Navigation – Plan du site

Autour de saint Maurice. Actes du colloque « Politique, société et construction identitaire : Autour de saint Maurice », textes réunis par Nicole Brocard, Françoise Vannotti et Anne Wagner

Marie-Céline Isaïa
Référence(s) :

Autour de saint Maurice. Actes du colloque « Politique, société et construction identitaire : Autour de saint Maurice », Besançon et Saint-Maurice, 29 septembre-2 octobre 2009, textes réunis par Nicole Brocard, Françoise Vannotti et Anne Wagner, Besançon-Saint-Maurice, 2011, 522p.

ISBN 978-2-940507-00-9

Texte intégral

  • 1 Saint Maurice et la Légion thébaine. Actes du colloque international de Fribourg, Saint-Maurice, Ma (...)
  • 2 É. Chevalley, J. Favrod et L. Ripart, « Eucher et l’Anonyme : les deux versions de la Passion de sa (...)
  • 3 L. Ripart, « Saint Maurice et la tradition régalienne bourguignonne (443-1032) », Des Burgondes au (...)
  • 4  A. Rauwel, « Le culte de saint Maurice en Bourgogne ducale », p. 397-404 démontre avec clarté et c (...)
  • 5  Voir d’abord A. Wagner, « Le culte des martyrs de la Légion thébaine dans l’Empire ottonien », p.  (...)
  • 6  E. Dehoux, «  Le légionnaire et le souverain. Images de saint Maurice et pouvoir central dans le r (...)
  • 7  C. Marchal, « Entre attachement mémoriel et fonction identitaire. La permanence du culte de saint (...)
  • 8  A.-M. Helvétius, « L’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune dans le haut Moyen Âge », p. 113-130.
  • 9  A. Dubreucq, « Les relations entre Condat et Agaune », p. 133-145.

1Un colloque organisé en 2003 a célébré saint Maurice avec éclat, notamment par une étude des sources les plus anciennes concernant ce soldat et martyr de la légion thébaine1. É. Chevalley, J. Favrod et L. Ripart y ont notamment proposé une lecture parallèle de ses deux Passions du Vesiècle2. Les communications que publient aujourd’hui N. Brocard, F. Vannotti et A. Wagner donnent l’interprétation politique et sociale de ces textes désormais mieux connus : dans la continuité des travaux de L. Ripart3, les organisateurs ont voulu comprendre si la figure de saint Maurice et de ses compagnons a pu forger la conscience de soi d’un groupe social donné (clergé d’époque moderne en Suisse catholique par exemple) ou d’un espace particulier, royaume de Bourgogne, Bourgogne ducale4, Alpes françaises ou italiennes. En effet, si le culte de saint Maurice s’épanouit depuis Agaune surtout vers le Valais et le Chablais où l’abbaye possède l’essentiel de son patrimoine selon l’énumération de G. Hausmann, la renommée du saint déborde largement vers le Saint Empire5 et le royaume de France6. Le parti-pris de donner à un dossier hagiologique une lecture politique se justifie dans ce cas précis : la question des relations possibles entre un saint militaire et un empereur païen est en effet au cœur des deux premières Passions ; tandis qu’Eucher, évêque de Lyon, vers 440-450, défend l’idée qu’on peut obéir ensemble à Dieu et à l’empereur, et qu’un miles Christi n’en sera qu’un meilleur soldat, la Passion anonyme contemporaine doute ouvertement de la compatibilité des deux états et fait de la désobéissance au pouvoir terrestre la marque des vrais saints. La coexistence de ces deux discours hagiographiques témoigne de l’utilisation précoce de saint Maurice pour illustrer et défendre telle ou telle attitude vis-à-vis du pouvoir : ici, la soumission du militaire à l’autorité royale, qui fait de Maurice le patron des combattants chrétiens et de sa Lance l’emblème des combats sanctifiés, là, la résistance face à l’autorité impériale lointaine, qui justifie que le même Maurice incarne le martyr chéri de la Contre-Réforme dans le contexte d’une région réceptive au protestantisme7. Les trente communications montrent que c’est principalement au Moyen Âge central et tardif ‒ objet de près de vingt articles ‒ que la figure de saint Maurice a été la plus utilisée, et de la façon la plus inventive. Le haut Moyen Âge cependant n’est pas oublié grâce à une synthèse très à jour d’A.-M. Helvétius sur l’histoire d’Agaune depuis 515, qui rappelle notamment que c’est l’Irénaion constantinopolitain des Acémètes qui a servi de modèle institutionnel et spirituel à la fondation de Sigismond8. La laus perennis, à la lumière de cette histoire des origines, ne saurait donc être confondue avec une pratique pénitentielle ou commémorative. L’article d’A. Dubreucq lui répond en déployant autour d’Agaune les influences plus proches et plus directes de Condat et d’Interamnis (monastère lyonnais), dont l’Agaune originelle, avant la réforme de Sigismond et au temps des Pères du Jura, est le décalque9. La part prise par l’évêque de Lyon Viventiole, ancien moine de Condat, dans la refondation de Saint-Maurice en 515 prolonge donc des liens anciens entre ces établissements.

