Navigation – Plan du site

Nicolas Offenstadt, En place publique. Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle

Vincent Challet
Référence(s) :

Nicolas Offenstadt, En place publique. Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle, Paris, Stock, 2013, 262p.

ISBN 978-2-234-06416-4

Texte intégral

1Peut-on, à partir de la sécheresse de seules sources comptables, sinon écrire une véritable biographie d’un homme du commun, se lancer du moins dans la vaste entreprise de reconstruction de son univers vécu et mental ? C’est à cette question, dont on perçoit à sa seule énonciation quelles difficultés elle peut soulever pour le médiéviste, que le dernier livre de Nicolas Offenstadt cherche à répondre à travers la figure, ambiguë parce que trop publique pour être seulement ordinaire, de Jean de Gascogne, crieur public au service de la ville de Laon pendant près d’un demi-siècle. Il le fait ici avec brio en cherchant à donner « toute sa densité à chaque bribe de vie (…) croisée » (p. 24) et à retracer l’expérience élémentaire d’un individu en reconstituant son univers tout en restant « au plus près des possibles attestés par ailleurs » (p. 25), et donc en se gardant de toute tentation fictionnelle pour habiter et faire vivre son « Jean sans destin » (p. 28).

2Un Jean sans destin qui n’est pourtant ni un Jean sans histoire, ni un Jean sans attestation écrite et que l’auteur n’a pas choisi au hasard mais précisément parce qu’il revenait avec insistance tout au long de ses dépouillements. Ce Jean de Gascogne, dit le Rat, naît donc à Laon vers 1425-1430 et va passer la totalité de sa longue vie au service de la ville, assumant successivement les fonctions de guetteur de nuit, de portier et de crieur public entre 1441 et 1485 pour s’éteindre vers 1500, seul et sans famille. Une vie entière, donc, passée dans la même ville, dans le même lieu – cette porte Lupsault qui lui sert de logement et dont l’auteur prend soin de peser le loyer au regard de ses revenus – et au service du même employeur, une vie que l’historien peut suivre dans les sources comptables pendant près de soixante ans, une telle vie, donc, est-elle véritablement une vie ordinaire ou la vie particulière d’un homme ordinaire ? Que Jean ait été un homme du commun, la modestie de son niveau de vie suffit à l’assurer puisque l’auteur évalue à 7 à 8 livres son revenu annuel disponible – déduction faite de son loyer – ce qui correspond à un peu moins d’un sou quotidien. Il appartient donc à cette très vaste catégorie fiscale des nihils exemptés de toute taxation directe et dont l’existence, précaire, demeure toujours sensible à la conjoncture économique, d’autant que cette dernière demeure difficile pendant la presque totalité d’un XVe siècle largement marqué par la guerre. Une vie d’autant plus fragile qu’à partir de 1484-1485, Jean n’est plus en âge de travailler et sombre alors, faute de revenus, dans une grande pauvreté : décrit dans les registres comptables comme « un poure homme impotent » (p. 109), il ne doit alors sa survie qu’à la générosité des pouvoirs urbains qui le laissent conserver son logement sans en exiger le loyer. C’est donc sa fidélité – on n’oserait parler ici de soumission – aux pouvoirs urbains qui préserve Jean d’un sort plus funeste ; mais une telle mesure n’est pas si courante et atteste d’un service prolongé pour la ville de Laon. De même, sans doute, que le rapport à l’écrit distingue en partie Jean de Gascogne de la plupart de ses contemporains du petit peuple. Certes, il ne paraît pas savoir écrire, ni même pouvoir signer ses propres quittances en un temps pourtant « où la dextérité à signer devient aussi un signe identitaire » (p. 79) qu’il n’est donc pas en mesure de se forger ; mais cela ne présage en rien de ses compétences de lecture et du moins se situe-t-il, de par son office de crieur public, dans un registre différent, celui d’un maniement régulier de l’écrit. Autant de singularités qui ne seraient cependant gênantes que si l’ambition de l’auteur avait été de mettre en lumière une sorte de figure archétypale d’un homme du petit peuple de la cité de Laon. Or, là n’est pas exactement son propos.

