Navigation – Plan du site

C. Philipp E. Nothaft, Dating the Passion. The Life of Jesus and the Emergence of Scientific Chronology (200-1600)

Max Lejbowicz
Référence(s) :

C. Philipp E. Nothaft, Dating the Passion. The Life of Jesus and the Emergence of Scientific Chronology (200-1600), Leiden / Boston, Brill (« Time, Astronomy, and Calendars » 1), 2012, X-320p. ISBN 978-90-04-21219-0

Texte intégral

1L’édition d’une thèse réserve parfois des surprises. D’après son titre, l’ouvrage sous recension se concentre sur la date de la Passion, alors que, lecture faite, il s’intéresse aussi à celle de la Nativité. La première partie de son sous-titre, The Life of Jesus…, recouvre donc son contenu avec moins d’imprécision que son titre, tandis que la seconde partie… and the Emergence of Scientific Chronology (200-1600) indique exactement les perspectives dans lesquelles l’auteur inscrit sa recherche biographique : non pas l’histoire de Jésus en elle-même mais les antécédents de la chronologie scientifique à partir de cette histoire. Or, par un curieux chassé-croisé, la totalité de ce sous-titre reprend le titre de la thèse allemande dont l’ouvrage est issu, Das Leben Jesu und die Entstehung der wissenschaftlichen Chronologie (Ludwig-Maximilians-Universität, Munich, octobre 2010), elle-même ayant un sous-titre qui, explicite à souhait, Eine problemgeschichtliche Studie (200-1600), a pourtant disparu de l’édition. Bienheureux lecteurs de thèses : les inscriptions initiales les informent exactement du sujet qui est étudié dans  les pages qu’ils s’apprêtent à découvrir. Doit-on penser qu’editore, traditore, du moins quant au choix des titres et sous-titres ?

  • 1  En plus de ces vingt-trois essais, le tableau en mentionne deux autres qui s’en tiennent à la seul (...)
  • 2  Titre de la 1ère partie d’un des livres  cités dans la bibliographie : Thomas J. Talley, The Origi (...)
  • 3  Si l’on excepte des tentatives, comme celle de Victorius d’Aquitaine au Ve siècle, qui prennent l’ (...)
  • 4  Même « pâquomania » de la part de Roland-Pierre Pillonel-Wyrsch, Le calcul de la date de Pâques au (...)

2Le but de la recherche de Philipp Nothaft est double : rappeler les essais de datation dont les deux événements extrêmes de la vie de Jésus ont été l’occasion durant quatorze siècles de la chrétienté, surtout celle d’expression latine, en privilégiant un genre littéraire, les traités de comput ; et évaluer l’apport de ces essais à l’émergence de la chronologie scientifique, telle que l’inaugure Joseph Juste Scaliger avec ses Opus de emendatione temporum (1583) et Thesaurus temporum (1606). Le tableau de l’unique Appendice de l’ouvrage, p. 283, est sans ambiguïté : ses lignes recensent vingt-trois essais de datation qui se rapportent, selon les colonnes, à la Nativité et à la Passion. Il contient aussi une colonne intermédiaire où est précisé, au mois près, ligne par ligne, l’écart entre les extrémités ainsi quantifiées. La trame du présent ouvrage est bien constituée par l’étude de différentes tentatives de dater le début et la fin de la vie de Jésus.1 S’il est vrai que « the center of the liturgical year »2 est, pour le chrétien, la fête de Pâques, il reste que les chronologistes se sont peu à peu accordés pour dater les événements à partir de la Nativité et que cette manière d’ordonner les temps historiques a prévalu à la sortie du Moyen Âge.3 Sans la Passion commémorée par les fidèles, les computistes n’auraient pas, dès la patristique, multiplié leurs travaux et, au final, les chronologistes n’auraient pas été conduits à prendre la Nativité pour origine de leur échelle temporelle.4 Inversement, sans le travail des chronologistes, la Passion aurait sombré dans le temps du mythe. Au-delà de ces données conjoncturelles, il est nécessaire de préciser que ces deux événements biographiques n’ont pas été retenus par je ne sais quelle fantaisie : leur réunion forme un système, même s’il y a eu des tentatives pour choisir Pâques comme origine chronologique, et même si le contexte des recherches sur la date de la Nativité diffère grandement de celles sur la date de Pâques. Passion et Nativité sont en effet, respectivement, les pôles d’un axe autour duquel s’organise l’anthropologie chrétienne : à la valorisation de la condition humaine qu’implique l’Incarnation du fils de Dieu répond la promesse de la résurrection des morts – puisque la Passion ne vaut que pour la Résurrection du Christ, dont la Crucifixion est la condition, et que cette Résurrection fonde la résurrection des morts. Délaisser un de ces pôles aurait mutilé le christianisme et altérer sa substance. Les enjeux du comput et de la chronologie, tels qu’ils se présentent entre 200 et 1600, ont un substrat théologique biface, qu’il est préférable d’avoir présent à l’esprit si l’on veut les analyser et en apprécier la portée.

