Navigation – Plan du site
Études christiniennes

« Fors nature » : Dieu, le roi Charles et la Pucelle, ou Faut-il changer notre titre du Ditié de Jehanne d’Arc ?

Françoise Michaud-Fréjaville
p. 545-558

Résumés

Le titre actuel du Ditié, écrit par Christine de Pizan juste après le sacre de Reims, concentre toute l’action et l’attention vers Jeanne d’Arc : est-il le résultat historique d’une assez récente focalisation sur la Pucelle ? Une lecture plus équilibrée et respectueuse du contexte pourrait remettre le roi, Charles, soleil revenu briller sur le royaume de France, comme le véritable héros du poème. Jeanne, dont le rôle est évidemment fondamental, est l’instrument de Dieu pour affirmer le pouvoir du roi et assurer à chacun le retour à la paix, y compris aux révoltés repentants.

Haut de page

Texte intégral

1L’achat par le Musée du Louvre (et ses mécènes) en 2009 et la présentation, en septembre 2010, au département des œuvres d’art du Moyen Âge d’une exceptionnelle pièce de tapisserie, identifiée comme la partie verticale d’un dais royal du second quart du xve siècle, amène à remettre en perspective historique quelques assertions, apparemment solidement ancrées, sur la place à donner à la personne royale de Charles VII, non seulement dans les grands événements politiques et militaires de 1429 mais aussi dans les échos que ceux-ci ont rencontrés parmi les lettrés du parti attaché aux droits du roi. En particulier, il faut peut-être réexaminer chez Christine de Pizan les quelques vers sur les victoires de 1429 et les mérites de la Pucelle, strophes qui servent si souvent d’exergue joyeux aux publications sur Jeanne d’Arc.

  • 1  É. Antoine, « Un dais pour le trône de Charles VII le victorieux », Le dais de Charles VII, une ac (...)
  • 2  A. Châtelet, « Jacob de Littemont », En Berry, du Moyen Âge à la Renaissance : pages d’Histoire et (...)

2L’objet royal est une pièce de 2m, 92 par 2m, 85 en laine et soie. Sur un fond rouge franc quasi impérial, où se détache un soleil à douze branches entre lesquelles partent soixante rais, par groupes de cinq, ponctué de quarante-quatre étoiles disposées sur onze rangées, deux anges, de taille presque humaine (à peu près 1m, 50), vêtus de blanc et d’azur semé de fleurs de lis, descendent et portent avec respect une couronne d’or et de pierreries. Ils sont prêts à la déposer sur une tête royale1. Outre la taille et le schéma général, ce qui est frappant est la merveilleuse qualité de l’ensemble. L’occupation de l’espace touche à la perfection : aucune symétrie mécanique mais des décalages minimes entre les deux anges, leurs mains, leurs ailes, entre les étoiles, entre les rais, entraînent une harmonie sans ennui, une dynamique sans précipitation. L’exécution est d’une grande finesse, les visages des anges sont ravissants de fraîcheur, leurs cheveux moussent en minces boucles sous des bandeaux de perles fines, robes et tuniques s’enroulent en plis légers. C’est, de fait, une pièce royale dont le carton fut l’œuvre d’un maître. Mme É. Antoine, conservatrice des objets d’art du Louvre, dans ses recherches pour identifier l’origine de la pièce, penche pour l’attribuer à Jacob de Littemont, peintre d’origine flamande travaillant à Bourges, sans doute formé dans l’entourage de Van Eyck, auquel on devrait également le dessin du grand vitrail de la chapelle de Jacques Cœur de la cathédrale de Bourges et, peut-être, les anges de la chapelle du palais de l’argentier (trop repeints en 1869). Selon A. Châtelet, c’est Littemont qui, à la mort de Charles VII, a « pris l’empreinte du visage du roi et l’a fait porter de Bourges à Paris à Fouquet »2, l’artiste est donc un contemporain de Jean Fouquet, actif un peu avant lui, apparemment entre 1445 et 1475.

  • 3  J.-Y. Ribault, « Un hommage de Jacques Cœur à Charles VII. Le décor emblématique de la sacristie c (...)

3À la cathédrale de Bourges, la croisée d’ogive qui précède la porte de la sacristie capitulaire, offerte par Jacques Cœur en 1448, est ornée des emblèmes du roi : on y retrouve, sur fond rouge, le soleil, ici à seize branches, avec dans les voûtains quatre fois douze rais majeurs et quatre fois onze rais intermédiaires ; s’y ajoutent les fleurs d’or sur azur, des lis blancs et des roses le long des ogives3. Dans la sacristie elle-même, le sommet de l’arc en pierre du vitrail du vestiaire porte, sur un fond vermeil frappé de petits soleils d’or, l’écu de France couronné. Il est présenté par deux anges dont la main extérieure tient chaque extrémité d’un phylactère. Sur ce dernier on peut lire :

  • 4  Il semble que ce sens de lecture soit préférable à celui proposé par J.-Y. Ribault, op. cit., p. 1 (...)

