Navigation – Plan du site

Margherita Lecco, Les Lais du Roman de Fauvel. Lyrisme d’amour, lyrisme carnavalesque

Andrea Valentini
Référence(s) :

Margherita Lecco, Les Lais du Roman de Fauvel. Lyrisme d’amour, lyrisme carnavalesque, Paris, Classiques Garnier (« Recherches littéraires médiévales » 15), 2014, 182p.

ISBN 978-2-8124-2142-6

Texte intégral

1Le présent ouvrage est à la fois une étude littéraire et une édition critique. L’étude littéraire est à son tour composée de deux parties : dans la première, les lais du Roman de Fauvel sont analysés dans le contexte général du seul manuscrit qui les conserve, le BnF, fr. 146 (p. 7-48) ; dans la deuxième, ils sont étudiés dans leur structure propre (p. 49-88). L’édition critique, quant à elle, occupe la troisième partie, et elle est accompagnée du relevé des leçons rejetées et d’un glossaire (p. 89-158).

2Le volume a d’abord le mérite de donner leur place à des pièces qui se situent à la charnière de la lyrique des trouvères du xiiie siècle d’une part et du grand renouveau poétique dû à Guillaume de Machaut d’autre part : ce rôle clé ressort de la lecture de l’introduction.

3Dans la première partie, l’A. présente le ms. 146 dans sa spécificité, en résumant la bibliographie précédente. On retiendra d’abord que ce manuscrit contient d’autres textes, dont on trouve une liste aux p. 23-24. En ce qui concerne plus particulièrement la version du Roman de Fauvel qu’on lit dans le codex, il serait le fruit de l’assemblage des livre I et II de Gervais du Bus et des ajouts de Chaillou de Pestain, « entreprise […] probablement faite sous l’égide de Gervais » (p. 11). Quelques lignes plus loin, l’A. écrit qu’ « on ne saurait en tout cas considérer que la reconstitution des strates du Fauvel soit définitivement établie » (p. 11-12) ; encore un peu plus loin, on lit qu’ « on tend plutôt à attribuer la composition et l’assemblage du manuscrit 146, surtout en ce qui concerne le Fauvel, à une équipe de copistes-éditeurs, travaillant dans l’atélier [sic] de la Rue Neuve Notre Dame » (p. 13). Cet assemblage « serait […] à fixer entre 1316 et 1322 » (p. 20). Après une « vue d’ensemble » des pièces lyriques contenues dans le manuscrit, on trouve la présentation du « Texte du Fauvel dans le manuscrit 146 », qui n’est peut-être pas assez claire pour des lecteurs qui ne connaissent pas déjà bien le texte.

  • 1  Leo Schrade, « Guillaume de Machaut and the Roman de Fauvel », Miscelánea en homenaje a Mons. Higi (...)
  • 2  Pour ne prendre que quelques exemples en langue d’oïl, voir, dans l’anthologie de Samuel N. Rosenb (...)

4Dans la deuxième partie, l’A. analyse plus dans le détail les lais d’un point de vue générique et littéraire, ainsi que dans leurs rapports avec les images. La section la plus intéressante est sans conteste constituée par le développement sur le rapport entre les lais et les descorts : l’A. rappelle que « [d]e nos jours, le débat oppose les partisans d’une thèse unitaire des lais et descorts (thèse « assimilatrice ») aux partisans d’une distinction en deux genres (thèse « dissimilatrice »), qui auraient, chacun, un caractère bien défini » (p. 57). Ensuite elle expose rapidement les deux thèses, sans prendre ouvertement parti. À la p. 60 on lit que « [l]’aire géographique [des descorts] est plus vaste que celle des lais, car le descort a été pratiqué par des troubadours, des trouvères de la France du Nord-Est, des troubadours lusitaniens et italiens […], tandis que le lai semble être spécifiquement septentrional » (p. 60). Il semble que l’A. ne fasse référence ici qu’à la dénomination que les compositions poétiques reçoivent dans les textes et dans les manuscrits plus qu’à leur contenu ou à leurs caractéristiques génériques : en effet, elle semble être partisane de la thèse assimilatrice, surtout pour les textes plus tardifs, puisque aux p. 63-64 elle parle de la « Postérité du lai-descort », et la section qui commence à la p. 65 porte le titre « Le lai-descort dans Le Roman de Fauvel ». Néanmoins, par la suite – tout comme auparavant, à commencer par le titre – les compositions sont toujours appelées uniquement « lais », comme d’ailleurs dans le ms. 146. La deuxième partie se conclut sur une brève section où l’A. rappelle que Guillaume de Machaut a connu et aurait parodié le Fauvel (p. 87-89) : elle se borne toutefois à résumer rapidement un bref article de Leo Schrade de 19611. Il aurait peut-être été préférable qu’elle donne plus de détails : certes, la connaissance du Fauvel de la part de Machaut semble assurée ; toutefois, peut-on vraiment affirmer que dans son lai XV, Contre ce dous mois de may, il « parodie le titre du Lay IV [du Fauvel], En ce dous temps d’esté » ? Ce type d’incipit était très répandu dans les « reverdies », d’oc et d’oïl2.

