Navigation – Plan du site

Sébastien Castellion : des Écritures à l’écriture, études réunies par Marie-Christine Gomez-Géraud

Patricia Eichel-Lojkine et Grzegorz Wierciochin
Référence(s) :

Sébastien Castellion : des Écritures à l’écriture, études réunies par Marie-Christine Gomez-Géraud, Paris, Classiques Garnier (« Bibliothèque de la Renaissance » 9), 2013, 567p.

ISBN 978-2-8124-0923-3

Texte intégral

1Montaigne déplore, dans un essai marginal du premier livre des Essais (« D’un défaut de nos polices »), le sort fait à « Sebastianus Castelio », humaniste et réformateur marginal, persécuté par le pouvoir genevois depuis son engagement dans l’affaire Servet et mort à l’âge de 48 ans « en état de n’avoir pas [son] soûl à manger », alors qu’il est à classer parmi les quelques « très excellents personnages en savoir » du siècle pour avoir traduit la Bible en latin et en français (1551 et 1555) et laissé une œuvre de pédagogue, de théologien, de penseur, de polémiste, d’écrivain. La parution de ce volume d’actes, à l’heure où, cet automne et cet hiver, nous commémorons – pour le moins discrètement – le 460e anniversaire du supplice de Michel Servet (le 27 octobre 1553 à Genève) et le 450e anniversaire de la mort de Sébastien Castellion (le 29 décembre 1563 à Bâle), arrive à point – une chronologie en fin de volume aurait d’ailleurs été utile pour le large public.

2De Ferdinand Buisson [1892] (curieusement prénommé Fernand à la première page, note 2) à Maria D’Arienzo [2008], à Barbara Mahlmann-Bauer [2009 et 2010] et à Carine Skupien Dekens [2009], en passant par Hans R. Guggisberg, Marius F. Valkhoff, Max Engammare et tant d’autres, nombreux sont les chercheurs européens qui, chacun en sa langue, ont fait avancer la connaissance sur la place particulière de Castellion dans le courant réformé et sur ses écrits, en le traduisant, en l’éditant, en le commentant dans des perspectives variées (théologie, histoire des idées, linguistique, traductologie, philologie, génétique textuelle…).

3Les travaux les plus récents cherchent à rendre justice à l’humaniste en étudiant de près ses textes et ses traductions, comme pour aller au-delà de la révérence due à une icône de la liberté de conscience en un siècle d’intolérance. Le présent volume d’études, introduit par Marie-Christine Gomez-Géraud, qui est aussi l’auteur de deux contributions, se situe dans cette perspective et se développe en six mouvements (p. 7-393), avant de proposer en seconde partie une anthologie de textes français ou latins de Castellion peu connus ou difficiles d’accès (p. 407-543), puis une bibliographie à jour et un index nominum.

4La première partie des études, dévolue à la postérité de l’érudit rebelle (« Une fortune post mortem »), revient sur un aspect connu, sa « récupération » par le protestantisme libéral, mais ne se limite pas au tournant du XIXe et du XXe siècle et considère deux autres temps forts, les Lumières et la montée du fascisme. Dans un souci d’équilibre, la deuxième partie replace l’humaniste dans son contexte originel de réception (« Premiers publics, premiers jugements »). La troisième partie est consacrée à un examen détaillé de ses traductions de la Bible (« Le travail de la translation »). La quatrième partie aborde la question des sources bibliques et classiques de l’écrivain (« Le travail de la réécriture »). La cinquième partie se penche sur Castellion exégète (« Le travail de l’herméneute ») en croisant les entrées : grammaire et stylistique, rhétorique, théologie, critique historique… La sixième et dernière partie s’attache aux écrits engagés publiés anonymement ou sous le pseudonyme de Bellius (« Un humaniste au service de la tolérance »).

5Les meilleurs spécialistes sont convoqués et le volume est une mine pour tous ceux qui s’intéressent à Castellion écrivain et traducteur des Écritures.

6L’ouvrage mérite qu’on détaille les découvertes qu’il réserve. Dans la première partie, F. Lestringant revient de manière très claire sur la lecture figurative de la vie de Castellion à laquelle se livre Zweig et sur ses échanges avec R. Rolland et A. Gide à ce sujet ; il appuie son analyse (p. 29) notamment sur une lettre peu connue de 1936 (curieusement non intégrée dans l’édition récente de sa Correspondance).

