Navigation – Plan du site

Jean Froissart, Melyador. Roman en vers de la fin du XIVe siècle, éd. Nathalie Bragantini-Maillard

Craig Baker
Référence(s) :

Jean Froissart, Melyador. Roman en vers de la fin du XIVe siècle, éd. Nathalie Bragantini-Maillard, Genève, Droz (« TLF » 616), 2012, 1973 p.

ISBN 978-2-600-01439-7

Texte intégral

  • 1 Œuvres de Froissart. Poésies, éd. A. Scheler, Bruxelles, 1870-1872, t. 1, p. lxvii-lxxi.
  • 2 A. Longnon, « Un fragment retrouvé du Méliador de Froissart », Romania, 20, 1891, p. 403-416.
  • 3 Méliador, par Jean Froissart, roman comprenant les poésies lyriques de Wenceslas de Bohême, duc de (...)

1Lorsque parut à Bruxelles en 1877 le dernier volume des Œuvres de Froissart éditées par Kervyn de Lettenhove et Scheler, on pouvait croire qu’on avait désormais accès à la totalité de la production conservée du grand chroniqueur de Valenciennes ; pourtant, Scheler rappelait l’existence de deux œuvres dont on connaissait les titres, mais qui semblaient perdues : le Dit royal, rédigé au plus tard en 1393, et le Livre de Melyador, évoqué par Froissart lui-même dans deux autres ouvrages.1 De Melyador, on savait seulement qu’il s’agissait d’un roman de chevalerie entrepris à la demande de Wenceslas de Bohême, dont il intégrait les poèmes lyriques, et qu’il avait été achevé entre la mort du duc en 1383 et le voyage de l’auteur dans le Béarn en 1388. Grâce aux patientes recherches d’Auguste Longnon, cependant, le roman n’allait pas tarder à sortir de l’oubli. En 1891, le savant français a identifié quatre fragments du texte aux Archives nationales (l’actuel BnF, n.a.l. 2374 ; sigle A), qu’il a aussitôt publiés dans la Romania.2 Et à peine deux ans plus tard, il devait découvrir l’unique manuscrit contenant la quasi-totalité de l’œuvre (BnF, fr. 12557 ; sigle B). C’était un événement majeur. Avec l’édition en trois volumes qu’il a fait paraître à la SATF3, Longnon révélait enfin à la communauté savante un pan important, mais jusque là entièrement ignoré, de l’activité littéraire d’un des plus grands auteurs du XIVe siècle.

  • 4 La proposition de l’édition à la Société est évoquée pour la première fois dans la séance du 20 jui (...)
  • 5 Quoique remise bien plus tard (voir BullSATF, 22, 1896, 38 et 49), l’introduction semble avoir été (...)
  • 6 La parution de l’édition semble avoir laissé la critique relativement indifférente. Dans ce qui est (...)

2L’importance de la découverte explique sans doute la rapidité – sinon la précipitation – avec laquelle Longnon a préparé sa publication. Alors qu’il n’a découvert le manuscrit qu’en octobre 1893 (éd. cit., t. 1, p. xlvi), il propose son édition à la Société dès le mois de mai ou juin suivant et, après acceptation, l’impression commence avant la fin de l’année 1894.4 Pour un imposant roman de plus de 30000 vers, les délais sont très serrés ; et la qualité de l’édition de Longnon se ressent de cet empressement. L’introduction au premier volume, occupée pour moitié par un résumé de l’intrigue, reste sommaire, même si elle livre des réflexions non dénuées d’intérêt sur les rédactions divergentes transmises par les deux témoins de l’œuvre.5 Le texte critique est convenablement établi, mais le nombre d’erreurs de transcription est élevé, malgré la longue liste de corrigenda imprimée à sa suite (t. 3, p. 371-379). Et si l’édition s’accompagne de nouvelles transcriptions des fragments et se termine par un glossaire étendu (t. 3, 273-327) et divers index utiles (329-361), le texte est entièrement dépourvu de notes critiques. En 1894, Longnon n’en était pas à sa première édition critique et il faut reconnaître que malgré la rapidité de son exécution, son Méliador ne manque pas de qualités. Toutefois, le désir de publier rapidement le texte l’a souvent emporté sur le souci de bien le publier et on peut estimer que l’œuvre de Froissart méritait mieux.6

  • 7 Sur l’histoire de la réception critique de Melyador, en particulier, voir P. Dembowski, Jean Froiss (...)

