Navigation – Plan du site

Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (XIIe-XIVe siècle). Essai d’histoire sociale

Vincent Challet
Référence(s) :

Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (XIIe-XIVe siècle). Essai d’histoire sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, 478p.

ISBN 978-2-85944-746-5

Texte intégral

1Issu d’un mémoire soutenu dans le cadre d’une habilitation à diriger des recherches, le dernier ouvrage de Pierre Chastang s’inscrit, d’une certaine manière, dans le sillon que son premier travail sur la rédaction des cartulaires méridionaux avait contribué à tracer (Lire, écrire, transcrire paru en 2001). Si l’auteur entend en effet continuer à explorer les formes et les modalités de la révolution documentaire qu’a connue l’Occident médiéval dans le courant du XIIe siècle, il souhaite surtout, comme l’indique pertinemment le sous-titre de son livre, adopter le point de vue de l’histoire sociale dans la mesure où cela lui paraît de nature à répondre « à la nécessité de replacer la description positive du paysage documentaire d’une ville, façonné par l’activité de la communauté urbaine et de son gouvernement, dans la perspective plus générale d’une analyse des formes du pouvoir et de la domination propres au monde tardomédiéval » (p. 26). On notera à ce propos la fortune actuelle du sous-titre « Essai d’histoire sociale » qui figure, par exemple, dans des ouvrages aussi divers que celui de Christophe Charle consacré à la crise des sociétés impériales (La Crise des sociétés impériales. Allemagne, France, Grande-Bretagne (1900-1940) : essai d’histoire sociale comparée, Paris, 2001), celui de Catherine Virlouvet étudiant la plèbe frumentaire à Rome (La plèbe frumentaire dans les témoignages épigraphiques. Essai d’histoire sociale et administrative du peuple de Rome antique, Rome, 2009) ou encore celui de Didier Lett sur le procès de canonisation de Nicolas de Tolentino (Un procès de canonisation au Moyen-Âge. Essai d’histoire sociale, Paris, 2008). C’est d’ailleurs plutôt dans la filiation de ce dernier ouvrage que s’inscrit ici Pierre Chastang, témoignant du souci constant de souligner les liens qui s’établissent entre l’ordre scriptural et le gouvernement des hommes et de mettre en exergue l’interaction entre les sources archivistiques, les producteurs de ces sources – en l’occurrence, ce milieu notarial méridional que l’auteur connaît sur le bout des doigts – et la société urbaine montpelliéraine qui sort progressivement de l’ombre grâce à des travaux récents, dont le projet collectif en cours portant sur le « Petit Thalamus » de Montpellier. C’est qu’en effet, Montpellier, contrairement à la plupart des grandes villes médiévales du royaume de France, n’a jamais fait l’objet d’une grande thèse d’histoire urbaine, lacune presque irréparable qui s’explique en grande partie par la complexité du cadre de classement de volumineuses archives urbaines dans les méandres desquelles des générations entières de chercheurs ont parfois perdu pied. Il fallait à l’évidence la ténacité, le talent et l’érudition de Pierre Chastang pour se livrer à cet exercice d’archéologie scripturale et archivistique qui démonte avec brio les ressorts de la constitution de fonds montpelliérains dont le classement a été fossilisé de manière précoce. C’est dire toute l’importance de cet ouvrage et saisir d’emblée l’étendue des difficultés auxquelles l’auteur a pu être confronté dans son patient travail de déconstruction des logiques documentaires du consulat médiéval. L’introduction met l’accent sur ce moment particulier que constituent la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle, lesquels connaissent une accélération de la production écrite, révélatrice d’une rupture dans le système de communication occidentale, et qui s’accompagne d’une mise en ordre du texte, de protocoles de lecture, de tables ou encore de systèmes d’index qui rendent possible une lecture référencée tout en favorisant les processus de contrôle. « La prolifération de la documentation administrative produit des formes nouvelles d’assujettissement de la population mais également des mécanismes de contrôle inédits de l’action que les gouvernants exercent sur la communauté. La maîtrise des techniques de l’écrit devient dès lors l’objet d’un enjeu politique » (p. 34-35). Se dessine ici clairement le projet de Pierre Chastang, celui de saisir l’écrit pratique en tant que véritable « technique du pouvoir » permettant, précisément par le biais de l’écriture, une « incorporation des rapports de domination de la part des gouvernés » (p. 36), projet particulièrement ambitieux, même s’il convient d’observer que la figure de ces mêmes gouvernés ne se laisse que très difficilement appréhender à travers les sources documentaires étudiées. L’auteur, toutefois, est bien trop fin connaisseur des processus d’écritures pour leur appliquer une lecture trop univoque, relevant notamment que « l’écriture n’asservit pas et qu’elle ne libère pas davantage » (p. 41), mais qu’elle participe d’une modification des discours de légitimité du pouvoir consulaire. Il analyse donc ce mouvement d’émergence d’une écriture consulaire en partant des années 1180-1204 qui voient se mettre en place l’universitas montpelliéraine progressivement dotée d’un pouvoir d’autogouvernement ; ceci s’accompagne justement de la rédaction d’un corpus textuel dont le modèle demeure le Cartulaire des Guilhem, compilé après 1202 et conçu comme une œuvre mémorielle au sens juridique du terme puisqu’il recueille des chartes vues comme des ressources devant servir à l’établissement de droits et à l’activité de juristes parmi lesquels se détache la figure de maître Gui Francesc. Se mettent donc en place de manière concomitante la constitution du champ scriptural de l’administration et l’établissement de l’universitas « comme horizon du gouvernement » (p. 56) ; une universitas qui ne cesse de multiplier les références à la notion de communis utilitas, comme pour mieux prendre en compte les impératifs éthiques du Quod omnes tangit : « la définition d’intérêts propres à la communauté formant une universitas constitue à la fois le fondement politique et social du pouvoir des consuls et la limite à l’exercice de l’administration et du gouvernement urbains par ces mêmes détenteurs du pouvoir. » (p. 57).