3Autre regrettable trait éditorial, dans un tout autre domaine : le lecteur cherche en vain dans ces pages les références de la mosaïque partiellement reproduite sur la couverture – un probable visage de Jésus-Christ. Il sait tout sur le copyright du livre, sur les conditions de sa photocopie, sur le type de papier utilisé, etc. (p. IV). Il ne sait rien sur la mosaïque en question, si ce n’est qu’elle est utilisée sans l’indication des éléments qui permettraient de la situer dans l’histoire. Une pareille négligence à l’égard de l’iconographie est paradoxale dans un ouvrage qui traite de la genèse de la chronologie. Tout se passe comme si l’éditeur s’exonérait des règles dont l’auteur cherche à décrire la naissance.  Ce travers ne doit pas occulter la qualité d’impression de l’ouvrage, ni surtout l’intérêt de l’enquête menée par Philipp Nothaft.

4L’auteur réunit donc dans un même ensemble deux disciplines, la chronologie et le comput ; elles ont profondément marqué la vie intellectuelle médiévale, même si le tournant majeur de cette vie que fut la création de l’Université les a quelque peu marginalisées. Rappelons le sens spécialisé que la chrétienté latine a donné au mot computus. Le comput est l’ensemble des procédures qui visent à établir le calendrier des fêtes mobiles chrétiennes, c’est-à-dire des fêtes religieuses qui sont subordonnées à celle de Pâques, étant entendu que l’échéance pascale varie d’une année à l’autre en fonction de règles qui ont été fixées progressivement et n’ont fait l’unanimité que peu à peu.

  • 5  *René Labande, « À propos de L’histoire et de ses méthodes », Cahiers de civilisation médiévale, 9 (...)
  • 6  Ibid., p. 386.
  • 7  Cordoliani avait au moins deux mains ; *celui qui a signé l’article « Comput », dans Dictionnaire (...)
  • 8  *Cyrille Vogel, Introduction aux sources de l’histoire du culte chrétien au moyen âge, préface de (...)
  • 9  Venance Grumel, La chronologie, Paris, PUF (“Bibliothèque byzantine”, 1), 1958 (surtout la 1ère pa (...)

5Pour connexes qu’ils soient, la chronologie et le comput ont été pendant trop longtemps traitée séparément par les historiens spécialisés dans l’une ou l’autre discipline. Afin de faire comprendre en quoi est appréciable une étude qui se concentre sur leurs interactions, j’en citerai une autre pas trop ancienne où cette unité de fond est en pratique dissociée par l’auteur. Il s’agit de la contribution d’Alfred Cordoliani, « Comput, chronologie, calendriers » au volume L’histoire et ses méthodes paru sous la direction de Charles Samaran dans la collection l’Encyclopédie de la Pléiade (1961) – un ouvrage salué en son temps comme « un répertoire exceptionnel, jusqu’ici inégalé en ce domaine, de savoir et de méthode »5.  Alfred Cordoliani aborde successivement la chronologie et le calendrier (p. 38-44), le comput (p. 44-47) et la chronologie à nouveau (p. 47-50). Il réunit donc le comput et la chronologie dans un même ensemble, puisque ces deux disciplines s’occupent de l’ordre du temps ; mais il se contente de passer de l’une à l’autre comme si elles n’étaient pas miscibles. La bibliographie donnée à la fin de la contribution pousse à son comble la différenciation entre elles. Elle retient quatorze titres : tous portent sur des livres qui mettent en avant la chronologie, alors que l’auteur était en France, à l’époque, un des rares spécialistes du comput et que, depuis sa thèse de l’École des chartes soutenue quelques vingt ans plus tôt, Les traités de comput ecclésiastique de 525 à 990, il avait écrit sur le sujet toute une série d’études. Sa spécialisation ne l’a pas empêché de dresser, cette fois à la fin du volume et sur plus de trente pages, quatre tableaux de nature strictement chronologique (Tableau synoptique des ères, Tableau des dates du début de l’année, Tableau de l’adoption du calendrier grégorien dans les différents pays et Tableau de concordance des calendriers républicain et grégorien). Un recenseur voyait dans cet ensemble : « une série d’instruments de travail que l’on ne trouve jamais réunis en un tout, où s’exprime la synthèse d’une masse considérable de recherches, et qui méritent grand respect. »6 La main droite computiste d’Alfred Cordoliani a ignoré ce que faisait la main gauche chronologiste.7 Tel n’est pas le cas de celles de Philipp Nothaft. Il confirme ainsi implicitement le bien-fondé de la remarque d’un grand historien du culte chrétien, trop peu entendue en son temps : « La mobilité de la date de Pâques et la difficulté de calculer celle-ci sont à l’origine de problèmes de chronologie les plus ardus qui soient. »8 Une pareille observation aurait pu être mise en exergue du présent ouvrage. De manière expresse, p. 13, Philipp Nothaft inscrit sa recherche dans la continuité des travaux respectifs de Venance Grumel et d’Alden A. Mosshammer9 : le demi-siècle qui sépare la publication de ces deux livres témoigne du peu d’entrain des médiévistes à explorer ce genre de rapports. Il tire toutefois parti de l’accélération des études computistes durant ces dernières décennies (Arno Borst, Nadja Germann, Leofranc Holford-Strevens, Daniel McCarthy, Jennifer Moreton, Dáibhí Ó Cróinín, Kerstin Springsfeld, Peter Verbist, Fath Wallis, Immo Warntjes, Joachim Wiesenbach, …) ainsi que de l’intérêt accru des historiens à la fois pour l’établissement des calendriers (Roger Beckwith, Georges Declercq, Brigitte Englisch, Sacha Stern, Anna-Dorothee von den Brincken, …) et pour les projets pré-grégoriens de réforme du calendrier julien (Christine Gack-Scheiding, Chris Schabel, Oliver de Solan, …) – étant entendu que certains des historiens du comput cités plus haut ont également abordé un des deux autres champs de la recherche, sinon les deux. En même temps qu’il ouvre des voies nouvelles, Philipp Nothaft récapitule et synthétise à plusieurs reprises la plupart des travaux récents, de sorte que rendre compte de son livre, c’est aussi l’occasion de faire le point sur les recherches computistes et chronologiques de ces dernières décennies. Je me permettrai d’insister sur les passages de son livre qui me semblent les plus fragiles ;  ils pourraient éventuellement être mieux assurés dans une édition ultérieure.

