Navigation – Plan du site

Cahiers La Boétie, n° 2, Les Figures de la coutume. Autour du « Discours de la servitude volontaire », études réunies par Laurent Gerbier et Olivier Guerrier

Bruno Méniel
Référence(s) :

Cahiers La Boétie, n° 2, Les Figures de la coutume. Autour du « Discours de la servitude volontaire », études réunies par Laurent Gerbier et Olivier Guerrier, Paris, Classiques Garnier, 2012, 239p.

ISBN 978-2-8124-0509-9

Texte intégral

1Cette deuxième livraison des Cahiers La Boétie regroupe des articles sur la notion de coutume sous l’Ancien Régime. Certains articles envisagent cette notion en considérant plusieurs auteurs, sur une période assez étendue, comme Didier Ottaviani, qui se penche sur la fin du Moyen Âge, Stéphan Geonget, qui s’intéresse aux débats entre juristes à la fin de la Renaissance, Sophie Peytavin, qui prend en compte toute la Renaissance, d’Érasme à Montaigne, Sylvia Giocanti, qui examine la méditation sur la coutume à l’âge classique, chez Descartes et Pascal notamment,  ou Martine Grinberg, qui embrasse la période qui va du XVIe au XVIIIe siècle. D’autres contributeurs se concentrent sur un ou deux auteurs : Nicolas Panichi établit un parallèle entre La Boétie et Giordano Bruno, André Tournon étudie la pensée de Montaigne, Didier Foucault, celle de Pierre Charron, Philippe Audegean, celle de Beccaria.

2Pascal Payen se demande si l’emploi que fait La Boétie de la notion de coutume dans le Discours de la servitude volontaire ne trouverait pas son origine chez Hérodote. Certes, La Boétie ne fait dans son ouvrage que trois références explicites à l’Enquête, mais la polysémie du mot nomos, qui au singulier signifie « loi » et souvent au pluriel « coutumes », aurait pu chez lui enclencher une réflexion sur le rapport entre coutume et tyrannie. Chez Hérodote, en effet, d’une part la coutume est une manière pour un peuple d’affirmer son identité et sa liberté, et donc de résister au tyran ; d’autre part chez certains peuples comme les Spartiates, le nomos (loi ou coutume) est perçu comme un maître (despotès), mais un maître qui protège de la servitude qu’un conquérant pourrait vouloir imposer. C’est donc en s’opposant à cette idée d’une coutume garante de la liberté que La Boétie aurait élaboré sa théorie de la coutume « première raison de la servitude volontaire ».

3Dans un article intitulé « Coutume et innovation. La question du droit naturel dans le Discours de la servitude volontaire », Nicolas Israël met en évidence le rôle de l’homme bien né dans la résistance à la tyrannie. Certains individus sont capables de rester sensibles aux affections naïves qu’éprouve leur esprit, notamment au désir de liberté, et donc de se détacher de la coutume qui provoque la servitude. Ils peuvent fonder leur relation à autrui sur le mode de la « compagnie », qui ne repose pas sur l’égalité mais sur l’équité et qui promeut des valeurs naturellement inscrites dans l’esprit humain. Le « gros populas » n’est pas incapable de reconnaître la prééminence de cet ordre de valeurs et la vertu d’un grand personnage.

4Tristan Dagron se concentre sur le « malencontre », cet événement fondateur, selon La Boétie, de la servitude volontaire. Le « malencontre » est d’abord appréhendé dans son effet : une paralysie du sens interne, une sidération, qui empêche le jugement d’accomplir sa tâche et de percevoir la servitude comme telle. Mais le « malencontre » n’est pas pour Tristan Dagron un événement traumatique, c’est plutôt un processus qui résulte de la tyrannie : comme le tyran, par nature imprévisible et inconstant, est susceptible de devenir méchant à tout moment, le sujet ne peut se fier à lui et il en vient à douter de la relation qu’il peut entretenir avec autrui et, en retour, avec lui-même ; il transforme cet amour déçu en haine de soi.

5Laurent Gerbier met en évidence l’ambivalence de la coutume dans le Discours. D’une part, lorsque La Boétie élabore la fiction des « nouveaux-nés », qui accéderaient à une plénitude de jugement sans être déformés par la coutume, il suggère que celle-ci peut aussi bien donner le goût de la liberté que celui de la servitude. D’autre part, La Boétie montre que chez les « mieux nés », qui éprouvent un désir naturel de liberté et savent résister à la servitude, l’usage de la raison est entretenu par la coutume.

6Ce numéro des Cahiers La Boétie apporte donc une précieuse contribution à la réflexion sur la notion de coutume. Il convient cependant de signaler que certains auteurs, privilégiant une approche philosophique, ne s’interrogent pas avec assez de rigueur sur les références qu’ils convoquent : si l’on médite sur la notion de coutume en général, tout source est bienvenue, mais si on souhaite préciser la pensée de La Boétie, il est indispensable de s’interroger sur les ouvrages qu’il a pu avoir entre les mains.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Cahiers La Boétie, n° 2, Les Figures de la coutume. Autour du « Discours de la servitude volontaire », études réunies par Laurent Gerbier et Olivier Guerrier », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13270

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org