3Si, en effet, Jean de Gascogne a retenu l’attention de Nicolas Offenstadt, c’est d’abord et avant tout parce qu’il est un homme du cri, ce qui donne l’occasion à l’auteur de se pencher à nouveau sur la question de l’espace sonore dans son double enjeu politique et pratique, sur la spatialisation de la voix publique et sur l’action même du cri « dans sa dimension rituelle de lecture intégrale et dans sa dimension normative de publication, à savoir de promulgation » (p. 132), sans d’ailleurs que l’auteur soit en mesure de déterminer si Jean savait lire ou s’il se contentait de crier des bans relativement courts et donc aisément mémorisables. L’essentiel n’en demeure pas moins que « le crieur marque le temps politique de la ville » (p. 137) et que, de par la longévité de Jean au sein de cet office si particulier, il a incontestablement contribué « à définir, construire et délimiter l’espace public de la ville » (p. 140).

4Faut-il pour autant aller jusqu’à faire « de cet acteur central de l’exercice du pouvoir, de son déploiement dans l’espace public », « une figure politique » (p. 150) ? Peut-être pas ou alors seulement dans une sorte de raccourci qui signifierait une figure, une manifestation du pouvoir politique, mais sans qu’il soit possible de déceler dans les traces comptables laissées par Jean la quelconque autonomisation d’un sujet politique. Certes y a-t-il inévitablement dans la pratique de Jean, dans sa manière d’agir, dans ses intonations de voix, dans tout ce qui constitue in fine sa performance, une gamme variée d’incarnations différentes d’un message politique : le corps du crieur n’est certainement pas le lieu d’une neutralisation du politique, bien au contraire. Mais si les criées doivent bien être pensées en termes « d’interaction et non pas seulement de légitimation » (p. 151) comme l’indiquent les incidents qui peuvent parfois les émailler, le déroulement de celles auxquelles Jean a pu prêter sa voix reste évidemment hypothétique. Acteur donc, sans doute plus que figure du politique, acteur au même titre – et peut-être un peu plus, bien entendu – que l’ensemble des membres de ce petit peuple parfaitement aptes à s’approprier les enjeux politiques, à les former et à les conformer « selon ses représentations et les rapports de force qui sont les siens » (p. 159), et l’on sait gré ici à l’auteur de contribuer à une salutaire réhabilitation du petit peuple médiéval en tant qu’acteur fondamental du politique, tant dans ses pratiques ordinaires ou lors d’épisodes de faible intensité qu’à l’occasion de manifestations de violence. Et si « la voix du crieur est (…) un lieu clé du politique » (p. 161), elle n’est cependant que l’une des clefs possibles du politique. D’autant que Jean ne s’est pas contenté de prêter son corps et sa voix à la ville de Laon, il a fait corps avec elle, la représentant en livrée à plusieurs occasions. Il fait ainsi partie de ceux qui ont en charge de désigner, de représenter, d’incarner ce corps urbain, notamment au cours d’une mission chargée d’obtenir une audience auprès de Louis XI en 1461 ou à l’occasion de la tenue, en 1482, des États de Vermandois chargés de ratifier le traité d’Arras et qui constituent, à l’échelle de Jean de Gascogne, le sommet visible d’une carrière bien remplie.

5Dans son refus assumé d’esquisser le portrait-type d’un crieur public pour lui préférer le portrait réel d’un homme du petit peuple dont « la voix a participé à façonner l’espace sonore durablement et, du coup, l’espace urbain » (p. 230), dans son invitation à prendre au sérieux chaque petite vie du petit peuple pour mieux définir les « conditions de possibilité d’espaces publics à la potentialité critique », Nicolas Offenstadt fait incontestablement œuvre d’historien et inscrit son Jean de Gascogne dans la lignée, mais d’une manière un peu différente, d’un Menocchio ou d’un Louis-François Pinagot. On peut également se demander s’il ne renoue pas d’une certaine façon avec cette réhabilitation du « un peu » qu’avait dressée Paul Veyne en notant que l’expérience et l’action de chaque individu sont faits de ces innombrables « un peu » qui scandent bien mieux leur vie que d’improbables concepts, ce « un peu » qui rythme aussi l’expérience du politique de chacun. Plutôt que de se cantonner aux sentiers bien balisés d’une histoire du gouvernement, l’auteur emprunte ici les chemins de traverse, bien plus sinueux et difficiles à appréhender, d’une histoire à la fois sociale et politique qui trouverait à s’incarner dans la voix publique d’un homme du commun. Il livre ainsi une œuvre singulière, dont l’on aurait le plus grand tort de ne pas faire son profit.

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Challet, « Nicolas Offenstadt, En place publique. Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13174

Haut de page

Auteur

Vincent Challet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org