  • 10  *Gilles Dorival, « ‘Un astre se lèvera de Jacob’. L’interprétation ancienne de Nombres 24, 17 », A (...)

6Philipp Nothaft écarte de sa recherche la fameuse étoile de Bethléem (Matthieu, 2,  1-12), au motif que le récit qui en fait état est de « legendary nature » (p. 22). Le rejet est légitime ; le jugement qui le justifie est un peu court. Il convient donc d’ouvrir une parenthèse pour dissiper les malentendus. Comme Gilles Dorival l’a montré dans une série d’études10, la péricope citée s’explique en référence, non à un quelconque événement céleste, mais au verset vétérotestamentaire, Nombres, 24, 17b. Conformément aux rapports de type à l’antitype qui, pour les évangélistes et plus généralement pour les chrétiens, unissent l’« Ancien » Testament au « Nouveau  », un événement néotestamentaire est préfiguré par un autre, vétérotestamentaire, qui l’authentifie : il en est l’ultime réalisation. Matthieu a poussé à l’extrême ce mode de lecture en puisant dans les Écritures juives un élément propre à étayer la messianité de Jésus : Orietur stella ex Jacob et consurget virga de Israhel, pour s’en tenir à la version des Nombres donnée par la Vulgate. Il légitime la vocation de Jésus, en ayant recours à un phénomène céleste dont la réalité appartient strictement à un patrimoine littéraire. Mais, étant donné l’environnement culturel des premiers siècles de l’ère chrétienne, la plupart des Pères de l’Église ont estimé que cette étoile de Bethléem ouvrait la porte aux dérives astrologiques. Certains d’entre eux ont préféré la passer sous silence ; d’autres ont refusé de voir ses liens avec l’astre de Balaam ; d’autres enfin ont noirci l’épisode vétérotestamentaire. Aucun d’entre eux n’a à ma connaissance poussé le scrupule jusqu’à chercher à vérifier la réalité de cette étoile. Manquaient-ils de culture scientifique ? Ou n’ont-ils pas voulu prendre le risque d’amoindrir l’autorité de l’évangéliste ? Les modernes n’ont pas ce genre de réserve, sans nécessairement adopter un point de vue pertinent. Ils se rabattent sur une lecture de la péricope qui privilégie l’astronomie, en oubliant autant le mode de fonctionnement des deux parties de la Bible chrétienne que les réactions des Pères de l’Église. Ils développent leur analyse sans prendre en compte la formation des évangélistes, imprégnés de culture biblique, ni celle des premiers auteurs ecclésiastiques dont l’environnement culturel est singulier. Le témoignage de cette étoile peut à bon droit être rejeté dans une recherche de nature chronologique, mais pour des raisons proprement herméneutiques – sauf à outrepasser le rôle de l’historien et à considérer qu’ainsi utilisée par Matthieu, la méthode typologique relève de la « légende ».

  • 11  Soli-lunaire et non pas lunaire, comme l’écrit *Olivier Guyotjeannin, « Querelle pascale », dans P (...)
  • 12  Voir la récente mise au point sur cette problématique dans *Simon C. Mimouni, Bernard Pouderon, éd (...)
  • 13  Pour un aperçu sur l’histoire du calendrier julien, voir *Jean-Paul Parisot, Françoise Suagher, Ca (...)

