Navigation – Plan du site

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir, éd. Vladimir Agrigoroaei

Jessica Stoll
Référence(s) :

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir (d’après le manuscrit de Londres, British Library, Royal 120 C II), éd. Vladimir Agrigoroaei, publiée sous la direction de Claudio Galderisi et Pierre Nobel, Turnhout, Brepols (« Bibliothèque de Transmédie » 1), 2013, 205p.

ISBN 978-2-503-54878-4

Texte intégral

1Ce volume inaugure la « Bibliothèque de Transmédie », nouvelle série des éditions Brepols qui fait suite à l’admirable Translations médiévales paru en 2011. Ce projet visait le recensement de tous les ouvrages traduits en français au Moyen Age. Malheureusement, nombre des textes discutés ou évoqués dans les trois volumes de Translations médiévales n’ont jamais connu d’édition. L’équipe se propose donc de remédier à ce manque et de faire paraître « ces œuvres vernaculaires françaises, inédites ou inaccessibles, qui sont au cœur de ce volet philologique du projet Transmédie » (p. 9).

2En tant que premier volume de la série, ce livre propose bien plus qu’une édition excellente et détaillée d’un texte négligé jusqu’à présent en français, comme beaucoup de traductions tardives (XVe siècle). L’édition de V. Agrigoroaei est en effet précédée d’un argumentaire pour l’étude de la traduction médiévale qui reprend et étend celui qui est exposé dans Translations médiévales. Claudio Galderisi et Pierre Nobel fournissent là une belle préface, l’« Accessus », qui retrace les grandes lignes du projet, en rappelant l’ubiquité de l’œuvre de traduction au Moyen Age et en précisant les approches théoriques qui sous-tendent la réflexion sur le sujet. Pour ce faire, ils proposent une synthèse des principales idées développées dans les articles du volume critique de Translations afin d’esquisser une problématique de la traduction au Moyen Age. Leur discussion, qui convoque les approches de Walter Benjamin, Michel Zink ou encore Antoine Compagnon, constituerait d’ailleurs une belle occasion pour introduire les étudiants de licence ou de master à la question de la traduction médiévale, avant qu’ils ne se lancent dans de plus copieuses lectures ; ceux qui, en revanche, sont déjà familiarisés avec les volumes de Translations médiévales y trouveront les mêmes arguments sous une forme plus concise.

3Ce survol théorique nous a amené à réfléchir à une question d’ordre terminologique. En effet, si le schéma théorique initial postule de façon convaincante l’omniprésence de la traduction au Moyen Age, il serait peut-être temps de reformuler le vocabulaire de l’édition élaboré au XIXe siècle. Qu’on pense à des expressions comme la « toilette du texte », ou à des termes comme ceux de « contamination » ou de « corruption » : ces métaphores, que l’on emploie ici comme ailleurs, se basent toutes sur l’idée d’un texte d’auteur original opposé à l’imperfection de la copie. À la lumière de l’« Accessus », cependant, ces notions ne semblent plus convenir au travail qui est mené aujourd’hui. Gageons que cette équipe saura aussi intervenir dans ce domaine connexe de la traduction, car elle en a les moyens !

4La préface de C. Galderisi explique le choix du texte d’un point de vue littéraire et met en évidence les liens qu’il entretient avec le concept de translatio : le récit anonyme traite en effet des errances d’Appolin, mieux connues dans les versions de Shakespeare (Périclès). L’introduction de V. Agrigoroaei est précise, claire et détaillée. Bien que cette histoire existe sous d’autres formes, surtout en latin, mais aussi dans plusieurs langues vernaculaires, dont huit versions en français, cette édition met au jour une traduction unique, qui appartient pourtant à cette tradition en mouvance. La rédaction, originaire de Flandre, fait l’amalgame de plusieurs versions latines. En se basant sur des sauts du même au même qui sont davantage imputables à des erreurs de copie qu’à des bévues de traduction, V. Agrigoroaei pense qu’il s’agit d’une copie effectuée à partir d’une version française antérieure. Il doit pourtant avouer qu’« en l’état de nos connaissances il est impossible de tirer une conclusion ferme » en ce qui concerne les sources latines puisque « la mystérieuse recensio de Stuttgart », avancée comme source possible du texte, ne bénéficie pas encore d’une édition moderne, ce qui limite sa marge de manœuvre dans ce travail. Cette difficulté ne fait que souligner la nécessité de l’édition du plus grand nombre de traductions dans les différentes langues vernaculaires et conforte le projet auquel cette série apporte une admirable première contribution. Le tableau d’abréviations qui inclut un échantillon d’images illustrant la main du copiste est une innovation bienvenue qui offrira sûrement aux étudiants un premier contact avec l’écriture médiévale. De manière bienvenue, le texte est accompagné d’un dossier, d’un index des noms et d’un glossaire.

5Ce livre fait la preuve de la richesse du travail commencé par le volume de Translations médiévales. Il mérite un public varié de chercheurs et d’étudiants désireux de comprendre les enjeux de la traduction au Moyen Age. Aussi nous attendons les prochaines parutions avec impatience.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jessica Stoll, « La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir, éd. Vladimir Agrigoroaei », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 12 avril 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13207

Haut de page

Auteur

Jessica Stoll

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org