Navigation – Plan du site

Alain Erlande-Brandenburg, La révolution gothique : 1130-1190

Elise Banjenec
Référence(s) :

Alain Erlande-Brandenburg, La révolution gothique : 1130-1190, Paris, Picard, 2012, 287p.

ISBN 978-2-7084-0915-6

Texte intégral

1Le titre provocateur de l’ouvrage d’Alain Erlande-Brandenburg, éminent spécialiste de l’art gothique et plus particulièrement de son architecture, fait immédiatement apparaître le but de cette publication : se consacrer à l’histoire de la mise en place d’un style nouveau dont « l’apparition fracassante dans les années 1130 […] a paru aux contemporains aussi révolutionnaire que les Demoiselles d’Avignon au début du XXe siècle », selon les propres mots de l’auteur. L’art médiéval ne peut être considéré comme un bloc uniforme et comporte ainsi ses révolutions. L’auteur situe les limites chronologiques de son étude entre 1130 et 1190.

2L’introduction revient logiquement sur les styles antérieurs à ce début du gothique. Comment faire apparaître les spécificités d’une période artistique sans faire état de ce qui l’a précédé ? La richesse de la création dans le domaine religieux s’observe dès la légitimation du christianisme en 313. Tout en étant en rupture avec les époques précédentes, l’esthétique constantinienne, l’art carolingien, la période autour de l’an mille et l’esthétique romane furent des sources d’inspiration pour l’art gothique. Cette constatation sera reprise tout au long de la démonstration de l’auteur. Dans un souci de clarté pour le lecteur, Alain Erlande-Brandenburg divise son ouvrage en trois grandes parties : la première est consacrée à l’architecture, tandis que les deux autres abordent l’image avec la sculpture d’une part et le vitrail et les ornements de l’autre.

3L’essentiel, avant de commencer toute analyse artistique, est de comprendre dans quelles circonstances a pu émerger un tel bouleversement. L’architecture gothique naît dans le Nord de la France en 1130 à une époque où une brutale transformation démographique entraîne un développement de la production agricole et de ses techniques ainsi qu’un essor des villages et des bourgs et un développement important du commerce. Ces divers éléments constituent une véritable révolution économique. Il n’en fallait pas moins pour que le clergé, conscient du nombre de fidèles de plus en plus important, ne développe l’ensemble cathédral en même temps que la ville qui l’entoure. En effet, l’argument de vétusté n’a pas suffi à un tel élan de construction. La multiplication des fidèles et le respect de la mission pastorale du clergé était, a contrario, un argument de poids.

4Une fois le contexte historique précisé, l’auteur met en évidence tous les éléments participant à la mise en marche des travaux. Le maître d’ouvrage, ses aspirations et ses inspirations, ainsi que le maître d’œuvre, son expérience et son talent, constituent le socle de ce projet. Le maître d’ouvrage, nourri de l’idéal paléochrétien, de la théorie mystique de la lumière, ainsi que du souci d’accueillir plus de laïcs tout en les séparant des religieux, dialogue constamment avec le maître d’œuvre qui doit trouver des solutions structurelles et esthétiques pour répondre aux attentes du premier. Les dessins et les maquettes se succèdent pour convaincre tous les décisionnaires avant d’entreprendre un chantier. Ces solutions techniques et esthétiques sont expliquées par l’auteur en détaillant chaque élément de la structure de l’église. Il insiste également sur l’héritage que ces différents éléments doivent aux époques précédentes. Pour finir, il s’attarde sur chacun des édifices représentatifs de cette période par ordre chronologique, montrant ainsi la diversité des contraintes formulées et des formules adoptées par la première architecture gothique.

  • 1  Pour une vision différente de cet aspect de la fonction de l’image au Moyen Âge, on se reportera à (...)