7Les trois premiers chapitres du livre sous recension sont consacrés à la « computistical chronography », laquelle est définie comme étant « the method of applying Easter reckoning to chronological problems » (p. 13 ; voir aussi p. 277). Une pareille définition, pour simple qu’elle est, pose des problèmes redoutables sur lesquels il n’est pas inutile d’insister. Alors que les Évangiles relatent les événements de la vie de Jésus en référence à un calendrier juif soli-lunaire11, qui désigne les jours en référence à la semaine et au mois, les computistes se sont ralliés au calendrier solaire en usage dans l’Empire romain, le calendrier julien. Sans doute faut-il voir dans ce ralliement davantage le besoin de se rapprocher, sous certaines conditions, du groupe majoritaire, que l’expression univoque d’un simple antijudaïsme, comme le laisse entendre une lecture trop rapide de la citation du De pascha computus donnée à la p. 28.12 Or, on le sait, le calendrier julien désigne les jours en référence à cette sorte d’anti-semaine que constitue le système formé par trois repères mensuels : les calendes, les nones et les ides – « anti-semaine »dans la mesure où ces trois repères sont intrinsèques aux mois ; qu’ils les divisent en durées inégales ; que deux d’entre eux, les nones et les ides, se rapportent à des quantièmes mensuels différents selon les groupes de mois auxquels ils s’appliquent et qu’en conséquence la durée de deux de ces divisions, cette fois celles des calendes et des nones, varient également selon des groupes de mois ; et qu’enfin les jours eux-mêmes y sont comptés à rebours. Au final, le calendrier computiste chrétien, tel que les clercs médiévaux le reçoivent et le pratiquent, a pour objet un calendrier religieux soli-lunaire tout en étant établi dans le cadre d’un calendrier civil solaire. Et alors que le calendrier religieux divise l’année en deux sous-ensembles sans rapport l’un avec l’autre, le mois et la semaine, le calendrier civil la divise en mois, qui sont à leur tour directement subdivisés en trois sous-ensembles liés entre eux par une codification particulière.13 Le calendrier chrétien, en étant indissolublement lunaire et solaire, implique la maîtrise des rapports entre ces deux aspects. Or les grandeurs physiques qui sont à la base de ces deux calendriers n’ont pas entre elles des rapports numériques simples.

  • 14  Ibid., chap. IV.
  • 15  Je reprends la valeur donnée par Nothaft, p. 29 ; Parisot et Suagher, op. cit., p. 31 sont plus pr (...)
  • 16  *Jean Meeus et Denis Savoie, « The history of the tropical year », Journal of the British Astronom (...)

8L’unité temporelle de l’espèce humaine est par excellence l’union de la nuit et du jour, soit, littéralement, le nycthémère (N),  que son déroulement soit mesuré, selon les cultures, à partir du cœur de la nuit ou de l’apogée du jour, à partir du lever du soleil ou de son coucher. Ce choix s’impose, bien que la durée de N ne soit en rien une constante : elle varie de ± 15mn au fil des saisons et est affectée d’une dérive séculaire14. Évaluée en fonction de cette unité fondamentale, la durée moyenne des lunaisons, c’est-à-dire le temps moyen qui sépare deux conjonctions soli-lunaires successives, ou encore, en termes plus techniques, la durée moyenne des révolutions synodiques de la lune (RS) – cette durée ne contient pas un nombre entier de N : RS = 29,5 306N15. Ce type d’approximation décimale se retrouve  lorsqu’on mesure le temps mis par le soleil pour parcourir 360 degrés de longitude céleste, c’est-à-dire pour accomplir une année tropique (AT). À l’estimation établie un siècle plus tôt par Hipparque16, AT = 365N 5h 55min 12s, les initiateurs du calendrier julien ont préféré une valeur arrondie exprimée à l’aide d’une de ces fractions décimales communément utilisées par les Gréco-romains : ATj = (365 + 1 ÷ 4) N, soit ATj = 365N 6h. Faut-il voir dans le choix  de cette valeur approchée un goût prononcé en faveur de la simplification ? Ou l’incapacité à concevoir rationnellement le long terme ? Les deux raisons ont pu coexister et l’insensibilité aux longues durées a pu conduire à minimiser les conséquences d’une valeur qui, par facilité, était délibérément arrondie. Dans tous les cas, la réforme du calendrier julien était inscrite dans son acte de naissance, si du moins son maintien était souhaité.

9Lorsque les historiens du comput sont confrontés aux trois durées N, ATj et RS, ils paraissent retrouver l’état de stupéfaction qui fut celui des Pythagoriciens lorsqu’ils découvrirent qu’il n’y avait pas de rapport simple, c’est-à-dire exprimable par un nombre rationnel, entre la diagonale du carré et le côté de celui-ci. La page 29, où Philipp Nothaft aborde le rapport entre ATj et RS exprimé en N, confirme cette impression, d’autant plus que la note 22 de cette même page renvoie à des passages qui, consacrés à ce thème, appartiennent à des études dues à des spécialistes du comput – six au total.