  • 10  Fr. Dolbeau, « Une Passion de saint Maurice en hexamètres (BHL 5755) », p. 87-112.

2La plasticité du culte de saint Maurice se traduit avant tout par la création et la diffusion de textes nombreux autour de cette figure. La diffusion manuscrite des deux Passions est suivie par Br. Sudan ; la présence des saints thébains dans les litanies du Psautier de Charlemagne est soulignée par M. Tramaux ; P. Mannaerts commente l’office propre de la saint Maurice dans le diocèse de Liège ; É. Bozoky repère chez Godefroy de Viterbe une historiette qui alimente la légende noire de Boson, roi de Provence, détenteur indigne de la Sainte Lance. Fr. Dolbeau enfin donne une leçon magistrale d’édition et de critique d’attribution10. Il traque un certain Reynerus, qui a signé par acrostiche une Passion métrique de saint Maurice, lui attribue quatre hymnes supplémentaires, identifie ses emprunts à Virgile, Ovide, Prudence, Saxo Poeta ainsi qu’au Palma triumphalis ou anonyme Passion de sainte Catherine, à la Tobiade de Mathieu de Vendôme et au De Vetula du Pseudo-Ovide, peut-être œuvre de Richard de Fournival. Le bilan est clair : ces œuvres liturgiques doivent être datées de la deuxième moitié du XIIIesiècle au plus tôt. L’identification de leur auteur avec Régnier de Saint-Trond (ca. 1375-1380) ou avec Reiner der Deutsche (milieu XIIIes.) est évoquée.

  • 11  A. Diem, « Who is allowed to pray for the King ? Saint-Maurice d’Agaune and the Creation of a Burg (...)
  • 12  N. Nimmegeers, « Saint Maurice et l’Église de Vienne (VIe-XIIIe siècles) », p. 379-396.
  • 13  Fr. Demotz, « Saint Maurice et les rois de Bourgogne, du lien identitaire à la sainteté symbolique (...)
  • 14  L. Ripart, « Saint-Maurice d’Agaune et la réforme canoniale (fin Xe-milieu du XIIe siècle) », p. 2 (...)
  • 15  Toute l’histoire du double titre de la cathédrale Saint-Gatien-Saint-Maurice de Tours est retracée (...)
  • 16  X. Hélary, « Le prieuré Saint-Maurice de Senlis : une fondation au devenir incertain », p. 333-347 (...)
  • 17  Ph. George, « Sur les traces des saints thébains en pays mosan », p. 419-430.

3L’histoire du royaume de Bourgogne est intimement liée à celle du culte de Maurice : depuis que R. Poupardin a dit que le royaume avait été fondé autour d’Agaune, l’abbaye est régulièrement présentée comme son centre naturel et Maurice comme le patron de ses rois- l’idée a encore été récemment testée par Albrecht Diem11. N. Nimmegeers n’y voit pas d’objection, tant la valorisation du vocable de Saint-Maurice pour la cathédrale de Vienne lui semble liée à la prise du pouvoir par Boson comme roi de Bourgogne (879)12. Fr. Demotz cependant pense qu’il s’agit d’une fausse évidence, dans la mesure où les Rodolphiens n’ont pas tous manifesté de dévotion personnelle envers le saint d’Agaune : Maurice est le patron de la royauté plus que des rois, le patron de la pratique du pouvoir royal parce qu’Agaune est le lieu du couronnement13. L. Ripart développe la même idée d’un gouvernement rodolphien fondé et expérimenté à Agaune aux XIe et XIIe siècles : Rodolphe III s’est attaché dès l’an Mil à réformer Saint-Maurice, bien avant qu’Amédée III n’y impose la règle de saint Augustin (1128), mais sans renoncer, au contraire, à utiliser l’abbaye comme le centre de son gouvernement. « […] Le chapitre de Saint-Maurice pouvant ainsi apparaître comme une véritable pépinière d’évêques pour les sièges épiscopaux bourguignons […] l’emploi par le roi de chanoines comme notaires fut tel qu’il devint presque impossible de distinguer la chancellerie royale de celle de l’abbaye14. » Il y a donc bien une association structurelle entre Saint-Maurice et l’exercice du pouvoir royal, plus qu’entre saint Maurice et un espace politique : c’est sans doute pourquoi le saint peut être adopté aussi bien par les Capétiens que par les Rodolphiens, comme le prouvent l’exaltation du culte de Maurice à l’occasion des travaux de construction de la cathédrale de Tours sous Louis IX15, ou la fondation du prieuré Saint-Maurice de Senlis par le même Saint Louis16. Or X. Hélary, qui reprend l’histoire du prieuré, constate que l’initiative du roi n’a pas été relayée par une dévotion proprement chevaleresque. Sa conclusion pose avec acuité la question d’un « destin » du culte de saint Maurice, militaire et martyr : devait-il s’épanouir surtout auprès de certaines catégories sociales, et notamment celle des chevaliers, comme le suggère L. Hablot et comme le suppose Ch. Lauranson-Rosaz au sujet du lignage des Montboissier ? Philippe George démontre subtilement qu’il existe bien une coïncidence entre l’expansion du culte des Thébains en pays mosan et la faveur dont jouissent d’autres saints militaires, dont Mengold, patron de Huy : c’est donc bien en tant que combattants exemplaires que les Thébains sont honorés, et par des combattants, comme Guibert fondateur de Saint-Exupère de Gembloux17.