3Depuis lors, le jugement longtemps très négatif porté sur les productions littéraires du XIVe siècle a cédé la place devant une appréciation plus nuancée et le désir réel de les comprendre.7 Le moment était donc particulièrement propice pour revenir sur l’œuvre romanesque de Froissart et on sera reconnaissant à Nathalie Bragantini-Maillard d’avoir relevé le défi. Réalisée avec une rigueur exemplaire, sa nouvelle édition de Melyador marque un net progrès dans la connaissance et l’étude de l’œuvre. Le texte critique inspire toute confiance et l’imposant travail critique qui l’accompagne – plus de 1000 pages – éclaire en profondeur les aspects importants du roman et fournit des outils et des analyses qui seront indispensables à toute étude future.

  • 8 La vie de Froissart étant « relativement bien connue » (17) par ailleurs, on peut s’interroger sur (...)

4L’introduction, bien informée et amplement documentée, remplit parfaitement sa tâche. À côté du traditionnel résumé de l’intrigue (204-242), elle aborde les principales questions historiques et littéraires soulevées par l’œuvre. La première section retrace brièvement, mais avec un certain luxe de détails8, la vie de l’auteur (17-25). La description des manuscrits, détaillée et précise (25-48), sert de prélude à l’examen des problèmes d’identification et de datation des différentes rédactions du texte. Rejetant comme trop incertaine l’hypothèse d’une deuxième révision après 1389 défendue par Kittredge et Zink, l’éditrice s’en tient prudemment à la rédaction originelle qui, selon l’opinion généralement admise, aurait été composée à la cour d’Angleterre entre 1362 et 1369, et à la « version Wenceslas » contenant les poèmes du duc, dont elle situe l’achèvement peu avant la mort de ce dernier en 1383 (50-69). Après l’examen des textes divergents transmis par les deux témoins, elle rappelle que si la rédaction de A semble antérieure à celle de B, l’absence de passages communs contenant des insertions lyriques empêche de l’identifier avec certitude à la rédaction originelle (62-63) ; et en se basant en partie sur des données codicologiques, elle avance l’hypothèse qu’il ne manquerait qu’un feuillet au ms. B – au lieu des vingt supposés par Longnon – et que la portion du récit manquante serait donc inférieure à 136 vers (35-43). La discussion de l’histoire du texte, solidement argumentée, repose sur une évaluation lucide des théories antérieures et un nouvel examen de l’ensemble des données.

5Focalisée sur l’intérêt littéraire de l’œuvre, la dernière section de l’introduction offre une ample étude du roman (242-327), qui aborde des sujets fondamentaux comme sa structure, le choix du vers, la place de l’amour courtois et la construction des personnages. Elle s’efforce de cerner la spécificité du projet intellectuel et artistique de Froissart tout en situant le roman dans l’histoire littéraire de son époque et en le reliant aux pratiques et aux valeurs de la société de cour qui l’a vu naître. À l’opposé de la critique ancienne, l’étude insiste volontiers sur l’originalité du roman, son caractère savamment construit et sa complexité. Au-delà de la « mise en scène sublimée et ludique de la chevalerie courtoise », Melyador constituerait une invitation constante à la « réflexion sur les mécanismes de la fiction romanesque [...], ainsi que sur la conception de l’amour courtois et ses apories » (327).