10Maîtriser la concordance des quantièmes lunaires et mensuels implique de trouver deux nombres entiers x et y tels que xRS = yATj. Cette égalité permet de déterminer le quantième mensuel de n’importe quel quantième lunaire puisque chacun d’eux appartient à l’un de ces deux ensembles ordonnés de N dont le rapport peut être connu. Il est alors possible d’obtenir un cycle soli-lunaire qui, en se reproduisant indéfiniment, assure la concordance entre ces deux types de quantième. Or le rapport des deux grandeurs en cause n’est pas un nombre rationnel simple :

ATj ÷ RS = 365,25 ÷ 29,5 306 ≈ 12,3 685

  • 17  Pour le détail de l’application de la fraction continue à AT ÷ RS : Parisot, Suagher, op. cit., p. (...)
  • 18  Sur les origines de ce cycle: *Alan C. Bowen, Bernard R. Goldstein, « Meton of Athem and Astronomy (...)

11Dès lors que ATj ÷ RS s’exprime sous la forme d’un tel quotient, il n’est guère facile de passer directement d’un quantième lunaire à un quantième mensuel, puisque l’un et l’autre doivent nécessairement s’exprimer sous la forme d’un nombre entier. Il est toutefois possible de recourir à une procédure de calcul spécifique pour décomposer la partie décimale du quotient (0,3685) et obtenir, sous forme d’une suite de rapports entre deux nombres entiers, une série d’approximations, successivement par excès et par défaut, de plus en plus précises entre les N de xRS  et ceux de yATj. Cette procédure est la fraction continue. On entend par là une fraction dont le dénominateur est la somme d'un nombre entier et d'une autre fraction, dont le dénominateur est à son tour la somme d’un entier et d’une fraction, et ainsi de suite. L’ensemble de ces fractions successives constitue la fraction continue (certains puristes auraient préféré la qualifier, non sans raisons, de « continuée »). Chacune de ces fractions successives est une des réduites de la fraction continue. Dans le cas présent, le dénominateur des réduites donne le nombre d’ATj nécessaires pour que les RS reviennent aux mêmes dates mensuelles, sous réserve de combiner aux RS qualifiées de communes de 29N des RS qualifiées d’embolismiques de 30N. Le numérateur des réduites précise le nombre des RS embolismiques. Comme il s’agit d’un calcul d’approximations, il faut également ajouter ou retrancher, de manière empirique, un ou plusieurs N, selon le niveau d’approximation retenu, c’est-à-dire selon la réduite qui a été choisie. Enfin, le dénominateur de la réduite sert aussi à désigner le cycle sélectionné.17 Celui qui au final a prévalu renvoie à la réduite 7 ÷ 19 : tous les 19 ans, les quantièmes mensuels et lunaires se succèdent dans le même ordre, sous réserve de différencier les RS en 7RS de 30N et 12RS de 29N ; puis de retrancher 1N au total des N ainsi obtenu.18

12Quel sort réserve Philipp Nothaft à cet épisode décisif de l’histoire de l’astronomie mathématique ancienne, dont le comput a si largement et si heureusement profité ? Un passage du  Dating the Passion est à cet égard éloquent, qui suit immédiatement la division de ATj par RS :

« The latter [12.3685] can be approximated using the following common fractions: img-1.png. As can be seen from these values, the most exacting approach will be to intercalate seven lunar months in every 19 years, i.e. to equate 19 Julian years or 6939,75 d with 12 x 19 + 7 = 235 lunations. Moreover, since 235 lunar months are one day in excess (12 lunar years of 354 d + 7 embolismic months of 30 d + 4,75 Julian leap days = 6940.75 d) over 19 solar years, one lunar day will have to be dropped at the end of each 19-year cycle.  » (p. 29)

  • 19  *Otto Neugebauer, The Exact Sciences in Antiquity, New York, Dover Publications, 1969 (reprend en (...)

13La manière dont les nombres sont présentés dans ces lignes est plus significative que les nombres eux-mêmes : 3/8, 4/11, 7/19, 31/84 sont bien des fractions. Est-ce qu’il suffit de qualifier ces fractions de « common » pour se dispenser d’en expliquer la formation ? L’opinio communis n’est pas la garantie d’un savoir rationnellement fondé, surtout dans un livre qui a l’ambition d’apporter du neuf. Tout se passe comme si Philipp Nothaft pensait pouvoir traiter du statut scientifique d’une discipline, la chronologie, en passant sous silence le noyau le plus scientifique de celle qui en permet la naissance, le comput.  Dans tous les cas, les quatre fractions en question n’ont d’intérêt qu’en étant les réduites – en anglais : « the convergents » - de la fraction continue établie à partir de 0,3685 – la continued fraction de l’histoire, non les common fractions de l’historiographie. Ces réduites trouvent leur signification computiste en étant rattachées à la fraction continue, qui est le tout dont elles sont les parties, et qui est la grande oubliée du passage reproduit. Introduire le cycle de 19 ans sans faire ne serait-ce qu’une allusion à la technique de la fraction continue, c’est le transformer en lapin qui sort du chapeau d’un prestidigitateur – mais un lapin éclopé. Le cycle est réduit à l’état de recette, alors qu’il témoigne d’une belle créativité dans le domaine des mathématiques appliquées, comme l’avait relevé un éminent historien de l’astronomie ancienne : « The 19-year intercalation cycle is certainly one of the most important steps,  preceding the later astronomical methods, that is to say, later than about 450 B.C. »19 Mais j’insiste : dans ce passage, Philipp Nothaft ne fait que refléter en toute bonne conscience le déplorable traitement que la plupart des historiens du comput réservent à cette étape décisive de l’astronomie. Le reste de son livre est d’une tout autre qualité. L’auteur se révèle un excellent connaisseur de la littérature computiste dans les deux aspects, les sources et les études. Le plus souvent, il en suit l’évolution et en marque les ruptures et les renouvellements avec bonheur, jusqu’au terme de son analyse : Joseph Scaliger. Le chapitre le plus décisif est sans doute le cinquième, consacré au XIIe siècle et à l’émergence d’un « computus naturalis ». Sous l’influence des traductions arabo- et gréco-latines et au contact de quelques savants juifs, le dialogue que les clercs latins établissent avec la nature devient peu à peu la clef de la recherche computiste – une nature qui est considérée en elle-même et qui n’est plus seulement un répertoire de symboles. Cette nouvelle attitude avait été préparée, dans le domaine computiste, par les auteurs des Xe et XIe siècle, The Age of the critical computists – titre du quatrième chapitre. Je connais trop mal les auteurs du XVIe siècle pour porter un jugement motivé sur les deux derniers chapitres. Ils m’ont paru d‘excellente facture.

