Navigation – Plan du site

Michele Savonarola. Medicina e cultura di corte, éd. Chiara Crisciani et Gabriella Zuccolin

Joël Chandelier
Référence(s) :

Michele Savonarola. Medicina e cultura di corte, éd. Chiara Crisciani et Gabriella Zuccolin, Florence, SISMEL / Edizioni del Galluzzo, 2011 (« Micrologus’ Library » 37), 299p.

ISBN 978-88-8450-400-5

Texte intégral

1Le médecin Michele Savonarola (1384-1468), parfois appelé en français Michel Savonarole, a sans doute été éclipsé par la figure presque mythique, et envahissante, de son petit-fils Jérôme : on ne peut donc qu’être reconnaissant aux coordinateurs de ce recueil de onze articles d’avoir voulu consacrer un ouvrage entier à cet important savant de la première moitié du XVe siècle. L’approche adoptée se veut originale. En effet, il ne s’agit pas ici de présenter la biographie de Savonarole, relativement bien connue par ailleurs, ni même de présenter une étude complète de son œuvre ; l’objectif de l’ouvrage est plutôt de tenter, comme le rappelle Chiara Crisciani en introduction, de remettre en perspective le médecin en le replaçant dans son temps et en analysant le contexte social et culturel dans lequel il s’est épanoui. Ainsi, plusieurs études mettent en avant les liens de Savonarole, formé dans un milieu universitaire scolastique, avec le milieux humaniste des cours italiennes, notamment à Ferrare. C’est le cas de l’étude de Stefano Cracolici qui analyse, en particulier du point de vue du vocabulaire, l’œuvre de Savonarole et ses liens avec l’ambiance intellectuelle et littéraire de son époque, tout en montrant l’importance des considérations politiques dans plusieurs de ses écrits.

2Bien sûr, l’œuvre proprement médicale de Savonarole n’est pas oubliée. Elle est traitée dans six articles qui forment le cœur de l’ouvrage, chacun se concentrant sur une œuvre ou un thème particulier. Parmi ces contributions, on pourra notamment retenir celle de Danielle Jacquart, modestement intitulée « En feuilletant la Practica maior de Michel Savonarole », et qui montre parfaitement, à partir de quelques exemples tirés de la pratique du maître, les principaux traits saillants de son œuvre : une piété marquée, l’absence, ou du moins la réticence face à l’utilisation en médecine d’une astrologie pourtant très en vogue à son époque, et enfin une éthique professionnelle rigoureuse mettant au premier plan la prudence et la circonspection dont doit faire preuve le médecin dans ses rapports aux patients. De ce point de vue, la question de l’apaisement de la douleur et de l’usage des narcotiques est essentielle, puisqu’on y voit le praticien soucieux à la fois du bien être de ses patients et du salut de sa propre âme. Dans un autre article, Marilyn Nicoud présente le grand traité sur les bains thermaux italiens, où Savonarole énumère la plupart des sites de son époque en s’attardant particulièrement sur la question de l’expérience et de l’expérimentation. En effet, l’auteur s’y intéresse aux conditions permettant d’aboutir à une connaissance précise et, autant que possible, certaine : pour cela, il envisage toutes les formes de preuve, allant de la simple anecdote rapportée par une personne digne de foi à divers procédés comme la distillation ou l’utilisation des cinq sens, le tout dans une volonté affirmée de mieux encadrer l’usage des bains naturels, fort populaires à la fin du Moyen Âge. M. Nicoud montre ainsi que le fait d’expérience n’est jamais utilisé isolément, mais est pris dans une argumentation rationnelle où il peut servir à sortir d’impasses épistémologiques.

