Navigation – Plan du site

Mathieu Caesar, Le pouvoir en ville. Gestion urbaine et pratiques politiques à Genève (fin XIIIe-début XVIe siècles)

Vincent Challet
Référence(s) :

Mathieu Caesar, Le pouvoir en ville. Gestion urbaine et pratiques politiques à Genève (fin XIIIe-début XVIe siècles), Turnhout, Brepols (« Studies in European Urban History » 25), 2011, 441p.

ISBN 978-2-503-53854-9

Texte intégral

1Dans cette solide et très documentée thèse d’histoire urbaine, Mathieu Caesar a choisi délibérément d’éclairer la vie politique genevoise par le biais d’une réflexion sur les pratiques du pouvoir et les comportements de l’élite dirigeante. Partant de l’idée que Genève apparaît pendant la période médiévale comme un véritable « havre de paix », l’auteur a cherché à comprendre les raisons de ce long calme politique en s’interrogeant « sur les modalités quotidiennes de gouvernement, ainsi que le discours politique mené par l’élite dirigeante » (p. 2). Il pose donc comme principe que « la population s’accommode du gouvernement de l’élite » (p. 2), épousant de ce fait étroitement la thèse dominante du consentement politique à la domination, et envisage essentiellement le pouvoir politique sous l’angle d’une « négociation et [d’un] dialogue continus » entre élites urbaines, évêques et comtes puis ducs de Savoie.

2Le premier chapitre est ainsi logiquement consacré à cet équilibre des pouvoirs qui paraît à l’auteur caractériser une ville dont troubles sociaux et politiques semblent singulièrement absents tout au long de la période précédant la Réforme, cette longue tranquillité apparente s’imposant comme l’un des fils conducteurs de cette imposante étude urbaine. Dépourvue de toute chronique propre avant le milieu du XVIe siècle, date à laquelle la ville est devenue une République indépendante, Genève possède une historiographie profondément marquée par le passage à la Réforme et la rupture qui s’opère alors entre la ville et les ducs de Savoie. Mathieu Caesar prend bien garde de ne pas projeter cet antagonisme sur les siècles précédents mais d’y préférer une présentation équilibrée des rapports entre la cité et les comtes de Savoie, devenus ducs en 1416, qui y développent leur implantation au détriment du lignage des comtes de Genève, marginalisés dans leur propre ville avant d’en être éliminés. Mais dans cette petite cité que constitue Genève – 2300 habitants seulement en 1356, 9400 en 1464 –, la communauté d’habitants n’émerge, au sens institutionnel du terme, que tardivement et elle le fait d’abord et avant tout contre l’évêque. On ne trouve guère trace avant le milieu du XIIIe siècle d’une quelconque activité de cette communauté qui ne se dote de syndics qu’à partir de 1280 et dont l’existence n’est formellement reconnue par l’évêque qu’en 1309. Et encore faut-il reconnaître avec l’auteur que ses pouvoirs et son autonomie en matière juridique demeurent singulièrement limités. Cette émergence s’est d’ailleurs faite avec l’appui du comte de Savoie qui accorda sa protection aux citoyens de Genève, ce rapprochement s’expliquant largement par un souci de paix et de sécurité : dans un contexte marqué par l’affaiblissement du pouvoir impérial, la ville – à l’instar de sa voisine bernoise – se tourna alors vers les comtes de Savoie qui assurèrent désormais la protection des foires et garantirent la paix, selon un phénomène commun à l’ensemble de l’Occident et qui fait de la commune une institutio pacis. Bénéficiant de franchises promulguées en 1387 par l’évêque Adhémar Fabri afin de contrer l’influence comtale, la communauté se révèle comme le fruit d’un dialogue réussi dans un contexte de cohabitation des pouvoirs.