2L’auteur entame sa belle étude du développement de la culture de l’écrit à Montpellier par une analyse serrée de l’écrit et des scripteurs, en prenant bien garde de ne pas tomber dans le piège de la « fétichisation du texte » et donc en conservant à l’esprit que la mise en archives constitue en elle-même une opération historique à proprement parler dont il ne faut jamais minorer l’importance. Les documents d’archives sont donc toujours le résultat d’un triple processus de production, de préservation et de remploi au travers d’usages toujours renouvelés. Or, de ce qui apparaît aux chercheurs contemporains comme un handicap quasi insurmontable – à savoir un cadre de classement des archives fort inhabituel –, Pierre Chastang fait précisément son premier objet d’enquête puisque les archives montpelliéraines ont subi de manière précoce un phénomène de pétrification qui, s’il rend aujourd’hui leur exploration malaisée, permet au contraire à l’auteur de se livrer à un brillant exercice d’archéologie documentaire qui appréhende ces archives comme « l’expression matérielle et symbolique de la communauté faisant corps » (p. 65). La particularité des archives montpelliéraines tient au fait qu’il fut décidé au XIXe siècle de conserver en l’état le fonds documentaire du grand chartrier de la ville selon le classement qui était le sien au Moyen-Âge, alors même que les documents issus du greffe de la maison consulaire et de l’armoire dorée furent au contraire globalement reclassés selon les critères en vigueur au XIXe siècle. C’est ce phénomène qui explique la « pétrification » des archives dont Pierre Chastang fait son miel, car cet état de fait est aussi une chance pour le médiéviste en rendant possible la compréhension de la logique de constitution de ces fonds. On dispose d’ailleurs de deux inventaires réalisés au XVIIe siècle, celui de Pierre Louvet (1662) qui répertorie les pièces du grand chartrier et celui de Joffre (1662) pour le greffe de la maison consulaire, ce qui éclaire la distinction opérée dès les années 1660 entre « le grand chartrier pétrifié depuis la fin du Moyen-Âge et qui devait être considéré comme tel » (p. 76) et des fonds encore vivants à l’époque moderne et pouvant, par voie de conséquence, être reclassés. D’autres inventaires, plus anciens, subsistent évidemment dont celui établi en 1508 et qui a pour avantage de décrire avec beaucoup de soin non seulement les livres consulaires eux-mêmes mais aussi leur localisation dans les différentes pièces de la maison consulaire, ce qui révèle une partition géographique entre des documents déposés dans la chapelle consulaire et qui correspondent au grand chartrier, des registres (registres comptables, livres des notaires, cartulaires) conservés dans la claverie et les archives de la Commune Clôture entreposées à part dans un lieu adjacent. La division des archives montpelliéraines sanctionne donc une organisation ancienne : le grand chartrier s’est en effet séparé du reste des archives courantes au milieu du XIIIe siècle lorsque les chartes les plus précieuses pour l’institution consulaire furent confiées aux Hospitaliers. Réintégrées au sein de la maison consulaire en 1361, elles n’en conservèrent pas moins une certaine autonomie d’un point de vue documentaire et, « après 1380, les fonds ainsi constitués n’ont plus été alimentés par l’activité politico-administrative de la ville et le grand chartrier est entré dans sa phase ultime de pétrification » (p. 84). En revanche, les pièces d’archives d’un usage plus courant ont toujours été conservées sur les lieux de travail et de réunion de la maison consulaire, la partition du fonds documentaire en deux grands ensembles reflétant donc à la fois une localisation géographique et un usage social.