6À côté des questions historiques et littéraires, les aspects linguistiques du texte ont fait l’objet d’une attention toute particulière ; ils ont été étudiés avec grand soin dans les différentes parties de l’édition. Dès l’introduction, on trouve une étude approfondie qui aborde successivement les caractéristiques linguistiques attribuables au copiste de B (75-112), à Froissart (112-187), à Wenceslas de Bohême (187-200) et au copiste des fragments A (200-203). Les informations sont détaillées et en général parfaitement justes. Parmi les analyses présentées en introduction, on appréciera surtout l’étude du lexique, particulièrement riche et précise. Le lexicographe et même le critique littéraire trouveront ici des informations précieuses. L’exploitation ultérieure du matériel devra cependant être menée avec prudence. L’essentiel des analyses du lexique est réuni en une seule section (141-176), ce qui en facilite certes la consultation, mais la décision de placer la section à l’intérieur de la partie consacrée à la langue de Froissart paraît plus contestable. De fait, l’éditrice attribue à l’auteur toutes les unités lexicales et constructions rencontrées dans le ms. B. Même en tenant compte de la diffusion manuscrite apparemment réduite du roman, la démarche paraît excessivement optimiste quand aucune autre considération ne vient appuyer l’attribution (rime, mètre, usages de l’auteur, etc.). Doit-on, par exemple, attribuer à Froissart lui-même ou seulement au copiste des formes comme enventureus à la place d’aventureus (141) et listelé pour litelé (151) ou bien l’emploi de chiés au lieu d’en (142) ? La constatation que certains phénomènes constituent des régionalismes du Nord et du Nord-Est n’est d’aucun secours, puisque le copiste viendrait de la même région (112). Les problèmes soulevés par cet aspect de l’étude de la langue n’ont peut-être pas reçu toute l’attention qu’ils méritaient, comme en témoigne, du reste, la disparité de traitement du matériel provenant des deux témoins : alors que B est analysé sous la rubrique « Langue de Jean Froissart », les particularités lexicales du témoin fragmentaire sont reléguées à la section « Langue du ms. A » (203). Le plus souvent, l’attribution à Froissart des faits relevés est sans doute vraisemblable – d’autant plus que l’éditrice s’efforce, quand c’est possible, de l’appuyer sur les usages attestés par les autres œuvres de l’auteur – mais le lecteur qui s’intéresse à des constructions ou emplois précis devra rester attentif aux cas plus incertains.

7Le texte critique donne entière satisfaction et représente un net progrès sur l’édition précédente. La transcription est impeccable. Une vérification ponctuelle (f. 44r-47v ; v. 5940-6346) révèle plus d’une vingtaine d’inexactitudes chez Longnon, même en tenant compte des errata, alors qu’on n’en relève aucune chez Bragantini. La ponctuation, excellente, est souvent plus judicieuse (par ex., 11742). L’approche éditoriale adoptée est très conservatrice : pour près de 31000 vers transmis par le ms. B, on ne compte que 233 émendations. Ces interventions, nécessaires, sont le plus souvent discrètes et ne prêtent guère à discussion, comme parmes 2825 corrigé en par armes, ou toute 12825 en toutes. Dans l’introduction, Bragantini déclare que la plupart de ses corrections sont identiques à celles de Longnon (70-71). Si cette affirmation est sans doute juste, il ne faut cependant pas exagérer la dette de l’éditrice envers son prédécesseur. Quand les deux s’accordent sur une correction, la solution adoptée s’impose souvent d’elle-même (ainsi, par ex., dans les nombreux passages où le copiste omet l’e final de Floree et Phenonee). Tout en profitant à l’occasion du travail de Longnon, la nouvelle édition n’en dépend nullement : elle résulte d’un examen systématique de l’ensemble du texte et des problèmes qu’il soulève. Bragantini ne pratique pas toutes les interventions de Longnon, récupérant parfois des faits de langue pertinents, malencontreusement écartés par son prédécesseur (par ex. 370, 6007, 9350) ; le cas du v. 9131 (Heucalÿon, pour Deucalyon) est particulièrement intéressant, car comme l’indique l’éditrice en note, il s’agit selon toute vraisemblance d’une erreur de l’auteur. Ailleurs, elle corrige judicieusement des passages où Longnon s’est contenté de reproduire le modèle (par ex., 9899, 11437, 12565). Et quand les deux éditeurs interviennent de manière différente sur le même passage, la solution proposée par Bragantini est le plus souvent préférable : ainsi, par exemple, au v. 8286, où la correction de sera en iert est plus vraisemblable et permet de conserver le parallélisme voulu entre ma dolour 8280, ma tristour 8286 et mes maulx 8288. Le texte établi par Bragantini repose sur un travail de critique textuelle solide et original. Quelques remarques de détail :

  • La séparation des mots étant très régulière dans le ms., l’éditrice a le plus souvent suivi le copiste (75) ; cela donne parfois des formes insolites comme çajus 237, lajus 5130 et au tour (adv.) 16214, ou d’autres qui ne sont indiquées dans le DMF que d’après le travail de Picoche sur Froissart (sitost 1529, sitretos 559). Un peu déconcertantes à l’occasion, ces formes n’entravent cependant pas la lecture et sont, du reste, consignées dans le glossaire.