  • 20  *Arnaldo Momigliano, « Pagan and Christian Historiography in the Fourth Century A. D.  », dans  Ar (...)
  • 21  En dernier : *Michele Renee Salzman, On Roman Time. The Codex-Calendar of 354 and the Rhythms of U (...)
  • 22 *Jean Gaudemet, Les sources du droit de l’Église en Occident, du IIe au VIIe siècle, Paris, Édition (...)
  • 23  Georges Declercq, «Dionysius Exiguus and the Introduction of Christian Era », Sacris Erudiri, 41 ( (...)

14Je voudrais insister sur un des sacrements chrétiens, qui, me semble-t-il, donne au comput et à la chronologie un relief particulier. Il suffit d’avoir lu les Confessions d’Augustin d’Hippone pour savoir que le baptême des convertis au christianisme s’est pendant longtemps déroulé durant la semaine pascale. Un remarquable antiquisant a relevé les bouleversements que cette entrée solennelle dans la nouvelle foi a introduit dans la manière de concevoir l’histoire, même si ce n’était évidemment pas le but de la cérémonie : « Conversion meant literally the discovery of a new history from Adam and Eve to contemporary events. (…) The convert, in abandoning le paganism, was compelled to enlarge his historical horizon: he was likely to think for the first time in terms universal history. »20 L’élargissement de l’horizon historique dont il est question implique l’abandon en chrétienté des habitudes chronologiques romaines : le nom des consuls éponymes, l’Ab Urbe condita (dont la date traditionnellement admise est devenue aujourd’hui aussi problématique que celles de la Nativité et de la Passion…), l’ère de Dioclétien – tous ces repères n’ont finalement pas résisté à l’appel du large, même si le chronographe de 354 témoigne d’un très étonnant syncrétisme pagano-chrétien21. En prenant conscience de leur rôle social et de leur poids dans l’histoire, les chrétiens ne pouvaient pas ne pas délaisser ces différents systèmes de repérages temporels liés à un empire Gréco-romain qui était lui-même trop dépendant de ses origines. Il est difficile de ne voir qu’une convergence fortuite dans le fait que la proposition d’une Anno Domini a été avancée par un homme, Denys le Petit, qui, travaillant dans l’entourage du pape dans les années 520, joignait à des activités de juriste22, la qualité d’être « one of the last great cosmopolitans »23 : en acquérant un poids démographique conséquent, la foi chrétienne, par l’intermédiaire de ses représentants les plus avisés,  devait s’ouvrir à des préoccupations d’organisation sociale et effacer des repères chronologiques qui véhiculaient les traces d’un empire singulier. Seule a surnagé à ce lent naufrage l’indiction, qui est suffisamment technique pour ne pas être directement rattachée à la seule aventure d’une formation historique. Dans certaines circonstances, la liturgie peut être une force d’émancipation.

15Au cours de la lecture de Dating, un fait de langue vient à l’esprit, que je livre aux lexicologues pour en tester la validité. En français et en italien un couple de verbes surprend par l’origine commune de ses constituants, en dépit de la signification différente de chacun d’eux. Le français « compter / conter »  et l’italien « contare / raccontare »  remontent au latin computare ; sans oublier l’espagnol, qui conserve la même forme contar pour exprimer les deux sens. N’y aurait-il pas là la trace d’une communauté de préoccupations entre le comput et la chronologie, étant entendu que la chronologie repose sur l’action de nombrer le temps en considérant des faits historiques et que ces faits acquièrent une réalité dans la culture commune en étant l’objet d’un récit ?

  • 24  *Nicolas Weill-Parot, « Guy Beaujouan et l’histoire des sciences au Moyen âge », Revue de Synthèse(...)
  • 25  *Jean-Patrice Boudet, Joël Chandelier, Nicolas Weill-Parot, «  Entretien avec Guy Beaujouan. Un mé (...)