3Encore convenait-il de cerner au mieux les scripteurs et les producteurs de ces fonds documentaires, ce à quoi s’emploie Pierre Chastang en étudiant au plus près le rôle « qu’exercent la culture notariale de l’écrit et le travail quotidien des notaires dans la production d’un ordre documentaire renouvelé, servant le système politique et administratif apparu en 1204-1205 avec l’avènement du consulat » (p. 92). La formation de ce notariat méridional s’inscrit dans le contexte de l’apparition et de la circulation des premiers juristes dans les années 1130, les premiers notaires publics étant attestés à Montpellier dès 1199, tandis que s’établit la disjonction entre juristes et notaires. Dès les origines du consulat, les consuls se dotèrent d’assesseurs pour les conseiller d’un point de vue juridique, la plupart d’entre eux étant des gradués de l’université. Mais, à ce monde de juristes en partie itinérants, s’oppose précisément l’univers des notaires, plus enracinés dans la ville, et dont la réglementation du métier est intrinsèquement liée à l’affirmation du jus statuendi reconnu aux universitates et à la rédaction des premières coutumes. Toutefois, à partir de la fin du XIIIe siècle, la montée en puissance du notariat royal « défait progressivement le lien particulier instauré au début du XIIIe siècle entre le notariat et les communautés » (p. 105), alors que les statuts de 1223 prévoyaient précisément que les notaires devaient être natifs de Montpellier et laïcs, ce qui renforçait le lien entre leur monde et celui de la communauté pour laquelle ils instrumentaient. Ces notaires au service du consulat qui, à l’origine, étaient aussi des notaires instrumentant à titre privé, vont être en charge de l’invention d’une écriture qui transforme des faits en formes juridiques s’accordant à des usages sociaux particuliers. Ils constituent, dès le début du XIIIe siècle, un groupe professionnel distinct, doté de normes propres et au sein duquel l’administration consulaire peut puiser avant que, à partir des années 1340, ne s’établisse vraiment un cursus de notaires au service de la ville, qui permet un contrôle plus étroit de ces scripteurs de la part du pouvoir urbain.

