Navigation – Plan du site

Matthieu Scherman, Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434-vers 1509)

Julie Pilorget
Référence(s) :

Matthieu Scherman, Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434-vers 1509),Rome, École Française de Rome (« BEFAR » 358), 2013, 684p.

ISBN 978-2-7283-0945-0

Texte intégral

1Certifié d’histoire-géographie et docteur en histoire des universités de Paris IV et de la Ca’ Foscari de Venise, Matthieu Scherman a publié en 2013 aux presses de l’École Française de Rome un ouvrage portant sur Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge. Ce travail, résultat d’une thèse réalisée sous la direction de M. Arnoux, constitue en un examen détaillé de l’organisation du travail à Trévise au cours du XVe siècle d’après l’étude d’un corpus de neuf estimi réalisé par la ville entre 1434 et 1499.

2L’auteur entend au travers de cet ouvrage dépasser le cadre simpliste des corporations dans lequel les études en matière d’histoire du travail ont longtemps été cantonnées. Il souhaite s’interroger en profondeur sur les représentations du travail, les modes d’organisation de la production ainsi que sur les multiples figures présentes au sein la hiérarchie laborieuse. Notons qu’il s’inspire en cela du travail mené par Alessandro Stella sur Florence au XIVe siècle et au début du siècle suivant. Par ailleurs, si la richesse du fond documentaire trévisan a déjà été mise en évidence par d’autres, Matthieu Scherman pointe en introduction le manque d’études approfondies concernant la situation économique de cette ville qui appartient au domaine de la Terre Ferme de Venise. L’intérêt de son travail réside donc essentiellement dans l’étude systématique et détaillée des neufs estimi de la ville, qui n’ont pas fait jusqu’alors l’objet d’études à part entière. Or comme l’ont déjà montré les études menées par Peter Laslett et Enrico Fuimi à partir du cas toscan, la documentation fiscale constitue une source de première importance pour la connaissance des structures économiques et sociales de la ville médiévale. En ce sens, le point de départ de cette étude est constitué par la réalisation en 1434 du premier estimo. Le terminus ad quem, quant à lui, est fixé à la date de 1509, qui marque le début des hostilités connues sous le nom de la « guerre de la Ligue de Cambrai », qui voit Venise et son territoire affronter une situation particulièrement périlleuse.

3Organisé autour de sept parties, l’ouvrage commence par envisager en détail le fonctionnement interne des estimi, dont la réalisation témoigne d’une meilleure prise en charge par les familles dirigeantes du recensement fiscal. Ce moment, important pour la communauté urbaine, est également perçu comme un appareil de contrôle sur l’ensemble de la population. En conséquence apparaît au fil des années une définition de plus en plus précise concernant la « famille », sa composition et ses occupations à Trévise. Cette première partie laisse ainsi présager des multiples possibilités d’études offertes par les estimi, délivrant une image détaillée du paysage économique et social de la ville.

4Cela établi, l’auteur entend revenir sur la question de la définition du travail, au travers de ses représentations, ses parcours et ses marchés. D’après lui, la documentation produite par la fiscalité trévisane permet d’appréhender les jugements portés sur le travail manuel par ceux qui y prennent directement part et d’atteindre au plus près l’idéologie populaire. La majeure partie des déclarations étant en langue vulgaire et non en latin, elles révèlent le vocabulaire du quotidien. Il en ressort cependant que le travail manuel tend à être déprécié au cours de la période, alors que ses acteurs forment la majorité de la population urbaine.

5De ce second propos découle un essai de classement des acteurs et des entreprises. Trois catégories, qui constituent autant de sous-parties, semblent refléter les hiérarchies principales du monde du travail : les indépendants, les subordonnés et les non-qualifiés. Néanmoins, l’auteur rend compte dans cette troisième partie des nuances présentes à l’intérieur de chaque segment du marché du travail. Il veille par ailleurs, tout au long de sa réflexion, à interroger la question d’une division sexuée du travail et la place des femmes en tant que chefs de famille au sein de la société trévisane.

6En effet, ainsi que l’illustre la quatrième partie de l’ouvrage, le travail est une entreprise familiale. Le foyer domestique constitue une structure indispensable au fonctionnement de l’économie urbaine et il importe d’en étudier les acteurs principaux, ces chefs de famille propulsés au premier plan par la nature même de la source fiscale. À cette occasion, Matthieu Scherman revient sur la question de la pluriactivité, identifiée pour la plupart des foyers dès la fin du Moyen Âge.

7Les résultats précédents poussent ainsi l’auteur à dresser en cinquième partie différents « tableaux de la ville », afin de révéler la répartition des richesses à l’intérieur de celle-ci ainsi que le poids économique et numérique de chaque secteur. Notons qu’au vu des estimi, le nombre de dénominations d’activités ne s’élève qu’à une centaine au cours du XVe siècle, alors que pour le siècle précédent, Florence comptabilise plus de 875 occupations différentes. Les activités à Trévise répondent en fait essentiellement aux besoins d’une population urbaine, avec des secteurs leadeurs dans le domaine de l’alimentation, du textile et du commerce des métaux. Cependant la présence de nombreux porteurs de vin démontre également l’importance du vin dans les échanges entre la ville et le territoire mais aussi entre Trévise et Venise, la ville participant également aux échanges régionaux et internationaux. Il apparaît enfin que la conjoncture économique de Trévise ne se démarque pas de celle d’une partie de l’Europe occidentale, le dernier tiers du XVe siècle étant marqué par un contexte économique déprimé.

8Aussi la sixième partie de l’ouvrage se propose-t-elle d’étudier les moyens de cohésion de l’économie urbaine en cas de besoin ainsi que les mécanismes d’une « sécurité sociale ». Les déclarations fiscales et les réglementations permettent d’appréhender les principes du fonctionnement des protections sociales. Si deux institutions délivrent principalement les protections – le travail et les familles –, les modalités de protection d’une population urbaine restent nombreuses et multiformes. La ville, les institutions laïques et ecclésiastiques, les entreprises et les familles agissent de différentes manières successivement ou concomitamment pour insérer et réinsérer un ensemble disparate de populations.

9Enfin, l’ouvrage se clôt sur une septième partie envisageant Trévise dans l’économie régionale. L’auteur intègre ainsi à son travail la question des ruraux et l’organisation des marchés urbains au niveau régional, voire international.

10Au sortir de la lecture de ce livre nous ne pouvons exprimer qu’un regret, que l’auteur reconnaît avoir lui-même, à savoir le fait que les déclarations fiscales et autres sources consultées ne laissent que peu apparaître les conflits au travail. Le monde du travail semble marqué davantage par la cohésion que par les troubles à tous les niveaux de la hiérarchie sociale. Cela étant, il s’agit là d’un biais tenant à la nature même de la documentation retenue et nous souhaitons plutôt conclure sur les nombreuses qualités de l’ouvrage. Cette étude présente en effet le mérite de comprendre le travail comme au fondement de la société médiévale, définissant à l’intérieur de la ville l’ensemble des relations sociales et économiques. Enfin notons que la reproduction en annexe d’une part importante des estimi permet d’appréhender toute l’ampleur du travail réalisé.

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Pilorget, « Matthieu Scherman, Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434-vers 1509) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13276

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org