3Une telle cohabitation ne va pourtant pas sans un certain nombre de tensions qui révèlent toute l’ambiguïté de la situation genevoise et un certain hiatus entre son statut politique et son statut juridique. Les comtes-ducs de Savoie ne sont en effet nullement seigneurs en ville, ce qui ne les empêche pas d’agir en tant que tels. Mathieu Caesar se livre ici à une tentative pour appréhender « l’amour » des citoyens envers les ducs de Savoie qui se révèle particulièrement périlleuse : s’interroger sur « les sentiments » (p. 36) éprouvés par les habitants à l’égard des ducs et qualifier l’accueil qui leur est réservé de « chaleureux » à partir des relations de leurs entrées ou de la liste des dons qui leurs sont faits est tout de même quelque peu aventureux, de même qu’il est hasardeux de voir dans ce qui relève d’une pratique politique de véritables signes d’attachement. Il est plus sûr en revanche d’étudier, comme le fait l’auteur, l’image que le prince tente de construire en direction des citoyens : par ses pratiques de médiation et d’intercession en faveur des familles les plus influentes de Genève, le duc essaie d’imposer la figure d’un prince justicier seigneur de la ville en même temps qu’il tisse des liens privilégiés avec les milieux dirigeants. Dès 1290 et la signature du traité d’Asti, les comtes de Savoie manifestent en effet leur volonté de mieux asseoir leur pouvoir dans la ville, par le biais de l’exercice de la justice et d’un vicariat impérial qui leur permettrait d’exiger un hommage de l’évêque, allant jusqu’à envisager un temps de faire de la ville leur capitale alors qu’elle ne leur est pas assujettie et ne participe pas aux États. Les tentatives des princes de Savoie pour mettre la main sur la ville et modifier à leur profit l’équilibre des pouvoirs ne rencontrent pourtant qu’un succès mitigé. Certes, le concordat de 1491 permet à Amédée VIII et à ses successeurs de nommer les évêques au sein de leurs États ; certes aussi une enquête en date de 1432 montre qu’il y a en ville une proportion non négligeable « d’hommes du duc ». Il n’empêche, Genève n’est pas et ne fut jamais seigneurie des ducs de Savoie, ce qui n’interdit pas aux élites urbaines de se partager entre service de la communauté, du duc et de l’évêque. La carrière d’un Nicod Festi, secrétaire épiscopal, membre du conseil de Genève puis secrétaire ducal, en est un exemple parmi d’autres. Le service du prince, ici comme ailleurs, offre aux élites urbaines de nombreuses possibilités d’ascension sociale et d’enrichissement personnel, ce qui renforce certes le pouvoir du duc en ville mais peut aussi, inversement, préserver les intérêts de la communauté. Genève reste donc une ville sous souveraineté épiscopale, ce qui n’en fait donc pas une ville impériale, même si Mathieu Caesar soulève avec à propos la question complexe des rapports ambigus qu’entretiennent les habitants avec l’Empire : s’il ne faut sans doute pas sur-interpréter la signification des cadeaux offerts aux souverains de passage à Genève, la ville n’en témoigne pas moins d’une certaine conscience de son appartenance à l’empire, tout en n’hésitant pas à secouer, à l’occasion, la tutelle impériale dans un contexte de renforcement de la communauté et d’une intervention croissante de Fribourg et de Berne à partir de la fin du XVe siècle. Genève semble donc, là encore, rechercher un équilibre des pouvoirs, tentant d’échapper à une sujétion trop forte sans pour autant rejeter catégoriquement son appartenance impériale, ceci du moins jusqu’à la division de la communauté entre Mamelus et Eidguenots, la victoire définitive de ces derniers en 1526 et le triomphe de la Réforme modifiant dès lors la donne politique. Mais, au final, ce qui semble plutôt s’imposer à Genève avant la Réforme demeure ce sentiment d’appartenance au duché savoyard, même s’il demeure difficile à mesurer.

