Navigation – Plan du site

Étienne Forcadel, La Sphère du Droit, Sphaera legalis, éd. et trad. Anne Teissier-Ensminger

Bruno Méniel
Référence(s) :

Étienne Forcadel, La Sphère du Droit, Sphaera legalis, éd. et trad. Anne Teissier-Ensminger, Paris, Classiques Garnier (« Textes de la Renaissance » 168), 2011, 540p.

ISBN 978-2-8124-0253-1

Texte intégral

1Cette édition bilingue, due à Anne Teissier-Ensminger rend accessible à ceux que passionnent la science juridique et la culture de la Renaissance un grand livre du professeur toulousain Étienne Forcadel. Cet ouvrage, que connaissaient jusqu’ici surtout les spécialistes, se donne à lire comme un dialogue lucianesque qui fait l’éloge du droit en le présentant comme un principe d’harmonie non seulement sociale, mais cosmique.

2Le volume présente les deux éditions de l’ouvrage, celle de 1549 et celle de 1595, sur laquelle nous nous appuierons pour simplifier. Dans le premier cas, Étienne Forcadel est une jeune juriste humaniste de vingt-cinq ans, qui entend exalter la beauté et la grandeur de la discipline qu’il a choisie ; dans le second, il est un professeur chevronné qui livre son testament politique. Entre les deux éditions, le texte a plus que doublé de volume. Il se présente comme un dialogue où un juriste idéal, Accurse, s’efforce de convaincre le dieu du sarcasme, Momus, de l’éminente dignité du droit. Il établit une analogie entre l’histoire du droit et le cosmos, en associant à chacune des sept planètes une étape de l’histoire du droit. Ainsi, le droit peut apparaître comme un facteur d’harmonie. Les planètes sont classées selon l’ordre chaldéen : à la planète la plus éloignée, Saturne, correspond la Loi des Douze Tables, dont certaines dispositions sont jugées particulièrement cruelles ; à Jupiter, le droit prétorien ; à Mars, le droit fondé sur le procès ; au Soleil, le droit de Justinien ; à Vénus, le droit fondé sur la fiction ; à Mercure, le droit fondé sur la glose d’Accurse ; à la Lune, le droit des post-Glossateurs. En inscrivant le droit dans une représentation du cosmos qui conjugue néoplatonisme et christianisme impérial, Forcadel vise à le sacraliser.  

3Ce dialogue est bien sûr d’abord un échange entre une figure du Droit et une figure de la Philologie. Lorenzo Valla y est appelé « cet autre Momus » (alter Momus). Bien que l’ouvrage émane d’un représentant de l’humanisme juridique, il fait la part belle au personnage d’Accurse, qui qualifie Lorenzo Valla de « grammarien pouilleux » (grammaticus pediculosus, p. 398) et le taxe d’incompétence. Le juriste savant est supérieur au pur philologue, parce qu’il maîtrise le savoir du pouvoir, le savoir le plus directement utile à la cité. Le droit, comme l’amour, est capable de créer un lien entre les hommes et donc d’instaurer une harmonie. Forcadel se situe donc dans le prolongement d’Alciat : il s’oppose aux philologues humanistes, fin connaisseurs du latin mais piètres interprètes du droit, et prône une pratique érudite du droit tirant parti des acquis de la renaissance des bonae literae. Loin d’assujettir le droit aux disciplines du quadrivium et du trivium, il considère que les arts dits « libéraux » sont ses « esclaves ». Encyclopédique, le droit subsume tous les savoirs et il constitue son lexique en empruntant à tous les langages techniques aussi bien qu’au langage ordinaire. Les Pandectes, livre source, sont une retranscription du monde. Pour Forcadel, le droit n’est pas seulement un monde, il est le monde, le seul monde vrai.

4La Sphère du droit permet de comprendre ce qu’a été la culture du droit en ce XVIe siècle qui l’a développée plus qu’aucun autre : un savoir sur l’homme qui fait son miel du droit romain et du droit canon, mais aussi de la mythologie, de l’astrologie, de l’histoire, une éthique fondée sur une expérience millénaire. Les arguments valent moins par leur force intrinsèque que par leur aptitude à servir de rouage dans la grande machine tourbillonnante de la dialectique.

5Il faut se réjouir de la publication de cet ouvrage, dont l’ambition encyclopédique se trouve manifestée et même amplifiée par l’extrême richesse de l’introduction et de l’annotation d’Anne Teissier-Ensminger. Il ne fait aucun doute qu’une telle édition critique apporte une contribution de poids aux études sur droit et littérature.

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Méniel, « Étienne Forcadel, La Sphère du Droit, Sphaera legalis, éd. et trad. Anne Teissier-Ensminger », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13267

Haut de page

Auteur

Bruno Méniel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org