4Ces fondements posés, Pierre Chastang peut s’attaquer à ce qui constitue le cœur véritable de son analyse, à savoir une « histoire scripturale du gouvernement urbain » qui envisage précisément les logiques de constitution, de travail et d’exploitation des archives urbaines. Il part notamment de la décision, prise en 1370, de regrouper l’ensemble des registres des notaires du consulat à la maison commune pour écrire, à rebours, une histoire de la constitution des livres de la commune. En effet, jusque-là, les notaires conservaient leurs registres propres et le consulat faisait recopier les actes les plus importants dans des livres de parchemin, que l’on commence à appeler thalami vers 1330, dans le cadre du conflit ouvert par les populaires de la ville. On distingue dans cette tradition des thalami des grands thalami qui sont conçus comme des cartulaires avant que l’un d’entre eux n’évolue en Liber Iurium et n’enregistre les privilèges de la ville et des petits thalami dont la rédaction débute vers 1260 et qui agrègent un corpus de textes nécessaires au gouvernement de la ville, auxquels il faut encore ajouter deux thalami qui relèvent de l’institution particulière qu’est la Commune Clôture. En somme, avant 1363, coexistent trois formes pour enregistrer les décisions consulaires : la plus simple est celle qui figure sous forme d’acte notarié au sein des minutiers ; lorsque la décision est jugée d’importance, elle peut donner lieu à une version étendue dans le grand thalamus ; enfin, elle peut également entrer dans le corpus normatif de la ville par le biais de son inscription au sein des petits thalami. En 1363, toutefois, Pierre Gilles, notaire du consulat de 1361 à 1393, entreprend une grande réorganisation des séries documentaires et établit un premier minutier qui contient, tête bêche, d’un côté les actes qu’il instrumente au nom du consulat, de l’autre les délibérations du conseil de ville. On va donc désormais composer chaque année un registre de brèves et plusieurs registres d’étendues, Pierre Gilles ne grossoyant en revanche que les actes à valeur perpétuelle ainsi que ceux nécessaires au contrôle administratif des officiers. Ceci sans compter que le consulat fait aussi établir un registre séparé des élections à partir de 1353 et des registres de comptabilité dont l’existence paraît liée à l’obligation, émise dès 1293, d’auditer les comptes des clavaires. Dans le même temps, se précise le processus de compilation qui fait du grand thalamus le réceptacle des actes les plus importants délivrés par les autorités royales et ecclésiastiques. En revanche, à partir de 1260, les petits thalami se mettent à regrouper des textes qui ne résultent pas de la simple transcription d’actes diplomatiques mais requièrent, de la part des notaires, un travail particulier d’enregistrement et de reclassement : les petits thalami constituent donc à partir du milieu du XIIIe siècle des livres de gouvernement ainsi que « le support matériel et l’expression symbolique du pouvoir gouvernemental des douze consuls, en charge de la communauté d’habitants » (p. 149) et assurent de ce fait la perpétuation de la communauté urbaine fondée sur le droit. Le travail d’assemblage et de recomposition du corpus normatif urbain se laisse, par exemple, percevoir lorsque l’on se penche sur le corpus des établissements, lesquels se trouvent éclatés en plusieurs ensembles, ce qui révèle un processus de fonctionnement qui atténue le lien entre normes juridiques et autorité qui les a produites. Il faut donc envisager ces textes comme un corpus complexe et mouvant, matérialisant par l’écriture l’idée que l’universitas est source de toute norme urbaine, mais cette densification scripturale n’est pas non plus sans rapport avec l’histoire politique montpelliéraine. Ainsi, le travail de « cartularisation » des grands thalami réalisé à la fin des années 1240 correspond à une rupture. La fondation d’Aigues-Mortes par Louis IX et le retour aux affaires de Jacques Ier, roi d’Aragon, viennent clore une séquence de très large autonomie consulaire ouverte en 1206. Le retour en force du pouvoir royal s’exerce d’ailleurs au détriment du pouvoir épiscopal, l’évêque étant notamment écarté du processus de désignation des consuls au sein d’un système de gouvernement qui s’apparente à « un régime mixte qui privilégie certains groupes professionnels de la société urbaine, tout en introduisant, par le tirage au sort […] des éléments de sélection démocratique » (p. 178). De même, les années 1340, sur fond de rattachement de la ville à la Couronne de France, ouvrent-elles une nouvelle séquence « d’intégration administrative plus poussée du notariat » (p. 182) dont Pierre Gilles constitue la figure centrale. Il n’en reste pas moins que « le développement de l’écrit dans la ville est donc l’une des manifestations de la promotion du regimen consulaire » (p. 183).