4Une fois, ces premiers jalons posés, Mathieu Caesar s’attache à une étude en profondeur du fonctionnement de la communauté à travers une analyse de ses principales institutions et en tentant de démontrer que l’élite dirigeante se place, à Genève et au-delà d’un simple artifice rhétorique commun à l’ensemble des gouvernements urbains, au service de la respublica. L’organe essentiel de représentation de la communauté est, à l’origine, le Conseil Général de tous les habitants réuni au moins deux fois par an – à l’occasion de l’élection des syndics et pour fixer le prix du vin – ainsi qu’en certaines circonstances extraordinaires, notamment lorsqu’il s’agit d’engager des sommes importantes. Convoqué le dimanche, à son de cloches et par un crieur, et se déroulant dans le cloître de la cathédrale, un tel conseil est censé accueillir l’ensemble des habitants soumis à l’impôt direct, même si la participation réelle des citoyens demeure, comme souvent, presque impossible à établir. Bien plus qu’à ce conseil général, c’est au conseil ordinaire du mardi qui « doit être envisagé moins comme une institution que comme un moment de réunion » (p. 86) que revient la gestion ordinaire des affaires : ce conseil dont la fréquence de réunion ne cesse de s’accroître et qui se tient, à partir de 1455, dans la maison de ville, comporte entre douze et vingt membres désignés par les nouveaux syndics et témoigne d’une certaine souplesse de fonctionnement sans pour autant qu’il soit possible d’affirmer que « l’idéal du bien commun » n’est pas que simple rhétorique et « marque l’action des gouvernants » (p. 88). D’ailleurs, l’étroitesse même de ce conseil ordinaire conduit, en 1457, à la création d’un conseil intermédiaire des cinquante, dont l’objectif paraît être de « permettre une répartition plus équitable de l’accès au gouvernement » (p. 89), lequel se transforme en 1526 en conseil des Deux-Cents. La communauté de Genève, à l’instar de la plupart de ses homologues médiévales, subit ainsi un phénomène d’oligarchisation croissante qui marginalise le rôle du Conseil Général tandis, qu’à l’inverse, se renforce celui de ses principaux magistrats que sont les quatre syndics, élus pour un an. En analysant les listes de ces syndics entre 1362 et 1533, Mathieu Caesar repère au total 638 syndicats répartis entre 221 familles. Mais 20% de ces familles exercent, à elles seules, 55% des charges syndicales : selon l’auteur, si le gouvernement urbain est bien l’affaire d’un nombre restreint de familles, il n’est pourtant « pas caractérisé par le monopole de quelques familles influentes » (p. 95) puisqu’il est possible de repérer un certain renouvellement de l’élite dirigeante jusqu’au milieu du XVe siècle. Comme toute élite médiévale qui se respecte, celle de Genève entend – ou prétend – obéir à un certain nombre d’idéaux de gouvernement qu’elle partage avec l’ensemble des gouvernants des villes médiévales : ainsi, met-elle en avant la défense de la respublica, l’honneur de la ville, l’unité, la paix et la concorde civique, autant de principes qu’illustrent, dans la salle même du conseil de ville, des fresques du Bon Gouvernement qui ne sont pas sans évoquer celles, autrement plus fameuses, du Palazzo Publico de Sienne. Il est pourtant difficile d’y lire précisément autre chose que de simples idéaux de gouvernement et le rapport susceptible de s’établir entre de tels idéaux et les pratiques réelles des gouvernements urbains demeure, comme toujours, complexe à déterminer. D’ailleurs, en dépit d’une telle proclamation d’intérêt pour la respublica de la part de ces élites, Mathieu Caesar n’en relève pas moins, au XVe siècle, une certaine désaffection pour la « chose publique » dont témoigne le fort absentéisme lors des conseils et le refus d’assumer la charge de syndic par certains notables élus par leurs pairs. Il fallut même, en 1428, en arriver à rétribuer chaque présence au conseil pour que s’y maintienne un nombre minimal de conseillers.

