Navigation – Plan du site

Michel Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échanges politiques en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge

Lydwine Scordia
Référence(s) :

Michel Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échanges politiques en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge, Paris, De Boccard, 2014, 687p.

ISBN 978-2-7018-0358-6

Texte intégral

1Parlementer est un événement historiographique qui atteste du dynamisme de la nouvelle histoire politique. C’est aussi un (et peut-être le) grand œuvre de notre collègue médiéviste de Montréal, éditeur des Regeste des Etats de Provence (1347-1480) en 2007, fort sensible aux subtilités de la vie politique en Europe latine. On ne sait ce qu’il fait admirer le plus dans cet ouvrage qui vient de recevoir le Premier prix Gobert. Est-ce l’approche comparatiste de l’historien polyglotte ? L’aisance avec laquelle il allie extrême précision et vision synthétique nuancée ? Le cœur qu’il faut pour interroger les sources immenses aux différents tempos ? Ou l’ambition de s’attaquer à un sujet maltraité par les historiens libéraux français du XIXe siècle qui ont recherché dans les assemblées médiévales les origines des régimes constitutionnels, ou par ceux qui les ont délaissées, dépités, et qui ont répandu le lieu commun de l’échec des assemblées françaises opposé aux succès du parlement anglais ? Loin d’écrire l’histoire d’un échec en près de 700 pages, Parlementer apporte la preuve de l’extrême richesse de ces assemblées qui ont peut-être déçu nos prédécesseurs mais ont su faire le profit de celui qui les a étudiées sans a priori et a laissé parler son goût personnel pour la « communication symbolique ».

2Ce n’est pas surseoir à l’ordre que de donner d’emblée les sept points de conclusion tirés par Michel Hébert (p. 583-590) : « 1. Une assemblée n’est pas une foule ; 2. La délibération n’est pas une conversation ; 3. La représentation n’est pas une opposition ; 4. L’assemblée de type parlementaire n’est pas une démocratie ; 5. Le parlementarisme est une culture ; 6. Le contrat politique n’est pas une constitution ; 7. Le moment parlementaire, pour autant, n’est pas un échec ».

3On peut se reporter par commodité au plan détaillé de Parlementer, disponible en ligne1. L’introduction (p. 1-18), précédée d’une citation en mi-teinte d’Umberto Eco, s’attache à définir les mots, justifier le choix comparatiste, énoncer les enjeux et annoncer la double approche fonctionnelle et symbolique des assemblées. Qu’appelle-t-on assemblée représentative ? « La réunion, dans un espace-temps commun et normé, des individus ou des groupes qui, en personne ou par leurs représentants, figurant un ensemble politique, sont habilités à parler et à agir au nom de cet ensemble, dans une relation de négociation avec un prince territorial, sur tous les aspects de la recherche du bien commun » (1). Comment étudier, dans des espaces aussi divers, les parlements d’Angleterre, Écosse, Irlande, les assemblées et états de France et des principautés périphériques, et les cortes de la péninsule ibérique ? Au-delà de la diversité du vocabulaire (parlement, assemblée, états, cortes…), l’auteur choisit d’employer le mot « parlement », dans son sens premier de « parler ensemble », car il caractérise toutes ces assemblées (attesté dans les 16 illustrations du cahier en couleurs). La diversité des signifiants n’empêche donc pas la comparaison des signifiés (Bloch, 1928). Tournant le dos aux pratiques téléologiques des historiens du XIXe siècle, Michel Hébert s’attache à définir le lien politique noué dans les assemblées entre le tenant du pouvoir et ces représentants. La kyrielle de mots pour qualifier ce lien politique traduit bien la difficulté de la recherche : négociation, dialogue, échange, transaction, consensus, pacte, tractation, contrat… Et par quel terme désigner ces assemblées : société politique, communauté politique ? Parlementer permet, entre autres buts, d’étudier à nouveaux frais les questions de souveraineté et de sujétion à la fin du Moyen Âge, autant de champs de recherche animés par les mots de « contrat » (« au sens politique », précise M.H.), de « communauté », de « république » ou… d’« amour », que la recherche actuelle laboure en frôlant parfois les gouffres sémantiques induits par ces termes.

