Navigation – Plan du site

La Vierge Marie dans la littérature française. Entre foi et littérature, éd. Jean-Louis Benoît

Karin Ueltschi
Référence(s) :

La Vierge Marie dans la littérature française. Entre foi et littérature, éd. Jean-Louis Benoît, Lyon, Jacques André, 2014, 397p.

ISBN 9 782757-002827

Texte intégral

1Voici un ouvrage d’une belle envergure matérielle (le format 20 x 27 est inhabituel et agréablement imposant) et scientifique qui ne manquera pas de devenir une référence : la Vierge Marie, figure inspiratrice majeure transcendant toutes les cloisons disciplinaires et irradiant tous les domaines artistiques, est abordée ici depuis l’Antiquité tardive jusqu’à Marie-Noëlle, du Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine, par le prisme littéraire comme théâtral, et grâce aux contributions des meilleurs spécialistes respectifs. Cinq parties structurent l’ouvrage : « la Vierge Marie dans la littérature médiévale » ; « la Vierge mise en scène » ; « la Vierge Marie entre Moyen Âge et époque moderne » ; « la Renaissance mariale du XIXe siècle » ; « la Vierge Marie aux XXe et XXIe siècles : la mère du Verbe ». Nous est offerte, dans 39 contributions denses et concises, une tentative de saisir, dans une formidable dynamique de convergence, passé et présent, émotion religieuse et élans poétiques, théologie et philosophie, sacré et profane, visions surnaturelles et enracinement réaliste et jusqu’à la tentation de la décadence.

2Dans une belle introduction (« Femme, que me veux-tu ? »), Jean-Louis Benoît pose le propos de l’ouvrage, qui rassemble les interventions d’un colloque tenu à Lorient en juin 2013. Il insiste tout particulièrement sur les écueils et les dangers qui guettent les imprudents bravant les frontières entre élan artistique et émoi religieux, voire intention didactique et morale. En effet, la Vierge n’est pas une « matière » comme une autre : il faut trouver le ton juste, ne pas faire ouvrage théologique mais au contraire se fonder tout d’abord sur les représentations que la Vierge a inspirées au Moyen Âge – époque fondatrice et âge d’or de la poésie mariale – pour saisir ensuite cet héritage dans son évolution ; explorer enfin de nouvelles contrées et dimensions qui ne cessent de sourdre jusqu’à nos jours.

3Paul Mattei (« Marie entre Antiquité et Moyen Âge. L’héritage patristique dans la piété et la théologie mariales médiévales : quelques aspects doctrinaux, liturgiques, spirituels et artistiques ») définit des repères essentiels pour appuyer une investigation sur le sujet. Il rappelle en cinq points les notions fondamentales que l’Antiquité chrétienne – l’Antiquité patristique – a léguées au Moyen Âge : la virginité perpétuelle de la Mère de Dieu, le parallèle Ève-Marie qui a tant inspiré poètes et penseurs, la maternité divine, et enfin les problématiques relatives à l’Immaculée Conception et à l’Assomption. Le lecteur trouve dans cette contribution liminaire une synthèse historique fort précieuse de l’émergence des principales fêtes mariales qui jusqu’à nos jours jalonnent l’année liturgique.

4C’est au Moyen Âge que se joue la partition principale : la Vierge Marie devient une véritable Muse chrétienne. De belles contributions s’attachent au langage d’amour que la Dame – terme emblématique s’il en est dans ce contexte – inspire au trouvère : Marie-Geneviève Grossel interroge ainsi un beau corpus de chansons à la Vierge. Mais l’amour profane n’est pas en reste ; des parallélismes stimulants avec les grands mythes littéraires de la passion amoureuse peuvent être établis. Ainsi Brindusa Grigoriu, en s’attachant au corpus de la légende tristanienne, s’interroge sur les limites respectives de l’amour (celui de Dieu, celui inspiré par Dieu) et de l’éros, et la place qu’occupent Yseut et la Vierge dans cette configuration : dans les yeux du poète, dans les yeux de Tristan, ces deux figures tendent à se confondre dans l’élan amoureux sacré qui anime le discours dans un véritable « scénario du salut ». Marie-Laurentine Caëtano examine la place occupée par la Vierge dans la poésie féminine du XVIe siècle (Catherine d’Amboise, Marguerite de Navarre, Anne de Marquets, les Dames des Roches et Gabrielle de Coignard) tandis que Sandra Cureau s’attache au rôle d’inspiratrice que joue la Vierge dans l’œuvre de Jean d’Auvray (1580-1624) par le biais de l’étude de motifs structurants comme celui de la Vierge au pied de la croix. La Mater dolorosa inspire d’autres contributions du recueil : Lydie Lansard en étudie des émanations dans les passions narratives de la fin du Moyen Âge et Stéphanie Le Briz-Orgeur dans les grandes Passions des XIIIe-XVe siècles. Les œuvres relatives aux miracles de la Vierge sont traitées par Élisabeth Barale qui étudie quelques recueils de miracles mentionnés dans les inventaires de la Librairie des Ducs de Bourgogne, et par Daniela Musso qui s’intéresse aux accents de « religion populaire » se manifestant dans le corpus des Miracles de Nostre Dame par personnages,dans lesquels les syncrétismes pratiqués avec l’imaginaire préchrétien sont particulièrement emblématiques de la problématique entre foi et littérature.

