Navigation – Plan du site

Jean-Paul Pittion, Le Livre à la Renaissance. Introduction à la bibliographie historique et matérielle

Guillaume Berthon
Référence(s) :

Jean-Paul Pittion, Le Livre à la Renaissance. Introduction à la bibliographie historique et matérielle, Turnhout, Brepols (« Nugæ humanisticæ sub signo Erasmi »), 2013, 432p.

ISBN 978-2-503-53056-7

Texte intégral

1Nouveau volume de la très élégante collection des Nugæ humanisticæ sub signo Erasmi, l’ouvrage que publie aujourd’hui Jean-Paul Pittion n’a rien d’une bagatelle d’humaniste. Il s’agit au contraire d’un épais et riche volume qui entend constituer un manuel de référence en français pour l’histoire du livre et la bibliographie matérielle. Fort d’une longue fréquentation des livres anciens et d’une longue pratique de l’enseignement de l’histoire du livre (ainsi que d’une brève expérience de la typographie, comme il le rappelle en avant-propos), l’auteur a pour cela toutes les qualités requises, et son ouvrage se distingue par une remarquable érudition comme par un véritable sens de la synthèse, qui sait pourtant garder ponctuellement le souci du détail.

2Le discours de Jean-Paul Pittion s’intéresse autant à la bibliographie matérielle à l’anglaise (marquée par la volonté de comprendre et de décrire le plus finement possible les conditions techniques de fabrication d’un livre) qu’à l’histoire du livre à la française (caractérisée par une vision plus globale de l’objet-livre vu dans ses dimensions historiques, économiques, sociales, culturelles ou juridiques). Le parcours commence logiquement par la présentation des matériaux, papier et caractères typographiques, et de leur histoire (chapitre 1), avant de proposer une description minutieuse du processus de fabrication du livre ancien, de la découverte de l’imprimerie à la standardisation au cours du xvie siècle des méthodes de travail qui restent ensuite globalement inchangées jusqu’à l’industrialisation de la production (ch. 2). Sont ensuite envisagés les aspects qui relèvent de la description des livres anciens : catalographie, reconnaissance du format, écriture des formules de collation (ch. 3). Le chapitre suivant (ch. 4) s’intéresse au « décor du livre », titre sous lequel l’auteur examine d’un même geste marques typographiques, illustration et reliure. Si les quatre premiers chapitres permettent de régulières excursions vers l’histoire culturelle du livre, c’est surtout dans les deux derniers chapitres que les questions plus techniques sont abandonnées au profit d’aspects plus globaux, comme la géographie du livre aux xve et xvie siècles et ses dimensions juridiques et économiques (ch. 5), ou comme les mutations culturelles engendrées par l’invention de Gutenberg, du point de vue de l’auteur et de celui du lecteur (ch. 6).

  • 1  Signalons à ce propos une coquille p. 192 qui mentionne « la parution, en 1600 par Jean Martin, d’ (...)

3Le parcours proposé ne tient pas pour autant d’une visite guidée d’une ennuyeuse objectivité. Le discours est ainsi constamment coloré par le vif intérêt de l’auteur pour tout ce qui touche aux incunables, et pour une histoire européenne du livre, et non pas seulement française – nous pensons par exemple aux pages instructives sur la réglementation du livre en Angleterre, à Genève ou à Venise, comme aux développements sur la bâtarde allemande, ou sur la typographie des Pays-Bas. Les chemins de traverse sont par ailleurs nombreux et l’auteur n’hésite pas à ouvrir des parenthèses pour aborder un cas particulier, ou à dessiner des perspectives suggestives en fin de chapitre. Le manuel peut donc se lire comme un véritable livre. L’épineuse question de la composition typographique est ainsi régulièrement éclairée par la référence à des exemples très parlants issus de travaux ponctuels souvent récents. De même, l’étude des marques d’imprimeur inspire à l’auteur vingt-cinq belles pages sur les réseaux sémantiques qu’elles mettent en œuvre, quelques exemples étant précisément analysés à l’appui de l’exposé. Il en est de même pour les filigranes. La question de l’illustration, quant à elle, donne lieu à un développement nourri sur le Songe de Poliphile1 comme sur plusieurs autres ouvrages illustrés marquants. Ce chapitre sur l’illustration inverse même la priorité que l’on pouvait attendre d’un manuel de bibliographie matérielle, puisqu’il rejette en appendice l’exposition des techniques de gravure au xvie siècle et consacre le corps du texte à la seule histoire de l’illustration et aux différentes disciplines qui l’emploient (architecture, zoologie, anatomie, etc.), quand les autres chapitres commencent toujours par les aspects techniques, avant de mettre en perspective les enjeux culturels, esthétiques et intellectuels.