7V. Zuber, qui a consacré sa thèse à la commémoration de Michel Servet (dont elle a tiré un livre en 2004 et une étude en 2007), reconstitue les apports de F. Buisson et d’Étienne Giran au portrait de Castellion en protestant libéral.

8A. Sandrier confirme le constat, pourtant paradoxal, d’un relatif désintérêt des Lumières pour Castellion, en passant au peigne fin les écrits de Voltaire, qui se révèle plus curieux du socinianisme et de la destinée de Servet que de la pensée hétérodoxe, de la critique biblique et des traductions audacieuses de Castellion. Quant au Dictionnaire de Bayle, Castellion y « fait davantage figure de précurseur maladroit […] que de modèle à suivre » (p. 64).

9Dans la seconde partie, O. Millet reconstitue le fil serré des controverses croisées entre Calvin, Castellion (Bellius) et Bèze au lendemain de l’exécution de Servet. Puis il scrute un ensemble d’annotations anonymes manuscrites portées sur un exemplaire (conservé à la Médiathèque protestante de Strasbourg) du Contra libellum Calvini, un pamphlet publié en réponse à la Defensio orthodoxae fidei de trinitate de Calvin et resté inédit jusqu’en 1612. Les différents annotateurs apostrophent Calvin, même quand il est mort depuis longtemps, et témoignent d’une réelle proximité intellectuelle avec Castellion.

10Dès la seconde moitié du XVIe siècle, Castellion était devenu une référence pour les milieux informés, y compris pour ses adversaires catholiques : c’est ce que montre d’une part M.-C. Gomez-Géraud à partir des pages que le franciscain Jean du Blioul consacre à la critique de Castellion traducteur biblique dans un récit de pèlerinage de 1599 ; et d’autre part J. Eskhult, qui revient sur les principes (comme la priorité donnée à l’usage idiomatique de la langue cible) ayant guidé Castellion dans sa traduction latine de la Bible et qui présente l’histoire de sa réception.

11La troisième partie, peut-être plus érudite encore, s’attache à Castellion traducteur et écrivain d’expression française. Sa traduction du livre de Jonas, mise en parallèle avec douze autres traductions contemporaines de la Bible, de celle de Lefèvre d’Etaples (1530) jusqu’à celle des Pasteurs de Genève (1588), révèle un aspect paradoxal de la réception du travail de Castellion : bien que sa Bible nouvellement translatée soit accueillie d’une manière très ambiguë par les milieux « évangéliques », ses traductions innovantes constituent une véritable inspiration pour les versions ultérieures des Bibles réformées. Ainsi, le traducteur bâlois s’inscrit dans une dynamique de « continuateur des traducteurs qui l’ont précédé, […] [d’] innovateur, puis enfin […] [d’] inspirateur de traductions ultérieures. » (M.-F. Monge-Strauss, p. 142).

12A.-L. Metzger-Rambach expose, à partir des préfaces de la Biblia et de la Bible nouvellement translatée, l’esprit pratique et la pragmatique qui préside au travail de traduction de Castellion : la perspective cibliste des deux traductions bibliques est mise en relation avec les différents choix textuels, guidés par l’idéal d’élégance pour la langue latine, et de simplicité pour la langue française, à travers maints exemples qui révèlent sa finesse dans l’art de la traduction.

13Dans une étude comparative des traductions du livre de Jérémie des Bibles anciennes et modernes, N. Gueunier retrouve l’« intuition prophétique » de Castellion à travers ses choix lexicaux, stylistiques et rythmiques originaux qui révèlent une « tendance au naturel » (p. 187) chez ce traducteur particulièrement soigneux.

14Les exemples des traductions des noms de Dieu dans les deux Bibles castellioniennes (M.-C. Gomez-Géraud) proposent enfin un aperçu très subtil et concis d’une problématique exemplaire du travail du réformateur bâlois, qui cherche à exprimer avec justesse la majesté du symbole divin tout en l’approchant du public de ses Bibles.