  • 18 Ibid.
  • 19  N. Brocard, « La fondation hospitalière Saint-Maurice d’Otton IV de Bourgogne : entre tradition ar (...)
  • 20  L. Auberson, « Hallau (canton de Schaffhouse), un cas de récupération identitaire de la figure de (...)
  • 21  G. Jarousseau, « Le développement du culte de saint Maurice en Anjou. Le rôle d’Eusèbe Brunon, cha (...)
  • 22  A. Wagner, « Le culte des martyrs ».
  • 23  K. Krönert, « Les martyrs de Trèves », p. 431-443.

4Il est difficile d’aller plus loin que ces hypothèses autour d’une dévotion qui serait par nature plus adaptée que d’autres à la classe des combattants : l’histoire passionnante de quelques dévotions personnelles ou ponctuelles révèle d’ailleurs un tableau plus complexe des fidèles de saint Maurice. Ici, les moines de Wasseiges répandent au XIIesiècle la légende d’une vision du saint, protecteur idéal des biens monastiques18. Là, Otton IV, comte de Bourgogne, fonde en 1302 un hôtel-Dieu desservi par un chanoine d’Agaune : le rôle militaire de Maurice pèse beaucoup moins dans cette décision que la situation personnelle d’Otton, vassal d’Agaune pour ses terres de Bracon, et un sentiment religieux orienté vers l’Outremer et le soutien des pauvres19. Dans le Klettgau, c’est la domination des Nellenburg qu’il faudrait associer à l’établissement assez tardif du culte mauricien dans leur abbaye d’Allerheiligen ; mais l’engouement pour les Thébains est plutôt populaire à partir du XVe siècle, nourri par les découvertes de cimetières barbares20. Le culte de saint Maurice ne saurait donc être réservé aux nobles chevaliers : en Anjou, il s’impose à l’initiative d’un évêque d’Angers, Eusèbe Brunon21. L’enquête limpide de G. Jarousseau identifie ce prélat aux origines inconnues avec un chantre de l’Église d’Autun, le situe dans l’entourage d’Hugues de Salins, explique que l’évêque d’Angers ait composé des hymnes en l’honneur des saints Symphorien ou Nazaire d’Autun (Angers, BM 283 (274)), comprend enfin comment un clerc réformateur s’est trouvé promu avec l’appui du comte Geoffroy Martel. Car les évêques, autant voire davantage que les chevaliers, apprécient l’inépuisable collection de reliques que les Thébains, à défaut de Maurice, peuvent offrir : à Cologne, l’évêque Anno a une vision de 360 martyrs délaissés et répand le culte de saint Géréon ; son successeur Rainald de Dassel invente encore au XIIe siècle les restes de deux compagnons de Maurice22. L’invention d’autres martyrs thébains à Trèves en 1072, grâce aux efforts des chanoines de Saint-Paulin, répond directement aux découvertes colonaises23.

5« Autour de saint Maurice »… Le titre a été judicieusement choisi par les éditrices de ce volume : saint Maurice est envisagé sous tous les angles possibles, avec une ampleur de vue qui rend la rédaction d’un compte-rendu organisé assez illusoire. Car Autour de saint Maurice n’est pas une publication à thèse, mais un bouquet foisonnant au point de laisser de la place à des dissonances internes : signes que les auteurs ont été laissés libres de leurs jugements et que les lecteurs trouveront abondamment de quoi nourrir leurs réflexions et se forger une opinion dans ce recueil inépuisable.

Notes

1 Saint Maurice et la Légion thébaine. Actes du colloque international de Fribourg, Saint-Maurice, Martigny, 17-20 septembre 2003, éd. O. Wermelinger, Ph. Bruggisser, B. Näf, J.-M. Rosseli, Fribourg, 2005.

2 É. Chevalley, J. Favrod et L. Ripart, « Eucher et l’Anonyme : les deux versions de la Passion de saint Maurice », Saint Maurice et la Légion thébaine,p. 423-438.

