Navigation – Plan du site

Marguerite de Navarre, Œuvres complètes, dir. Nicole Cazauran, t. X en 3 vol., L’Heptaméron, éd. Nicole Cazauran et Sylvie Lefèvre

Gary Ferguson
Référence(s) :

Marguerite de Navarre, Œuvres complètes, dir. Nicole Cazauran, t. X en 3 vol., L’Heptaméron, éd. Nicole Cazauran et Sylvie Lefèvre, Paris, Champion (« Textes littéraires de la Renaissance »), 2013, 1296p.

ISBN 978-2-7453-2483-2

Texte intégral

1Réaffirmant le choix qu’elles ont fait en éditant L’Heptaméron en 2000 aux éditions Gallimard (Folio classique), Nicole Cazauran et Sylvie Lefèvre donnent ici un texte composite de l’œuvre narrative de Marguerite de Navarre, prenant pour texte de base l’édition donnée en 1559 par Claude Gruget, les trois nouvelles et les nombreux passages supprimés par ce dernier étant restitués d’après le manuscrit Hamilton 425 de la Staatsbibliothek à Berlin. On se laissera sans doute persuader par l’argument que « la version de Claude Gruget est celle qui a été lue du xvie siècle jusqu’au milieu du xixe et même au-delà parfois ; aucun manuscrit de l’œuvre ne peut prétendre avoir eu une influence aussi longue, ni posséder une autorité telle qu’il s’imposerait comme le texte voulu par Marguerite de Navarre » (p. LXXXI). En même temps, les éditrices ne vont pas jusqu’au bout de cette logique, préférant réintégrer au texte, mais en italiques, les passages censurés, qui « auraient dû être traités comme des variantes, à lire en marge du texte, et rejetés en bas de page » (p. XII) ; au contraire, dans ces cas, c’est la version « de base » qui se voit traitée comme variante, imprimée en bas de page. Si cette démarche est insolite, elle s’impose du fait que les passages censurés, souvent de caractère religieux, font sans doute partie du texte « voulu par Marguerite de Navarre », même si les éditrices estiment que « les interventions de Gruget n’étaient pas assez fréquentes pour [leur] faire renoncer à suivre son édition » (p. XII). Pourquoi enfin avoir eu recours au manuscrit Hamilton, plutôt qu’à un des autres manuscrits « complets » ? En l’absence de toute information, ce choix reste inexpliqué. Un texte hybride, donc, dont une partie (amputée) a certes eu longtemps cours, mais qui n’a jamais existé tel quel avant le xxie siècle, et qui obligera le critique qui en tirera des citations à fournir des explications typographiques : caractères italiques (pour les passages restitués), police plus petite (pour les trois nouvelles substitutives introduites par Gruget). En fait, le choix des éditrices semble avoir eu des motivations autant pragmatiques que scientifiques : « Puisque d’autres ont donné déjà une bonne idée de la tradition du texte à partir de trois manuscrits différents (fr. 1512, fr. 1524 et fr. 2155), et puisqu’une édition proprement génétique est rendue impossible par la contamination généralisée des copies du texte, il nous restait à proposer autre chose » (p. XCIV).