5L’enracinement de la référence mariale dans le réel et dans l’histoire tel qu’on le trouve déjà chez Wace fournit également un angle d’approche fécond. Denis Hüe et Françoise Laurent étudient la Conception Nostre Dame de Wace qui coïncide avec l’émergence des débats autour de l’Immaculée Conception, ainsi que le rapprochement du culte marial avec le mystère de la Trinité autour du Trinubium Annae et des trois Marie. Mais les dimensions proprement morales – i.e. les déductions pratiques et concrètes – peuvent elles-mêmes être exploitées par le poète : ainsi la chasteté dans la Vie des Pères (Élisabeth Pinto-Mathieu), la compassion et son évolution dans les Passions (Stéphanie Le Briz-Orgeur) ou encore cette véritable imitatio Virginis Mariae – si on me permet – que l’on trouve dans le Roman du Comte d’Anjou (Anna Kricka), œuvre emblématique en ce qu’elle propose justement « l’intériorisation d’un modèle religieux » dans une trame romanesque et un cadre réaliste. D’autres grandes questions ont trait aux syncrétismes que ne manque de générer cette figure au carrefour de la spiritualité et de la merveille, et qui deviennent particulièrement sensibles lorsque la Vierge s’attaque à l’antique Ennemi qui peut prendre bien des apparences et identités littéraires (Daniela Musso).

6Le XIXe siècle, et en particulier le romantisme, s’approprient à leur tour ce fécond mélange de sacré et de profane coïncidant dans le personnage désormais littéraire à part entière qu’est devenue la Vierge (Esther Pinon, Yves Ansel, Marie-Christine Garneau de l’Isle-Adam, Caroline Cazanave, Pascaline Hamon) : de grands noms (Chateaubriand, Hugo) en donnent de belles et plurielles illustrations, alors que le contexte historique semble plutôt aller dans le sens d’une déchristianisation, ce qui a pour effet paradoxal une féminisation du culte et des congrégations, soit autant de facteurs bénéfiques au culte de la Vierge et des modèles féminins dominants et que le dogme de l’Immaculée Conception (1854) vient renforcer, tout comme les apparitions de la rue du Bac, de La Salette et de Lourdes.

7Il apparaît clairement que même dans notre modernité sécularisée, la littérature n’est pas fermée au mysticisme ; bien au contraire, il continue de nourrir l’émotion poétique. Le silence en particulier peut être un dénominateur commun voire un vecteur entre langages poétique et religieux, car l’ineffable est leur objet commun tandis que la prière peut être leur modalité (Mariel Mazzocco, Laure Darcq). La spiritualité mariale irrigue ainsi l’inspiration poétique d’un Huysmans (Carine Roucan), d’un Charles Péguy (Jean-Louis Benoît), de Francis Jammes (Bertrand Degott), d’Henri Ghéon (Catherine Boschian-Campaner), de Marie-Noëlle (Chrystelle Claude) et surtout de Paul Claudel (Thierry Glon) ; en effet, la Vierge est peut-être l’inspiratrice principale de son œuvre, lui qui l’a « louée, priée, mise en scène », dit Dominique Millet-Gérard qui explore ce qu’elle appelle sa « prose poétique » dans deux ouvrages et qui sont tous deux à la fois « méditations » et « rêveries », L’épée et le miroir et La rose et le rosaire, qui s’alimentent dans la somptueuse « réserve d’images » qu’offrent de Marie la liturgie et les livres bibliques. Enfin, le poète contemporain Jean-Pierre Lemaire donne sa version personnelle dans « Comment j’ai essayé de donner à voir et à entendre Marie par la poésie », en expliquant comment sont nés certains de ses poèmes aux titres suggestifs : « Le Manteau », « La Pieta », « Cana », « Le Couronnement », etc. Trois modalités liées aux trois personnes du discours peuvent ainsi schématiser cette approche : parler de la Vierge à la troisième personne, s’adresser à elle à la deuxième, enfin, la faire parler à la première sont autant de manières, contribuant à édifier une stature spécifique à la Vierge dans l’œuvre littéraire.

