Navigation – Plan du site

La rumeur au Moyen Âge. Du mépris à la manipulation (Ve-XVe siècle), éd. Maïté Billoré et Myriam Soria

Vincent Challet
Référence(s) :

La rumeur au Moyen Âge. Du mépris à la manipulation (Ve-XVe siècle), éd. Maïté Billoré et Myriam Soria, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, 351 p.

ISBN 978-2-7555-1285-6

Texte intégral

1Prendre enfin la rumeur au sérieux, ne plus se contenter de s’interroger sur son contenu mais accepter de se pencher « sur les supports par lesquels elle se diffuse, les agents qui l’émettent, la façon dont elle est diversement reçue, les effets qu’elle produit en fonction des objectifs poursuivis par ceux qui l’ont émise » (p. 14) : tel était le défi lancé par Maïté Billoré et Myriam Soria aux médiévistes, tant littéraires qu’historiens, qui avaient accepté, près d’une vingtaine d’années après l’émergence de ce thème, de faire retour sur cet objet d’histoire, par essence volatil et insaisissable du fait de son oralité mais qui, par son oralité même, brise « le silence de catégories sociales peu ancrées dans le recours à l’écrit ou ayant peu l’habitude de confronter les deux modes de connaissance et de transmission des informations que sont l’écrit et l’oral » (p. 28) comme le rappelle fort justement Claude Gauvard dans son introduction. « Passage obligé entre des catégories sociales hétérogènes, voire opposées », la rumeur reste encore un matériau d’une richesse inouïe, apte, entre autres, à éclairer des questions aussi fondamentales que le surgissement de la sédition ou la construction d’un espace public, même si de tels aspects – et c’est fort regrettable – ne sont guère présents dans ce volume. « Il est temps que les historiens médiévistes revoient cette idée d’un encadrement drastique venu d’en haut, d’idées qui seraient seulement imposées par les détenteurs de la culture écrite » (p. 30) : cette remarque fort judicieuse de Claude Gauvard vaut dans ce domaine comme tant d’autres et mérite, ô combien, d’être soulignée, surtout en un temps où nombre de médiévistes persistent à privilégier une approche « par le haut » qui se cantonne à une étude du gouvernement des hommes. À l’inverse, la rumeur s’avère bien un moyen de prendre position pour le petit peuple et « a ceci de particulier qu’elle donne de la voix à ceux qui sont en général les oubliés du politique et qu’elle les intègre à l’espace public » (p. 32).

2Malheureusement, les propos suggestifs de Claude Gauvard placés en introduction de ce volume n’ont guère été repris à leur compte par les différents auteurs qui ont plus généralement considéré la rumeur, en particulier de nature politique, comme un moyen à la disposition des puissants et instrumentalisé par eux. Certes, l’examen de sources trop strictement historiographiques ou littéraires ne permet pas toujours d’y discerner le surgissement de voix plus populaires, que ce soit chez Gauthier de Thérouanne ou chez Galbert de Bruges comme le fait Jeff Rider à propos de l’assassinat de Charles, comte de Flandre. Interrogeant en revanche un cas de rébellion à l’encontre du pouvoir almohade à la fin du XIIe siècle, François Clément parvient à en retrouver l’écho, même s’il se doit de noter que nous ne conservons précisément de cet événement que la rumeur littéraire. Le recueil de mirabilia dont il livre fort opportunément l’analyse permet de confirmer cette pensée puisque, pour l’auteur, il « contribue à perpétuer les stéréotypes, c’est-à-dire la rumeur sur le monde » (p. 52). De tels stéréotypes sont également à l’œuvre dans le processus de construction/déconstruction de la fama des évêques et dans le rapport à la memoria épiscopale que scrute avec beaucoup d’acuité Delphine Boyer-Gardner : ainsi Adémar de Chabannes n’hésite-t-il pas à relayer la rumeur selon laquelle l’archevêque de Bourges, Gauzlin, serait le fils bâtard du roi de France et d’une prostituée. L’auteure opère en outre une nette distinction entre la fama considérée comme canal d’information et la fama conçue comme réputation d’un homme. Elle note cependant qu’il demeure tout à fait exceptionnel qu’un évêque disparaisse de la memoria de son Église et des catalogues épiscopaux : « les manquements aux obligations de la fonction ne constituaient pas des raisons suffisantes pour exclure un prélat du souvenir de son Église » (p. 73), d’autant que la memoria des évêques était souvent protégée afin de préserver l’institution. Il n’empêche que la fama pouvait tout aussi bien être utilisée « à des fins de propagande pour inciter à l’exclusion canonique et mémorielle de certains évêques » (p. 77) : c’est ce que montre le cas, assez exceptionnel tout de même, de Girard d’Angoulême, mort en état d’excommunication, et dont le corps fut exhumé pour être ré-inhumé en dehors de l’espace cathédral. Si bien que, si la fama peut constituer un angle d’attaque opératoire à l’encontre des évêques dans des contextes bien particuliers, elle ne paraît les atteindre, en définitive, que de leur vivant puisque même des évêques à la fama douteuse furent, malgré tout, intégrés à la memoria ecclésiastique. Reste évidemment au cœur de l’ensemble de ces interrogations l’étrange rapport qui ne peut manquer de se nouer entre écrit et oralité puisque de cette rumeur orale ne nous parviennent que des traces écrites. Brindusa Gregoriu, explorant l’univers de ces troubadours du XIIe siècle si méfiants à l’égard des losangiers, le résume en une très belle formule : « le bruit s’ébruite quand il traverse la lettre » (p. 83). Pour ces poètes occitans, la rumeur est bien, selon les propres mots d’Arnaut Daniel, « lengua de colobra ».

