Navigation – Plan du site

Guillaume de Conches : Philosophie et science au XIIe siècle, éd. Barbara Obrist et Irène Caiazzo

Max Lejbowicz
Référence(s) :

Guillaume de Conches : Philosophie et science au XIIe siècle, éd. Barbara Obrist et Irène Caiazzo, Florence, SISMEL / Edizioni del Galluzzo (« Micrologus’ Library » 42), 2011, 524p.

ISBN 978-88-8450-413-5

Texte intégral

1Trois des quatorze communications présentées lors du colloque qui s’est tenu sous le même titre les 1er et 2 juin 2007 à Paris, à l’IRHT et à l’EPHE, n’ont pas été reprises dans ce volume « pour des raisons contingentes » (p. XXIV), mais deux autres y ont été ajoutées alors que leurs auteurs, « retenus par leur travail, n’avaient pu assister au colloque » (ibid.). Ce sont donc au final treize communications qui sont ainsi regroupées.

2La lecture continue du volume progresse de manière contrastée. Certaines contributions sont d’une longueur inhabituelle dans ce genre de publication, et les trois plus longues atteignent un nombre considérable de pages : 67 (Irène Caiazzo, « The Four Elements in the Work of William of Conches »), 73 (Barbara Obrist, « Guillaume de Conches : Cosmologie, physique du ciel et astronomie. Textes et images ») et 87 (Julie Brumberg-Chaumont, « Grammaire et logique du nom d’après les Gloses sur Priscien de Guillaume de Conches) ; et toutes les trois sont accompagnées d’un nombre de notes tout aussi impressionnant, respectivement 192, 204 et 177. Les quatre plus courtes s’en tiennent à des nombres bien moindres : 10 pages (pour deux d’entre elles : Charles Burnett, « William of Conches and Adelard of Barth » et Édouard Jeauneau, « Quand un médecin commente Juvénal ») et 16 (pour les deux autres : Jean Jolivet, « La création de l’homme chez Abélard, Guillaume de Conches et Alain de Lille » et Alexander Fidora, « Le débat sur la création : Guillaume de Conches, maître de Dominique Gundisalvi ? »). Assez curieusement, ces constatations quantitatives opposent l’abondance féminine de la nouvelle génération à la sobriété masculine de la génération précédente (du moins pour les trois premiers nommés au regard du critère générationnel).

3Le titre des sept communications qui viennent d’être citées donne une idée de la diversité des thèmes abordés, que la connaissance de celui des six autres accroît : Paul Edward Dutton, « The Little Matter of a Title : Philosophia Magistri Willelmi de Conchis » (19 pages, dont 5,5 recensent les manuscrits des différentes versions de la Philosophia) ; Helen Rodnite Lemay, « The Science of the Stars in William of Conches’ Glosae super Macrobium » (20 pages, dont 6 sont consacrées à l’édition critique des deux passages de ces Glosae, I, 12 et I, 19, 19-20  étudiés par la contributrice) ; Danielle Jacquart, « Les emprunts de Guillaume de Conches aux théories médicales » (30 pages) ; Patrick Gautier Dalché, « Guillaume de Conches, le modèle macrobien de la sphère et les antipodes : antécédents et influence immédiate » (32 pages) ; Dominique Poirel, « Physique et théologie : une querelle entre Guillaume de Conches et Hugues de Saint-Victor à propos du chaos originel », (38 pages, dont 11 reproduisent des extraits de différents textes d’Hugues de Saint-Victor et de Guillaume de Conches, répartis en quatre tranches chronologiques :  « Vers 1120 », « Vers 1125-1130 », « Dans les années 1130 ? » et « Dans les années 1144-1149 ») ; Margareta Fredborg « William of Conches and His Grammar » (47 pages, dont 17 sont réservées à l’édition de Priscien, Institutionnes grammaticae, II, 17-21 à partir des trois manuscrits, qui contiennent aussi Guillaume de Conches, Glosae super Priscianum, XII, I, également édité à partir de deux d’entre eux).

4Chaque communication, qu’elle soit rédigée en français ou en anglais, est suivie par un résumé en anglais. L’ouvrage lui-même se termine par une bibliographie de vingt-deux pages (sept de Sources imprimées et quinze d’Études), suivies par deux index, l’un des noms de personnes et de lieux (à la faveur duquel s’opèrent des rapprochements cocasses, tel ce : « Jean Scot Érigène ; Jeauneau, É. ; Jérusalem ; Jolivet, J. »), l’autre des manuscrits. Alors qu’il ambitionne de présenter la philosophie et la science du XIIe siècle à partir d’un auteur remarquable, le volume n’est pas doté d’un Index des concepts.

5Les vingt-trois figures dispersées dans le volume ne sont pas recensées dans une table. Outre les vingt en noir et blanc qui illustrent la communication de Barbara Obrist, on en relève deux en couleurs (le frontispice et dans l’Introduction, p. XXV, cette dernière se retrouvant p. 148, mais en noir et blanc, parmi celles qui accompagnent la contribution de B. Obrist) et une autre en noir et blanc dans la communication d’Irène Caiazzo, p. 57. L’intervention de Patrick Gautier Dalché aurait gagné en lisibilité si elle avait été accompagnée par au moins certains « diagrammes illustratifs » (p. 222), « représentations figurées … représentations diagrammatiques … diagrammes » (p. 229), « dessins » (p. 230), etc., qu’elle commente avec autant de savoir que de rigueur ; ou si elle avait mentionné l’URL des sites web où cette documentation figurée est éventuellement accessible. La reproduction de l’enluminure qui sert de frontispice est trop sombre pour être commodément analysée. Il est possible d’en avoir une bien meilleure perception en se connectant au site web de la Fondation Martin Bodmer, à Colygny (http://www.e-codices.unifr.ch/​en/​cb/​0188/​10v) ; elle y bénéficie de surcroît d’une description plus détaillée que celle donnée dans le volume, p. XXII. L’exemplaire du Liber de orbe de la Colombia University Librairy – traité sur lequel Barbara Obrist insiste à juste titre – est lui aussi accessible sur Internet : cf. http://digitalassets.lib.berkeley.edu/​ds/​columbia/​images/​NNC-RBML.2611A.jpg (fig. 4 de la p. 151) et http://digitalassets.lib.berkeley.edu/​ds/​columbia/​images/​NNC-RBML.2612A.jpg (fig. 20 de la p. 193). À la date de cette recension (octobre 2013), les deux manuscrits florentins et le manuscrit montpelliérain ne sont pas accessibles sur la toile.

6En dépit de ses imperfections éditoriales, cet ensemble d’études contribue très utilement à une meilleure connaissance de cet auteur de premier plan qu’est Guillaume de Conches et, plus généralement, à celle de la culture propre à la première moitié du XIIe siècle latin.

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « Guillaume de Conches : Philosophie et science au XIIe siècle, éd. Barbara Obrist et Irène Caiazzo », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13195

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org