5Et, plus que l’idéal du bien commun, c’est sans doute la recherche d’un certain consensus qui paraît inspirer les pratiques de gouvernement. Le conseil ordinaire exerce ainsi une justice civile par le biais d’arbitrages entre les citoyens, lesquels se développent suffisamment pour qu’il paraisse nécessaire d’instituer, en 1527, un conseil de paix spécifiquement consacré à la résolution de ces conflits : mais, cette justice est aussi « une forme importante de légitimation du pouvoir » (p. 119). L’auteur fait de la question de l’élection des syndics la pierre de touche de son plaidoyer en faveur de la responsabilité et de la conscience politique des élites urbaines. Il est vrai que l’enjeu est de taille et que la procédure observée n’est en aucun cas la garantie d’une désignation consensuelle : en effet, à partir de 1458, une liste de quatre noms est élaborée par un conseil préparatoire qui la soumet ensuite pour approbation au Conseil Général. Ce dernier, toutefois, loin d’être une simple chambre d’enregistrement, conserve la possibilité de refuser tout ou partie des candidats qui lui sont ainsi présentés, comme il ne manque pas de le faire, par exemple en 1458. L’un des problèmes posés par les sources est évidemment, comme le note l’auteur, que les registres de délibération ont tendance, et de manière très volontaire, à masquer les dissensions qui ont pu se produire au sein de la communauté politique : ainsi, les troubles liés à la levée de l’impôt en 1460 font-ils l’objet « d’une omission volontaire » liée à une construction de la mémoire puisque « ces registres constituent, en l’absence de chroniques officielles, la mémoire collective de la Communauté » (p. 125). Comme le dit fort justement Mathieu Caesar, l’oubli des tensions constituerait un moyen pour éteindre les dissensions. Mais l’historien ne doit précisément pas se laisser abuser par de telles omissions visant à masquer délibérément les tensions politiques qui viennent à surgir en de tels moments et les travaux en cours de Claire Judde de la Rivière sur Venise – modèle de stabilité s’il en est – montrent justement tout le profit que l’on peut tirer d’épisodes de contestations de faible intensité qui n’en sont pas moins signifiants, politiquement parlant. Les registres sont d’ailleurs empreints d’une certaine oralité – qui n’est pas pour autant un gage de véracité – lorsqu’il s’agit, par exemple, de retranscrire les acclamations qui tiennent lieu d’approbation au sein du conseil général : ainsi, ce Volumus et ces Non ! Non ! Non ! qui retentissent lors de la réunion de 1460 au cours de laquelle se fait jour une opposition fiscale. À Genève, comme dans la plupart des villes d’Occident, « l’unanimité est non seulement constamment recherchée au cours des délibérations des conseils, elle est aussi en quelque sorte construite par l’écrit » (p. 127). Curieusement, toutefois, Mathieu Caesar semble épouser étroitement le point de vue des élites dirigeantes et justifier la mise à l’écart du conseil général au prétexte « de l’inconstance de ces assemblées, assez facilement manipulables par des orateurs habiles » (p. 128) et du risque inhérent de troubles que représentaient de telles réunions. La volonté d’éliminer tout risque de murmur gencium est évidente au sein des élites et elle explique largement cette mise à l’écart ; mais il est pourtant délicat de souscrire à l’argumentation que ces mêmes élites développent à seule fin d’exclure toutes les voix discordantes. Le mouvement général est donc, à Genève comme ailleurs, celui d’une progressive marginalisation du conseil général, non pas tant en raison des troubles éventuels qu’il pourrait engendrer, mais parce qu’il est le seul conseil où pouvaient s’exprimer des voix alternatives à celles des élites. Un tel mouvement s’accompagne de la création de conseils qui n’ont pas tant pour objectif « de disposer d’un conseil potentiellement moins turbulent » (p. 129) comme l’affirme l’auteur que d’accroître la mainmise des élites sur les dispositifs du pouvoir. Signe ultime de cette évolution, dès 1570, le conseil général n’a plus son mot à dire en ce qui concerne l’élection des syndics, ni à propos de l’adoption de nouveaux impôts. Le système politique genevois se caractérisait peut-être par une tendance au compromis mais rien ne plaide vraiment en faveur d’une acceptation tacite des liens de subordination par la population et l’idée que l’oligarchisation ne serait au fond qu’une nécessité pour gouverner au mieux la ville demeure une thèse largement contestable.

6Mais l’une des ambitions de l’auteur était aussi d’étudier les pratiques de gouvernement et non de se contenter d’en analyser le fonctionnement institutionnel. Mathieu Caesar choisit de concentrer son propos sur les deux axes principaux d’action des gouvernements urbains, à savoir la défense et la fiscalité. Le souci premier des magistrats est en effet de défendre leur ville, ce qu’ils firent par le biais de la construction d’une nouvelle enceinte à partir de 1364 – même si l’agglomération demeure ouverte sur le lac – et de la mise en place d’une milice bourgeoise organisée en 26 dizaines. L’enceinte est bien, de ce point de vue, tant par sa construction que par les moyens qu’elle met en œuvre, « l’affaire de toute la ville au point que ville et fortification ne font souvent qu’un » et les murs constituent dès lors « un facteur de la construction du sentiment civique » (p. 141). D’autant que l’organisation militaire contribue également à façonner une élite qui peut, à l’occasion, constituer une élite militaire et que ce rôle martial ne fait, en retour, que renforcer « une position de prééminence sociale d’où l’idéal chevaleresque n’est pas absent » (p. 145).