3La section sur l’œuvre médicale de Savonarole se termine par un imposant article de Gabriella Zuccolin à propos des accouchements et du soin des enfants. Il est précédé par une présentation, par Romana Martorelli Vico, de la principale œuvre de l’auteur sur ce sujet, le De regimine pregnantium, un texte en italien adressé explicitement aux « femmes de Ferrare ». Dans son exposé de près de quatre-vingt pages, G. Zuccolin compare en détail ce dernier texte aux passages correspondants de la Pratica maior, rédigée elle en latin et au contenu plus nettement scolastique. Cette confrontation est l’occasion pour l’historienne de poser les enjeux complexes de la rédaction en vulgaire des textes au Moyen Âge, mais aussi et surtout de mieux comprendre les objectifs de l’auteur, et les différences dans les styles mis en œuvre. On remarque ainsi que les citations latines sont nombreuses dans le texte italien, alors qu’elles sont absentes de la Practica où la simple référence aux autorités suffit à l’argumentation ; de même, dans certaines parties pratiques et techniques, si le texte italien suit nettement l’ouvrage latin, il en retire toutefois ce qui concerne les causes, dont la connaissance est considérée comme le champ propre du médecin lettré. La mise en langue vulgaire des savoirs médicaux apparaît comme un phénomène complexe : loin d’être une simplification, ou une liste rudimentaire de recettes, le De regimine pregnantium a une visée tout autant pédagogico-morale que technique et pratique, comme le montrent les nombreux passages sur l’éducation des enfants qui, bien que clairement inspirés du savoir médical, s’en éloignent sensiblement.

4L’intérêt de Savonarole pour la pratique et la diffusion du savoir est également mis en avant par Elena Past, qui analyse un traité de diététique dédié à Borso d’Este son protecteur ; le médecin s’y fait aussi moralisateur, puisque cet ouvrage, rédigé en italien dans un style volontairement agréable, insiste sur les vertus de modération et de constance qui doivent guider le prince non seulement dans la préservation de sa santé, mais aussi dans sa vie publique. L’ouvrage dépasse donc le cadre strictement médical et l’on ne s’étonnera pas de retrouver ces considérations dans les ouvrages en langue vulgaire du savant, pour lesquelles Riccardo Gualdo esquisse un projet d’édition systématique ; mais celles-ci sont surtout le fruit d’une ambiance particulière, celle des savants humanistes du Quattrocento possédant une culture à la fois scolastique, humaniste et curiale. Les derniers articles s’attachent dès lors à présenter la culture de cour de l’époque, notamment à Ferrare : Antonia Tissoni Benvenuti propose un bilan des ouvrages scientifiques présents dans les bibliothèques des Este, en montrant l’importance des considérations locales dans la diffusion des œuvres ; de même, Maria Luisa Picascia s’efforce de replacer l’œuvre de Michel Savonarole dans le contexte des miroirs des princes de son époque.

5L’ouvrage couvre donc un spectre thématique et chronologique plus large que son titre ne pourrait laisser penser. On pourra regretter que beaucoup de ces contributions, qui visent à remettre Michel Savonarole dans le contexte précis de son époque, n’aient parfois qu’un trop lointain rapport avec l’auteur en question. On a parfois l’impression d’une juxtaposition d’approches souvent rigoureuses, comme la très complète étude de Silvia Nagel sur la présence juive et son rôle culturel à Ferrare, mais assez difficiles à rattacher au thème général de l’ouvrage en l’absence d’indications précises des auteurs. De même, l’article de Monica Ferrari, sur le rôle du médecin comme pédagogue, porte essentiellement sur le XVIIe siècle. Toutefois, il s’agit certainement d’un défaut inhérent aux ouvrages collectifs, et qui n’enlève rien à l’intérêt de la plupart des articles, qui montrent le grand profit qu’il y a à étudier l’œuvre d’un des savants majeurs de son époque en le replaçant dans son contexte, pour mieux cerner une influence qui dépasse largement le cadre médical.

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Chandelier, « Michele Savonarola. Medicina e cultura di corte, éd. Chiara Crisciani et Gabriella Zuccolin », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 22 septembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13158

Haut de page

Auteur

Joël Chandelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org