5Or, parmi l’ensemble documentaire issu du gouvernement urbain, un corpus particulier – celui constitué par les thalami – méritait une analyse singulière, d’autant plus qu’un projet collectif actuellement en cours au sein de l’université de Montpellier-III et auquel est associé Pierre Chastang travaille à réévaluer l’importance juridique, symbolique et mémorielle de ce corpus. La belle étude de l’auteur jette sur cet ensemble documentaire des lueurs nouvelles qui permettent d’en retracer la genèse et d’en saisir la constitution progressive à partir du premier héritage que constitue le cartulaire seigneurial des Guilhem, complété par la transcription d’actes ayant trait aux droits seigneuriaux des rois d’Aragon puis de Majorque. Elle met surtout en évidence la distinction fondamentale qu’il faut opérer entre les grands thalami, dont le plus ancien exemplaire commencé dès 1221 est malheureusement perdu, et les petits thalami qui, à partir de 1258, privilégient l’occitan au détriment du latin et font du passage au vernaculaire un signe fort de l’identité urbaine. Suivre le destin de ces thalami revient, en quelque sorte, à montrer l’adaptation progressive de la forme ancienne du cartulaire, parfaitement ajustée à une société seigneuriale, aux nouveaux usages de l’écrit qui sont à la fois urbains et consulaires. Ainsi, la phase initiale du grand thalamus s’apparente globalement au travail de compilation des grands chartriers ecclésiastiques bien attestés dans les régions méridionales. Le registre, en effet, procède par regroupement des actes en quatre grands dossiers : coutumes et statuts consulaires de 1212 à 1244 ; textes diplomatiques qui définissent l’espace juridique et institutionnel de la ville et sa géographie ; traités de commerce avec les villes italiennes et provençales ; enfin, textes expédiés par le roi ou le pape. En revanche, à partir de 1260, la communauté urbaine invente de nouvelles formes d’écriture par le biais des petits thalami qui visent à élaborer un corpus normatif et à mettre en place des instruments scripturaires susceptibles de faciliter la prise de décision de ceux qui sont en charge du gouvernement urbain. Mais cet effort documentaire est lui-même à mettre en relation avec, en 1258, la résolution du conflit entre la ville et Jacques Ier d’Aragon. Le compromis qui y met un terme prévoit certes une amnistie en faveur des Montpelliérains mais sanctionne en retour le droit du souverain à intervenir dans la décision du bayle et à confirmer tout texte nouveau avant qu’il ne puisse faire l’objet d’une incorporation au corpus des coutumes et lois municipales : « la potestas du prince joue désormais un rôle inédit dans la validation de la norme urbaine, ce qui ne peut se faire qu’au détriment de l’autonomie du populus urbain. » (p. 224).

6Ce recours accru à l’écriture en tant qu’outil de gouvernement conduit vers le milieu du XIIIe siècle à une accumulation sans précédent de documents et de textes qui mène, logiquement, à des préoccupations nouvelles en matière d’archivage et de classement. Le déplacement, en 1259, des chartes les plus précieuses du fonds montpelliérain, confiées aux bons soins des Hospitaliers, nécessite en particulier la production d’inventaires : « les inventaires d’archives constituent une solution pragmatique face à la sacralisation civique des archives. » (p. 229). Cette séparation physique entre des archives courantes laissées à la maison consulaire et le trésor des archives urbaines déposé dans l’arca provoque une reconfiguration de la mémoire urbaine autour des archives : les cartulaires ne jouent désormais plus de rôle significatif en terme de préservation de la mémoire archivistique laquelle se cristallise au contraire dans cet arca situé en-dehors de l’espace urbain proprement dit. La rédaction des premiers inventaires débute donc vers le milieu du XIIIe siècle et impose un premier cadre de classement et une répartition des documents au sein de cassettes dotées d’un signe figuré, rendant dès lors possible un repérage thématique et visuel. Après une première phase au cours de laquelle ces inventaires en perpétuelle évolution sont insérés dans les thalami, ils deviennent progressivement autonomes jusqu’à devenir « des instruments favorisant la recherche des textes par les dirigeants de la ville » (p. 256). De ce point de vue, l’apparition d’un inventaire séparé dans les années 1340 entraîne une profonde reconfiguration des archives que l’auteur suit aussi précisément que ses sources le lui permettent. Pierre Chastang met en évidence que 40% des cassettes signalées en 1340 n’existaient pas auparavant et que le reclassement opéré témoigne d’une ambition nouvelle, celle de valoriser les actes justifiant les libertés de la ville. Enfin, la naissance d’un système de cotation utilisant désormais des lettres et non plus des signes figurés et le croisement systématique des informations dotent le consulat d’un outil rigoureux et rationnel. La rupture manifeste introduite par cet inventaire mené sous l’égide du notaire du consulat, Pierre Ricart, rend désormais possible, grâce aussi au tri et à la hiérarchisation des documents, un travail direct sur inventaire : « les archives composent […] un monde social formalisé et ordonné, ajusté à une maîtrise par les gouvernants. » (p. 268). L’histoire scripturale du consulat montpelliérain connaît donc deux inflexions majeures durant ce Moyen-Âge central : la première, vers le milieu du XIIIe siècle, voit l’effacement des cartulaires au profit de registres et la mise en chantier des petits thalami, promus au rang de véritables livres de gouvernement urbain et délaissant le latin pour un occitan devenant, de ce fait, la langue administrative de la ville ; la seconde, entre 1340 et 1370, est celle d’un contrôle administratif accru sur la production et la gestion de l’écrit dans un contexte de renforcement de l’État royal français.