7Toutefois, la défense de la cité passe également par l’entretien de bons rapports avec le pouvoir comtal/ducal : la ville s’acquitte en effet à son égard et en vertu de la sauvegarde de 1285 de subsides levés à partir de 1356 en fonction du nombre de feux. La communauté acquiert progressivement une certaine autonomie en matière fiscale en obtenant la possibilité de percevoir directement les impôts, ce qui lui procure un avantage fiscal – liberté dans le choix des modalités de perception –, un avantage financier – possibilité de négocier avec le pouvoir princier et donc d’obtenir un certain nombre d’abattements – et enfin un avantage politique puisque cette position d’intermédiaire est aussi un instrument de la légitimité des élites urbaines. Ceci étant dit, le caractère gracieux d’un tel subside est toujours clairement réaffirmé par la communauté qui, en 1487, se refuse au paiement en contestant le fondement juridique de l’impôt ducal, là où le duc argumente en se fondant sur la coutume. Certes, le duc sut par la suite monnayer la protection accordée aux foires de Genève en se faisant accorder divers dons, mais il renonça désormais à imposer des subsides et ce refus de paiement s’apparente à une rupture du contrat féodal, signe d’une mutation des relations de pouvoir. La gestion de l’espace urbain passe également par l’élaboration et l’édiction d’ordonnances publiées sous forme de criées, après avoir été approuvées par l’évêque : la communauté possède donc la potestas statuendi, mais cette dernière n’est réellement attestée que dans le courant du XVe siècle. L’autonomie croissante de la ville se reflète en outre dans la production documentaire, même si on aurait aimé pouvoir bénéficier d’une présentation détaillée du dossier des sources un peu plus tôt dans l’ouvrage. Le premier document issu de la communauté elle-même ne date que de 1327 – et encore s’agit-il d’un acte notarié – suivi dès 1339 de la première lettre de bourgeoisie, mais il faut encore attendre 1364 pour qu’apparaisse le premier registre, dont la confection est liée aux travaux de fortification qui viennent d’être entrepris, et 1410 pour que se révèle une véritable différenciation documentaire. Ainsi se constituent progressivement des archives, conservées dans un coffre fermé à clef, placé dans la cathédrale et non dans la maison de ville. Comme dans la plupart des villes, les registres du conseil sont conçus comme des outils de mémoire et tenus par les secrétaires de la ville, notaires qui instrumentent aussi au service de la communauté et dont l’office apparaît précisément en 1364 au moment de la rédaction du premier registre communal. La plupart de ces secrétaires deviennent ensuite syndics et, fait plutôt inhabituel, ils ne restent en place que peu de temps – entre deux et quatre ans en moyenne. La rotation relativement rapide d’un tel office fait ainsi dire à l’auteur que la production écrite a donc plus pour fonction la défense des droits de la ville qu’une gestion rationnelle et strictement organisée des affaires urbaines, tout en contribuant également à forger une identité communautaire.

