Navigation – Plan du site

Nicolas Offenstadt, En place publique, Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Nicolas Offenstadt, En place publique, Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle, Paris, Stock, 2013, 272 p.

ISBN 978-2-234-06416-4

Texte intégral

1Pendant une quarantaine d’années Laon, ville royale et épiscopale, juchée sur un éperon rocheux et aujourd’hui plus célèbre par sa cathédrale que par ses vins, a eu parmi les serviteurs de la ville un certain Jean de Gascogne (v. 1425 ?-1500 ?), un crieur public et valet au service des pouvoirs civils urbains. Ce personnage, dont on connaît peut-être la famille éponyme depuis 1380, sûrement la résidence (la porte Lupsault à la jonction nord de la cité et du bourg) et le surnom « le Rat », fut donc, pour près de deux générations, l’un des deux valets de la ville. Le propos est de retracer ses fonctions, à partir des comptes urbains et des mandements des receveurs : le guet, les « cris », les ouvertures de portes, les placements lors des deux foires annuelles d’après la Fête-Dieu et de fin décembre, les travaux des chaussées et leur nettoyage, la présence en livrée à quelques événements majeurs. Puis de mettre en rapport ces actions avec les événements laonnois. De la vie et des actions de ce personnage, dont on n’a que des traces extérieures très codées par des sources uniquement comptables, l’auteur a entrepris de démontrer qu’elles sont fondamentales afin de comprendre l’espace politique et actif urbain, soit l’« essence » même de la ville. L’étude appartient ainsi aux recherches en sociologie historique autour des compétences personnelles et collectives perceptibles au sein d’espaces publics que peuvent définir des sons, des actions, des usages, des représentations faisant sens. Cela s’inscrit aussi, certes avec des nuances avouées, parmi les ouvrages (de Ginzburg à Corbin) qui ont sorti de l’anonymat total ou partiel un personnage inconnu, voire anonyme, pour en faire un acteur et un reflet d’une période en un lieu donné, en un parallèle retrouvé, et voulu signifiant, aux grands personnages historiques.

2En cinq chapitres, appuyés sur la littérature historique proprement laonnoise déjà abondante et de qualité (une quarantaine d’ouvrages et articles), une recherche aux Archives départementales de l’Aisne (fonds départemental et fonds des Archives communales de Laon) et une bibliographie de près de 90 titres, nous voyons Jean de Gascogne dans ses actions et ses bien nombreux silences. Son nom est déjà une question : une origine « étrangère » au Vermandois, son surnom une autre : un sobriquet personnel ? Les « bribes » de sa vie, au chapitre II, entraînent le lecteur des environs d’une naissance au temps de Jeanne d’Arc, à une formation ignorée et apparemment très défaillante car aucune signature ou paraphe n’atteste une alphabétisation, puis à de modestes débuts d’un guet (1441-1449) complété puis remplacé par le « cri » de la ville (1446-1486). Ce nouvel emploi, accompagné de travaux les jours de foire, de la participation aux ouvrages de pavement et de nettoyage, de service lors des réceptions municipales, lui vaut l’exemption de taille, le logement dans une des portes, le compagnonnage avec l’autre valet, Bertin Noël ; la vieillesse l’éloigne des fonctions actives mais le maintient « impotent » dans son lieu de vie jusqu’en 1500. Au chapitre suivant (III) nous le suivons dans son office de crieur, office assermenté, depuis des lieux de pouvoir clos (le bailliage… sis au palais ?, le « cloistreau » du chapitre cathédral) aux places du marché (Chevresson), aux halles, aux carrefours et aux portes. Que crie-t-il ? La question est pendante : des bans courts, des convocations, le cri et décri des monnaies ? Mais alors quel est le relais pour les mandements royaux, les statuts de métiers et autres textes aux longs protocoles, s’il est analphabète ? Avec son rôle de valet de ville (chap. IV), on revient aux multiples petites tâches supplémentaires ou complémentaires : guets, renforcés aux temps des guerres de Louis XI, Charles le Téméraire et Maximilien, creusements et pavement, lutte contre l’incendie, placement des étaux et nettoyage des deux foires « franches ». Un dernier chapitre fait de Jean de Gascogne, dans les rituels du valet de ville en représentation (livrée armoriée, service d’accompagnement, portage et présentation des pot-de-vin), la présence même du corps de [la] ville. Ainsi lors du voyage de Louis XI en route pour Reims (1461), au moment des États de Vermandois (1482-1483), dans ces moments privilégiés où il est témoin et bien modeste acteur d’importantes réunions politiques.

3Les limites de la démarche, soit aller au plus près du personnage et le « faire évoluer le plus loin possible dans son environnement », sont revendiquées dans la conclusion, ce qui ne saurait éviter au recenseur de présenter ses propres réactions. Faut-il pour ne pas laisser de côté le « petit peuple » vouloir lui attribuer, de force, une place clé, toujours et partout ? Appeler à la rescousse, à propos des seules fonctions menues mais nécessaires d’un employé municipal, la géographie politique du royaume (la Gascogne), la « grande histoire » des guerres depuis Philippe VI jusqu’à Louis XII, les sacres, les États, tout en usant de l’arsenal des études anthroponymiques, des recherches sur la peste (le rat), celles sur les tavernes et les cloches, les drapiers et les éboueurs, sans négliger le statut des bouchers et les signatures de Jeanne d’Arc, tout cela paraît parfois pousser fort loin une sorte d’histoire totale – mais restant étroitement locale ‒ qui aurait pu être assise sur une autre utilisation de sources et de documents illustratifs. On avouera une certaine lassitude, nourrie de bien des lectures contradictoires depuis 1962, à être confrontée jusqu’à l’ultime page à la répétition des formules sur l’« espace public », l’espace « sonore », la communication politique et les enjeux de lutte en passant par une formule, bien sûr ternaire, quand même grandiose : « La voix du crieur est dès lors un lieu clé du politique, par ce qu’elle dit, par le moment où la parole se déploie, par la régularité de sa présence » (p. 160). Alors qu’on avait fini par trouver un véritable intérêt à la traque historienne d’une personne qui fut, évidemment, une des figures familières aux habitants de la ville de Laon du XVe siècle, on retombe un peu rudement assommée par un jargon post habermasien.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Nicolas Offenstadt, En place publique, Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13335

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org