  • 2  Philip Gaskell, A New Introduction to Bibliography, Oxford, Clarendon Press, 1972.
  • 3  Ibid., p. 331-332.

4L’érudition déployée par Jean-Paul Pittion est impressionnante. On pourra évidemment regretter que certains aspects soient sacrifiés au profit d’autres développements. Le passage sur la typographie musicale, notamment, doit se contenter de trois paragraphes relativement allusifs. De même, la question de l’identification des formats est traitée de façon plus superficielle que dans le classique manuel de Philip Gaskell2 : écrire simplement, pour le cas complexe des in-12°, que « les cahiers peuvent être de 6 feuillets » est à la fois insuffisant et trompeur ; et la disposition des cahiers pour les in-16° n’est pas mentionnée. Dans une synthèse aussi ambitieuse, on pourra également, sans faire injure à l’auteur, discuter tel ou tel raccourci d’expression, sans que cela n’enlève rien à la qualité ni à la précision du résumé proposé. Signalons simplement ce qui semble constituer une erreur sur une notation conventionnelle introduite par Fredson Bowers pour les formules de collation : Jean-Paul Pittion écrit que le symbole $ est utilisé par le bibliographe américain « pour signaler une signature irrégulière » (p. 132) alors qu’il indique chez Bowers le nombre de feuillets de chaque cahier comportant l’indication de la signature (par exemple $4 pour un cahier dont les 4 premiers feuillets seraient signés, les irrégularités étant détaillées ensuite3).

  • 4  Roger Chartier, « Du livre au lire », Pratiques de la lecture, Roger Chartier(dir.), Marseille, Ri (...)
  • 5  Signalons notamment une coquille gênante pour la compréhension, p. 77, lors de la description maté (...)

5Ces détails sont tout à fait mineurs et ne retirent rien à la réussite de l’ouvrage. Notre seul véritable regret porte sur la façon dont a été envisagée la « mise en livre », pour reprendre un terme bien connu des lecteurs de Roger Chartier4. Nous l’avons écrit, la collection des Nugæ humanisticæ se distingue par son fini éditorial et son originalité – les notes marginales, plutôt qu’infra-paginales, qui sont la marque de fabrique de la collection, sont d’un très grand confort de lecture. La mise en page de l’ouvrage est de fait d’une élégance parfaite, et nous n’y avons repéré qu’un petit nombre de coquilles5. Mais le livre manque à notre sens d’un index, d’une bibliographie plus fournie et mieux organisée, et surtout d’une illustration adéquate, a fortiori pour un manuel qui veut devenir un ouvrage de référence en français, et qui a tous les autres atouts pour l’être. La comparaison avec A New Introduction to Bibliographyde Philip Gaskell est ici instructive, car le livre concurrent fournit précisément ce qui manque à l’ouvrage édité par Brepols. Que l’auteur nous permette de nous arrêter sur chacun de ces trois points, non pas pour insister sur les carences de son manuel (tout livre de ce type en a), mais pour dresser un rapide bilan de ce qu’est aujourd’hui le travail sur le livre ancien.

  • 6  Par exemple, le livre consacré à l’étude de La Page de titre à la Renaissance, lui aussi publié da (...)

6La bibliographie, tout d’abord : un ouvrage de synthèse se doit de renvoyer à la littérature qui approfondit les sujets abordés. Et de ce point de vue, Jean-Paul Pittion ne s’est pas contenté des références les plus anciennes ou les plus classiques pour rédiger son livre : il a au contraire très régulièrement mis à profit des travaux récents dont l’apport est précieux. La bibliographie qu’il fournit, dont il a l’honnêteté d’annoncer qu’elle ne contient que les ouvrages qu’il a vraiment consultés, est d’une grande richesse, et tout lecteur, même expérimenté, y trouvera des titres inconnus propres à rassasier son appétit ou aiguiser sa curiosité. Mais cette bibliographie finale est une simple liste de titres classés par ordre alphabétique, quand celle que propose Philip Gaskell est un véritable discours ordonné selon les grandes thématiques de la bibliographie matérielle, bien plus utile pour s’orienter dans la riche littérature existant sur le sujet6.

  • 7  Hendrik D. L. Vervliet, The Palaeotypography of the French Renaissance. Selected Papers on Sixteen (...)
  • 8  Henri-Jean Martin et Lucien Febvre, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958. Le nom de Lu (...)
  • 9  Geoffroy Tory, Imprimeur de François Ier, Graphiste avant la lettre, catalogue de l’exposition du (...)
  • 10  Sybille von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, Baden-Baden, (...)