3 L. Ripart, « Saint Maurice et la tradition régalienne bourguignonne (443-1032) », Des Burgondes au royaume de Bourgogne, Ve-Xesiècle. Espace politique et civilisation, éd. P. Paravy, Grenoble, 2002, p. 211-236.

4  A. Rauwel, « Le culte de saint Maurice en Bourgogne ducale », p. 397-404 démontre avec clarté et concision qu’il n’y a pas de coïncidence entre l’espace du duché de Bourgogne et la répartition des lieux consacrés à la mémoire de Maurice : quelques points nodaux, comme la cathédrale de Sens ou Saint-Bénigne de Dijon, témoignent de l’existence précoce d’un culte élitiste mais ne permettent pas de conclure à l’existence d’un culte répandu à forte valeur identitaire.

5  Voir d’abord A. Wagner, « Le culte des martyrs de la Légion thébaine dans l’Empire ottonien », p. 405-417, suivie chronologiquement par G. Suckale-Redlefsen, « Le saint Maurice noir dans l’Empire », p. 265-274, et que complète P. Bertrand, « Le trésor des reliques de Magdebourg sous les Ottoniens », p. 177-219. Cette dernière très vaste synthèse excède largement la seule question du culte de Maurice.

6  E. Dehoux, «  Le légionnaire et le souverain. Images de saint Maurice et pouvoir central dans le royaume franc (VIIIe-XIIIe siècle) », p. 253-264, insiste sur le fait que l’image de Maurice est volontiers utilisée dans le royaume capétien et ne devrait pas être associée uniquement aux royaumes de Germanie ou de Bourgogne.

7  C. Marchal, « Entre attachement mémoriel et fonction identitaire. La permanence du culte de saint Maurice dans le diocèse de Besançon au XVIIIe siècle », p. 457-472.

8  A.-M. Helvétius, « L’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune dans le haut Moyen Âge », p. 113-130.

9  A. Dubreucq, « Les relations entre Condat et Agaune », p. 133-145.

10  Fr. Dolbeau, « Une Passion de saint Maurice en hexamètres (BHL 5755) », p. 87-112.

11  A. Diem, « Who is allowed to pray for the King ? Saint-Maurice d’Agaune and the Creation of a Burgundian Identity », Post-Roman Transitions, éd. W. Pohl et G. Heydemann, Turnhout, Brepols, 2013, p. 47-88.

12  N. Nimmegeers, « Saint Maurice et l’Église de Vienne (VIe-XIIIe siècles) », p. 379-396.

13  Fr. Demotz, « Saint Maurice et les rois de Bourgogne, du lien identitaire à la sainteté symbolique », p. 147-160.

14  L. Ripart, « Saint-Maurice d’Agaune et la réforme canoniale (fin Xe-milieu du XIIe siècle) », p. 219-234, citation p. 222.

15  Toute l’histoire du double titre de la cathédrale Saint-Gatien-Saint-Maurice de Tours est retracée par Cl. Andrault-Schmitt, « Saint Maurice et la cathédrale de Tours en chantier », p. 311-331 : le culte de saint Maurice ne date pas à Tours du XIIIe siècle (!), mais il est singulièrement accru à l’occasion des travaux menés sous l’épiscopat de Juhel de Mathefelon et de l’envoi de reliques par Louis IX.

16  X. Hélary, « Le prieuré Saint-Maurice de Senlis : une fondation au devenir incertain », p. 333-347. Voir le constat plus systématique d’E. Dehoux, cité supra, sur l’adoption par les Capétiens du culte de Maurice.

17  Ph. George, « Sur les traces des saints thébains en pays mosan », p. 419-430.

18 Ibid.

19  N. Brocard, « La fondation hospitalière Saint-Maurice d’Otton IV de Bourgogne : entre tradition aristocratique et innovation franciscaine », p. 349-363.

20  L. Auberson, « Hallau (canton de Schaffhouse), un cas de récupération identitaire de la figure de saint Maurice », p. 445-456 : c’est la découverte fortuite d’un cimetière alaman à Hallau qui aurait conduit à l’édification en 1491 d’une église Saint-Maurice, en l’honneur des nombreux « martyrs » trouvés dans le champ voisin.

21  G. Jarousseau, « Le développement du culte de saint Maurice en Anjou. Le rôle d’Eusèbe Brunon, chantre d’Autun devenu évêque d’Angers (1047-1081) », p. 289-309.

22  A. Wagner, « Le culte des martyrs ».

23  K. Krönert, « Les martyrs de Trèves », p. 431-443.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Céline Isaïa, « Autour de saint Maurice. Actes du colloque « Politique, société et construction identitaire : Autour de saint Maurice », textes réunis par Nicole Brocard, Françoise Vannotti et Anne Wagner », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 12 avril 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13231

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org