8Cependant, la clef d’appréhension et de compréhension de tout gouvernement urbain demeure ce domaine fondamental que constituent les finances. Mathieu Caesar s’y attaque avec beaucoup de rigueur et de méthode, conscient de l’enjeu qu’elles représentent tant aux yeux des magistrats que des pouvoirs avec lesquels ils sont en relation. Les finances communales sont directement gérées par les syndics de 1306 jusqu’à 1406, date à laquelle, en raison de la complexité croissante des opérations financières, apparaît un receveur général élu pour un an par le conseil ordinaire. Le poste est d’ailleurs difficile à pourvoir et la gestion financière entraîne de nombreux conflits tournant essentiellement autour de la question de la reddition des comptes. Pour remédier à cette situation, un règlement de 1491 prévoit que les comptes seront désormais rendus devant une commission composée de deux contrôleurs élus à vie et de deux auditeurs élus pour un an, mais contrôleurs et auditeurs sont presque toujours d’anciens syndics ou des syndics en poste si bien qu’il est difficile d’y voir un organisme fiable de contrôle. Mais là où d’autres pourraient voir dans ce type de mesure une volonté de couvrir d’éventuelles malversations financières, Mathieu Caesar émet une opinion tout à fait contraire et qui ne manque pas de surprendre : « En définitive, le choix de confier la vérification de la comptabilité municipale aux membres de l’élite est dicté par des raisons de praticité et de bon sens plutôt que par la volonté de détourner les deniers communs au profit de l’élite sans que personne ne puisse s’en apercevoir » (p. 188). Étonnant jugement dont on aimerait savoir s’il était réellement partagé par les populares de Genève dépourvus de tout instrument de contrôle sur la gestion financière de la ville. Comme dans toutes les villes durant cette période, les recettes ordinaires ne parviennent jamais à couvrir les dépenses si bien que les recettes extraordinaires représentent, entre 1379 et 1524, pas moins de 54,4 % des recettes totales. L’auteur se livre ici à une analyse très serrée de l’ensemble des dépenses de la communauté, en s’inspirant de la tentative de classification établie par Denis Menjot et Manuel Sanchez Martinez : sur l’ensemble de la période considérée, il en ressort que les frais administratifs se montent à environ 1/5e des dépenses, les services communautaires à environ 1/5e également, les contributions et transferts à 37,6 % et la dette à 11,9%. Mais Mathieu Caesar prend bien soin de préciser que de telles données ne sont qu’indicatives puisqu’elles subissent de grandes variations d’une année à l’autre et qu’à partir de 1450, les frais liés à l’administration connaissent une forte augmentation en raison de la hausse du salaire des syndics et des frais d’ambassade. Du reste, les deux postes principaux de dépense demeurent, comme partout, les besoins du prince et les frais de guerre, mais, là encore, avec des fluctuations importantes : de 4 sous pour une clef en 1458 à 791 florins en 1454 pour les murailles ; de 10 florins en 1453 à 551 l’année suivante en ce qui concerne l’artillerie. Encore faudrait-il, pour évaluer correctement le coût de la guerre, inclure d’autres frais annexes : ainsi, sur l’exercice 1454-1455, les dépenses liées à la guerre se montent-elles à 1550 florins, soit 30% des dépenses, mais si l’on y ajoute le montant du subside versé au duc pour la guerre et les divers frais d’ambassade, on arrive à un montant total de 4200 florins, soit 83% des dépenses de l’année et plus de 300 % des recettes ordinaires (p. 210). ! À juste titre, l’auteur se demande s’il existe à Genève une véritable « politique financière » de la communauté ou si cette dernière ne fait, somme toute, que réagir à des dépenses incompressibles : l’absence de budget et de planification financière, l’existence de dépenses dont on peut se permettre de retarder le paiement ou la politique systématique de décharge des frais en matière d’hôpitaux ou de travaux d’urbanisme plaide plutôt en faveur d’une gestion « faite de petits bricolages et de tentatives de réduire au minimum, si possible, certaines dépenses » (p. 220). Reste que l’équilibre financier ne peut être réalisé que grâce à des ressources extraordinaires dont l’auteur retrace l’inlassable quête. Face en effet à l’insuffisance notoire de l’ordinaire – les domaines ne rapportent ainsi que moins de 3% des recettes annuelles –, la question du droit d’imposer se posa très vite : si l’impôt direct pouvait être levé avec l’accord tacite de l’évêque, tout impôt indirect supposait au préalable d’obtenir une autorisation de sa part. La tendance est évidemment à un élargissement progressif des sources de revenus – revenus des foires, impôts sur le vin et sur la circulation du sel à partir de la fin du XVe siècle – tandis que la mise en place de l’impôt direct, d’abord sous forme de capitation en 1356-1359 puis proportionnel au niveau de fortune à partir de 1370, est directement liée aux subsides demandés par les comtes puis ducs de Savoie. À partir d’une étude détaillée des comptes conservés, l’auteur montre que si l’impôt direct rentre correctement jusqu’au milieu du XVe siècle, des difficultés ne tardent pas à surgir par la suite, ce que révèle la multiplication des arriérés. Ainsi, en 1491, on compte 9300 florins d’arriérés alors que les recettes ordinaires ne dépassent pas 2000 florins et, sur 2041 personnes soumises à l’impôt, 548 doivent tout ou partie de l’impôt levé en 1464, ce qui ne s’explique qu’en partie par la fuite de contribuables aisés et notamment des marchands italiens. Or, l’augmentation de ces arriérés provoque en retour de nombreuses contestations contre la levée de nouvelles impositions et une crise d’un système fiscal reposant sur l’impôt direct, désormais marginalisé au profit d’impôts indirects « qui vont rapidement devenir des piliers essentiels du système fiscal de la Communauté » (p. 248). Les premières gabelles apparaissent donc en 1477-1478 avant de se généraliser et de représenter, entre 1510 et 1530, plus de la moitié des recettes, permettant dès lors d’équilibrer le budget. En outre, l’affermage de ces gabelles en simplifie la gestion et, selon l’auteur, « les simplifications administratives (…) constituent des avantages non négligeables et qui constituent vraisemblablement la véritable raison de l’adoption de cette pratique » (p. 255). Si l’on comprend bien tout l’intérêt que peuvent trouver les magistrats urbains à affermer de telles impositions, il est pourtant hasardeux de reprendre tel quel l’argumentaire déployé en 1520 par le conseil qui juge que la levée de gabelles est préférable à celle des tailles et plus encore d’en conclure que « la Communauté paraît avoir accepté l’idée de ce système d’imposition » (p. 249), à moins précisément de réduire cette communauté à son cercle dirigeant. Le passage d’un système fiscal à un autre – de l’impôt direct à l’impôt indirect – est tout de même aussi le choix assumé par les élites de faire reposer sur l’ensemble des habitants, y compris les plus pauvres, la ponction fiscale et donc de se décharger eux-mêmes d’une partie non négligeable de cette ponction, de même que le recours à l’affermage constitue pour ces mêmes élites une possibilité supplémentaire d’enrichissement personnel, sans que le profit pour la communauté soit attesté, en-dehors d’une simplification administrative. Enfin, la dette constitue l’ultime recours financier de la ville par le biais soit d’emprunts plus ou moins forcés auprès des plus riches citoyens – en 1457, 141 individus prêtent la somme totale de 4157 florins –, soit de crédits accordés par les banques italiennes, notamment par la filiale des Médicis.