Ci est l’escu où dieu le lis ancra Et l’envoya au noble roy de France
L’ange aporta l’ampole d’excellance A saint remi qui a raims le sacra4.

4À la base de l’écu, un demi soleil d’or à douze branches règne sur des nuages d’azur d’où s’échappent de petits bouquets de rais d’or.

  • 5  J.-P. Boudet, « Le roi-soleil dans la France médiévale », Le soleil et la lune, Il sole e la luna, (...)
  • 6  J.-P. Boudet, « Le roi-soleil », op. cit., p. 474 : « le rédacteur de la Vita sancti Karoli affirm (...)
  • 7  M. Chazan, « Guillaume de Nangis et la translation de l’Empire aux rois de France », Saint-Denis e (...)
  • 8  Songe du Vergier : » Karolus interpretatur quasi clara lux », (voir J.-P. Boudet, « Le roi-soleil… (...)
  • 9  J.-P. Boudet, ibid.
  • 10  Jean Froissart, Chroniques, quatrième livre, chap. I ; ici dans l’édition de P. Ainsworth et A. Va (...)
  • 11  Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry, Les Chroniques du roi Charles VII, éd. H. Courteault et L. (...)

5Ainsi, dans la cathédrale de la capitale, fidèle, du roi Charles VII et vraisemblablement dans les coffres à tentures du trésor royal brillent des soleils. Il semble que cette réminiscence du sol invictus antique par les laudateurs de Charlemagne, qui allèrent jusqu’à inventer l’étymologie lumineuse de son nom (cara lux), ait subi une éclipse jusqu’au XIIe siècle5. Comme l’a rappelé J.-P. Boudet, ce thème fut utilisé à nouveau par les empereurs Hohenstaufen et, en particulier, par Fréderic Barberousse pour la canonisation de Charlemagne6. Plus tard, l’apologie de saint Louis (Gesta Ludovici) par Guillaume de Nangis compare l’éclat du trône de France à la brillance et la chaleur d’un soleil. Guillaume de Chartres renchérit, en élargissant l’espace : « un nouveau soleil s’est levé à l’Occident, dispensant au monde les rayons de sa lumière et sa chaleur »7. La « devise » au soleil fut empruntée, aux xive et xve siècles, à la fois par les rois de France et ceux d’Angleterre. Sur le continent, un soleil réapparaît au centre de l’insigne de l’éphémère ordre de l’Étoile créé en 1351 par Jean II le Bon, et l’étymologie du nom Charles connaît une nouvelle faveur, sous la forme Clara lux,successivement dans le Songe du Vergier (1378)8 et dans le Songe du vieil pèlerin (1389). Dans ce dernier, adressé à Charles VI, on peut lire : « je treuve par droit nom de baptême que tu es appelé Lumière, car Charles, en latin, qui est Karolus, selon son interprétation, vault autant à dire comme Clara lux »9. Isabeau de Bavière entra dans Paris, par la bastille de la Porte Saint-Denis, sous un « ciel armoyés tres richement des armes de France et de Baivière à ung soleil d’or rayant qui estoit la devise du roy »10. On sait que Charles VII fit son entrée à Paris en 1437 (comme en 1449, à Rouen) « avec un étendard où estoit dedans monseigneur saint Michel ; et le champ de l’étendard estoit partout semé d’estoilles d’or »11.

6Après ces rappels, peut-on croire qu’un poème qui, après les deux strophes autobiographiques d’entrée, proclame la sortie de l’hivernage :

L’an Mil CCCCXXIX
Reprint à luire li soleil
Il ramène le bon temps neuf

et se termine par l’évocation du mauvais sujet du roi de France, ébloui par la clarté revenue

  • 12  Nous avons usé, bien sûr, de l’édition (et des notes) d’A. J. Kennedy et K. Varty, Ditié de Jehann (...)
  • 13  On doit se demander si celui qui refuse de regarder le retour du soleil, directement visé par Chri (...)

[…] car qui chière
A embrunché, et les yeux pesans,
Ne puet regarder la lumière. (v. 486-488)…12
file la métaphore temporelle et météorologique de la succession des saisons13 ?

Quel titre ?