3Matériau historiographique et littéraire, la rumeur peut également être envisagée sous l’angle des pratiques de gouvernement. Marie-Céline Isaïa se livre à une véritable enquête sémantico-historique pour tenter de saisir ce que recouvre très précisément le terme de rumor dans la fameuse lettre que l’évêque de Reims, Remi, adresse à Clovis à la mort de son père en 481. Terme à connotation plutôt négative et populaire chez les historiens romains, la rumeur ne serait, au fond, qu’un « mensonge qui a réussi » (p. 106), quelque chose dont il convient de se méfier et qui est à ranger du côté des médisances et de la calomnie, autant d’aspects que l’on retrouve chez les auteurs chrétiens. En somme, Remi hérite de ses lectures classiques de la rumor au sens « d’un bruit qui n’est intrinsèquement ni vrai, ni faux mais qui n’est pas vérifié » (p. 116), un bruit populaire et dangereux sur lequel il serait illusoire de s’appuyer, un bruit qui ne fait pas de bruit et possède une intrinsèque capacité de nuisance. C’est encore un sens assez proche que paraissent attribuer à la rumeur les autorités de Besançon à la fin du Moyen Âge lorsqu’elles les font consigner au sein de leurs registres, même s’il n’est guère établi que de telles rumeurs aient été systématiquement interprétées dans un sens apocalyptique, comme le fait peut-être un peu rapidement Nicole Brocard. Inversement, la rumeur peut aussi prendre le visage de fausses nouvelles, plus ou moins sciemment diffusées, et dotées de ce fait d’un véritable impact politique. Philippe Depreux montre que l’histoire peut en être faite depuis au moins les temps carolingiens en analysant les conséquences de la diffusion de ces fausses nouvelles qui sont parfois autant d’opérations de désinformation au moment des troubles qui suivirent la mort de Louis le Pieux. Il nous rappelle ainsi que la lutte entre les fils du défunt empereur fut aussi « une guerre d’opinion, où la dimension psychologique de la diffusion de certaines nouvelles et l’avantage stratégique que supposait le contrôle de l’information et la désinformation jouèrent un rôle tout aussi important que le succès des armes et que l’achat des fidélités par la distribution de bénéfices » (p. 147). C’est dans cette même veine de la manipulation de la rumeur par les pouvoirs politiques que s’inscrivent Élodie Lecuppre-Desjardin et Gilles Lecuppre. Analysant la situation des années 1460-1480 en France et en Angleterre, ils voient dans la rumeur un instrument de la compétition politique entre les mains de princes tout disposés à la manipuler et à la stimuler le cas échéant en fonction de leurs propres intérêts. Les sources, toutefois, ne permettent quasiment pas de retracer avec certitude l’origine de calomnies qui, lorsqu’elles portent sur la paternité ou la bâtardise supposée de tel ou tel prince ne manquent jamais de fragiliser le pouvoir de celui qui en est l’objet. Pour diffuser de telles accusations, les princes utilisent aussi bien les services de leurs propres messagers que ceux des prédicateurs mendiants, même si tout, en matière de rumeur, est question de dosage et de plausibilité. Le lamentable échec du théologien Ralph Shaw dans sa tentative de ternir la mémoire d’Édouard IV vient opportunément le rappeler à des princes toujours soucieux par ailleurs d’ériger des écrans de fumée qui les tiennent à distance de la rumeur lorsqu’ils en sont à l’origine. Mais pour stimulante que soit la démarche d’Élodie Lecuppre-Desjardin et de Gilles Lecuppre, elle est loin d’être exempte de tout danger dans la mesure où elle a tendance à rationnaliser à outrance le phénomène de la rumeur en lui attribuant une sorte de logique implacable et imparable et en la dotant, à partir de quelques exemples soigneusement choisis, d’une efficacité redoutable qu’elle est peut-être loin de toujours posséder. Écrire ainsi comme ils le font que « ces offensives fondées sur la rumeur s’appuient sur un langage culturel ancien en sollicitant des réactions proches du réflexe, ce qui garantit bien évidemment son efficacité et l’ampleur de son champ de répercussion » (p. 172) me paraît largement abusif parce que cela revient à faire de la rumeur une sorte de mécanisme pavlovien et à minimiser largement les rumeurs qui ne prennent pas. Car, au fond, de par la nature de ses sources, l’historien n’est jamais informé que des rumeurs qui ont réussi et reste totalement dans l’ignorance d’autres rumeurs aussitôt tombées dans l’oubli, soit parce qu’elles ne se sont guère propagées, soit parce que personne n’a jugé utile de les coucher par écrit. Autrement dit, l’historien ne peut raisonner que sur des rumeurs qui, réelles ou fictives, ont été préservées par l’écrit sans pouvoir pour autant juger véritablement de leur représentativité. Il s’agit là d’un biais incontournable mais dont l’historien doit toujours être conscient s’il ne veut pas lui-même se laisser prendre au piège de la rumeur, d’autant qu’il ne peut jamais être sûr que la rumeur que lui livrent ses sources ne constitue pas un simple motif littéraire. L’article que Maïté Billoré consacre aux projets de conquête de l’Angleterre par Louis de France en 1216-1217 illustre parfaitement la complexité de ces enjeux. Analysant une rumeur circulant parmi les barons anglais et qui, aux dires de rares chroniqueurs, aurait joué un rôle fondamental dans l’échec final de Louis de France, l’auteure montre en définitive qu’il s’agit d’une reconstruction a posteriori cherchant à justifier le retournement des barons anglais tout en rejetant l’accusation de traîtrise sur le prince français : une telle rumeur n’aurait donc été que « le pur fruit de l’imagination des moines de Saint-Albans » (p. 190), mais il a fallu toute la sagacité de l’auteure pour parvenir à une telle conclusion susceptible d’échapper à une lecture un peu trop rapide des sources.