9Au final, ce qui, aux yeux de l’auteur, caractérise les relations de Genève et des ducs de Savoie ne serait autre qu’une certaine forme de « pactisme », concept emprunté à l’historiographie de la couronne d’Aragon. « La dépendance est la meilleur garantie des libertés » (p. 263) et le dialogue avec le prince permet de renforcer la légitimité du pouvoir des élites urbaines tandis que s’établit entre le duc et la ville une sorte de contrat politique, rompu de fait à la fin du XVe siècle lorsque la protection ducale face aux visées de Fribourg et de Berne s’avère désormais insuffisante, alors même que la principauté savoyarde ne cesse de renforcer son administration centrale, entraînant une crise de confiance. Pour Mathieu Caesar, la marque de fabrique de la politique genevoise serait sa grande souplesse et une gestion au quotidien qui est un facteur de légitimation peut-être aussi puissant que les plus spectaculaires rituels urbains. La société politique urbaine devrait donc être envisagée comme « un ensemble de nébuleuses de pouvoirs qui se compénètrent et au sein desquelles chaque individu tisse des liens multiples. Il en découle une société complexe et fluide qui ne fait que rendre le jeu politique aussi riche de possibilités que difficile à maîtriser » (p. 272). La gestion de la ville relèverait donc d’une attitude foncièrement pragmatique qui expliquerait largement l’absence de stratégies à long terme et se résumerait donc à une politique « entre occasions manquées et possibilités saisies » (p. 274). Si l’on souscrit entièrement à cette analyse et si l’on ne peut qu’admirer la dextérité avec laquelle l’auteur manie des sources financières extrêmement complexes – signalons ici le très utile glossaire des mots de la fiscalité à Genève ou l’ensemble des tableaux et graphiques qui figurent en annexe et permettent de suivre pas à pas l’évolution des recettes et des dépenses de la ville –, on n’en restera pas moins réservé sur le jugement d’ensemble que porte Mathieu Caesar sur les élites dirigeantes genevoises. En effet, sa volonté systématique de réhabiliter des élites qui ne seraient motivées que par le seul bien public laisse en partie sceptique. Surtout, elle conduit l’auteur à établir une grille d’analyse sans doute trop univoque et largement déterminée par la nature institutionnelle de sa documentation qui n’est pas seulement produite à des fins pratiques mais aussi dans un but d’autojustification et de légitimation du pouvoir. Or, si l’auteur n’ignore aucunement le contexte de production de ses sources, il n’en tire pourtant pas matière à remettre en cause ou, à tout le moins, à nuancer quelque peu sa thèse du consentement à la domination. C’est dire aussi que le peuple demeure, tout au long de ces pages, le grand absent de ce portrait politique de la Genève médiévale. On déplorera enfin le nombre important de coquilles qu’un effort de relecture aurait dû permettre d’éviter.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Mathieu Caesar, Le pouvoir en ville. Gestion urbaine et pratiques politiques à Genève (fin XIIIe-début XVIe siècles) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 12 avril 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/13227

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org