7Un autre, peut-être, que Pierre Chastang aurait pu s’arrêter là tant la démonstration est convaincante et tant elle apporte, en soi, de grain à moudre à ceux qui entendent réfléchir à la production et à la gestion de l’écrit dans la société médiévale. Mais, comme le suggère le sous-titre de l’ouvrage, l’ambition de l’auteur était de ne pas limiter ses propos à une telle analyse mais bien d’écrire également un chapitre d’histoire sociale qui envisage la manière dont cette production scripturaire est utilisée en termes de gouvernement urbain. Cette démarche le conduit à reprendre un certain nombre de dossiers montpelliérains, bien connus par ailleurs, et de les soumettre à un regard neuf qui fait de l’usage de l’écrit le premier critère d’évaluation. La première approche de l’auteur consiste en un réexamen des usages de la mise en liste, perçue à la fois comme un outil de connaissance des gouvernés mais aussi comme un moyen de contrôle et d’assujettissement de ces mêmes gouvernés. Les listes montpelliéraines les plus précoces sont celles des cens et des droits seigneuriaux issus des Guilhem ainsi que les leudaires transcrits au sein du corpus des thalami, ce qui dénote une « appropriation par le gouvernement urbain de savoir-faire scripturaux mis au point dans la dernière période de la seigneurie des Guilhem » (p. 293). Mais ce système de mise en liste s’étend rapidement aux hommes – même si les premiers compoix ne paraissent pas antérieurs à la fin du XIVe siècle – ainsi qu’aux chartes, par le biais d’un travail de classification qui sépare le document de son contexte d’élaboration, et sert de matrice tant aux fastes consulaires qu’aux avenimens qui construisent une memoria commune. « La liste apparaît ainsi comme la matrice ductile de formes textuelles et documentaires variées, en usage dans le domaine de la rente seigneuriale, de la fiscalité urbaine, des institutions de gouvernement, mais aussi des premières expressions de l’historiographie urbaine montpelliéraine » (p. 315). Certes. Mais l’on sera néanmoins plus circonspects que l’auteur en termes d’efficacité réelle : si la mise en liste peut refléter en effet une volonté de la part des gouvernants d’assujettir les individus, sans doute convient-il d’éviter de considérer, sans autre forme de procès, que ces mêmes individus se laissent enfermer dans des listes selon un processus de réification contre lequel ils seraient sans défense et sans réaction.

