Navigation – Plan du site

Les Ordres Militaires dans la ville médiévale (1100-1350), éd. Damien Carraz

Vincent Challet
Référence(s) :

Les Ordres Militaires dans la ville médiévale (1100-1350), éd. Damien Carraz, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2013, 314p. 

ISBN 978-2-84516-558-8

Texte intégral

1Recueil des actes d’un colloque tenu à Clermont-Ferrand en 2010, cet ouvrage part, si l’on veut, d’un malentendu historiographique qui a tendu à considérer que les ordres religieux militaires se sont implantés prioritairement en zones rurales sans qu’une étude globale sur les liens qu’ils ont pu établir avec les milieux urbains n’ait jamais été tentée. Dans sa copieuse introduction générale, Nikolas Jaspert ne manque donc pas de rappeler quelques évidences souvent passées sous silence pour rappeler le lien intrinsèque noué entre les Templiers et Jérusalem et souligner que l’ordre du Temple fut donc, à l’origine, un ordre urbain, de même que les Hospitaliers et les Teutoniques dont la titulature officielle comporte une référence explicite à la cité sainte. La fondation de tels ordres s’inscrit d’ailleurs dans un contexte d’essor urbain qui en constitue l’arrière-plan et il était en outre inévitable que des ordres possédant une vocation charitable, à l’instar des Hospitaliers, privilégient une implantation urbaine. Il paraît ainsi patent à Nikolas Jaspert que le rôle qu’ils ont pu jouer en termes d’urbanisation, notamment par le biais de lotissements, reste sous-estimé d’autant que les commanderies ont pu par la suite devenir le point nodal de nouveaux quartiers que les ordres militaires avaient contribué à faire surgir de terre, et ceci sans même avoir besoin de recourir au cas tout à fait exceptionnel d’Acre ou d’une ville comme Rhodes. L’auteur invite aussi à ne pas trop se focaliser sur les premiers temps de l’implantation et à prendre au contraire en compte les évolutions qui se dessinent aux XIVe et XVe siècles et paraissent rapprocher plus encore les ordres militaires des milieux urbains. Toutefois, s’il considère que ces ordres étaient bien implantés dans la société urbaine, il se garde bien d’appeler à un renversement total de perspective : les ordres militaires demeurèrent plus ruraux qu’urbains et leur économie se fondait en premier lieu sur l’existence de commanderies tirant l’essentiel de leurs revenus de leurs possessions rurales. Damien Carraz préfère, toutefois, envisager les choses sous une autre perspective en montrant comment ces ordres ont pu constituer un jalon entre l’ordo monastique ancien et des expériences religieuses nouvelles, notamment celles que devaient représenter les ordres mendiants – sur lesquels revient, dans une perspective comparatiste, Ludovic Viallet. Soulignant tout d’abord que plus de la moitié des commanderies se situent dans un contexte urbain où trouvait mieux à s’exprimer la mission caritative d’ordres qui n’ont pas qu’une vocation militaire, Damien Carraz note que l’absence de stabilité et le caractère laïc des Templiers ou des Hospitaliers sont autant de traits qui les rapprochent de ce que devaient être les ordres mendiants et que, précisément, leur statut de laïc explique leur facile intégration au sein de la société séculière. Autre trait qui les distingue de cet ordo monastique ancien, une « vision universaliste qui […] tranche avec l’horizon le plus souvent local des monastères traditionnels » (p. 44), ce qui incita les ordres militaires à inventer des structures institutionnelles à la hauteur de leur expansion géographique et à « façonner une appréhension globale du monde » (p. 44) qui est aussi l’une des clefs de compréhension de leur réussite économique. Non contents d’être des acteurs essentiels de cette nouvelle économie d’échanges, les ordres militaires ont aussi marqué le paysage urbain à la fois par la construction de bâtiments et le lotissement de quartiers neufs – comme celui de la Villeneuve du Temple à Paris –, mais aussi par leur participation au contrôle social de la population par le biais de l’exercice des droits de justice ou encore par leur rôle de médiateurs. Damien Carraz note d’ailleurs que les milieux des donateurs qui, en milieu urbain, favorisent au XIIe siècle l’implantation des ordres militaires sont exactement identiques à ceux qui, au siècle suivant, se tournent vers les ordres mendiants. Le soutien apporté par les élites urbaines – notamment les milieux consulaires dans le Midi de la France et en Italie du Nord – est aussi le signe que Templiers et Hospitaliers faisaient partie intégrante du paysage urbain médiéval.