5Toujours dans cette deuxième partie, il aurait été préférable de reléguer les sigles et les chiffres que l’on trouve aux p. 55-56, 66-68 et 70-71 dans des appendices, pour rendre la présentation plus aérée et discursive. Plus généralement, il aurait peut-être suffi de regrouper toute l’introduction littéraire en une seule partie, qui aurait traité d’abord du manuscrit et ensuite du texte, tout en évitant de reprendre les mêmes sujets à des endroits différents : par exemple, le deuxième chapitre de la première partie s’intitule « Les pièces lyriques du Roman de Fauvel », mais dans le troisième chapitre, « Le texte du Fauvel dans le manuscrit 146 », on trouve une section qui s’intitule « Pièces lyriques ». Par ailleurs, dans ce même troisième chapitre, il y a une section consacrée aux « Miniatures : le commentaire iconographique » ; mais dans le deuxième chapitre de la deuxième partie, on lit une section intitulée « Texte et image ». Or, la première section en question décrit sommairement les soixante-dix-huit miniatures qui accompagnent tout le Roman de Fauvel (qui sont résumées en trois pages, p. 46-48); la deuxième uniquement celles des lais (dix au total, p. 76-78). Puisque les deux sections sont essentiellement des descriptions et non pas de véritables études – ce qui est tout à fait compréhensible, s’agissant d’un ouvrage philologico-littéraire plutôt que d’histoire de l’art –, l’exposition aurait gagné en clarté si elles avaient été regroupées. Il est inutile d’ajouter que des reproductions de quelques enluminures auraient été les bienvenues, mais l’on connaît la difficulté d’insérer des reproductions dans des ouvrages.

6L’édition des lais est sûre et la traduction en regard est généralement claire : des réserves importantes toutefois peuvent être émises sur l’aspect linguistique, qui sera traité ci-après. Quelques améliorations pourraient être apportées, surtout, mais pas uniquement, au niveau de la ponctuation. Voici quelques suggestions parmi d’autres. Les strophes IVa-IVc du Lai I se présentent sous la forme suivante (p. 96-98) :

7De cors, de braz, de faicture,
De membres et de stature
Est si bien faite a droicture
Que trop grant mestrie 56

8Fist de li former Nature.
Si c’onques en portraicture
De bon ouvrier n’en pointure
Ne fu d’ueil choisie. 60

9Mieus fourmee creature,
Clere ou brune sa teinture.
Bien ait qui a nourreture
La traist, que qu’em die. 64

10Au v. 58, « Si c’ » introduit une proposition consécutive (comme l’a bien compris l’A. dans la traduction : « …Telle que jamais un œil humain… ») : par conséquent, après « Nature », au vers précédent, il faudrait supprimer le point et éventuellement le remplacer par une virgule. Le verbe de cette proposition est « fu » au v. 60, et le sujet de celui-ci est « Mieus fourmee creature », qui occupe tout le v. 61 : ainsi faut-il supprimer le point également à la fin du v. 60. D’ailleurs la traduction ici est agrammaticale : « …D’un bon artiste ou dans une peinture [v. 60]. // Une créature mieux formée, / Que son teint soit clair ou brun, / Qu’il soit béni qui s’est chargé / De l’élever, quoi qu’on dise ». À la fin du v. 140 de ce même Lai I (p. 104), le point devrait être remplacé par les deux-points ou par une simple virgule, puisque le vers suivant commence par l’adverbe adversatif « Ains », qui contredit, ou du moins atténue, ce qui vient d’être dit. La traduction, quant à elle, « …Et [je] ne ferai pas / Connaître le mal qui me blesse. / Mais j’attendrai… », pourrait être changée comme il suit : « …qui me blesse, mais… » ou « …qui me blesse : au contraire… ».