7Par ailleurs, si l’exhaustivité est évidemment impossible, on s’étonne de l’absence d’un certain nombre de titres incontournables. Les études sur la typographie ne sauraient aujourd’hui se passer des ouvrages d’Hendrik Vervliet, dont le seul Conspectus est cité, sans la somme que constitue The Palaeotypography of the French Renaissance, pourtant paru avant7. Manquent aussi à l’appel L’Apparition du livre, classique parmi les classiques de l’histoire du livre à la française8, les ouvrages collectifs récents sur les grandes figures d’imprimeurs que sont Geoffroy Tory, Sébastien Gryphe ou Étienne Dolet9. Plus gênante sans doute, l’absence de beaucoup des grands inventaires bibliographiques nationaux : l’auteur cite bien la vénérable et toujours indispensable Bibliographie lyonnaise de Baudrier, mais passe sous silence la mise à jour récente de Sybille von Gültlingen10. La prédilection de Jean-Paul Pittion pour les incunables le pousse à intégrer dans le corps de l’ouvrage une utile liste des catalogues d’incunables (p. 137-139), qui souligne du même coup l’absence d’une telle liste pour les éditions du xvie siècle. Tout particulièrement, on ne trouve à aucun moment la mention de l’Universal Short Title Catalogue (USTC), base de données élaborée par l’Université de Saint-Andrews, gratuitement accessible sur internet (http://ustc.ac.uk/​), qui a pour objectif de répertorier l’ensemble des livres imprimés depuis Gutenberg jusqu’à la fin du xvie siècle.

8Les outils électroniques sont d’ailleurs les grands absents de cette bibliographie, alors qu’ils sont aujourd’hui incontournables dans le travail sur le livre ancien. Jean-Paul Pittion cite ainsi l’ancienne bibliographie genevoise de Jean-François Gilmont, mais non la remarquable base de données en ligne GLN, réalisée par le même auteur, qui met à jour et complète l’ancien catalogue (http://www.ville-ge.ch/​musinfo/​bd/​bge/​gln/​). Si l’ISTC (Incunabula Short Title Catalogue) est indiqué en bibliographie, et si le répertoire électronique des filigranes issu des recherches de Gerhard Piccard est également mentionné dans le corps du texte, les répertoires en ligne des livres imprimés en Italie (Edit16) ou en langue allemande (VD16) sont absents. À défaut de citer tous ces outils de travail, l’auteur aurait pu utilement renvoyer aux signets de la BnF qui les répertorie soigneusement.

  • 11  Les erreurs sur les noms propres sont par ailleurs les coquilles les plus nombreuses de l’ouvrage  (...)

9L’absence d’un index des noms et des notions nous paraît moins gênante, même si là encore, le manuel de Philip Gaskell est pourvu, selon la tradition anglo-saxonne, d’un très copieux index permettant de naviguer rapidement dans l’ouvrage. De fait, un index des notions (voire un glossaire) aurait avantageusement complété la table des matières présentée sur une seule page, dont la clarté est évidente, mais qui ne donne que les deux premiers niveaux hiérarchiques des titres, sans le détail du chapitrage pourtant assez précis : le lecteur ne pourra le découvrir qu’en feuilletant l’ouvrage. Faute d’index, les belles digressions régulièrement semées par Jean-Paul Pittion ne sont donc accessibles qu’au lecteur suffisamment patient pour entamer une lecture cursive. Un tel index aurait peut-être permis aussi à l’auteur de se rendre compte qu’il oublie de définir certains termes qui lui sont familiers, à commencer par celui d’incunable, même si le recours à un dictionnaire traditionnel aura tôt fait de pallier ce défaut. En dressant un index des noms propres, l’auteur se serait aussi rendu compte d’une certaine fluctuation dans les formes graphiques utilisées dans le corps du texte (nous ne parlons pas de la variation dans la transcription fidèle des adresses d’imprimeur, qui est évidemment normale) : Paul Manuce (p. 38) devient ainsi Paolo Manuzio (p. 46), ou André Wechel (p. 37) Andreas Wechel (p. 38)11. Le point semble d’autant moins anecdotique que dans le paragraphe que Jean-Paul Pittion consacre à la question de la catalographie, il rappelle qu’il convient d’utiliser « la forme courante en français », mais omet de mentionner l’existence de bases de données proposant des fiches d’autorité qui permettent de connaître les variations connues pour chaque nom considéré (les imprimeurs avaient en effet la coutume de traduire leurs nom et prénom dans la langue de l’ouvrage qu’ils publiaient) et la forme d’usage : rappelons donc l’existence des notices d’autorité de la BnF (accessibles depuis le catalogue électronique de la bibliothèque), du Fichier d'autorité international virtuel (VIAF : http://viaf.org/​) ou du Thesaurus du CERL (Consortium of European Research Libraries : http://thesaurus.cerl.org/​cgi-bin/​search.pl).