4L’historien choisit d’étudier les échanges et les transactions « entre des princes qui jamais ne disposent d’un pouvoir absolu et des sujets qui jamais ne leur disputent radicalement leurs compétences » (3). On ne trouvera pas dans Parlementer l’histoire de toutes les assemblées mais l’étude, l’analyse et une réflexion sur la cérémonie parlementaire, que l’auteur propose d’exposer en usant volontairement d’un vocabulaire et de métaphores théâtrales (acteurs, action, « théâtre de la parole », gestes…).

5Dans la première partie, Michel Hébert analyse les cas concrets de « Trois assemblées » (états de 1356 à Paris, parlement réuni de 1376 à Westminster et cortes d’Aragon en 1383-1384) pour établir un modèle représentatif (paradigme) ; en deuxième partie, il aborde les modalités de réunion des parlements par les lettres de convocation, les instructions et le choix des représentants ; en troisième partie, le déroulement de ce « théâtre de la parole » avec le décor, l’emplacement des acteurs, les discours, les discussions, la clôture ; et en quatrième, le passage « de la parole à l’écriture », soit la mise en mémoire de ces assemblées, leur éventuelle transformation en ordonnances, voire la diffusion de la culture parlementaire, comme en témoigne la proposition faite par le roi de Bohême Georges Podiebrad d’une assemblée de tous les rois et princes chrétiens en 1464. L’ouvrage comprend une importante bibliographie (p. 605-652) et deux index (noms propres et matières).

6Il faudra distinguer le cas français, non par paresse franco-française, mais pour son évidente spécificité due à l’importance de la question fiscale et au diptyque assemblées favorables ou oppositionnelles. Les assemblées françaises sont fort contrastées tout au long des XIIIe-XVe siècles. Favorables dès 1302, avec les assemblées réunies par le roi Philippe IV pour diffuser et obtenir le soutien à sa politique, ou encore avec les états de Tours convoqués par Louis XI en 1468 pour légitimer et accélérer la mise en pratique de ses choix politiques. Défavorables, lors des assemblées oppositionnelles des années 1350.

7Au terme de la lecture de Parlementer, on ne peut plus dire que la représentation est « le parent pauvre de la genèse de l’État moderne » ou « le trou noir de la recherche historique française » (J.-Ph. Genet, 1990, 2010). On a cru longtemps à une vie politique médiévale moribonde, polarisée qu’était l’historiographie sur l’astre royal et l’évolution absolutiste (inexorable ?) de la monarchie. Le déroulement des assemblées représentatives avec leur convocation, les modes d’élection des représentants, les lieux de réunion, l’assiette en fonction des hiérarchies et des préséances, les discours, les débats…, toutes ces étapes, avec leurs règles, leurs conventions et bien sûr les surprises qui résultent invariablement de tout espace de liberté, apportent la preuve d’une vie politique vivante dont on aurait envie de résumer l’essence par une phrase très significative de l’auteur : « c’est pour pouvoir consentir, et non pour pouvoir refuser, sauf exception, que les assemblées revendiquent cette liberté qui, seule, garantit la viabilité de l’échange » (p. 433). « Consentir », avec des « contreparties », s’avère être le trait commun des assemblées. « Sauf exception », les idéaux affichés des assemblées restent le consensus, la concorde, l’unanimité, attestés par l’emploi répété du vocabulaire de l’amour (voir l’entrée « amour » dans l’index des matières), tout à la fois réel et obligé.

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydwine Scordia, « Michel Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échanges politiques en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2014, mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13260

Haut de page

Auteur

Lydwine Scordia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org