11Dans le v. 27 du Lai II (p. 116), « Si » est probablement à lire « S’i » (dans la traduction on a : « S’il savait qui je suis… ») : la conjonction est le plus souvent notée se dans le manuscrit (ex. v. 17, p. 94 ; v. 52, p. 96 ; v. 100, p. 100), mais surtout elle n’entraîne généralement pas l’omission du sujet en ancien et encore en moyen français (contrairement à l’adverbe si, mais ici on a bien une phrase conditionnelle).

12On peut se demander si, au v. 29-30 de la p. 124 (Lai III), la répétition de « li ver » à la rime avec exactement le même sens (« les vers », c’est-à-dire « les petits animaux ») ne serait pas une faute de copiste : partout ailleurs dans la même portion du Lai III, on a des rimes équivoques et non pas identiques. Après « D’amer », au v. 65 de ce même Lai III, il faudrait mettre une virgule, voire un tiret : « …Qui souffrez que pour l’achoison / D’amer n’i sai autre raison, / Sui refusez… » deviendrait donc « …D’amer, n’i sai ».

13Dans la Sotte chanson I (p. 136), la ponctuation des v. 1-5 devrait suivre celle de la traduction (« ou porrai je trouver », v. 1, est une question, elle doit donc comporter un point d’interrogation). Entre la strophe IIIa et la strophe IIIb du Lai IV (p. 142), il faut mettre un signe de ponctuation : « …Qu’on en doit blasmer chose qui ne l’a esprouvée // Mais j’en doi bien parler quar g’i ai mon cuer mis ». D’ailleurs, il faudrait supprimer l’accent aigu sur la désinence du participe passé « esprouvée », et surtout il faudrait probablement corriger « en »en « ne » (comme dans la traduction) pour que la proposition ait un sens. Au v. 85 de ce même Lai IV (p. 146), le subjonctif imparfait du verbe devoir est très probablement trisyllabique : « Pour riens que ne deisse les grans biens qu’ele otroie » devrait ainsi être corrigé en « …que ne deïsse les grans biens… ». Au-delà de la prononciation réelle de l’époque, où les diphtongues s’étaient vraisemblablement déjà monophtonguées, on sait que les textes en vers ont gardé pendant longtemps des formes archaïques, dont une est ici exigée par le mètre : le texte des lais semble en effet pratiquer la césure épique dans les alexandrins, quand un mot paroxyton se trouve à la césure, ainsi aux v. 75, 80, 91, 92, etc.

14Selon les critères généralement retenus dans les éditions des textes médiévaux (que l’A. semble suivre), le digramme <oe> ne constitue pas une ligature : ainsi, par exemple, « cœur »(v. 137, p. 104) serait à écrire « coeur ». On met traditionnellement un accent aigu sur la préposition aprés (« apres », v. 39, p. 124). Il aurait fallu veiller à ce que l’espace blanche avant le point qui précède les chiffres dans le texte en ancien français ne soit pas supprimée, ce qui arrive souvent en phase de mise en texte par les maisons d’édition (ex. « voi.i. petit », v. 77, p. 146 devrait être écrit « voi .i. petit »).