7Franchement, si le Ditié n’avait reçu, au xxe siècle, le qualificatif de « Ditié de Jehanne d’Arc », baptême liée à la fois à la déprise de la royauté française chez les érudits éditeurs du xixe siècle, surtout Quicherat, et le succès grandissant du personnage et de l’image de Jeanne dans le public, et si la louange affirmée des femmes par Christine dans l’essentiel de son œuvre, aux exceptions notables du Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, du Livre des fais d’armes et de chevalerie et du Livre de la paix, n’avait pas focalisé les regards des spécialistes du « genre », il eut pu s’appeler tout autrement et peut-être retrouver un équilibre fonctionnel.

8Quand Thomassin, après 1456, parle dans le Registre Delphinal d’

une notable femme appelée Christine [… qui] feit de l’advénement de ladite Pucelle et de ses gestes, ung traictié dont je mettrais ci seulement le plus especial touchant la Pucelle ; et ay laissié le demourant car ce seroit trop long à mectre icy,

il censure en quelque sorte sa source, tout en expliquant qu’il l’a choisie

  • 14  J. Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc dite la Pucelle, Paris, (...)

afin de tousjours honorer le sexe feminin par le moyen duquel toute chrestienté a eu tant de bien : par la pucelle Vierge Marie, la réparation et restauracion de tout le humain lignage ; et par ladite Pucelle Jehnne la reparacion et restauracion du royaume de France, qui estoit tout en bas, jusque a en prendre fin, ne fust sa venue14.

  • 15  La strophe est d’ailleurs commencée de façon fautive !

9Et ainsi ne donne-t-il que des extraits, tout particulièrement sélectionnés à partir de la strophe xx15, pour ne point trop flatter le roi Charles vii, père de son commanditaire le dauphin Louis, alors en grande opposition avec son fils. Il s’agissait bien de rappeler, l’année de la proclamation de la nullité du jugement de Rouen, le rôle et les destins des meilleurs serviteurs du roi que ce dernier avait trop souvent fort mal récompensés.

  • 16  Mme de Keralio, Collection des meilleurs ouvrages composés par des dames dédiée aux femmes françai (...)
  • 17  A. Jubinal, « Ung beau Ditié fait par Christine de Pisan à la Louange de Jeanne d’Arc », Rapport à (...)
  • 18  Quicherat, Procès…, t. V, p. 3-21.
  • 19  Paris et ses historiens aux xive et xve siècles. Documents originaux recueillis et commentés par L (...)
  • 20  Ni La Biographie universelle de Michaud, ni le Desobry et Bachelet, ni le Bouillet, ni le Grand di (...)
  • 21  Orléans, éd. Herluison, 1865, in-12, et dans Lanéry d’Arc, Le Livre d’or de Jeanne d’Arc, Bibliogr (...)
  • 22  H. Wallon, Jeanne d’Arc, Paris, Hachette, [1862], ici 2e éd., 1867, t. 1, p. 157, n. 1 et appendic (...)
  • 23  A. France, Jeanne d’Arc, Paris, [1908], ici éd. des Œuvres complètes, Paris, Calmann-Lévy, 1929, t (...)
  • 24  A. Molinier, Les Sources de l’Histoire de France des origines aux guerres d’Italie, IV, les Valois (...)
  • 25  G. Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1993, p. 228-244 : « La pério (...)
  • 26  Ch. De Roche, G. Wissler, « Documents relatifs à Jeanne d’Arc et son époque, extraits d’un manuscr (...)

