Navigation – Plan du site

Figures d’Alexandre à la Renaissance, éd. Corinne Jouanno

Maud Pérez-Simon
Référence(s) :

Figures d’Alexandre à la Renaissance, éd. Corinne Jouanno, Turnhout, Brepols (« Alexander Redivivus » 2), 2012, 308p.

ISBN 978-2-503-54331-4

Texte intégral

1Second volume d’une nouvelle collection intitulée « Alexander Redivivus », publiée chez Brepols, Figures d’Alexandre à la Renaissance rassemble onze communications.

2Dans l’introduction, Corinne Jouanno rappelle bien la gageure que représente le volume : cerner la figure post-médiévale d’Alexandre le Grand. Du XIVe au XVIe siècle, grâce à la redécouverte de la tradition antique, les humanistes dessinent un portrait contrasté d’Alexandre et en font le prétexte à une interrogation sur l’écriture de l’histoire. La prédominance du personnage d’Alexandre au Moyen Âge et sous le règne de Louis XIV a fait oublier qu’il était connu et étudié pendant la Renaissance. C’est cet oubli que le volume publié par Corinne Jouanno vise à combler.

3Les communications sont organisées en cinq parties : 1) « Philologies : la redécouverte des auteurs anciens » ; 2) « La Renaissance et l’héritage médiéval » ; 3) « Images politiques d’Alexandre » ; 4) « De la littérature ethnographique à l’écriture de l’histoire : Alexandre, une figure de référence » ; 5) « Alexandre au miroir de la philosophie ».

41. La première partie du volume, « Philologies : la redécouverte des auteurs anciens », propose de passionnantes recherches sur la génétique des textes et des manuscrits. Elle s’ouvre avec Pétrarque et une dimension peu connue de son œuvre : l’historiographie en langue latine. Rebecca Lenoir propose une fine analyse de génétique, à partir d’un manuscrit de Quinte-Curce sur lequel on distingue deux strates d’annotations, toutes deux de la main de Pétrarque, et de ses échanges épistolaires. C’est donc au plus près que l’on peut suivre le travail de compilation et de réécriture de l’humaniste italien dans son vaste projet d’écriture d’une histoire universelle. Le texte offre un nouvel éclairage sur la personnalité d’Alexandre et sa démesure, mais aussi sur une nouvelle manière d’écrire l’histoire.

5Les deux articles suivants s’intéressent à des traducteurs : Vasque de Lucène et Amyot. Hélène Bellon-Méguelle, avec la rigueur qui la caractérise, s’intéresse à la façon dont Vasque de Lucène a comblé la perte des deux premiers livres des Histoires de Quinte-Curce. Si Vasque a utilisé Justin et Plutarque, il est sans doute passé par des traductions intermédiaires et a ensuite croisé ses sources. Hélène Bellon-Méguelle rend compte avec précision du travail de marqueterie de l’auteur bourguignon et discute l’hypothèse qu’il ait utilisé un manuscrit de Quinte-Curce déjà annoté comme celui que l’on trouve à la bibliothèque Vaticane. En lisant son article, on se trouve bien, comme elle le propose, « sur la table de travail de Vasque de Lucène ». Au siècle suivant, l’helléniste Jacques Amyot bouleverse l’historiographie d’Alexandre en proposant une nouvelle traduction de Plutarque. Pascal Payen nous aide à démêler les contextes et intertextes qui ont interféré entre la vie d’Alexandre, son écriture par Plutarque et sa traduction par Amyot. Dans un vaste panorama historique, il rappelle avec une grande clarté les traditions historiographiques qui ont suivi la mort du conquérant, la façon dont Plutarque a infléchi ses sources puis la façon dont il a été lu par les premiers auteurs chrétiens et traduit à partir du milieu du XVe siècle en Italie. Ce faisant, il rend bien compte de la réception de l’histoire du conquérant et démontre l’utopie qu’il y aurait à comparer la traduction d’Amyot avec le texte de Plutarque sans tenir compte des intermédiaires. L’article se termine sur le glissement effectué par Amyot : du roi philosophe en un roi héroïque engagé dans le monde, « marqué par l’empreinte épique et achilléenne, c’est-à-dire à la recherche de la "gloire" et d’elle seule », le roi que se réappropriera Louis XIV.

6Ces trois articles permettent de comprendre le rôle qu’ont joué ces passeurs de texte qu’étaient les humanistes pour cerner la figure d’Alexandre, la délimiter, la reconfigurer. Ils participent aussi à une meilleure appréciation de leur travail, à une époque où l’incertitude des traditions textuelles, la complexité des emprunts et des influences compliquaient encore la tâche d’hommes de lettres qui se confrontaient aux œuvres sans les précieux outils que sont les grammaires, les dictionnaires et les éditions critiques. Sans doute la meilleure manière de leur rendre hommage.