16L’aveu de celui qui « peut être considéré en France comme le père des études ‘historiennes’ sur la science médiévale »24, Guy Beaujouan : « le comput, pour lequel j'ai toujours eu une certaine répugnance... »25 - cet aveu acquiert une résonance particulière à la lecture du livre sous recension. À suivre les analyses qui y sont menées et à s’arrêter aux conclusions auxquelles il aboutit, il s’avère qu’un médiéviste chevronné peut se laisser aller à des aprioris dans sa spécialité, avec des conséquences fâcheuses sur l’avancement de la recherche dans le cercle où son influence s’exerce. Non seulement l’histoire du comput peut encore apporter d’intéressants éclairage sur l’histoire des sciences, mais de surcroît les médiévistes hexagonaux n’ont pas produit ces dernières décennies des travaux qui seraient à la pointe des études computistes.

Notes

1  En plus de ces vingt-trois essais, le tableau en mentionne deux autres qui s’en tiennent à la seule date de la Passion.

2  Titre de la 1ère partie d’un des livres  cités dans la bibliographie : Thomas J. Talley, The Origins of the Liturgical Year – à ceci près que les premiers chrétiens célébraient la Résurrection tous les dimanches ; ce n’est qu’au cours du IIe siècle que la liturgie pascale annuelle se met en place.

Par la suite, et dans les notes, je fais précéder d’un astérisque les livres ou les études qui ne sont pas citées dans la bibliographie de l’ouvrage sous recension.

3  Si l’on excepte des tentatives, comme celle de Victorius d’Aquitaine au Ve siècle, qui prennent l’année de la Passion comme point de départ d’une échelle des temps.

4  Même « pâquomania » de la part de Roland-Pierre Pillonel-Wyrsch, Le calcul de la date de Pâques au Moyen Age. Analyse et commentaire sur De Temporum Ratione de Bède, Fribourg, Academic Press, 2004 : là encore, c’est le sous-titre qui correspond au contenu du livre. Le traité de Bède ne réserve qu’à peu près un quart de ses pages à la détermination de la date de Pâques.

5  *René Labande, « À propos de L’histoire et de ses méthodes », Cahiers de civilisation médiévale, 9 (1966), p. 385-391 (385).

6  Ibid., p. 386.

7  Cordoliani avait au moins deux mains ; *celui qui a signé l’article « Comput », dans Dictionnaire du Moyen Âge, dir. Claude Gauvard, Alain de Libéra, Michel Zink, Paris, PUF, 2002, p. 320 est pour sa part manchot, surtout comparé à *Faith Wallis, « Computus », in Thomas Glick, Steven J. Livesey, Faith Wallis, éd., Medieval Science, Technology, and Medicine. An Encyclopedia, New York, Routledge, 2005, p. 139-141.

8  *Cyrille Vogel, Introduction aux sources de l’histoire du culte chrétien au moyen âge, préface de Bernard Botte, Spoleto, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 19813 (1er éd. : 1966), p. 265, n. 80 ; voir maintenant la version anglaise actualisée : *Cyrille Vogel, Medieval Liturgy. An Introduction of the Sources revised and translated by William G. Storey and Niels K. Rasmussen with the assistance of John K. Brooks-Leonard, Washington, Pastoral Press, 1986.

9  Venance Grumel, La chronologie, Paris, PUF (“Bibliothèque byzantine”, 1), 1958 (surtout la 1ère partie, « L’origine des ères mondiales ») et Alden A. Mosshammer, The Easter Computus and The Origins of the Christian Era, Oxford, Oxford University Press, 2008. Notons toutefois un oubli, le recueil d’articles de *Joan Gómez Pallarès, Studia Chronologica. Estudios sobre manuscritos latinos de cómputo, Madrid, Ediciones clásicas, 2000.

10  *Gilles Dorival, « ‘Un astre se lèvera de Jacob’. L’interprétation ancienne de Nombres 24, 17 », Annali di Storia dell'Esegesi, 13 (1996), p. 295-352 ; *« L'astre de Balaam et l'étoile des mages », Res Orientales, 12 (1999), p. 93-111 ; et *« L’étoile des mages », dans Gilles Dorival et Jean-Paul Boyer, édit., La nativité et le temps de Noël. Antiquité et Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 2003, p. 21-28.

11  Soli-lunaire et non pas lunaire, comme l’écrit *Olivier Guyotjeannin, « Querelle pascale », dans Philippe Levillain, éd., Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 2004 (1e éd. : 1994), p. 1411-1142 (1141).

12  Voir la récente mise au point sur cette problématique dans *Simon C. Mimouni, Bernard Pouderon, éd., La croisée des chemins revisitée. Quand l’« Église » et la « Synagogue » se sont-elles distinguées ? Actes du colloque de Tours, 18-19 juin 2010, Paris, Éditions du Cerf, 2012. Les communications de Daniel Marguerat, d’Edmondo Lupieri et d’Elian Cuvillier jettent d’intéressantes lumières sur la péricope Mt 2, 1-12.