4La troisième partie, consacrée au rôle de la rumeur dans la construction de discours de haine et dans le déclenchement des violences s’avère sans doute, de ce point de vue, la plus décevante dans la mesure où l’on pouvait légitimement s’attendre à y trouver ces études portant sur le lien entre rumeur et sédition que Claude Gauvard appelait de ses vœux en introduction ou sur la manière dont la rumeur pouvait permettre, du point de vue du petit peuple, de délivrer un message de contestation politique. Or, aux antipodes d’une telle approche, les auteurs livrent des études relativement classiques – ce qui ne veut pas dire qu’elles ne soient pas de belle facture – sur la manière dont une rumeur bien ciblée et instrumentalisée a pu discréditer tel ou tel personnage. C’est ainsi qu’Egbert Türk relate l’ascension et la chute du chancelier d’Angleterre Guillaume de Longchamp, visé en raison de ses origines modestes, et qu’Alain Rauwel détaille, à travers le cas d’Hugues de Breteuil, le processus de déposition des évêques dans le cadre de la réforme grégorienne. Y décelant une « utilité instrumentale de la rumeur [qui] pose le discours dégradant comme fait social, sans entrer dans la vaine querelle de sa véracité intrinsèque » (p. 226), Alain Rawel montre ici comment ces rumeurs destinées à disqualifier des adversaires doivent être considérées comme une pratique savante de lettrés au sein de l’Église. Une conclusion que ne démentirait certainement pas Myriam Soria concernant les accusations lancées par les partisans d’Innocent II à l’encontre de son rival au siège pontifical, Anaclet, lesquelles s’apparentent à une véritable campagne de désinformation. Les soutiens d’Innocent II, Bernard de Clairvaux en tête, n’hésitent pas en effet à déporter les enjeux du débat, depuis la question de la validité canonique de l’élection vers la réputation des candidats, laquelle se fait et se défait en-dehors de toute preuve fondée sur des actions et repose entre les mains d’un haut clergé prompt à en faire usage en cas de besoin, le tout en réutilisant de véritables poncifs. Mais, précisément, l’usage de tels poncifs pose en filigrane la question de l’efficacité d’une telle campagne de désinformation. Myriam Soria n’esquive pas la question et suppose même « que la plupart [des membres du haut clergé] étaient pleinement conscients que les propos diffamatoires, diffusés à l’encontre de l’un ou de l’autre des élus, n’étaient que propagande » (p. 241). La rumeur est donc ici clairement identifiée par ses destinataires comme étant un élément de propagande auquel les membres du haut clergé décident sciemment d’adhérer, non pas parce qu’ils en sont dupes, mais parce que cette adhésion constitue pour eux un marqueur d’identité leur permettant d’affirmer un choix délibéré entre Innocent II et Anaclet. Mais c’est à Laurent Hablot que revient la palme de l’approche la plus novatrice en étudiant le rôle de l’emblématique dans la diffusion de la rumeur. L’auteur note tout d’abord que, contrairement à ce que l’on a tendance à penser, l’héraldique ne se laisse pas forcément lire à livre ouvert : certaines devises, en effet, ne sont jamais explicitées en tant que telles mais n’en permettent pas moins de diffuser des messages politiques. C’est le cas notamment de la devise adoptée par Jean Galéas Visconti vers 1370, exemple moins connu que le bâton noueux des Orléans auquel répond le rabot bourguignon de Jean sans Peur : la solitude de la tourterelle qui y figure renvoie de manière limpide à l’assassinat de son oncle Bernabo avec il partageait jusque-là la coseigneurie de Milan. Les princes rivalisent par le biais de leurs devises interposées et leur guerre se déploie en « une hystérie des signes » (p. 219) qui touche non seulement les cours princières mais aussi l’ensemble de la population, surtout à Paris. L’emblématique est donc porteuse de rumeurs, telle celle qui voudrait que la bande blanche arborée par les Armagnacs fût un signe d’infamie imposé par la papauté à l’un des ancêtres du comte. « L’emblème est donc assurément un des vecteurs de la rumeur dans la société politique de la fin du Moyen Âge » (p. 221) et un outil pour exprimer l’indicible et le tacite.