  • Devant l’ambiguïté du graphème c dans les suites ca, co, cu, l’éditrice a décidé d’imprimer ç quand il équivaut sûrement à [s] et c sans cédille dans tous les autres cas (73) : ainsi, par exemple, sçavoir 6259, mais perca 3979. L’application n’est cependant pas systématique, puisqu’on trouve la cédille dans des mots pour lesquels une prononciation en [š] n’est pas à exclure : reçoive 1415, ça 4222, cançon 7553. D’ailleurs, vu la nature des différentes possibilités ([k],[s],[š]) et les traits en commun, on peut se demander s’il n’aurait pas été préférable d’opposer les fricatives à l’occlusive et d’imprimer ç quand [k] est exclu, et c dans les autres cas : ainsi, approçoit, linçuel et prononça au lieu d’approcoit 13106, lincuel 19753 et prononca 24884 (cf. AucR3, p. xviii) ; on peut aussi préférer braç à brac 16091, faç à fac 19366 (cf. BodelNicH3, p. 59).

  • Il paraît inutile de s’interroger longuement (120, et note aux v. 45-46) sur les rimes du type nom : blason et estraindans : tamps. Ce ne sont pas des assonances qu’une prétendue évolution phonétique propre au moyen français permettrait de convertir en rimes. Dans tous les exemples relevés, le passage de [m] à [n] est très ancien. L’emploi du graphème m dans ces mots relève d’une latinisation superficielle des formes courantes et phonétiquement régulières non, tans, hon, conte, etc. Sinon il faudrait aussi expliquer phonétiquement la présence du p dans temps, ce que l’éditrice se garde bien de faire.

  • Parmi les traits linguistiques du copiste, l’« effacement de certaines consonnes finales » (92) paraît douteux. Il faut d’abord écarter Porro (pour Porros) 9128 : cette forme, qui figure à la rime, est à attribuer à l’auteur, non au copiste. La vaste majorité des autres exemples allégués se limite à la confusion entre qui et qu’il et l’emploi de tos à la place de tost (et dérivés). Ce sont là deux phénomènes courants dans les textes anciens, qui ne semblent pas pouvoir justifier le maintien dans le texte critique des trois formes isolées qui restent : demeu pour demeur 23000, for pour fors 23203, su son pour sus son 5602 (cf. les corrections aux v. 10409, 17907, 20849).

  • A noter encore, 4757 : point plutôt que point d’exclamation en fin de vers. — 5174 : virgule à la fin du vers (comme Longnon), sans quoi la syntaxe est obscure. — 6224 tout ire : vu la stabilité du genre dans l’ancienne langue (« s.f. » aussi selon le glossaire) et la rareté de l’absence d’accord dans le texte, corriger en toute ire. — 12114 veroit (...que les veïssiés) : Longnon avait d’abord corrigé en voroit, plus attendu, avant de revenir au ms. dans les errata ; en l’absence d’une correction, une note ne serait pas inutile (sauf erreur, l’occurrence n’est pas relevée dans le glossaire). — 13051 : préférer la ponctuation de Longnon, qui rattache a ce qu’il se demainne à ce qui suit, non à ce qui précède. — 19305 : l’emploi du pronom féminin elles pour reprendre duc et ducoise de la ligne précédente est sans doute une faute (malgré la note), à corriger donc. — 20406 s’i] lire si (adv.).

8Ce sont des points mineurs, qui n’amoindrissent en rien la grande qualité du texte qui nous est proposé ici. La riche annotation et le glossaire très étendu sont également dignes d’éloges. L’éditrice n’a pas ménagé ses efforts pour éclairer l’œuvre et affiner l’analyse de la langue. Les notes (1329-1582) fournissent à l’occasion des remarques sur l’établissement du texte – plutôt rares dans la première moitié de l’œuvre, moins dans la seconde – ou des commentaires de caractère littéraire, parfois même d’une longueur inhabituelle (par ex., la note au v. 257, qui s’étend sur quatre pages) ; l’essentiel de l’annotation s’attache, cependant, à l’expression et à la langue du texte, offrant des explications et des traductions de passages obscurs, des analyses de constructions insolites et d’utiles précisions sur le vocabulaire. Les notes constituent souvent ainsi un précieux complément du glossaire, lui-même d’une grande richesse. S’étendant sur plus de 350 pages (1627-1969), le glossaire est le fruit d’un travail de fond sur le lexique du texte qui rendra de grands services. Une lecture attentive des sept mille premiers vers ne permet de relever pratiquement aucune omission digne d’être signalée. Quelques observations rapides :

  • chanter (de qch) : le verbe manque au glossaire ; relever l’occurrence au v. 6272, s’il faisoit ce dont il chante, où il a le sens de « dire, annoncer » (TL, II 231).

