Navigation – Plan du site

Alexandra Velissariou, Aspects dramatiques et écriture de l’oralité dans les « Cent Nouvelles Nouvelles »

Nelly Labère
Référence(s) :

Alexandra Velissariou, Aspects dramatiques et écriture de l’oralité dans les « Cent Nouvelles Nouvelles », Paris, Champion (« Bibliothèque du XVe siècle » 77), 2012, 639p.

ISBN 978-2-7453-2380-4

Texte intégral

1 Après la monographie de Roger Dubuis sur Les Cent Nouvelles Nouvelles, une nouvelle monographie était attendue pour renouveler les entrées thématiques (espace, temps, personnages, etc.) de l’étude de 1973 et proposer une analyse revivifiée par les travaux actuels sur le genre de la nouvelle en France (Labère, Laguardia, Pierdominici). C’est ce que se propose de faire Alexandra Velissariou avec Aspects dramatiques et écriture de l’oralité dans les « Cent Nouvelles Nouvelles » en centrant son propos sur les enjeux dramatiques et la dimension orale de cette œuvre anonyme en prose écrite vers 1462 à la cour de Bourgogne.

2Œuvre pionnière, les Cent Nouvelles Nouvelles est, en effet, le premier recueil à revendiquer en français le terme de « nouvelle » pour qualifier les cent récits qui le composent ; il fonde, de fait, pour l’histoire littéraire un genre qui n’aura de cesse de se développer dans les siècles postérieurs (Kasprzyk, Sozzi, Toldo).

3Pour aborder la complexité de ce texte polyphonique et au récit cadre minimal (Jeay), Alexandra Velissariou a choisi d’interroger « les thèmes et les sujets, ainsi que la schématisation des intrigues [comme] autant d’éléments pouvant servir de canevas à des représentations théâtrales » (p. 23). Pour ce faire, elle étudie dans une première partie la tradition manuscrite et éditoriale des Cent Nouvelles Nouvelles afin de souligner que l’image est partie prenante du recueil. Dans une deuxième partie, l’auteur étudie le lexique et le jeu des personnages afin de repérer les marques d’oralité pour démontrer que l’oralité conduit à la possibilité théâtrale. Dans une troisième partie, Alexandra Velissariou s’attache au vocabulaire, aux personnages et aux situations pour « étudier les échanges visibles entre le recueil et le théâtre comique du Moyen Âge » (p. 24).  L’étude conclut sur le fait que « l’originalité du recueil réside donc dans l’écriture, dans le style de l’écrivain, qui, joints à des thèmes et à des sujets appropriés, favorisent la mise en place de petites scènes comiques dignes des textes dramatiques de la même époque » (p. 572).

4Dans la première partie relative à l’histoire manuscrite et éditoriale, la typologie des miniatures dans le manuscrit Hunter 252 fournit des pistes intéressantes prolongées par Alexandra Velissariou dans le Workshop University of Glasgow des 16 et 17 septembre 2011 et dans « Autour des Cent Nouvelles Nouvelles : sources et rayonnements, contextes et interprétations » (Université du Littoral Côte d’Opale, 20 et 21 octobre 2011). Dans la deuxième partie, l’étude du lexique de la duplicité (Dufournet) et des locutions (Di Stefano) permet de mesurer en particulier la modernité d’un recueil qui puise non seulement à la tradition littéraire mais forge aussi ses propres images. La troisième partie montre légitimement que la farce et la nouvelle sont à rapprocher dans leur utilisation de termes communs (farse, bourde, tromper). Cette partie, se nourrissant des propositions de Bernadette Rey-Flaud sur la farce, aurait cependant gagner à questionner la notion de dramatisation à la lumière des recherches actuelles sur l’expression dramatique à la fin du Moyen Âge ; c’est donc la fonction dramatique (et non seulement les aspects) des Cent Nouvelles Nouvelles qu’il faudrait peut-être penser en amont et théoriser afin d’esquisser les « potentialités théâtrales » (p. 572) de ce texte et offrir une nouvelle nouvelle étude sur ce « genre hybride » (p. 572).

Pour citer cet article

Référence électronique

Nelly Labère, « Alexandra Velissariou, Aspects dramatiques et écriture de l’oralité dans les « Cent Nouvelles Nouvelles » », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13185

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org