Navigation – Plan du site

Procès de Jacques d’Armagnac, édition critique par Joël Blanchard

Franck Collard
Référence(s) :

Procès de Jacques d’Armagnac, édition critique par Joël Blanchard, Genève, Droz (« Travaux d’Humanisme et Renaissance » 510), 2012, CXXV-967p.

ISBN 978-2-600-01695-7

Texte intégral

1Spécialiste reconnu de Commynes et de la littérature politique de la fin du Moyen Âge, J. Blanchard a ces derniers temps, à la faveur d’une opération soutenue par l’ANR (Juslittera), orienté ses recherches vers la question des procès politiques sous Louis XI, estimant que leur succession « déferlante », leur motif (la majesté lésée), leur aboutissement (l’élimination physique ou au moins la neutralisation des accusés) marquaient un moment décisif dans la construction de l’Etat monarchique en même temps que ces procès posaient des questions évidemment idéologiques et juridiques mais aussi terminologiques et psychologiques, sans oublier des dimensions documentaires et méthodologiques de première importance. D’où son projet de publication commentée des grandes affaires survenues durant cette époque, projet mettant au cœur de l’enquête à la fois les modalités de construction des dossiers judiciaires parvenus jusqu’à nous et les moyens divers de construction de la majesté, en une période de souplesse des concepts et des institutions où le pragmatisme prime sur la théorie.

2Après avoir édité soigneusement le procès du connétable de Saint-Pol, décapité en 1475, J. Blanchard s’est attaqué à un morceau autrement plus volumineux, le procès du duc de Nemours, Jacques d’Armagnac (1433-1477), procès connu en particulier par le manuscrit 2000 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève dont est donnée ici la transcription extrêmement minutieuse. Munie d’un glossaire, d’un index analytique, d’un autre index des noms et des personnes, d’une chronologie détaillée, étayée par une riche liste de sources complémentaires (archives et chroniques) et d’études, éclairée par 200 pages de notes placées à la fin du texte, l’édition longue de 637 pages est établie dans les règles de l’art. Elle est précédée d’une copieuse introduction à plusieurs voix.

3J. Blanchard présente succinctement l’accusé, grand noble et pair du royaume un temps proche du roi mais attiré dans la Ligue du Bien Public de 1465 par rancœur d’avoir été mal récompensé de ses services en Roussillon. Puis il adhère à tous les complots fomentés contre Louis XI, y compris ceux du connétable de Saint-Pol dont J. Blanchard écrit pourtant, p. XV, qu’il voulait la perte, selon un témoignage versé au procès, contradictoire avec l’affirmation selon laquelle il fut un appui pour Nemours. Hormis ce passage un peu confus, J. Blanchard retrace très clairement l’itinéraire d’un multirécidiviste de la trahison et de la violation de serment, incapable de s’extirper des pièges tendus par le souverain, porté à croire qu’on pouvait encore bafouer son autorité dans les régions éloignées du Val de Loire, persuadé que son rang et ses talents de beau parleur lui vaudraient in fine la mansuétude royale. J. Blanchard présente aussi très remarquablement le dossier criminel parvenu avec le manuscrit de Sainte-Geneviève : c’est une construction documentaire impressionnante faite au prix du rassemblement sélectif de données très amples et dont le maître d’œuvre fut le chancelier d’Oriole. Il s’agit d’une sorte de monument judiciaire destiné à Louis XI qui conserva le manuscrit dans ses coffres, d’une narration agençant évidemment à charge des éléments épars, notamment des actes justifiant le déroulement du procès (traité de Saint-Flour de 1470 prévoyant déjà le sort à réserver à un éventuel manquement du duc à ses engagements). Le document porte les marques des ingérences multiples du monarque, mais il contient finalement assez peu de données purement juridiques et sa finalité est rien moins que liée à la communication politique (le manuscrit resta unique), elle vise seulement l’information du roi en vue d’autres procès. Un récapitulatif analytique des phases de celui-ci permet de retrouver facilement les éléments que l’on y cherche.

4O. Mattéoni et F. Martin examinent les enjeux politiques et juridiques de l’affaire, non sans quelques redites par rapport à ce qui précède. Mais leurs propos montrent excellemment les dimensions géopolitiques du procès. Il s’agit de supprimer la principauté armagnacque, foyer de pouvoir concurrent et réseau de fidélité inquiétant, conformément à une volonté globale de réduction des pouvoirs non royaux, ce que le duc de Nemours avait d’ailleurs bien compris. Les usages royaux du droit sont exposés, c’est un outil plié aux besoins de Louis XI et non une entrave à son action. La justice royale fait flèche de tout bois, combine les procédures et les formules juridictionnelles (commission puis parlement lui-même transporté à Noyon), jongle avec les incriminations, tout en évitant de les enfermer dans des catégories trop précises et une terminologie trop savante qui réduiraient les marges de manœuvre du souverain. Ainsi sont contournés les obstacles et se construit une vérité : celle de la légitimité du roi à agir comme il le fait au motif de la majesté lésée, tant au niveau de sa personne qu’à celui des droits royaux.

5J.-P. Boudet livre enfin des éclairages très utiles sur la place de la divination et de la prophétie dans cette affaire qui mêle comme souvent dans ce genre de cas, depuis le temps de Philippe le Bel, imputations proprement matérielles (tentatives de tuer le roi ou de le neutraliser) et accusations de recours à des « arts » plus ou moins licites qui permettent par exemple de prédire la mort du monarque pour mieux l’inscrire dans le champ du possible mais aussi, plus bénignement, de déterminer le moment propice pour lui envoyer une lettre qui l’amadouera. A cet égard, il est bien montré comment la vieille (1381) prophétie annonçant l’avènement d’un « Charles fils de Charles » sauveur du monde sert à soutenir la cause du frère de Louis XI, Charles de Guyenne, fils de Charles VII, à substituer à son aîné.  

6Le manuscrit est enfin décrit très minutieusement au terme d’une introduction d’une grande richesse mettant en évidence la nature exceptionnelle du document transcrit. Peut-être cette dimension d’hapax a-t-elle un peu fait négliger la persistance d’une topique de l’accusation politique avec ses figures imposées (notamment l’accusation d’empoisonnement, bien présente). Quelques sources secondaires comme le Compendium de origine et gestis Francorum de Robert Gaguin auraient pu être ajoutées, mais louée soit l’édition exemplaire de ce procès qui ne l’est pas moins ! Et puissent d’autres éditions venir poursuivre cet opus magnum que rien n’interdirait d’ailleurs de faire remonter en amont en l’étendant au règne de Charles VII, riche aussi en la matière.

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Collard, « Procès de Jacques d’Armagnac, édition critique par Joël Blanchard », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 22 septembre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://crm.revues.org/13155

Haut de page

Auteur

Franck Collard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org