jean de Le Mote, autre poète hennuyer, que l’on conserve, dépourvues de toute notation musicale, soit insérées dans de plus longs poèmes (les Regrets Guillaume, comte de Hainaut et le Parfait du paon), soit sous la forme d’un très curieux ensemble de six « ballades mythologiques » (ainsi que les a appelées leur premier éditeur, E. Pognon) – ce dernier ensemble étant malheureusement traité, à mon sens, de manière trop rapide (sauf un développement riche en informations consacré à la personne de Jean Campion, p. 263-267) pour donner une juste idée des innombrables difficultés que soulèvent ces textes3. La troisième et dernière partie, enfin, est toute entière consacrée à « Machaut and the Art of Grafted Song », abordant d’abord globalement la place occupée par la citation, textuelle et musicale, dans les ballades, rondeaux et virelais de Machaut (chapitre 8), avant de revenir plus spécifiquement sur la Louange des dames et son usage de la « self-citation » (chapitre 9), puis sur le Voir Dit et les échanges lyriques que l’œuvre met en scène entre Toute-Belle et Guillaume, ainsi qu’avec le mystérieux Thomas Paien (chapitre 10).

  • 4  Pour autant que je puisse en juger, n’étant pas moi-même musicologue.

3L’étude, solide, précise, érudite, peut se prévaloir d’autres qualités encore : en particulier, une approche bi-disciplinaire très équilibrée, qui traite avec autant d’intérêt que de compétence4 sources musicales et / ou littéraires ; mais aussi une attention poussée s’appliquant à l’ensemble de ces sources, y compris les moins étudiées, comme on l’a dit, ce qui est l’occasion de faire surgir des liens parfois inattendus entre les œuvres, par exemple entre certaines ballettes et les compositions de Jehannot de Lescurel (cf. p. 40 et 78), entre les fastras de Watriquet de Couvin et les ballades de Jean de Le Mote (cf. p. 141 et 219-220), ou encore entre les Miracles de Notre Dame par personnages et la Prise amoureuse de Jean Acart de Hesdin (cf. p. 184-189).

4Cependant, aussi fouillée soit-elle, cette enquête sur la citation, dont les indices sont parfois un peu minces (ainsi, dans le cas des ballettes, on peut se demander si la vingtaine d’exemples invoquée, sur un corpus de près de deux cents textes, suffit à en faire un genre reposant particulièrement sur la citation), voire tout à fait absents (cf. p. 163 le cas des compositions du puy de Valenciennes, où ne se remarque aucune citation), achoppe principalement, à mon sens, à une difficulté, qui est de certifier, si l’on peut dire, la citation, c’est-à-dire de pouvoir affirmer que la rencontre effective entre deux vers ou deux refrains correspond bien à la rencontre entre les deux œuvres qui les contiennent : ainsi (cf. p. 184), quand tel rondeau des Miracles de Notre Dame par personnages paraît reprendre en grande partie un autre rondeau inséré dans la Prise amoureuse de Jean Acart de Hesdin, est-ce le signe d’un réel contact entre les deux œuvres, ou bien ont-elles simplement puisé à une source commune, perdue, ou jamais écrite ? Aussi, dans ce cas comme dans d’autres, Plumley est-elle souvent contrainte de procéder par suppositions, vraisemblances, probabilités, faute de pouvoir certifier la citation, ou encore de pouvoir déterminer dans quel sens elle s’opère (ainsi, par exemple, avec Jean de Le Mote et Machaut) ; aussi la démonstration, avançant avec toute la prudence requise, prend-elle parfois un tour un peu trop spéculatif.  

5Une telle difficulté, cependant, étant inhérente à la période considérée, dont le chercheur doit bien s’efforcer de surmonter les lacunes documentaires, ce n’est pas un tel constat qui doit remettre en cause les qualités de cette enquête. Bien au contraire, et en dépit de la diversité des corpus considérés (avec ou sans musique), l’étude de Plumley remplit pleinement ses objectifs en mettant en évidence, dans les textes comme dans les notes, du Roman de Fauvel à Guillaume de Machaut et au-delà (cf. l’Epilogue, qui revient sur les citations de Machaut par ses successeurs), la continuité de la « pratique citationnelle », peut-être constitutive des formes dites fixes, tissant des liens entre les auteurs et les œuvres, même s’il faut les manipuler avec précaution, ou encore témoignant de la rémanence de la tradition monophonique derrière les innovations de la polyphonie. Elle offre ainsi, à défaut de cette « book-length study […] devoted to the fourteenth-century polyphonic chanson » dont Plumley déplore l’absence p. 11, une contribution importante à la connaissance de l’histoire des différents genres qui la représentent.

Notes

1  Ces ballettes ont donné lieu à une édition en 2006 : cf. notre compte rendu dans la présente revue. Il faut signaler aussi, à propos du ms. Douce 308, le collectif Lettres, musique et société en Lorraine médiévale. Autour du « Tournoi de Chauvency » (Ms. Oxford, Bodleian Douce 308), éd. M. Chazan et N. Freeman Regalado, Genève, Droz, 2012.

2  Citons, tout de même, qui ne laissent pas les analyses de Plumley dans une solitude totale, les travaux de P. Uhl (Watriquet de Couvin), G. Gros (puy de Valenciennes), G. Runnalls et N. Wilkins (puy des orfèvres à Paris), et enfin, concernant Jean de Le Mote, de J. Van der Meulen et de moi-même, puisqu’il se trouve que j’ai consacré à ce poète – décidément à la mode – mon travail d’Habilitation.

3  Relevons, à titre d’exemple, deux signes du traitement quelque peu rapide auquel sont soumises les « ballades mythologiques » : une correction parfaitement arbitraire, dans la ballade VI, de « castoy » en « castor » (cf. p. 257 n. 17 et p. 274) ; les noms formant les refrains des deux premières ballades « traduits » de la façon la plus approximative, sans réel effort d’identification, fort difficile il est vrai (cf. p. 270-271, où « Ras » devient sans autre forme de procès « Pyramus », « Lucidaire » « Ilithyia » ou « Flore » « Chloris »…).

4  Pour autant que je puisse en juger, n’étant pas moi-même musicologue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Yolanda Plumley, The Art of Grafted Song. Citation and Allusion in the Age of Machaut », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13336

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org