15Dans la quatrième partie, sur les sources de Castellion, on examine de manière détaillée comment Castellion interpole des fragments paraphrasés à partir des Antiquités juives de Flavius Josèphe dans sa Biblia. I. Backus démontre clairement que le traducteur de la Bible ne panache pas simplement sa traduction avec des informations supplémentaires profanes de Flavius Josèphe, mais qu’il établit en même temps une hiérarchie des textes de ce dernier pour combler les lacunes historiques du texte de sa Biblia d’une manière pragmatique en vue de fournir « une aide historique à la lecture de cette dernière » (p. 221).

16Est abordée également la contribution de Castellion à la redécouverte des Oracles sibyllins (J.-M. Roessli), ouvrage paléochrétien, dont les rééditions se multiplient au XVIe siècle. L’article présente l’histoire de l’édition et de la réception de la traduction bilingue de 1555 des Oracles que Castellion avait achevée grâce à sa persévérance, malgré la mort de Betuleus.

17David Amherdt observe comment la culture antique de l’humaniste rencontre la culture biblique sans bornes du réformateur, à la faveur de l’analyse de l’églogue « Sirillus » et de la traduction des Psaumes en vers lyriques. Il démontre à travers des exemples très parlants comment Castellion « a réussi à mettre le génie des latins totalement au service du message chrétien, au point que cette union improbable paraît soudain normale » (p. 256).

18Enfin, cette partie est l’occasion de découvrir les productions du jeune « Castalio » : B. Mahlmann-Bauer analyse son génie poétique à travers sa participation à « la collection des Pij, graues atque elegantes poetae aliquot qu’Oporin publia en 1550 ou 1551 » (p. 258), dans laquelle Castellion figure, « seul protestant de langue française parmi des fameux humanistes italiens plus âgés, avec des paraphrases de psaumes, deux chants de Moïse et une églogue De nativitate Christi » (p. 258).

19Dans la cinquième partie, la question complexe des principes herméneutiques suivis par Castellion est éclaircie par C. Skupien Dekens, qui s’appuie sur un réseau de quatre textes s’échelonnant entre 1551 (la préface de la Biblia) et 1563 (le De arte dubitandi) et sur d’autres extraits relatifs à l’inspiration (reproduits en annexes).

20J.-P. Deville recherche dans De l’impunité des hérétiques (De haereticis a civili magistratu non puniendis, inédit jusqu’en 1971) des éléments aidant à comprendre l’opposition de Castellion, non à la politique de Calvin, mais à sa « position herméneutique […] centrée sur la simplicité, la limpidité, la perspicuitas de l’Écriture » (p. 308) – d’où sa réputation de déviance (« vous criez que nous voulons introduire des monstres », p. 317).

21N. Cernogora s’intéresse de près au dernier ouvrage de Castellion, le De arte dubitandi composé l’année de sa mort, pour montrer que « ce traité réalise la synthèse de toutes [l]es facettes de Castellion » (p. 322).

22La partie, tant attendue, sur Castellion engagé, arrive au terme de ce parcours savant, avec une contribution de M. D’Arienzo sur le rapport entre théologie et droit dans la pensée de Castellion, qui conclut fermement que « la liberté de conscience n’est pas […] au XVIe siècle une revendication du pluralisme religieux, mais la revendication de la liberté d’obéir à la vérité » (p. 369).

23S. Salvadori reconstitue le sens que pouvait avoir l’opposition entre deux modèles antagonistes d’éloquence, personnifiés par Socrate et Aristote, dans les polémiques opposant Bèze et Castellion.

24D. Ménager revient sur Castellion lecteur de l’Exhortation aux Princes (attribué à Pasquier) dans la composition de son émouvant Conseil à la France désolée (1562), qui apparaît comme un supplément à ce texte premier (au sens derridien du terme).

25L’ensemble est de haute tenue et devrait relancer l’intérêt pour Castellion dans les études seiziémistes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Eichel-Lojkine et Grzegorz Wierciochin, « Sébastien Castellion : des Écritures à l’écriture, études réunies par Marie-Christine Gomez-Géraud », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13166

Haut de page

Auteurs

Patricia Eichel-Lojkine

Articles du même auteur

  • Canis dans tous ses états [Texte intégral disponible en décembre 2017]
    Récit sériel, sagesse(s) et animal exemplaire
    Paru dans Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 27 | 2014

Grzegorz Wierciochin

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org