8De même, sans doute, convient-il de demeurer prudent quant à l’interprétation à donner aux nombreux livres d’enquête conservés dans les archives montpelliéraines, enquêtes copiés par les clercs et notaires du consulat et qui deviennent des pièces essentielles de la mémoire administrative urbaine. Pierre Chastang ouvre à nouveaux frais le gros dossier Bon Amic, dont Kathryn Reyerson avait tiré un article magistral il y a une quinzaine d’années, et qui porte sur l’occupation et l’usage de la place de l’Herberie. Le procès s’ouvre en 1336 à la suite de l’obtention par les Bon Amic d’une sauvegarde royale et de l’apposition sur la place de panonceaux matérialisant cette sauvegarde, ce à quoi les consuls s’opposent en arguant d’un usage public de la place. Au cours de l’enquête qui s’ensuit, chaque partie s’efforce « de circonscrire un espace pour la parole testimoniale qui favorise la description de la banalité du quotidien et des pratiques sociales des habitants » (p. 333) afin que les témoins aient quelque chose à raconter, même s’il existe un évident décalage entre la parole des témoins et les enjeux de juridiction qui sont la raison d’être du conflit. Mais faut-il pour autant se résoudre à ne voir dans le recueil des dépositions des témoins qu’un univoque « rapport singulier d’assujettissement de la parole à l’écrit » (p. 343) sans chercher à y discerner d’éventuelles stratégies de dissimulation ou de contournement de l’autorité dans ce que précisément la parole dit ou ne dit pas ? A contrario, la seconde enquête que Pierre Chastang passe au tamis de son analyse révèle une parole plus assurée, du fait même du statut des témoins. Déjà étudiée elle aussi par Kathryn Reyerson, elle porte sur l’exercice du droit d’asile à Montpellier et fait appel à des témoignages issus de notaires et de juristes montpelliérains, familiers des livres de coutumes de la ville. Portant largement sur l’écart qui existe entre le texte normatif régissant le droit d’asile et son usage par la justice urbaine, elle révèle la volonté consulaire de susciter un réexamen des pratiques judiciaires qui embrasse la complexité juridictionnelle de la ville. Elle démontre en outre que « la référence à l’écrit […] ne suffit pas à fonder la légitimité des pratiques gouvernementales comme procédurales » (p. 348), jugement auquel on ne peut que souscrire entièrement. Pour les témoins dont on recueille alors la parole, « l’écrit vu, lu et consulté tient une place centrale dans l’économie du témoignage » (p. 350) ; mais encore faut-il garder à l’esprit que ces témoins sont précisément des hommes choisis en fonction de leur degré de familiarité avec le droit urbain.

