Navigation – Plan du site

Jean Le Fèvre de Ressons, Les Lamentations de Matheolus, édition critique par Tiziano Pacchiarotti

Silvère Menegaldo
Référence(s) :

Jean Le Fèvre de Ressons, Les Lamentations de Matheolus, édition critique par Tiziano Pacchiarotti, Alessandria, dell’Orso, 2010, 468 p.

ISBN 978-88-6274-215-3

Texte intégral

  • 1  Pour toutes ces informations, nous renvoyons à l’excellente mise au point de G. Hasenohr dans son (...)

1Né vers 1320 à Ressons-sur-le-Matz (à une vingtaine de kilomètres au nord de Compiègne), mort après 1380, Jean Le Fèvre consacra le loisir que lui laissa sa (semble-t-il) modeste carrière de procureur au Parlement de Paris à la composition d’une œuvre poétique relativement conséquente (environ vingt-six mille vers), constituée de sept œuvres, cinq traductions du latin d’une part – le Theodelet et les Distiques de Caton, transposition en décasyllabes de deux « classiques » de l’enseignement élémentaire médiéval (l’Ecloga Theoduli et les Disticha Catonis), La Vieille, d’après le poème pseudo-ovidien de la Vetula, dont le véritable auteur est plus probablement Richard de Fournival, une traduction des hymnes de la liturgie, enfin les Lamentations de Matheolus, d’après les Lamentationes composées à la toute fin du XIIIe siècle en hexamètres rimés par un certain Mahieu de Boulogne-sur-Mer, autrement inconnu – et d’autre part deux compositions de son cru en octosyllabes, le Respit de la mort et le Livre de leesce qui est, ainsi que l’intitulent certains manuscrits le conservant, un Rebours de Matheolus, c’est-à-dire un éloge de la femme et du mariage, là où les Lamentations font de l’une et de l’autre une satire particulièrement virulente et misogyne1.

  • 2  Les Lamentations de Matheolus et le Livre de leesce de Jehan Le Fèvre, de Resson (poèmes français (...)
  • 3  Marie-Madeleine Huchet, « De la Vieille » de Jean Le Fèvre, traduction versifiée du « De vetula » (...)
  • 4  Autre signe que Jean Le Fèvre semble susciter un intérêt plus soutenu, ces dernières années, la tr (...)

2Or, depuis la publication pionnière d’A.-G. Van Hamel2, l’œuvre de Jean Le Fèvre n’a que peu sollicité l’intérêt de la critique, si l’on excepte – exceptions notables, il est vrai – les deux éditions de G. Hasenohr (du Theodolet, dans sa thèse inédite de 1965 ; du Respit de la mort, Paris, 1969), les développements que lui a consacrés P.-Y. Badel dans Le « Roman de la Rose » au XIVe siècle (p. 178-200), enfin, plus récemment, la thèse que M.-M. Huchet3 a soutenue en 2010 sur la traduction de la Vetula pseudo-ovidienne4.

3Les manques dans notre connaissance de cet auteur sont donc encore importants, d’autant plus que son œuvre, comme le note justement TP, n’a jusqu’ici donné lieu à aucune « lecture organique » (p. 3), c’est-à-dire la considérant comme un ensemble cohérent, à la fois de traductions du latin et de compositions originales – ce qui peut évidemment faire songer à d’autres auteurs médiévaux, à commencer par Jean de Meun.   

  • 5  Cf. T. Pacchiarotti, « Les manuscrits du Matheolus et leur réception », Le recueil au Moyen Âge. L (...)

4C’est donc un premier pas que TP dit vouloir effectuer en vue de combler ces manques, en ne proposant pas seulement une nouvelle édition des Lamentations de Matheolus traduites par Jean Le Fèvre, mais aussi une édition du poème latin, la disposition en vis-à-vis des deux textes étant destinée à mettre en évidence, ainsi que l’annonce TP, plutôt que les éventuelles insuffisances de la traduction, l’important travail de réécriture auquel elle a soumis sa source latine, travail manifestant, comme le dit ailleurs TP, « à la fois la maturité créatrice de Le Fèvre et l’autonomie de la traduction en français. »5

5Il est à craindre, malheureusement, que l’exécution ne soit pas tout à fait à la hauteur de telles intentions, étant donné le nombre de défauts et de lacunes dont souffre cette édition.