  • disner2 : le substantif n’a sans doute pas le sens de « déjeuner » au v. 14254 ; si l’on conserve le texte tel quel (et furent un disner ensamble), il faudrait lui attribuer un sens temporel : durée équivalente au temps qu’il faut pour prendre le disner. Cette acception est mal établie pour disner (cf. DMF2012, s.v. dîner1), mais bien attestée pour disnee (Gdf, II 722 ; FEW, III 94).

  • demainne1 : séparer l’occurrence au v. 11907, « état des choses », des autres, car il ne s’agit pas du même mot (minare).

  • mort : ajouter la locution metre mort qn d’après 8805 ; la construction sans préposition semble avoir été rare : le DMF2012 l’ignore et le TL, V 1752 ne relève qu’une seule attestation (EscanT 20477).

9Comme en témoignent le glossaire, les notes et l’introduction, l’éditrice s’est efforcée d’affronter toutes les difficultés linguistiques posées par le texte. Grâce à l’ampleur de son enquête et la minutie et la rigueur avec lesquelles elle l’a conduite, elle nous offre à la fois un éclairage nouveau sur le texte et une contribution significative à l’étude de la langue de Froissart.

10Il s’agit, en somme, d’un travail solide. Avec cette belle édition, Nathalie Bragantini-Maillard renouvelle l’étude de Melyador en nous proposant un texte critique digne de confiance et en faisant sensiblement progresser notre connaissance et notre appréciation de l’œuvre romanesque du célèbre chroniqueur.

Notes

1 Œuvres de Froissart. Poésies, éd. A. Scheler, Bruxelles, 1870-1872, t. 1, p. lxvii-lxxi.

2 A. Longnon, « Un fragment retrouvé du Méliador de Froissart », Romania, 20, 1891, p. 403-416.

3 Méliador, par Jean Froissart, roman comprenant les poésies lyriques de Wenceslas de Bohême, duc de Luxembourg et de Brabant, publié pour la première fois par A. Longnon, Paris, SATF, 1895-1899.

4 La proposition de l’édition à la Société est évoquée pour la première fois dans la séance du 20 juin 1894 (BullSATF, 20, 1894, 62). Il n’est pas impossible que Longnon ait déjà remis son texte critique complet à cette date (cf. BullSATF, 24, 1898, 52) ; en tout cas, la proposition est approuvée le 21 novembre 1894 (BullSATF, 20, 1894, 64) et l’impression du texte est lancée avant la fin de l’année (BullSATF, 21, 1895, 57).

5 Quoique remise bien plus tard (voir BullSATF, 22, 1896, 38 et 49), l’introduction semble avoir été réalisée avec la même hâte que le texte critique ; voir l’affirmation de Longnon au début de l’étude littéraire : « Le temps et la place nous manquent pour apprécier en lui-même le poème de Froissart et nous n’en dirons que peu de mots » (éd. cit., t. 1, p. lx).

6 La parution de l’édition semble avoir laissé la critique relativement indifférente. Dans ce qui est peut-être le seul compte-rendu de l’époque (BEC, 62, 1901, p. 666-667), la publication est expédiée en quatorze lignes et si l’auteur fait l’éloge du travail éditorial, il qualifie aussi distraitement le roman de Froissart de « la dernière des chansons de geste » (p. 666).

7 Sur l’histoire de la réception critique de Melyador, en particulier, voir P. Dembowski, Jean Froissart and his Meliador. Context, Craft, and Sense, Lexington, French Forum, 1983, p. 20-23.

8 La vie de Froissart étant « relativement bien connue » (17) par ailleurs, on peut s’interroger sur l’utilité de rappeler des faits biographiques sans lien avec la rédaction du Melyador. À titre d’exemple : le séjour de deux jours que le poète aurait effectué au château de Beaumont en 1369 (20).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Craig Baker, « Jean Froissart, Melyador. Roman en vers de la fin du XIVe siècle, éd. Nathalie Bragantini-Maillard  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13316

Haut de page

Auteur

Craig Baker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org