5L’un des aspects les plus originaux du volume est d’avoir réservé une place à l’étude de la rumeur en contexte rural, domaine fort peu étudié faute de sources évidentes pour en appréhender finement les enjeux et les modalités. Pourtant, Frédéric Boutoulle montre que les procès-verbaux d’enquêtes peuvent se révéler de précieux matériaux pour qui cherche à repérer les rumeurs circulant au sein de la paysannerie bordelaise du XIIIe siècle. À partir d’accusations lancées contre le sénéchal de Gascogne et portant sur diverses exactions, il montre comment elles reflètent le ressentiment d’une partie de la population paysanne vis-à-vis de la bourgeoisie bordelaise et met en évidence, au sein des élites rurales, l’existence d’une forme de mémoire et d’un degré de culture touchant au politique chez les illiterati. Il existe donc au sein de ces élites une mémoire sociale en construction révélée par l’enquête et un espace communautaire de légitimation. Mais c’est surtout l’article programmatique de Stéphane Boisselier sur la circulation de l’information en milieu rural qui est appelé, à n’en pas douter, à faire date. « Mode de circulation, qui se fonde sur l’adhésion, l’appropriation et la rediffusion effectuées par chacun de ses intervenants, lequel, d’auditeur, devient acteur et de public, devient auteur » (p. 249), la rumeur en milieu rural suppose un mode de diffusion « capillaire » et peut être définie comme un renversement du corps social puisque c’est alors le petit peuple qui « se mue en agent de l’information sociale et culturelle » (p. 250). Et l’auteur remet très justement en cause l’idée que la rumeur serait systématiquement instrumentalisée : « la rumeur existe bien dans des cas où une instrumentalisation est moins probable » (p. 255). Si Stéphane Boisselier est conscient que les sources « ne nous permettent pas de saisir le moment où un énoncé devient de notoriété publique, c’est-à-dire quand le récepteur d’une information n’accorde plus d’importance au relais qui l’a transmise, sous la forme d’un individu, mais la considère comme quelque chose que tout le monde répète » (p. 262), il n’en appelle pas moins à ne surtout pas réduire la communication orale en milieu villageois à une simple déformation – comme cela est trop souvent le cas. Il rappelle, au contraire, que les communautés rurales dans leur ensemble constituent un monde de restricted litteracy dont l’écrit n’est jamais totalement absent. La rumeur s’y apparente à un « véritable mode de contrôle social » (p. 268) visant à rendre public un jugement moral et qui, par l’adhésion que l’on y exprime, joue également un rôle d’intégration sociale, devenant par là, une sorte d’habitus. Si bien que la rumeur s’apparente à la tradition en ce sens qu’elles relèvent toutes deux d’une « chaîne de transmission invérifiable et impersonnelle » (p. 271). Autant de réflexions stimulantes et de pistes fructueuses dont il reste à espérer qu’elles seront suivies par de nombreux chercheurs. Le volume se clôt enfin sur l’une des rumeurs les plus connues et les plus explorées par l’historiographie, la fameuse « rumeur de sainteté », même si, à l’inverse, il existe aussi une calomnie touchant certains saints perçus comme des éléments perturbateurs d’un statu quo, ainsi que le rappelle Anne Wagner. Edina Bozoky souligne que cette rumeur demeure l’un des rares contextes dans lequel la rumeur est dotée d’une valeur positive. Ce phénomène joue essentiellement dans des cas de sainteté sans tradition écrite où la rumeur assume dès lors le rôle d’une « véritable stratégie hagiographique » (p. 292), les hagiographes faisant alors reposer leur récit sur une prétendue vox populi. Cependant, dans ce type de récits, la rumeur se doit nécessairement de passer par une personne d’autorité – évêque ou abbé – qui lui apporte sa caution morale dans un contexte de multiplication des lieux de culte et donc d’invention des reliques nécessaires à les promouvoir. L’auteure note enfin que la zone géographique privilégiée de ce type de récits fondés sur des « martyrs de faits divers » est le nord et l’ouest de la Gaule, la Belgique actuelle et l’ouest de l’Allemagne et on aurait aimé comprendre les raisons d’une telle particularité géographique. Reste que cette rumeur de sainteté connaît parfois des chemins tortueux. C’est ce que montre l’exemple d’Herménégilde analysé par Thomas Deswarte. Considéré comme un traître dans l’historiographie wisigothique, ce roi et fils de roi wisigoth converti au catholicisme fait néanmoins l’objet d’une rumeur de sainteté et sa mort est parfois assimilée à un martyre. Mais cette rumeur est néanmoins mise sous le boisseau pour des raisons diplomatiques et Herménégilde est le plus souvent occulté par la figure de son frère Récarède, présenté dans la tradition comme le premier souverain wisigoth à s’être converti au catholicisme. Une rumeur de sainteté certes mais qui paraît se heurter à des intérêts politiques qui l’empêchent d’émerger jusqu’à sa résurgence au XIIIe siècle.