8Certaines contributions mettent plus particulièrement l’accent sur la confrontation d’axes opposés, qu’ils soient chronologiques, génériques ou thématiques, à l’instar d’Earl Jeffrey Richards qui confronte le Tumbeor Nostre Dame au Jongleur d’Anatole France. Gaël Prigent va jusqu’à se demander s’il n’y aurait pas une certaine « décadence » toute fin-de-siècle dans l’« hyperdulie », cette adoration excessive donc de la Vierge caractéristique de l’époque et que l’on trouve par exemple chez l’abbé Boullan. Ana-Maria Girleanu-Guichard interroge une Vierge Noire, ou plutôt le double visage de Marie – la naissance, la mort – chez le poète Guez Ricord et les « repères d’une géographie sacrée personnelle » ainsi que les jeux de sons et de mots autour du nom de Marie, à la manière, encore et toujours, des poètes du Moyen Âge et de la Renaissance : Guez Ricord écrit donc une fois encore l’éternelle histoire du poète, de l’amour et de la mort.

9Enfin, la Vierge est confrontée à l’aune de la pensée philosophique : Nelli Przybylska explore ainsi la quête de la sagesse par le biais du modèle marial chez Simone Weil. On peut en effet confronter Marie à certains courants de pensée : Pierre Halen interroge son devenir dans le roman contemporain et réaliste en se fondant sur La Termitière de Daniel Gilles et « Notre-Dame de la décolonisation », tandis que Daniel S. Larangé, en s’appuyant sur des auteurs comme V. Ravalec, A. Sénanque, M. Halter et M. Houellebecq, confronte Marie à la postmodernité dont elle semble considérablement déranger les repères et perturber les codes, ce qui peut provoquer ou alimenter une « déréliction mariale ». Jacques Marx se consacre à l’apparition de la Vierge à la Salette (1846) qu’il confronte à une véritable « politique théologique française ». Enfin, Danièle Henky étudie la littérature pour les jeunes filles du XIXe siècle puis l’évolution du modèle marial dans la littérature pour enfants contemporaine, en particulier eu égard à l’évolution du statut de la femme dans la société.

10C’est donc un panorama vaste, ambitieux, complet que nous offre ce beau volume consacré à la Vierge dans la littérature française. Quelques petites suggestions uniquement formelles : peut-être aurait-on pu présenter de manière plus claire le résumé des articles d’une part et les notices biographiques des auteurs d’autre part ; les deux rubriques, en effet, se suivent sans marque de transition. En outre, ces notices figurent en suivant l’ordre des articles dans le volume plutôt que l’ordre alphabétique, ce qui rend un peu malaisée leur consultation. Enfin, on aurait peut-être pu envisager l’établissement une bibliographie générale reprenant l’essentiel des références et des sources exploitées, mais une telle entreprise, dans ce genre d’approche, on le sait, est semée d’embûches.

  • 1  Très exactement : « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux », dit la Muse au Poète (Al (...)

11Si le mois de mai est le mois de Marie, et que la Nuit de mai (la Muse en l’occurrence) a inspiré au poète cette fameuse vérité que les vers les plus tristes sont les plus beaux1, on est tenté d’ajouter, en fermant ce beau volume, que les chants les plus beaux sont les chants sacrés. En tout cas, cet ouvrage montre l’immense fécondité de l’aspiration religieuse insufflée par cette Muse chrétienne qu’est la Vierge Marie, à la croisée de la religion et de la littérature. C’est un livre que l’on prend, dans lequel on flâne, qu’on remet de côté, que l’on reprend encore et encore, source apparemment inépuisable de découvertes pour nous qui sommes tous spécialistes de quelque chose : ici, notre horizon s’élargit tout en restant, fondamentalement, familier et stimulant ; le sujet irrigue, comme par autant de détours, nos champs d’investigations personnels en nous offrant non seulement un regard neuf et imprévu sur cette grande figure tutélaire mais également une réflexion sur la source de l’émoi poétique et la matière dont est faite la littérature.

Notes

1  Très exactement : « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux », dit la Muse au Poète (Alfred de Musset, La nuit de mai).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karin Ueltschi, « La Vierge Marie dans la littérature française. Entre foi et littérature, éd. Jean-Louis Benoît », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13265

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org