2 À la suite de cette présentation générale, le parcours se poursuit par des études plus régionales qui tentent de retracer les modalités et les diversités de l’implantation urbaine des ordres militaires en fonction des différents royaumes et espaces considérés. Les situations sont ici très contrastées depuis l’exception que constituent sans doute les importants ensembles édifiés par Templiers, Hospitaliers et Teutoniques à Jérusalem puis à Acre (Denys Pringle) au rôle joué par les Hospitaliers à Székesfehérvar, ville des sacres et des funérailles des rois de Hongrie, puis à Esztergom (Zslot Hunyadi) en passant par le nord de la France où le pouvoir épiscopal favorisa souvent l’implantation des ordres militaires en concédant terrains et lieux de culte, comme à Laon et à Reims (Valérie Bessey). Quelques situations particulières méritent cependant que l’on s’y arrête un peu plus longuement. Concernant les Îles Britanniques, Helen Nicholson étudie de manière très détaillée les établissements londoniens des Hospitaliers à Clerkenwell et des Templiers à New Temple, deux maisons qui devaient être pillées par les rebelles anglais lors de la révolte de 1381. New Temple constituait en effet l’endroit privilégié où le souverain et les nobles les plus fortunés venaient mettre en sécurité leurs biens les plus précieux et faisait également office de banque et de dépôt d’archives pour des documents judiciaires. L’ensemble constituait d’ailleurs un lieu plutôt ouvert puisque la célébration de la messe était ouverte à tous et que les notaires y instrumentaient fréquemment, n’hésitant pas en outre à y entreposer leurs documents. En Irlande, en revanche, le rôle de lieu de sauvegarde pour les biens des nobles fut joué par la maison hospitalière de Kilmainham, non loin de Dublin. Mais, là encore, Helen Nicholson n’oublie pas de mettre en rapport ces implantations urbaines avec les possessions foncières de ces ordres et note qu’au final, en 1308, les seuls Templiers arrêtés en contexte urbain le furent à Londres. Le très beau tableau brossé par Sylvain Gougenheim à propos des relations entre l’ordre teutonique et les villes de Prusse offre bien évidemment une image tout à fait différente puisque « l’ordre apparaît d’abord comme un fondateur de villes » (p. 128), urbanisant les territoires conquis dans le droit fil de la colonisation allemande. Les Teutoniques furent ainsi à l’origine de plus de cent villes entre 1230 et 1350, associées à un castrum et dotées d’un plan typique en damier, de telles fondations sous-tendant un véritable projet politique de domination de l’espace, de type seigneurial. Ils dotèrent leurs fondations d’un droit attractif, accordant notamment la liberté individuelle aux nouveaux venus, sans jamais se départir de leurs droits régaliens, ce qui témoignait d’une « réelle vision politique » (p. 131) d’un ordre qui sut, par le biais du réseau urbain ainsi constitué, organiser l’espace sans pour autant le hiérarchiser véritablement. Sylvain Gougenheim note ainsi à ce propos que Marienburg ne constitue pas exactement une capitale et que la ville la plus représentative d’un point de vue militaire demeura au contraire Königsberg. Pendant longtemps, les Teutoniques parvinrent à maintenir ces villes sous le contrôle direct de l’ordre et à entraver toute manifestation d’autonomie politique, comme en atteste, de manière symbolique, l’interdiction des beffrois. L’émancipation urbaine ne put donc se faire que de manière conflictuelle à partir de 1430, en s’appuyant notamment sur l’expérience politique que constituait la ligue hanséatique. Comme le conclut l’auteur, « les Teutoniques ont créé une principauté urbanisée, dont les villes constituaient un élément majeur. Mais […] les mutations sociales et les projets politiques émanant des élites urbaines relevaient d’un univers mental assez étranger à celui des dirigeants teutoniques » (p. 137). Si bien que les villes fondées par les Teutoniques contribuèrent in fine à la destruction de l’État Teutonique. Mais la situation de la Prusse est, à bien des égards, tout à fait exceptionnelle et tranche, à l’évidence, avec le reste des territoires de l’Occident médiéval, ce que les deux études consacrées à la péninsule italienne laissent clairement apparaître. En Italie septentrionale et centrale, Elena Bellomo montre comment l’implantation des ordres militaires fut favorisée par les évêques qui n’hésitèrent pas à leur confier églises suburbaines et hôpitaux, allant même parfois jusqu’à les utiliser, comme en zone turinoise, pour reprendre pied sur des territoires autrefois sous contrôle épiscopal et passés aux mains des laïcs. À Pise ou à Gênes, l’implantation de l’Hôpital, délibérément urbaine, bénéficia d’ailleurs du double patronage de l’évêque et de la commune et se développa en liaison avec la participation de ces villes maritimes à la première croisade. L’un des apports les plus intéressants de cet article réside dans la manière dont l’auteure insiste sur le rôle moteur que jouèrent les Hospitaliers en matière d’assistance et de charité, parvenant à insuffler une nouvelle vigueur à des institutions préexistantes, à tisser des liens très étroits avec la société urbaine et à répondre aux nouvelles aspirations de la piété urbaine. Conséquence presque inévitable de cette intégration poussée à la société urbaine, les ordres militaires ne manquèrent pas de s’impliquer dans la vie politique agitée des communes italiennes. Le cas d’Asti témoigne, par exemple, de la coopération entre les Templiers et la commune, ce qu’illustre la carrière d’un Rolando Bergognino, plusieurs fois consul et ambassadeur d’Asti avant d’entrer au Temple. Le recrutement des ordres militaires au sein de ce patriciat urbain est certes un bon indice de leur insertion au sein de la ville, mais il les entraînait aussi dans les luttes de factions, comme à Plaisance où les Templiers se rangèrent aux côtés des Guelfes. À la fois similaire et fort différente fut l’implantation des ordres militaires dans le Mezzogiorno, telle qu’elle est retracée sous la plume de Kristjan Toomaspoeg. Fort différente puisqu’elle fut plus tardive qu’en Italie du Nord, qu’elle suscita l’opposition du pouvoir épiscopal et qu’elle se fit sous la forme de commanderies urbaines situées majoritairement dans les grandes villes portuaires et dirigeant, depuis la ville, l’exploitation de vastes terres agricoles dans le cadre d’un système latifundiaire. Mais néanmoins similaire si l’on prend en compte l’insertion de ces ordres militaires dans les sociétés urbaines par le biais des confraternités qui recrutaient l’essentiel de leurs membres dans les familles de juristes et de marchands et dans la petite noblesse urbaine selon un système poussé de clientélisme.