13  Pour un aperçu sur l’histoire du calendrier julien, voir *Jean-Paul Parisot, Françoise Suagher, Calendriers et chronologie, Paris / Milan / Barcelone, Masson (« Collection De caelo »), 1996, chap. XII. Les calendes, les nones et les ides restent en usage jusqu’à la fin du Moyen Âge.

14  Ibid., chap. IV.

15  Je reprends la valeur donnée par Nothaft, p. 29 ; Parisot et Suagher, op. cit., p. 31 sont plus précis : RS = 29,5305883N.

16  *Jean Meeus et Denis Savoie, « The history of the tropical year », Journal of the British Astronomical Association, 102, 1 (1992) 40-42 (40 et n. 6 et 7).

17  Pour le détail de l’application de la fraction continue à AT ÷ RS : Parisot, Suagher, op. cit., p. 34-36 et, plus technique, *Jean Lefort, La saga des calendriers, Paris, Bibliothèque ‘Pour la Science’, 1998, p. 49-56. Sur l’utilisation de la fraction continue dans différents phénomènes astronomiques : *Parisot, Suagher, « La lune et les fractions continues »,L’Astronomie, 102 (avril 1988), p. 143-147 et Otto Neugebauer, A History of Ancient Mathematical Astronomy, Berlin / Heidelberg / New York, Springer-Verlag ("Studies in the History of Mathematics and Physical Science", 1), 1975 en 3 vol., vol. 3, p. 1120-1125.

Sur l’histoire de la fraction continue : *Claude Brezinski,« The long history of continued fractions and Padé approximants », in Marcel G. de Bruin, Herman van Rossum (éds.), Padé Approximation and its Applications, Proceedings of a Conference Held in Amsterdam, October 29–31,  1980, Berlin / Heidelberg / New York, Springer-Verlag ("Lecture Notes in Mathematics", 888), 1981, p. 1–27. Cet article est l’esquisse d’une histoire qui est traitée en détail dans *Claude Brezinski, History of Continued Fractions and Padé Approximants, Berlin / Heidelberg / New York, Springer-Verlag ("Series in computational mathematics", 12), 1991.

18  Sur les origines de ce cycle: *Alan C. Bowen, Bernard R. Goldstein, « Meton of Athem and Astronomy in the Late Fifth Century B.C.  », dans Erle Leichty, Maria de J. Ellis, Pamel Gerardi, éd., A Scientific Humanist. Studies in Memory of Abraham Sachs, Philadelphia, The University Museum, 1988, p. 39-81 (p. 42, n. 17).

19  *Otto Neugebauer, The Exact Sciences in Antiquity, New York, Dover Publications, 1969 (reprend en la corrigeant, la 2e éd. de 1957 ; 1ère éd. : 1951) p. 102 ; trad. française par Pierre Souffrin, Les sciences exactes dans l’Antiquité, Arles, Actes Sud, 1990, p. 137.

20  *Arnaldo Momigliano, « Pagan and Christian Historiography in the Fourth Century A. D.  », dans  Arnaldo Momigliano éd., The Conflict between Paganism and Christianity in the Fourth Century, Oxford, At the Clarendon Press («  Oxford – Warburg Studies »), 1963, p. 79-99  (p. 83 pour la citation)repris dans Arnaldo Momigliano, Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, traduit de l’anglais et de l’italien par Alain Tachet, Évelyne Cohen, Louis Evrard et Antoine Malamoud, Paris, Gallimard (« Bibliothèque des idées »), 1983, ét. 7, p. 145-168 (149 et 150).

21  En dernier : *Michele Renee Salzman, On Roman Time. The Codex-Calendar of 354 and the Rhythms of Urban Life in Late Antiquity, Berkeley / Los Angeles / Oxford, University of California Press («The transformation of the Classical Heritage, XVII »), 1999.

22 *Jean Gaudemet, Les sources du droit de l’Église en Occident, du IIe au VIIe siècle, Paris, Éditions du Cerf (« Initiations au christianisme ancien »), 1985, p. 134-137  

23  Georges Declercq, «Dionysius Exiguus and the Introduction of Christian Era », Sacris Erudiri, 41 (2002) p. 165-246 (188, n. 62), citant *Hubert Mordek, « Dionysius Exiguus », Lexikon des Mittelalters, Münich / Zürich, III, 1986, col. 1088-1092 (1091).

24  *Nicolas Weill-Parot, « Guy Beaujouan et l’histoire des sciences au Moyen âge », Revue de Synthèse, 2008, p. 625-634 (625).

25  *Jean-Patrice Boudet, Joël Chandelier, Nicolas Weill-Parot, «  Entretien avec Guy Beaujouan. Un médiéviste historien des sciences », Médiévales, 47 (2004), p. 153-172 (153).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « C. Philipp E. Nothaft, Dating the Passion. The Life of Jesus and the Emergence of Scientific Chronology (200-1600) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 26 septembre 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/13153

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org