Navigation – Plan du site

Jean-Bernard de Vaivre et Laurent Vissière,Tous les deables d’enfer. Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Jean-Bernard de Vaivre et Laurent Vissière,Tous les deables d’enfer. Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480, Genève, Droz (« Travaux d’Humanisme et Renaissance » 529), 2014, 878p.

ISBN 978-2-600-01768-8

Texte intégral

1Dans ce nouveau volume relié de la collection « Travaux d’Humanisme et Renaissance », Jean-Bernard de Vaivre et Laurent Vissière apportent une contribution majeure et exhaustive à l’histoire et aux représentations du siège de Rhodes par les Ottomans (23 mai-18 août 1480), un « événement européen » (Philippe Contamine) considérable, auquel l’historiographie n’avait donné qu’un faible écho, alors que les documents, édités ici, abondent. La résistance victorieuse de l’ordre des Hospitaliers et des Rhodiens s’impose comme une exception dans l’histoire des avancées ottomanes du XVe siècle. L’historiographie a davantage retenu la tragédie d’Otrante en juillet-août 1480 et la chute de Rhodes en 1522, plutôt que la victoire des chevaliers de l’ordre militaire des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem et des Rhodiens au terme d’un siège de 76 jours sur le « dragon furieux »/furibundus draco (selon les mots du Grand-Maître à tous les commandeurs, 28 mai 1480, p. 134-135). Les auteurs lui redonnent toute sa place en exposant dans une introduction générale le contexte de l’ordre des Hospitaliers, de l’île et de la ville de Rhodes, puis les enjeux et les phases principales du siège de 1480 (p. 19-119). L’édition d’une cinquantaine de relations du siège occupe le cœur de l’ouvrage (p. 121-819) ; il faut y ajouter les 58 documents iconographiques du cahier central qui reproduit entre autres les miniatures du Commentaire sur le siège de Rhodes, écrit par Guillaume Caoursin, vice-chancelier de l’ordre, pour le Grand-Maître, Pierre d’Aubusson (manuscrit Paris, BnF, latin 6067). Les annexes (liste des Grands-Maîtres des Hospitaliers de 1305 à 1534, les cartes et plans de Rhodes et du Dodécanèse (pl. 59-62), la liste des sources et de la bibliographie (p. 825-848), l’index (p. 849-867) achèvent de faire de ce volume relié au doux papier d’ivoire un beau livre.

2L’historiographie, aimantée par les succès du sultan Mehmet II, n’a pas relevé l’importance de l’événement et son retentissement. Le 23 mai 1480, la mer des îles du Dodécanèse se couvre de voiles. La durée du siège (près de trois mois), la guerre totale avec ses bombardements incessants, sans compter la sidération psychologique, ont persuadé les populations qu’il « sembloit que tous les deables d’Enfer y fussent », comme le raconte l’auteur de l’Histoire journalière du siège. La résistance victorieuse des chevaliers de l’ordre de l’Hôpital et des Rhodiens, en sous-nombre (5000, y compris les chevaliers) face à une armada turque (130-140 voiles et 50-60 000 hommes), marquait une rupture dans la série des avancées ottomanes qui durait depuis le XIVe siècle. Pierre d’Aubusson, le Grand-Maître de l’ordre, appréhendait l’attaque turque depuis des mois. Ses appels à l’aide furent peu entendus, seuls le roi Ferrant de Naples (Ferdinand Ier d’Aragon) et le pape Sixte IV envoyèrent effectivement des renforts au cours du mois d’août. De leur côté, les Vénitiens contribuèrent à ravitailler les Turcs. Qu’en fut-il du très-chrétien roi de France ? Louis XI soutenait matériellement les Hospitaliers de Rhodes depuis 1478 (Lettres, 28 août 1478, t. 10, p. 427-428). Son aide s’accentua en 1480-1481 : le roi favorisa la diffusion de la bulle pontificale dans le royaume, qui accordait une indulgence plénière à tous ceux qui donneraient de l’argent pour la défense de Rhodes. Dès la fin de l’année 1480, Louis XI écrit aux bonnes villes pour les informer de la victoire miraculeuse sur les Turcs et leur demande de la solenniser par des Te Deum, des processions et des feux de joie, autant de signes qui vont favoriser l’achat d’indulgences au profit de Rhodes. Le peuple vint en masse se confesser pour obtenir l’indulgence plénière, au point que les églises manquaient de confesseurs. La victoire de Rhodes a enthousiasmé les chrétiens à la mesure de l’horreur qu’ils avaient ressentie à l’annonce de la prise d’Otrante et des massacres perpétrés (juillet-août 1480). Les Hospitaliers exploitèrent cette victoire irradiée de surnaturel pour obtenir l’argent nécessaire à la reconstruction des fortifications.

3Les auteurs mettent à disposition des chercheurs et du « public cultivé » la cinquantaine de documents sur le sujet. Ils appartiennent à des genres différents (lettres, poème, journal, iconographie, légendes) et émanent d’auteurs connus, comme le Grand-Maître de l’ordre des Hospitaliers, Pierre d’Aubusson, de son vice-chancelier, Guillaume Caoursin, de Louis XI, de Philippe de Commynes, du pape, des sources turques, mais aussi de relations anonymes rapportées par des pèlerins chrétiens. Les sources sont éditées au plein sens du mot (analyse, variantes, langue originelle, traduction en français moderne). Tous ces documents permettent désormais une lecture globale du siège de Rhodes avec ses aspects militaires, diplomatiques, religieux, humains, psychologiques, géographiques, politiques, littéraires et artistiques.

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Jean-Bernard de Vaivre et Laurent Vissière,Tous les deables d’enfer. Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13293

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org