72. La deuxième partie interroge la notion d’héritage médiéval dans la littérature par le biais des réécritures d’un épisode, l’ascension d’Alexandre, et de romans mettant en scène de prétendus ancêtres d’Alexandre, Florimont et Philippe de Madien.

8Thibaut Maus de Rolley part à la recherche de voyages aériens au XVIe siècle, qui auraient pu s’inspirer de celui d’Alexandre. Malgré la vaste – et utile – liste de chevaliers volants qu’il nous fournit – Cleomadès, Méliacin, Perceforest, la Chanson d’Esclarmonde, le Roland furieux, etc. –, l’auteur de l’article admet avec honnêteté et précision qu’aucun de ces voyages ne fait référence explicitement ou implicitement à celui d’Alexandre. Il les différencie sur le plan des moyens d’élévation, des buts, de la fonction narrative de l’ascension. Quelques explications sont proposées pour justifier cette absence : concurrence de héros comme Icare, plus au goût des humanistes, voyage trop marqué par l’ambivalence ou figure d’Alexandre trop historique. Le côté potentiellement déceptif de l’article est compensé par son érudition et par les questions qu’il suscite sur le rôle réservé à la curiosité (libido sciendi) dans les voyages et par la démonstration du potentiel croissant de la description cosmographique de ces ascensions – deux héritages alexandrins.

9Catherine Gaullier-Bougassas rapproche deux romans relatant les aventures des ancêtres d’Alexandre : Florimont d’Aimon de Varennes, écrit en vers en 1188 et mis en prose au XVe siècle à la cour de Bourgogne, et la Conqueste de Grece faite par Philippe de Madien écrit à la cour de Bourgogne par Perrinet du Pin en 1448, ce deuxième ouvrage ayant jusqu’à présent été laissé de côté par la critique. Le rapport à l’histoire est analysé sous plusieurs angles : la restitution d’une chronologie interne aux romans, le rapport à la réalité du XVe siècle (comme l’orchestration des entrées princières, la création des ordres de chevalerie ou l’expansion ottomane dans les Balkans), le lien avec une chronique historique écrite par Perrinet du Pin et surtout le lien avec la famille de Savoie, commanditaire du Philippe de Madien. Le propos est précis, convaincant et illustre bien l’interpénétration de la littérature et de l’histoire à la cour de Bourgogne au XVe siècle.

10Ces deux articles posent clairement la question de la réécriture indirecte. Comment réécrire l’ascension d’Alexandre sans le mentionner ; pourquoi raconter l’histoire des ancêtres d’Alexandre et non celle d’Alexandre ? Même quand elle est évacuée, la figure d’Alexandre semble imprégner la production littéraire de la Renaissance.

113. La troisième partie s’intitule « Images politiques d’Alexandre ». Les images ont effectivement la part belle dans le dossier de quinze figures qui accompagne l’article consacré aux « Figures des femmes d’Alexandre à Fontainebleau », mais la politique ne semble pas le trait dominant de cette partie. Emmanuelle Lacore-Martin (« Portraits d’Alexandre... ») propose un parcours des allusions à Alexandre dans l’œuvre de Rabelais. Apparemment uniformément moqueuses et parodiques, elles laissent quand même la place à une réhabilitation du conquérant pour certaines qualités humaines comme la caritas. Etienne Pasquier, admirateur et continuateur de Rabelais, le met en scène dialoguant avec Alexandre aux Enfers. Rabelais est alors le porte-parole de toutes les critiques jamais adressées à Alexandre (orgueil, compromission avec les orientaux, assassinat de ses amis, ivresse, etc.) et Alexandre répond à toutes ces critiques avec beaucoup de discernement et de force de conviction. Un examen du texte invite à comprendre qu’Alexandre développe en réalité des théories chères à Rabelais et contribue à la définition humaniste du prince chrétien, même s’il se termine sur une condamnation du conquérant. La mise en abîme inversée d’un texte déjà paradoxal permet à Pasquier de poser la question du pouvoir de la parole de l’historien et du danger que sa subjectivité recèle.

12Kathleen Wilson-Chevalier se lance dans le difficile exercice de lire le programme iconographique de la chambre de la duchesse d’Etampes, partiellement perdu, par le biais d’un filtre historique : l’importance des femmes à la cour de François Ier. Des sources variées ont été rassemblées pour reconstituer le cycle exécuté par le Primatice et le mettre en perspective. Cinq femmes liées à Alexandre sont évoquées successivement : Olympias (écartée du cycle), Roxane, Thalestris, Campaspe et Timoclée. L’auteur montre comment chaque mise en scène, en s’opposant à la tradition, fait de ces femmes des modèles tout autant que des reflets des femmes fortes qui gravitaient à la cour de François Ier. L’argumentation est souvent habile mais donne parfois l’impression que le but de la démonstration est aussi pris comme prémisse. La conclusion n’en reste pas moins séduisante.