  • 12  Voir Histoire de l’édition française, t. I, Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du xviie s (...)

10Le manque d’illustration nous paraît enfin être le reproche majeur que l’on peut adresser à ce nouveau manuel de bibliographie matérielle. Il ne s’agit pas seulement d’un agrément de lecture, mais bien souvent d’un élément indispensable au propos tenu. L’ouvrage de Jean-Paul Pittion contient de fait une série de reproductions, toutes bienvenues et utiles (comme dans le chapitre consacré aux marques typographiques, bien illustré), mais assez insuffisantes. Manque au premier chef le schéma détaillé d’une casse et d’une presse, que l’on distingue à peine sur la belle marque d’imprimeur de William Jones reproduite p. 73, alors même que l’auteur en décrit minutieusement la constitution. Quant à la question des modes d’imposition et des formats induits, sans doute l’une des plus délicates à maîtriser pour le néophyte, elle n’est illustrée que de 9 schémas, tous empruntés à un manuel du xixe siècle : on trouve ainsi la façon dont sont imposés in-folio, in-4°, in-8° et in-12°. Toutefois, pour l’in-4° et l’in-12°, l’illustration est incomplète : pour trois des quatre modes d’imposition envisagés, une seule des deux formes a été représentée. Pour comparaison, Philip Gaskell donne 33 schémas originaux, comprenant pour chaque mode d’imposition la représentation des deux formes, et incluant non seulement la lettre du cahier et le numéro de la page correspondante (comme dans les schémas proposés par Jean-Paul Pittion), mais aussi l’orientation des pontuseaux et la position du filigrane. Les quelques planches qui accompagnaient l’utile vade-mecum imaginé par Jeanne Veyrin-Forrer pour sa contribution à la monumentale Histoire de l’édition française étaient plus généreuses et plus précises12.

11Les passages consacrés à l’évolution de la typographie et à son utilisation dans le cadre de l’identification de la provenance du matériel d’imprimerie sont quant à eux dépourvus de toute illustration (contre une bonne trentaine de reproductions dans l’ouvrage de Philip Gaskell). Certes, Jean-Paul Pittion affirme que « connaître le détail des styles est affaire de spécialistes » (p. 32). Mais alors, pourquoi prendre la peine de décrire comme il le fait ce qu’est une textura, une rotunda, un roman de type Jenson ou Bembo ? Quel lecteur saura reconnaître les types considérés à partir de la seule description, sans aucune reproduction ? En conséquence, le chapitre devient d’une lecture difficile, d’autant que l’auteur commence par présenter la typographie vénitienne, en opposant les romains de style Jenson et Bembo, sans les différencier nettement, avant de parler des caractères français de Garamond qui, écrit Jean-Paul Pittion, se distinguent des « types vénitiens » (p. 34), sans préciser qu’ils se différencient surtout des Jenson alors qu’ils s’inspirent des Bembo. Et lorsque l’auteur passe à l’étude des caractères pour l’identification d’un imprimeur (p. 57-59), les exemples pratiques proposés sont d’une lecture aride sans la moindre reproduction des types discutés.

12De même, l’étude comparative des notices de catalogues d’incunables est instructive, mais les quatre notices reproduites auraient gagné à être accompagnées de la page de titre qu’elles décrivent, pour que le lecteur puisse juger de leur adéquation, de leurs manques et des enjeux de la transcription. Le chapitre consacré aux pages de titre est également dépourvu de la moindre reproduction. Et soulignons enfin le paradoxe d’un chapitre sur l’illustration du livre ancien dénué de toute… illustration, même si l’écriture limpide et vigoureuse de l’auteur parvient presque à faire voir les images qu’il décrit.

13Disons pour conclure que la bibliographie matérielle a besoin de ses hérauts, dont Jean-Paul Pittion fait partie. Son ouvrage rendra de grands services aux apprentis bibliographes de langue française, souvent effrayés ou rebutés par l’aspect technique, alors même que la formation initiale nécessaire est en fait relativement légère, et que le reste est surtout affaire d’expérience. Ceux-ci trouveront dans ce nouveau manuel l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour comprendre les enjeux passionnants que cachent les veaux et maroquins de toute teinte qui dorment trop souvent dans les réserves des bibliothèques patrimoniales. Peut-on donc espérer que voie bientôt le jour une seconde édition, pourvue d’une bibliographie mieux conçue et plus complète (surtout du côté des ressources électroniques), munie d’un index généreux, et dotée d’une illustration à la hauteur du propos de Jean-Paul Pittion et des ambitions légitimes de son ouvrage ? Le livre trouverait alors toute la place qu’il mérite dans les études d’histoire du livre – ad studiosorum utilitatem elaboratum, comme on aurait dit chez les Estienne !