15Faute d’une introduction qui en explique les critères, les leçons rejetées sont difficiles à comprendre, ou du moins elles sont étonnantes : sauf erreur, l’A. y indique toutes les formes du ms. 146 qu’elle a corrigées (p. 153-154). D’abord, elle indique parmi les leçons rejetées des formes soudées tout à fait normales dans les manuscrits médiévaux, que généralement on n’a pas besoin de noter, simplement parce que les lecteurs savent que les apostrophes ne sont jamais utilisées au Moyen Âge : ex. Lai II « 20 n’emperiere] nemperiere », « 59 l’en] len », etc. Le choix d’indiquer les cas où un i du manuscrit a été transcrit j dans l’édition est également étonnant: Lai IV « 27 j’en] i’en ; 31 joie] ioie », « 50 : Jovent] Iovent », etc. De tels choix sont bien entendu possibles dans des éditions très fidèles à la langue du manuscrit, mais d’une part ils devraient être justifiés, étant donné leur rareté, d’autre part cette édition n’est précisément pas très fidèle à la langue, ce qui la rend difficilement utilisable pour les spécialistes de l’histoire de l’orthographe et, éventuellement, de la phonétique historique. Pour ne prendre que quelques exemples parmi de nombreux autres, les corrections suivantes paraissent totalement injustifiées. Lai I : « 17 vueil] veil » ; « 79 aigrete] aigreite » (sans doute pour adopter la même graphie que « s’entremete », à la rime) ; « 169 souffraingne] sousfraingne ; 171 estraingne] estrainne » (si ailleurs on a des rimes avec la graphie <ngn>, c’est d’autant plus intéressant, parce que cela prouve que la nasale palatale pouvait rimer avec une nasale dentale, ce qui est assuré par de nombreux autres textes ; de plus, on ne comprend pas pourquoi le préfixe sous- a été corrigé en souf-). Lai III : « 34 pour c’a] pour ce a » ; « 150 c’amour] ce amour » (dans le système graphique du copiste, il n’était manifestement pas nécessaire de noter l’élision, et au contraire, le graphème <e> devait être une manière de noter la prononciation sifflante du <c>, alors qu’aujourd’hui on met la cédille, qui manque d’ailleurs dans l’édition – que l’on pense aussi à des mots comme gageure) ; « 72 et 75 vo] vau » (le digramme <au> montre que la diphtongue [au] s’était déjà monophtonguée au point de provoquer des graphies pseudo-étymologiques, ou alors que les [O] dans ce type de déterminants possessifs pouvaient être prononcés ouverts) ; « 137 vostre] voustre » (qui n’est qu’une simple graphie pour [o], ou bien peut noter un phonème très fermé).

16Le glossaire est très bref (p. 155-157), mais on y trouve la plupart des mots qui ont disparu en français moderne, ainsi que des mots qui ont légèrement changé de sens (et quelques mots qui sont restés identiques : amour est glosé « amour » et orgueil « orgueil » !). Voici toutefois quelques suggestions d’intégration parmi d’autres : Lai I, v. 202, me fri, P1 ind. prés. de frire, ici en emploi pronominal, « brûler de désir » (comme l’A. l’a traduit) ; v. 212, ains né, forme intéressante, en deux mots, de « aîné » ; Lai II, v. 3, deporter, « s’amuser, se divertir » (le mot est bien connu des médiévistes, mais le substantif correspondant depors, lui, est glosé, « plaisir, joie ») ; Lai III, v. 2, trai, P1 ind. prés. de traire, « endurer » (comme dans la traduction).

17La bibliographie est riche pour un ouvrage si bref (p. 159-169). Elle gagnerait en clarté s’il y avait moins de subdivisions thématiques et que les références étaient insérées en ordre alphabétique (des subdivisions « Éditions du Fauvel », « Autres éditions » et « Études », par exemple, auraient suffi).

18Plus généralement, la lecture du texte est rendue malaisée par de nombreuses coquilles et fautes de langue : une relecture plus attentive aurait été souhaitable. Néanmoins, cet ouvrage sera désormais d’une grande utilité non seulement pour les spécialistes du Roman de Fauvel, mais aussi pour tous les chercheurs qui s’intéressent à la lyrique médiévale, et plus spécialement à celle de la première moitié du xive siècle : celle-ci, en effet, est moins étudiée que la lyrique du xiiie siècle d’une part et celle de la deuxième moitié du xive d’autre part.

Notes

1  Leo Schrade, « Guillaume de Machaut and the Roman de Fauvel », Miscelánea en homenaje a Mons. Higinio Anglés, Barcelone, Consejo superior de investigaciones científicas, 1961, t. II, p. 843-850.

2  Pour ne prendre que quelques exemples en langue d’oïl, voir, dans l’anthologie de Samuel N. Rosenberg et Hans Tischler, Chansons de trouvères, Paris, Librairie générale française, 1995 :anonyme, L’autrier a doulz mois de mai (p. 174), anonyme, C’est en mai au mois d’esté que florist flor (p. 328), Gace Brulé, A la douçor de la bele seson (p. 422), Gontier de Soignes, Li tans nouveaus et la douçors (p. 460), Simon d’Authie, Quant li dous estez define (p. 564), etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Valentini, « Margherita Lecco, Les Lais du Roman de Fauvel. Lyrisme d’amour, lyrisme carnavalesque », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/13288

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org