13Les deux articles permettent une réflexion sur la notion de mise en abîme : mise en abîme du discours historique chez Rabelais, mise en abîme du rapport d’Alexandre aux femmes dans la chambre à coucher de la maîtresse du roi, comme si le corpus alexandrin invitait aux lectures spéculaires.

144. C’est ce que nous propose le chapitre suivant, « De la littérature ethnographique à l’écriture de l’histoire : Alexandre, une figure de référence », en permettant de réfléchir à la notion d’exemplarité et à l’usage que l’on pouvait en faire.

15« L’exemplum d’Alexandre... » nous familiarise avec Olaus Magnus, historien et érudit suédois, en exil suite au succès de Luther dans les pays scandinaves, recueilli et protégé par le pape Paul III. Son Historia de gentibus septentrionalibus (1555) a pour but de faire connaître l’histoire et la géographie de son pays « barbare » à ses contemporains italiens de façon à susciter l’intérêt des élites cultivées pour son pays et leur soutien. Selon Silvia Fabrizio-Costa, les références à Alexandre sont au service de cette stratégie : elles constituent un argument d’autorité, montrent que les Scandinaves ont aussi des références antiques, prouvent une maîtrise des références de la Renaissance italienne ; elles seraient enfin peut-être un hommage posthume à Paul III, amateur de récits sur Alexandre.

16Loys le Roy, auteur du De la vicissitude ou variété des choses en l’univers (1575), utilise également les références à Alexandre de façon économique et en fonction d’une démonstration. Il fait de la vie du conquérant une illustration de son principe d’explication de l’univers : la variété, la mutation continue. Les fluctuations de l’histoire ne doivent rien à la Fortune, mais à l’influx de la nature, décidé par Dieu, comme le prouvent la nature faillible d’Alexandre, ses succès et sa chute. Cette analyse se fait sans simplification de la vie du conquérant, ni systématisme, comme nous l’explique Danièle Duport. Elle est au service d’une réflexion sur l’histoire et le progrès.

175. La dernière partie de l’ouvrage, « Alexandre au miroir de la philosophie », s’intéresse aux genres brefs que sont les emblèmes et les essais.

18Anne Rolet nous présente un intéressant corpus d’emblèmes latins d’Achille Bocchi illustrés de gravures, dans lequel texte et image sont complémentaires, sans qu’il y ait toujours de correspondance. C’est en remettant l’image dans son contexte historique, visuel et intertextuel que l’article, par une argumentation serrée, arrive à en justifier les apparentes incohérences et nourrit notre réflexion. L’image est abordée comme une énigme, résolue avec bonheur dans la conclusion, après un parcours stimulant pour le lecteur. C’est à Montaigne, sous la plume de Nicolas Lombart, qu’il revient de clore ce recueil. L’article retrace la fascination et l’« émerveillement » de Montaigne pour la grandeur du conquérant. L’essayiste a vu dans le désir de saisie écrite de l’instant du Macédonien et dans son questionnement sur le monde une démarche parallèle a la sienne. Cela ne l’empêche pas de reconnaître ses défauts et d’en faire la source d’une réflexion sur la nature humaine, sur l’héroïsme et l’objectivité.

19Le recueil est précédé d’une introduction de Corinne Jouanno qui tresse bien les fils thématiques reliant entre eux les différents articles : le rôle de la traduction, des sources non historiques, des sources médiévales, l’interaction entre littérature et art, les propos politiques et moraux qui transparaissent dans tous les ouvrages.

20L’ouvrage se termine par d’utiles outils : une bibliographie, un index et les résumés des communications.

21On peut seulement regretter que les parties soient démultipliées (5 parties pour 11 articles) et que les titres de ces parties ne paraissent pas toujours en représenter au mieux le contenu, induisant quelque peu le lecteur en erreur.

22Le volume dans son ensemble a le grand mérite de nous faire découvrir, dans des corpus plus ou moins connus du grand public, la présence diffuse d’Alexandre, sous la forme d’innombrables petites citations, fragments romanesques, bribes historiques. Preuves que la Renaissance s’est nourrie aussi discrètement que profusément du destin singulier du Macédonien.

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Pérez-Simon, « Figures d’Alexandre à la Renaissance, éd. Corinne Jouanno », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 12 avril 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13225

Haut de page

Auteur

Maud Pérez-Simon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org