  • 6  P. Lehmann, « Zum Überlieferung der Lamentationes Matheoli », ZRP, 46, 1926, p. 696-699.
  • 7  Matheus von Boulogne, Lamentationes Matheoluli, kritisch herausgegeben und kommentiert von Thomas (...)

6Commençons par les manuscrits. D’après TP, qui suit sur ce point l’édition de Van Hamel, et qui de son propre aveu en a aussi établi le texte « en suivant » (p. 35) cette même édition, les Lamentationes de Mahieu de Boulogne ne sont connues que par un seul manuscrit, celui d’Utrecht. C’est bien, de fait, ce que disait Van Hamel dans son édition ; cependant, un article paru dès 1926 dans la Zeitschrift für romanische Philologie, en reprochant d’ailleurs à Van Hamel de ne pas avoir poussé assez loin ses recherches, en signalait déjà quatre autres6, information figurant notamment chez P.-Y. Badel (op. cit., p. 178, note), ou tout simplement sur le site Arlima ; ainsi il paraît que l’on conserve aujourd’hui, au total, non pas un mais cinq témoins complets des Lamentationes, sans compter deux manuscrits d’excerpta et un manuscrit disparu, comme en fait état la première édition critique de ce poème, qui vient tout juste de paraître7. Par ailleurs, concernant cette fois les manuscrits de la version française de Jean Le Fèvre, il suffit par exemple de croiser les données rassemblées sur la base Jonas et, encore une fois, sur Arlima, pour s’apercevoir que ce ne sont probablement pas douze (en tenant compte du ms. de Wolfenbüttel brièvement mentionné p. 30), mais plutôt treize ou quatorze (manuscrits de Cambridge, et peut-être de Prague) témoins qui nous ont transmis les Lamentations de Matheolus.

7Deuxième point : l’établissement du texte, dont les principes ne me paraissent pas bien clairs. TP déclare p. 69 de son édition avoir choisi pour manuscrit de base celui de Florence (F) et avoir fait en sorte de « respecter les aspects matériels de l’écriture, en suivant, dans la mesure du possible [sic], le manuscrit de base F et le témoin qui lui est le plus proche, c’est-à-dire G [manuscrit de Genève] » ; dans le même temps, il annonce ne pas avoir corrigé le texte, sauf dans de « rares cas », et de fait (si j’ai bien vu) les quelque dix mille vers que comptent les Lamentations n’ont donné lieu qu’à une seule correction, signalée entre crochets droits (p. 215, v. 2445), mais qui produit un vers faux ! Passons. TP donne en outre une liste de variantes en fin de volume, où figurent fréquemment des leçons du ms. F (qui sont donc, dans ce cas, des leçons rejetées, non pas à proprement parler des variantes) ; on en déduira, comme le dit clairement pour sa part Van Hamel dans son édition (t. I, p. xxv), que « toutes les fois que nous nous sommes séparé de F nous avons inscrit parmi les variantes la forme employée par ce manuscrit », ce que de son côté TP ne précise nulle part, et ce qui de toute manière ne permet pas de savoir à quel manuscrit est empruntée la correction. Et si l’on ajoute à ce constat le fait que TP prend pour manuscrit de base le même que Van Hamel, il est difficile de se départir de l’impression que l’édition de 2010 ne propose qu’une sorte de reprint de celle de 1892, impression d’autant plus déroutante que TP est capable par ailleurs de se montrer plutôt critique vis-à-vis de son prédécesseur (cf., par exemple, p. 1-3, p. 41 ou p. 62-64).

