Navigation – Plan du site

Michelle Bubenicek, Entre rébellion et obéissance. L’espace politique comtois face au duc Philippe le Hardi (1384-1404)

Bruno Varennes
Référence(s) :

Michelle Bubenicek, Entre rébellion et obéissance. L’espace politique comtois face au duc Philippe le Hardi (1384-1404), Genève, Droz, 2013, 776p.

ISBN 978-2-600-01601-8

Texte intégral

  • 1 Quand les femmes gouvernent. Robe, droit et politique dans la France du XIVe siècle : l’exemple de (...)

1Michelle Bubenicek, professeure d’Histoire du Moyen Âge à l’Université de Franche-Comté, est connue pour ses travaux consacrés à l’histoire des femmes et aux terres de l’Entre-Deux, de la Flandre à la Bourgogne, l’ensemble étant structuré autour de la thématique de l’exercice du pouvoir aux derniers siècles du Moyen Âge1. Son ouvrage, Entre rébellion et obéissance. L’espace politique comtois face au duc Philippe le Hardi (1384-1404), se présente ainsi dans une continuité, au cœur de champs historiographiques actuels.

  • 2  Les réflexions relatives à la souveraineté sont d’actualité, voir ainsi « Charles V face à ses nob (...)

2En articulant son étude des territoires bourguignons autour de la personnalité de Philippe le Hardi (Philippe II de Bourgogne, 1342-1404), fils de Jean II, roi de France (1350-1364), l’auteure poursuit son investigation de la construction de « l’État moderne » à partir de la problématique de sa légitimation à travers l’expression de sa souveraineté2. Cet espace aux marges du royaume de France offre, avec ce prince, une entrée complexe. Son autorité se développe à la fois sur le duché, concédé par le roi, et sur le comté, terre d’Empire, dont il est le seigneur par mariage avec Marguerite III de Flandre. Si le titre de l’ouvrage énonce une étude centrée sur ce second territoire, véritable « marche française » (p. 18-19) depuis le traité de Vincennes de 1295, la réunification bourguignonne permet de pénétrer plus en avant les jeux d’influences du modèle étatique royal dans l’espace de l’Entre-Deux, et de rafraîchir les connaissances sur ce sujet.

  • 3  Ch. Verlinden, « Strayer (Joseph R.), The administration of Normandy under Saint Louis », Revue be (...)

3Michelle Bubenicek veut cerner « la nature précise du pouvoir » du duc au travers d’une politique interprétée comme une « francisation » de l’espace bourguignon d’Empire. Il ne s’agit pas, dès lors, d’une « histoire du règne » de Philippe le Hardi, mais d’analyser l’« expression » de ce pouvoir à l’aide de différents axes et sa « réception » auprès d’une aristocratie comtoise longtemps considérée comme turbulente. Au-delà, l’idée est de souligner comment l’État monarchique français se construit « à la marge », reprenant les réflexions de Charles Verlinden3 : ici, la politique menée en Comté par le prince se place dans une certaine continuité de celles de ses prédécesseurs, Philippe le Bel comme Eudes IV de Bourgogne et Marguerite de France.

4Afin d’interroger les sources au plus près de la pratique de gouvernement, Michelle Bubenicek procède à l’étude de plusieurs « affaires politiques », bien documentées, sous la forme d’enquêtes dont la forme relève pour partie de la microstoria. Ceci l’autorise, après coup, à ouvrir ses problématiques à l’échelle plus large du duché et du comté de Bourgogne.

5L’analyse de l’assassinat d’un sergent du prince, amenant l’emploi du terme de « lèse-majesté » dans les écrits judiciaires, assimilant dès lors le souverain à un roi (première partie), permet d’ausculter la démarche politique à partir de son angle le plus aigu. Ce point initial met au jour l’essentiel des éléments constitutifs de cette étude : une opposition locale conséquente, provenant de protagonistes comtois soucieux de conserver leur indépendance, faisant front à la construction d’un État moderne centralisé, matérialisé par une réforme de la justice autour du parlement de Dole et la présence des officiers du prince. En étudiant l’une des plus fortes résistances à la politique menée par Philippe le Hardi, l’auteure appuie son habileté, révélant sa capacité d’adaptation à travers l’usage des grâces comtales.

6La réflexion initiée par ce crime ouvre la question de la « sujétion » envers le souverain, permettant l’enquête sur la réalité de l’opinion publique et les axes d’une politique de mise au pas des nobles (seconde partie). La faiblesse de la structure féodale comtoise et l’ancrage de l’alleu sont des freins modestes face à la volonté du prince. Le contrôle des personnes se concentre sur la pratique de l’aveu et de la rémission judiciaire, et par l’entremise des sauvegardes des communautés, parfois « forcées » (ainsi le traité de 1386 concernant la garde de la ville impériale de Besançon, chapitre IX).

7Enfin, la dernière partie permet à l’auteure d’ouvrir le champ des « obstacles à l’imposition de la souveraineté », dévoilant, au-delà des obstacles inhérents au territoire et à sa position de terre d’Entre-Deux, les limites internes à la politique centralisatrice.

8Ce travail renouvelle les connaissances relatives à la Bourgogne au passage du XIVe au XVe siècle, et nuance un certain nombre d’a priori. Si l’image d’un Comté à l’aristocratie rebelle et revêche est revisitée, elle est surtout précisée, la noblesse se révélant, suite à d’habiles mesures, disciplinée par le prince, usant astucieusement du droit féodal afin d’édifier une hiérarchie en sa faveur. Si résistance à cette politique agressive d’influence française et de construction de l’État il y a, elle est incarnée par une seule des grandes familles « transversales » bourguignonnes le temps du règne de Philippe, les Chalon, et par les communautés montagnardes du plateau du Jura, formant la réalité de la frontière avec l’Empire. Cependant, la conclusion est toute en nuance : le crime de « lèse-majesté » qui initie l’étude reste l’unique instant d’usage d’un terme qui n’est par la suite plus que sous-entendu par la pratique scripturaire princière. Et lorsque Michelle Bubenicek interroge les périodes suivantes, les acquis du règne de Philippe le Hardi se révèlent bien fragiles.

Notes

1 Quand les femmes gouvernent. Robe, droit et politique dans la France du XIVe siècle : l’exemple de Yolande de Flandre (1326-1395), thèse soutenue en 1998 à l’Université de Paris I et effectuée sous la direction de Monsieur le Professeur Michel Parisse ; État, Noblesse, Justice : deux exempla comtois (XIVe siècle), habilitation soutenue le 27 novembre 2010 à l’Université de Paris I et effectuée sous la direction de Monsieur le Professeur Jean-Philippe Genet.

2  Les réflexions relatives à la souveraineté sont d’actualité, voir ainsi « Charles V face à ses nobles : une affaire-test pour l’imposition de la majesté », Violences souveraines. Travaux d’une école historique, éd. F. Foronda, C. Barralis et B. Sere, Paris, PUF, 2010, p. 217-226. On rappellera pour mémoire les travaux d’Anne Lemonde-Santamaria en Dauphiné, de Werner Paravicini ou de Bertrand Schwerb, déjà sur le monde Bourguignon ; à propos de la maiestas, il convient de revenir aux travaux de Jacques Chiffoleau.

3  Ch. Verlinden, « Strayer (Joseph R.), The administration of Normandy under Saint Louis », Revue belge de philologie et d’histoire, 12/4, 1933, p. 1182-1186.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Varennes, « Michelle Bubenicek, Entre rébellion et obéissance. L’espace politique comtois face au duc Philippe le Hardi (1384-1404) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13281

Haut de page

Auteur

Bruno Varennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org