5Dans une seconde partie, Alain Erlande-Brandenburg s’intéresse à l’image dans le premier art gothique en insistant tout particulièrement sur la sculpture monumentale. Il précise avant toutes choses que la création artistique rend perceptible l’histoire du sentiment religieux et ne répond pas à une histoire mécanistique de l’homme. Alain Erlande-Brandenburg reste très imprégné par le discours de saint Augustin quant à la fonction pédagogique attribuée aux images. Il justifie cette approche par la différence des programmes iconographiques entre les portails occidentaux empruntés par les laïcs et les sculptures des portails latéraux, plus complexes dans leurs références, destinées aux religieux1. Il procède dans cette partie d’une manière similaire à la précédente. Après avoir fait état des différentes modifications et destructions subies par les images, il constate qu’il y a peu de temps encore, les chercheurs ne s’intéressaient qu’à la datation des sculptures par l’analyse stylistique. L’auteur partage les préoccupations de la nouvelle génération qui cherche à restituer la chaînehumaine à l’origine de ces créations. Deux binômes se forment alors : le maître d’ouvrage et le concepteur du programme d’une part ; le maître d’œuvre et le sculpteur de l’autre. Ce dernier couple de professionnels devait dialoguer en permanence à propos des différents éléments sculptés, qu’ils soient compris dans la maçonnerie ou glissés en tiroir sur celle-ci. Cette différence de traitement des parties sculptées pourrait d’ailleurs expliquer les disparités chronologiques et stylistiques d’un même portail. Puis, toujours à l’aide de dessins et de maquettes, l’œuvre est présentée au concepteur du programme. A nouveau, l’auteur détaille chaque élément de la sculpture du portail et de la sculpture mobilière pour illustrer la diversité des solutions adoptées par les premiers architectes et sculpteurs gothiques. Enfin, Alain Erlande-Brandenburg s’attarde sur un certain nombre d’œuvres gothiques qui relève, comme il l’explique, d’un choix subjectif. Au regard des débats toujours en cours sur la datation précise de bon nombre d’œuvres, l’auteur les organise par décennie et par région. Cela lui permet plus de clarté mais également la mise en évidence du temps plus ou moins long entre la prise de décision et la réalisation d’une œuvre, comme en architecture. Enfin, ce classement correspond au rythme de la création de l’époque en réunissant deux générations dont la sensibilité différente amène la modification du style.

6La troisième partie, consacrée au vitrail et aux ornements, est extrêmement succincte mais a pour mérite de mettre à nouveau en évidence la diversité des œuvres de cette « révolution gothique ». Si le vitrail et l’orfèvrerie étaient déjà présents avant l’époque gothique, la notion de lux continua, si chère à l’abbé Suger, leur donne une nouvelle fonction en ce début de XIIe siècle. L’auteur justifie dans sa conclusion la brièveté de cette dernière partie par la volonté de « mettre un terme à une entreprise humaine. » Les années 1190 correspondent à la fin des grands chantiers du XIIe siècle et à l’ébauche de ceux du XIIIe siècle notamment dans le domaine militaire. La génération qui va dominer la fin du XIIe siècle a des intentions et des moyens d’expression différents de ses parents.

7La présente publication est d’une telle clarté, grâce à un plan très détaillé et bien organisé, qu’elle se destine aux amateurs aussi bien qu’aux spécialistes. Loin de simplifier à l’excès les problématiques extrêmement complexes de cette période de transition, Alain Erlande-Brandenburg met en évidence tous les acteurs participant à un chantier artistique, leurs rôles et leurs relations. Les contraintes auxquelles ils doivent faire face deviennent familières au lecteur, ainsi que les solutions qu’ils puisent à différentes sources, en les adaptant. Enfin, l’auteur ne néglige surtout pas les préoccupations pastorales, esthétiques et techniques qui motivent la création gothique.

Notes

1  Pour une vision différente de cet aspect de la fonction de l’image au Moyen Âge, on se reportera à l’ouvrage de Fabienne Joubert, La sculpture gothique en France, XIIe-XIIIe siècles, Paris, Picard, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Banjenec, « Alain Erlande-Brandenburg, La révolution gothique : 1130-1190  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13189

Haut de page

Auteur

Elise Banjenec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org