9L’écrit est également utilisé par le gouvernement urbain en termes d’expertise, d’autant que, dans le cadre d’un système politique qui assure une grande représentativité à certains métiers privilégiés, l’expertise permet de consolider les liens déjà établis entre le pouvoir consulaire et ces mêmes métiers et de « remettre entre les mains de l’universitas certaines décisions prises au nom de l’utilitas communis » (p. 355). En témoigne l’affaire du safran corrompu (1326) au cours de laquelle les autorités urbaines font appel à des marchands d’épices afin d’examiner un lot suspect de safran. De manière plus générale, les consuls tendent à choisir leurs experts parmi les prud’hommes et consuls des métiers, confirmant la légitimité professionnelle construite de manière interne par chaque métier. L’expertise s’apparente donc à une forme de délégation du pouvoir consulaire confiée aux métiers, ce qui va indéniablement dans le sens d’une régulation sociale, et ce recours croissant à l’expertise va de pair avec le développement d’un gouvernement par l’écrit qui permette de juger sur pièces du bien-fondé de l’action politique. Dans cette veine, Pierre Chastang ne pouvait manquer de se pencher à nouveau sur le volumineux dossier dit des « populaires », déjà examiné par Jean Combes et, de manière plus étendue et contradictoire, par Jan Rogozinski. On sait que le conflit ouvert en 1323 entre le pouvoir consulaire et les « populaires » porta en grande partie sur la question de l’audition des comptes, les « populaires » plaidant « pour un accroissement du recours aux audits face à des consuls qui apparaissent comme les tenants d’une pratique gouvernementale dans laquelle la procédure de désignation des gouvernants et les formes de contrôle ordinaire de leur action suffisent à légitimer les orientations et les décisions prises » (p. 366). Mais le conflit tourne sans doute plus encore autour du droit à représenter l’universitas, consuls et populaires se déniant respectivement le droit de l’incarner à eux seuls. À la suite de Jan Rogozinski, Pierre Chastang note que ces « populaires » sont socialement diversifiés et partage l’idée que ce sont les pratiques gouvernementales, notamment en termes fiscaux et politiques, qui contribuent à forger une identité des « populaires » dont on sait par ailleurs qu’il s’agit d’un groupe extrêmement mouvant. Mais il ne faudrait cependant pas en conclure trop vite à l’incapacité conceptuelle des « populaires » à se forger par eux-mêmes une identité qui ne leur soit pas imposée strictement d’en-haut. La demande d’expertise des comptes des clavaires formulée par ces « populaires » permet de soumettre le pouvoir consulaire à un contrôle rationnel exercé par une pars de l’universitas et ceci d’autant plus que les livres de comptes participent de la construction des rapports politiques et sociaux : « reprendre les comptes, les réexaminer, est une manière particulière de régler le conflit ouvert » (p. 378). C’est indéniable mais ce n’est, après tout, que l’une des manières de résolution du conflit dans le champ des possibles ouvert aux « populaires » qui ne se sont pas faits faute, par ailleurs, de faire pression sur leurs édiles par le biais de grands rassemblements. En dépit de l’échec final des « populaires » en raison de leur endettement massif, la procédure n’en débouche pas moins sur l’audit des comptes des années 1303-1326 par le biais d’une commission de quatorze boni viri désignés comme experts. Ces derniers mettent au jour un certain nombre de malversations sous la forme de dépenses liées à des événements sans caractère public manifeste (sine causa rationabili) et de dépenses consulaires dépassant largement les montants prévus par les normes urbaines en vigueur. Mais, si le conflit des « populaires » constitue un excellent exemple de conflit sociopolitique utilisant le terrain de l’expertise, l’impasse auquel, du point de vue des « populaires », il conduit en définitive, témoigne en partie de son inaptitude à régler la question plus globale du partage du pouvoir et de la représentativité de l’universitas. Lorsque les « populaires » revinrent sur le devant de la scène, en 1379, ils le firent avec d’autres arguments et déplacèrent le terrain d’affrontement de l’expertise vers la rue. Dernier dossier étudié par Pierre Chastang, celui de la publicisation des décisions et de la diffusion des corpus textuels. L’auteur se livre donc à une analyse du processus de communication urbaine qui est à la fois génératrice de liens communautaires et de rapports de domination régulée. Délaissant le champ des crieurs publics – récemment mis en lumière par Nicolas Offenstadt – et du cri comme rituel, Pierre Chastang envisage les criées urbaines comme une succession d’actes écrits, la proclamation n’étant, au fond, qu’un moment oral enchâssé dans une chaîne d’écritures.

10Au final, l’ouvrage de Pierre Chastang démontre avec brio la formation progressive d’une « machine » gouvernementale qui dépersonnalise les rapports sociaux dans le contexte de diffusion d’une culture écrite partagée qui s’opère par le biais des notaires avant que ne se produise vers 1340 un tournant bureaucratique qui modifie en profondeur les rapports entre écrit et gouvernement. « L’alliance que l’avènement du régime consulaire a établi entre recours croissant à l’écrit, affirmation d’un droit de délibération accordé à la communauté afin de trancher les affaires qui la concernent et constitution d’un régime politique mixte se délite. La référence à l’utilitas communis comme aux libertés et franchises urbaines perdure, mais elle ne renvoie plus à un espace commun d’invention du politique » (p. 422). Il n’est pas sûr, cependant, que le milieu du XIVe siècle referme inexorablement l’efflorescence politique que connaît la société urbaine montpelliéraine : la révolte de 1379 rouvre, à l’évidence, une séquence politique d’une très forte intensité qui modifie en profondeur les rapports de gouvernement au sein de la ville. Il faudrait, pour bien en mesurer les conséquences, reprendre sur le long terme l’histoire des « populaires » de Montpellier depuis leur apparition sur la scène politique dans les années 1320 jusqu’à la fin du XVe siècle, mais ce serait évidemment l’objet d’un autre livre.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (XIIe-XIVe siècle). Essai d’histoire sociale  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 12 avril 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13209

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org