2Si N. Cazauran et S. Lefèvre « ne prétend(ent) pas avoir donné une version définitive de L’Heptaméron », leur édition réussit incontestablement à « rendre sensible au lecteur – patient – l’évolution d’une œuvre majeure de la Renaissance, entre manuscrits, édition pré-critique et imprimés » (p. XCVI). Tout en signalant une certaine stabilité du texte, l’existence de ce que les éditrices appellent une « vulgate », cette édition, plus que toute autre, rend effectivement « lisible et visible le bouillonnement du texte » (p. XCV). L’analyse de la genèse du recueil de nouvelles et de son évolution dans et à travers ses différents états manuscrits et imprimés est menée de façon magistrale. Jamais la tradition textuelle de L’Heptaméron n’a été si clairement mise au jour, des premiers manuscrits, dont notamment le BnF fr. 1513, jusqu’au travail éditorial d’Adrien de Thou, de Pierre Boaistuau et de Gruget. La deuxième partie de l’Introduction offre une description détaillée des vingt manuscrits connus ; la troisième partie, rédigée par Annie Charon-Parent et William Kemp, passe en revue les huit éditions imprimées entre 1558 et 1561. En appendice à la fin du volume 3, on trouve une transcription complète du ms. BnF fr. 1513 et une analyse comparative de celui-ci et du ms. Pierpont Morgan Library 242 (New York), aussi bien que les pièces liminaires des éditions de Boaistuau et de Gruget. Quant aux variantes, celles-ci sont présentées en bas de page, organisées selon un schéma « à quatre étages », les plus importantes indiquées en gras. Avec la liste de toutes les variantes à chaque fois, le groupe I signale les leçons trouvées uniquement chez Gruget et Boaistuau ; le groupe II signale celles partagées par Boaistuau, Gruget et le deuxième ms. d’Adrien de Thou (BnF fr. 1524) ; le groupe III signale celles partagées par Gruget, Boaistuau et au moins l’un des manuscrits ; le groupe IV donne les leçons isolées, soit de Boaistuau, soit d’un manuscrit. Une telle organisation se révèle extrêmement pratique, même si on peut regretter que l’explication, indispensable pour en tirer profit, se place discrètement au milieu de l’introduction (p. XCV-XCVIII), plutôt qu’à la fin où elle aurait été plus facile à localiser rapidement.

3Le volume deux de cette édition contient, après le texte de la soixante-douzième nouvelle, celle dite « du curé auvergnat » (livrée par trois manuscrits, dont, le premier, le BnF fr. 1513) et un glossaire. Le troisième volume offre, avant les appendices signalés déjà, des index très utiles de noms de personnes, de lieux, de « repères » (« Amour », « Confiance en soi », « Dieu », « Honneur », « Mariage », « Moines »,  « Rire », etc.), de citations, paraphrases, et références bibliques, et de proverbes et locutions, ainsi qu’une bibliographie et des notes explicatives. Ces deux derniers éléments privilégient l’identification des sources et l’éclaircissement de questions linguistiques, historiques ou biographiques. Si une grande richesse de références est mise à la disposition du lecteur, offrant des pistes de recherche précieuses, on peut néanmoins regretter l’absence d’une bibliographie critique plus abondante. Certains des choix peuvent aussi surprendre. Concernant la quatrième nouvelle, celle de la princesse de Flandres, qui serait, selon Brantôme, de caractère autobiographique, sont cités, par exemple, les Œuvres de Louise Labé et l’essai de Mireille Huchon, Louise Labé, une créature de papier (Droz, 2006) (p. 1083). Le rapport est toutefois extrêmement ténu. L’affirmation par la dame d’honneur de la princesse « qu’Amour est aveugle » (p. 59) donne lieu à une longue note explicative, non sans intérêt, sur l’histoire de cette idée, inconnue de la tradition antique mais devenue lieu commun à la Renaissance (p. 836-837). La note termine sur une citation du Débat de Folie et d’Amour de Louise Labé, publié seulement en 1555 après la mort de Marguerite de Navarre, et décrit ici comme étant « vraisemblablement l’œuvre de Maurice Scève et peut-être élaboré vers 1540-1550 ». Vu le fait que cette thèse de M. Huchon est loin d’emporter l’adhésion de tous les spécialistes et que le lien avec la nouvelle de Marguerite est, en tout cas, minime puisque la dame d’honneur ne fait qu’employer « une forme proverbiale », on s’étonne qu’une sélection bibliographique aussi restreinte fasse place à ces références plutôt qu’à d’autres plus pertinentes.

4Tout seiziémiste, il est clair, doit une grande reconnaissance aux éditrices les plus récentes des nouvelles de Marguerite de Navarre. Ces volumes éclairent effectivement L’Heptaméron d’une lumière nouvelle. Ils constituent pour les chercheurs un outil de travail d’une grande utilité et d’une grande érudition, mais non dénué, pour autant, d’une certaine idiosyncrasie.

Pour citer cet article

Référence électronique

Gary Ferguson, « Marguerite de Navarre, Œuvres complètes, dir. Nicole Cazauran, t. X en 3 vol., L’Heptaméron, éd. Nicole Cazauran et Sylvie Lefèvre », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13179

Haut de page

Auteur

Gary Ferguson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org