3 Les études de cas qui composent la troisième et dernière partie de cet ouvrage contribuent à transformer le puzzle déjà passablement compliqué des relations entre ordres militaires et villes en kaléidoscope où toutes les situations sont finalement possibles, depuis le palau de Barcelone (Joan Fuguet Sans et Carme Plaza Arque) aux châteaux du royaume du Portugal dont Isabel Cristina Ferreira Fernandes montre comment ils ont été « un élément-clé de la fondation et du développement de la ville » (p. 267) ou des relations que Strasbourg entretient avec la commanderie hospitalière de Dorlisheim, avant d’accueillir au sein de la ville même une maison fondée en 1370-1371 et qui devient rapidement un élément fédérateur pour la société strasbourgeoise en utilisant à plein sa fonction de lieu de memoria (Nicolas Buchheit). Certaines ressemblances ne manquent pourtant pas de se dessiner, surtout si on limite son champ d’analyse aux rives de la Méditerranée occidentale, entre Provence et Catalogne. La manière dont les Hospitaliers de Toulouse surent développer leur emprise foncière et économique sur un quartier particulier de la ville (Laurent Macé) n’est pas sans rappeler les investissements qu’opérèrent les Templiers depuis leur commanderie de Mas Deu vers la ville de Perpignan, signe qu’ils eurent « conscience de l’inversion des rapports de force économiques et sociaux entre ville et campagne » comme l’écrit Rodrigue Tréton (p. 226), ou l’installation des Hospitaliers de Manosque dans l’ancien palais des comtes de Forcalquier et les aménagements successifs qu’ils firent apporter tant à cet édifice qu’au tissu urbain (Sandrine Claude).

4 Au final, on ne peut qu’être d’accord avec Nicole Bériou qui insiste en conclusion sur la diversité des situations et souligne qu’à « défaut de produire de l’urbanisation, les ordres accompagnent le mouvement sans antagonisme » (p. 292) et avec Alain Demurger qui envisage surtout la ville comme le « lieu privilégié de l’organisation des transferts » (p. 294) entre le front dépensier et l’arrière nourricier. Mais l’on notera que de telles remarques sont quelque peu en demie teinte par rapport au propos initial de cet ouvrage collectif : sauf exception, les ordres religieux militaires n’ont pas nécessairement privilégié des implantations urbaines, mais ils ne les ont pas délaissées non plus et beaucoup de situations montrent un investissement progressif des villes plutôt qu’une implantation directe et initiale, investissement qui semble en grande partie lié à la notion de transfert qu’évoquait Alain Demurger. Les ordres militaires n’ont ni ciblé la ville, ni refusé la ville : ils ont accepté le fait urbain et ont su l’utiliser comme un moyen d’atteindre leurs objectifs et de remplir la mission qui était la leur, sans pour autant négliger l’implantation rurale qui faisait aussi leur force et leur richesse.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Les Ordres Militaires dans la ville médiévale (1100-1350), éd. Damien Carraz », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 22 juin 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13249

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org