8Ainsi il n’est, d’une part, pas évident (ce que seule une comparaison détaillée permettrait de montrer) que l’édition de TP améliore notablement le texte des Lamentations par rapport à celle de Van Hamel. Mais, d’autre part, et pour le moins paradoxalement, il est évident qu’elle n’améliore pas notre connaissance de ce même texte, en négligeant, de façon d’ailleurs incompréhensible, une grande part de ce qui faisait aussi le prix du travail de Van Hamel, c’est-à-dire une copieuse analyse littéraire du poème latin et du poème français, analyse qui donnait notamment à l’éditeur l’occasion de signaler et d’éclairer les nombreuses allusions (par exemple à des personnages contemporains) ou citations de Jean Le Fèvre, analyse que venait encore préciser une centaine de pages de notes. Or on ne retrouve rien de tout cela dans l’édition de TP qui, si pour sa part elle est dotée d’un glossaire et d’un index des noms dont celle de Van Hamel est en effet dépourvue, ne comprend aucune étude littéraire des poèmes, ni la moindre note.

9Enfin – et ce sera là ma dernière remarque, car la coupe est pleine – TP a choisi de rédiger l’introduction de son édition (en fait, toute son édition, y compris le glossaire, un répertoire des locutions et l’index des noms) en français, un choix que l’on pourrait qualifier de louable s’il n’impliquait, malheureusement, un nombre beaucoup trop élevé d’italianismes, d’incorrections et de fautes d’orthographe qui rendent le texte pénible à lire, parfois presque incompréhensible (cf., à titre d’exemple, le deuxième paragraphe de la p. 41).

  • 8  Ou, du moins, autrement que sous la forme numérisée sous laquelle l’édition de Van Hamel est le pl (...)

10La publication laisse donc, finalement, une regrettable impression de gâchis, alors que le projet de rendre de nouveau accessible8 un pan négligé de la littérature de la seconde moitié du XIVe siècle se justifiait pleinement.

Notes

1  Pour toutes ces informations, nous renvoyons à l’excellente mise au point de G. Hasenohr dans son édition du Respit de la mort, Paris, Picard (SATF), 1969, p. ix-lv, informations synthétisées par la même dans la notice du Dictionnaire des lettres françaises consacrée à Jean Le Fèvre.

2  Les Lamentations de Matheolus et le Livre de leesce de Jehan Le Fèvre, de Resson (poèmes français du XIVe siècle), éd. A.-G. Van Hamel, Paris, Bouillon, 1892-1905, 2 t.

3  Marie-Madeleine Huchet, « De la Vieille » de Jean Le Fèvre, traduction versifiée du « De vetula » attribué à Richard de Fournival. Étude et édition, thèse de doctorat préparée sous la direction de G. Hasenohr, EPHE, 2010.

4  Autre signe que Jean Le Fèvre semble susciter un intérêt plus soutenu, ces dernières années, la traduction de Linda Burke dans The Book of Gladness / Le Livre de Leesce. A 14th Century Defense of Women, in English and French, by Jehan Le Fèvre, Jefferson, McFarland, 2013. Signalons encore, au chapitre de la bibliographie, une étude qui a apparemment échappé à celle de TP, de K. Pratt, dans Forum for Modern Language Studies, 35, 1999, p. 421-435.

5  Cf. T. Pacchiarotti, « Les manuscrits du Matheolus et leur réception », Le recueil au Moyen Âge. La fin du Moyen Âge, éd. T. Van Hemelryck et S. Marzano, Turnhout, Brepols, 2010, p. 254.

6  P. Lehmann, « Zum Überlieferung der Lamentationes Matheoli », ZRP, 46, 1926, p. 696-699.

7  Matheus von Boulogne, Lamentationes Matheoluli, kritisch herausgegeben und kommentiert von Thomas Klein, Stuttgart, Hiersemann, 2014.

8  Ou, du moins, autrement que sous la forme numérisée sous laquelle l’édition de Van Hamel est le plus facilement consultable, par exemple via le site archive.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvère Menegaldo, « Jean Le Fèvre de Ressons, Les Lamentations de Matheolus, édition critique par Tiziano Pacchiarotti », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2010, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13319

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org