Navigation – Plan du site

François de Belleforest, Le Cinquiesme Tome des histoires tragiques, éd. Hervé-Thomas Campangne

Bruno Méniel
Référence(s) :

François de Belleforest, Le Cinquiesme Tome des histoires tragiques, éd. Hervé-Thomas Campangne, Genève, Droz (« Textes Littéraires Français » 622), 2013, 804p.

ISBN 978-2-600-01569-1

Texte intégral

1En 1570, François de Belleforest avait fait paraître des Discours memorables de plusieurs histoires tragiques, qui comprenait huit récits. Il reprend ces récits et en ajoute quatre dans le Cinquiesme Tome des histoires tragiques, publié en 1572, chez Jean Hupeau, dont Hervé-Thomas Campangne nous fournit une belle édition critique. Depuis le Quatriesme Tome des histoires tragiques (1570), il ne propose plus des traductions des novelle de Bandello, mais des histoires de son cru. Il place lui-même le genre des histoires tragiques sous le signe de la diversité, ce qui le rend difficile à définir. Formellement, ce sont des récits relativement courts, précédés d’un « argument » de deux à quatre pages qui constitue une entrée en matière philosophique. Certains de ces textes sont des « nouvelles », c’est-à-dire des récits d’événements récents, de faits divers pour lesquels l’auteur a parfois pu recueillir des témoignages. Même dans ce cas, les faits racontés ne valent pas pour eux-mêmes. Ils débouchent sur une réflexion morale ou religieuse : ils témoignent d’une décadence des mœurs, attestent la puissance de la justice divine. À la même époque, François de Belleforest se consacre non seulement à la composition d’histoires tragiques, mais aussi à des ouvrages d’histoire et de géographie : L’Histoire universelle du monde, publiée en 1570, sera bientôt suivie de La cosmographie universelle de tout le monde, imprimée en 1575. Or, les deux parties de l’œuvre ne sont pas étanches : les histoires tragiques du cinquième tome sont à plus d’un titre des textes historiographiques. Elles ont leur source dans des ouvrages d’histoire comme les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus, la Chronica d’Albert Krantz, les Chroniques de Froissart ou la De Bohemorum origine, ac gestis historia d’Æneas Sylvius Piccolomini ; elles proposent une réflexion sur l’intervention providentielle de Dieu dans les événements historiques ; elles comprennent des « harangues » comme l’on en trouve chez Tite-Live par exemple et comme l’histoire oratoire aime en produire. Enfin l’« histoire » est le plus souvent accompagnée d’un « commentaire » interprétatif et parénétique : elle offre des développements sur les méfaits de la tyrannie et sur l’art du bon gouvernement. La géographie n’est pourtant jamais omise : Belleforest évoque le Maroc, la Turquie, une île d’Amérique du Nord, Haïti ; il définit l’esprit des peuples et décrit leurs mœurs. Mais, bien sûr, ces considérations historiques et géographiques ne valent pas ici pour elles-mêmes, elles permettent de camper le décor de destinées individuelles.

2Or ces destinées sont tragiques à plus d’un titre. Les histoires qui sont contées sont ponctuées d’assassinats, d’exécutions, de guerres. Elles manifestent la puissance délétère des passions. Elles sont orientées vers un dénouement qui est connu d’avance et annoncé par le narrateur. Elles révèlent que la justice de Dieu est à l’œuvre dans les événements historiques et qu’elle venge inexorablement la mort des innocents, même si elle le fait parfois avec lenteur.

3Hervé-Thomas Campangne fait précéder son édition critique d’une ample introduction en plusieurs parties, un petit essai qui formule les interrogations que suscite l’ouvrage et éclaire les thèmes qu’il traite. Sont ainsi abordées la question du tragique, celle du mythe – puisque Belleforest transforme des mythes classiques mais aussi crée des mythes modernes – et celle du témoignage – puisque certaines nouvelles sont des récits judiciaires et que dans presque toutes se manifestent diverses sortes de justice.

4L’ouvrage est complété par un glossaire et un index nominum. Le lecteur aurait été comblé s’il avait pu disposer d’une bibliographie critique lui permettant de connaître l’état de la recherche sur le genre littéraire des histoires tragiques.   

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « François de Belleforest, Le Cinquiesme Tome des histoires tragiques, éd. Hervé-Thomas Campangne », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13285

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org