Navigation – Plan du site

Le sens caché. Usages de l’allégorie du Moyen Âge au XVIIe siècle, éd. Francine Wild

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Le sens caché. Usages de l’allégorie du Moyen Âge au XVIIe siècle, éd. Francine Wild, Arras, Artois Presses Université, 2013, 248 p.

ISBN 978-2-84832-178-3

Texte intégral

  • 1  D’autres études ont suivi la même voie : signalons ainsi, tout récemment, Allégorie et symbole : v (...)

1Même si au premier abord le lecteur du présent volume peut être tenté de se dire que l’allégorie, en tout cas dans le champ des études médiévales, ne constitue pas un sujet de réflexion des plus originaux – ce que d’ailleurs l’éditrice admet d’emblée p. 7 de son introduction –, il faut reconnaître au « bouquet d’études » (p. 11) qu’a composé F. Wild un double mérite : d’une part son approche largement diachronique1, qui permet de suivre l’allégorie littéraire dans ses évolutions, depuis son apogée médiéval jusqu’à son progressif effacement, qui n’est pas disparition, au XVIIe siècle ; et d’autre part son attention à faire porter le regard de l’interprète, et donc du lecteur, sur des textes peu étudiés (pensons aux Illustrations de Gaule de Lemaire de Belges ou aux moralités des XVe-XVIe siècles) ou bien dont le rapport avec l’allégorie ne va pas forcément de soi, comme Amadis de Gaule par exemple.

2Au total, dans ce « bouquet », c’est tout de même le XVIe siècle qui domine la composition, puisque la moitié des quatorze contributions ici rassemblées est consacrée à ce siècle, qu’il s’agisse des Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges (Ch. Liaroutzos), de l’humaniste allemand Ulrich von Hutten (B. Cauvin), de l’œuvre d’Hélisenne de Crenne (R. Cappellen), d’Amadis de Gaule (M. Jeannin-Corbin et X. Bonnier), du théâtre engagé du côté de la Ligue (J.-C. Ternaux), du Beau Pasteur de Jacques de Fonteny (F. Cavaillé).

3De leur côté, intéresseront plus particulièrement le médiéviste l’étude d’H. Legros sur le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc – qui ignore curieusement l’édition Mihm (1984) de ce texte, pour ne citer que celle de Lebesgue (1908) – ainsi que celle d’E. Doudet sur les moralités de la fin du Moyen Age, serait-on tenté de dire, quoiqu’il soit question d’un genre qui fleurit en fait « de 1430 à 1560 » (p. 119) ; deux études aux côtés desquelles il serait dommage de ne pas signaler, parmi celles qui concernent le XVIIe siècle, les analyses que F. Wild consacre au Clovis de Desmarets de Saint-Sorlin (1657), en le rapprochant notamment d’autres œuvres de la même veine – que le profane est ravi de découvrir –, Saint Louis de Le Moyne, Alaric de Scudéry, sans oublier bien sûr la plus notoire Pucelle de Chapelain.

Notes

1  D’autres études ont suivi la même voie : signalons ainsi, tout récemment, Allégorie et symbole : voies de dissidence ? De l’Antiquité à la Renaissance, éd. A. Rolet, Rennes, PUR, 2012, ou encore, dans une veine similaire, La Personnification du Moyen Age au XVIIIe siècle, éd. M. Demaules, Paris, Garnier, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Le sens caché. Usages de l’allégorie du Moyen Âge au XVIIe siècle, éd. Francine Wild », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13327

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org