Notes

1  Signalons à ce propos une coquille p. 192 qui mentionne « la parution, en 1600 par Jean Martin, d’une nouvelle adaptation française par Béroalde de Verville » – Jean Martin, le traducteur de Poliphile, est mort une cinquantaine d’années plus tôt…

2  Philip Gaskell, A New Introduction to Bibliography, Oxford, Clarendon Press, 1972.

3  Ibid., p. 331-332.

4  Roger Chartier, « Du livre au lire », Pratiques de la lecture, Roger Chartier(dir.), Marseille, Rivages, 1985, p. 79-80.

5  Signalons notamment une coquille gênante pour la compréhension, p. 77, lors de la description matérielle de l’in-folio shakespearien de 1623 : la plupart des cahiers sont constitués de 3 feuilles pliées en deux, et non de 6 comme il est écrit. Remarquons aussi que la lettre π a sauté dans les deux endroits où elle devait figurer p. 132.

6  Par exemple, le livre consacré à l’étude de La Page de titre à la Renaissance, lui aussi publié dans la collection des Nugae humanisticae (Jean-François Gilmont et Alexandre Vanautgaerden (éd.), Turnhout, Brepols, 2008) est cité dans la bibliographie de Jean-Paul Pittion, mais l’auteur oublie d’y renvoyer lorsqu’il aborde la question dans le corps du texte. Le lecteur qui ignorerait le titre risque donc de ne pas le repérer.

7  Hendrik D. L. Vervliet, The Palaeotypography of the French Renaissance. Selected Papers on Sixteenth-Century Typefaces, Leyde-Boston, Brill, 2008, 2 vol. et French Renaissance. Printing Types. A Conspectus, New Castle (Del.)-Londres, Oak Knoll Press-Bibliographical Society-Printing Historical Society, 2010.

8  Henri-Jean Martin et Lucien Febvre, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958. Le nom de Lucien Febvre (orthographié « Fèvre ») est néanmoins cité p. 311, sans référence à l’ouvrage écrit par Henri-Jean Martin sous l’impulsion de son maître.

9  Geoffroy Tory, Imprimeur de François Ier, Graphiste avant la lettre, catalogue de l’exposition du Musée national de la Renaissance au château d’Écouen, par Thierry Crépin-Leblond, Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy, Fabienne Le Bars et Magali Vène, Paris, Éditions de la RMN et du Grand Palais, 2011 (ouvrage qui remplace avantageusement l’ancienne monographie d’Auguste Bernard que cite Jean-Paul Pittion). Sébastien Gryphe à l’occasion du 450e anniversaire de sa mort. Actes du colloque (23-25 novembre 2006) Lyon-Villeurbanne, Raphaële Mouren (éd.), Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2008. Étienne Dolet (1509-2009), Michèle Clément (éd.), Genève, Droz, 2012.

10  Sybille von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, Baden-Baden, Éditions Valentin Koerner, 1992-2012, 13 vol. parus.

11  Les erreurs sur les noms propres sont par ailleurs les coquilles les plus nombreuses de l’ouvrage : la ville de Moulins devient ainsi « Moulin », Bernard Cerquiglini, « Querquiglini », William Thomas Lowndes, « Lowes », Lucien Febvre, « Fèvre », Rémi Jimenes « Jimenez », ou Hendrik Vervliet, « Henrik ». Signalons à ce propos que l’intéressant article de Rémi Jimenes cité p. 84 et donné comme à paraître (et ne figurant pas en bibliographie finale) est en fait paru en 2012 dans le collectif Passeurs de textes : imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme, Christine Bénévent, Annie Charon, Isabelle Diu et Magali Vène (éd.), Paris, École des chartes, 2012.

12  Voir Histoire de l’édition française, t. I, Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Henri-Jean Martin, Roger Chartier, et Jean-Pierre Vivet (dir.), Paris, Promodis, 1983, p. 285-288.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Berthon, « Jean-Paul Pittion, Le Livre à la Renaissance. Introduction à la bibliographie historique et matérielle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 17 novembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13296

Haut de page

Auteur

Guillaume Berthon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org