6En conclusion, Nicholas Vincent attire notre attention sur la différence fondamentale existant entre le latin rumor et le français « rumeur » qui ne correspondent pas forcément à la même chose : une simple transposition de l’un à l’autre ne va donc pas sans risque méthodologique. Une mise en garde qui en appelle immédiatement une autre. « Les tentatives faites, tant par les spécialistes des sciences humaines que par les philologues, pour enfermer, comme dans une camisole, la rumeur dans une série de catégories ultra-restrictives, doivent être rejetées » (p. 334). L’auteur rappelle enfin qu’en latin le terme de rumor paraît bien renvoyer à une onomatopée correspondant au bruit fait par ceux qui chuchotent et qu’il est toujours porteur d’une part de doute. Proche de la cacophonie, la rumeur est donc toujours potentiellement dangereuse et parfois un défi lancé au pouvoir qui, par réaction, tente de diffuser plus efficacement une information officielle qui n’est jamais dénuée d’intentions manipulatrices. Et c’est justement sur de telles remarques qu’il convient d’insister et de conclure ce volume très représentatif des diverses attitudes des historiens médiévistes vis-à-vis de la rumeur. Face à ceux qui n’ont tendance à y voir qu’un instrument au service des princes, peut-être faut-il conserver à la rumeur ce caractère éminemment subversif et la laisser parler par elle-même sans l’enfermer dans des grilles de lecture trop étroites qui sont autant de camisoles. Rendre à la rumeur une part de cette liberté perdue sous les coups de chercheurs trop enclins à n’y voir qu’un simple outil de gouvernement, voilà ce qui pourrait être une nouvelle grille de lecture et d’orientation à propos d’un objet d’histoire dont toutes les possibilités sont loin d’avoir été entièrement explorées.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « La rumeur au Moyen Âge. Du mépris à la manipulation (Ve-XVe siècle), éd. Maïté Billoré et Myriam Soria », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13305

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org