10Le Ditié fut longtemps méconnu : il n’eut pas droit, en particulier à une édition dans la sélection d’œuvres de Christine offerte aux dames par Mme de Kéralio (1787)16. Le premier éditeur de l’œuvre complète, Achille Jubinal (1838), reprit, en le modifiant un peu, le terme de la fin du poème (« Explicit ung très bel ditié fait par Cristine », explicit qui n’est sans doute pas de Christine) en proposant « Ung beau Ditié », au lieu de l’immodeste « ung très bel ditié », et il fut, surtout, le premier à décréter qu’il s’agissait d’une louange exclusive à Jeanne d’Arc17. Quicherat, chartiste prudent, s’est gardé de donner le moindre titre à sa propre édition18. Le Roux de Lincy et Tisserand en publièrent trente-huit strophes dans leur volume de la collection de « L’Histoire générale de Paris » consacré à Paris et ses historiens des xive et xve siècles, sous le titre repris de Jubinal19, cela ne fit pas particulièrement remarquer l’œuvre par les notices des dictionnaires du xixe siècle dédiées à l’écrivaine20. À la fin du siècle, la bibliographie de Lanéry d’Arc use du titre – qui nous semble fort étrange et inapproprié aujourd’hui – de la petite édition orléanaise d’Herluison : Jeanne d’Arc, chronique rimée par Christine de Pisan21. Cela présente le mérite de nous rappeler que la pièce de vers n’avait pas d’appellation qui fût donnée par l’auteur et que l’éditeur était un « johanniste » fervent. De fait, les historiens et autres utilisateurs du Ditié se référaient, jusqu’à notre génération, soit à Jubinal (Quicherat), soit à Quicherat (H. Vallon22), soit à Le Roux de Lincy (A. France23), en évoquant le plus souvent un « poème », ou « des vers » de Christine « de Pisan ». Le premier sans doute que l’on pourrait considérer comme « parrain » de l’œuvre est A. Molinier qui a donné en 1904 le titre de Ditié sur Jeanne d’Arc dans les Sources de l’Histoire de France24. Le moment n’est pas indifférent : nous étions alors en un temps où Jeanne d’Arc était au cœur des oppositions patriotiques et religieuses françaises25. Le titre de Ch. De Roche de Poème à la Pucelle26, n’a pas été retenu par la postérité. Le « sur » de Molinier a évolué vers le « de » sans que j’aie pu en tracer la filiation, il est utilisé par S. Solente en 1927. De même, quand le « h » médiéval de Jehanne (laquelle, on le sait, a écrit « Jehanne » en signant sa lettre aux habitants de Riom, le 9 novembre 1429) est-il apparu de façon habituelle ? Après, à dire vrai, que l’édition du poème par Kennedy et Varty, donc en 1977, paraisse avoir fixé un usage médiévalisant.

  • 27  C. Mc Webb, « Joan of Arc and Christine de Pizan : the symbiosis of two warriors in the Ditié de J (...)
  • 28  J. Blanchard, « Vox poetica, vox politica : l’entrée du poète dans le champ politique au XVe siècl (...)
  • 29  G. Peyronnet, « Jeanne d’Arc et Charles VII : un problème à revoir », Bulletin des Amis du Centre (...)
  • 30  J. Maurice, « La naissance d’une légende : la “présence sensible” de la Pucelle dans le Ditié de J (...)

11 Depuis, une masse de publications a sacralisé cette appellation, focalisant ainsi de façon quasi obligatoire le regard sur la relation presque personnelle, voire supposée fusionnelle27, entre l’auteur et la Pucelle, faisant des autres thèmes de simples compléments. Cependant quelques voix se sont fait entendre pour rendre davantage d’équilibre à la construction, laquelle avait, en vérité, dès l’origine parue complexe aux lecteurs, et y rendre au politique une place majeure, voire première28. Pour notre part, il nous semble qu’une voie avait été ouverte par G. Peyronnet, mais pas toujours reconnue, sur une lecture moins partiale du personnage royal29 et, en ce qui concerne le cas particulier du Ditié, par J. Maurice lequel, en 1999, tout en travaillant sur un « mimétisme » de l’auteure avec la Pucelle, dont on peut toujours discuter, affirme avec force pour la poétesse une « adhésion affichée à la personne du roi », et un « enthousiasme pour Jeanne, inséparable de l’enthousiasme pour le roi »30.

Un cerf-volant dans le soleil : Charles roi couronné

  • 31  C’est ce qui semblerait découler d’une mention issue de l’entourage du duc de Bedford (F. Autrand, (...)
  • 32  D. Fraioli, « The literary image of Joan of Arc : prior influences », Speculum, 56/4, 1981, p. 811 (...)
  • 33  J. Krynen, « Nature. Essai sur l’argument de Nature dans la pensée politique à la fin du Moyen Âge (...)

12Qu’enfermée dans une abbaye dont nous ne savons pas réellement quelle elle fut, peut-être Poissy31, et installée, suppose-t-on, auprès d’une abbesse bien renseignée, Marie († 1438) sœur du roi Charles et tante du roi Henry, la femme de lettres ait eu accès à tout ce qui s’écrivait dans le camp delphinal, auquel elle avait adhéré après 1418, est vraisemblable : les études de D. Fraioli sur ce point sont éclairantes32. On devrait, cependant, ajouter aux traités et lettres immédiatement contemporains de la survenue de Jeanne d’Arc des textes antérieurs, issus de l’entourage de Charles et qui sont des libelles de défense et illustration du bon droit de la cause « française » contre les Anglais33. En effet, le grand cri de joie du poème c’est le « Noël en haut huer » (v. 48) avec lequel on doit saluer le sacre, preuve irréfutable et publique que la justice est enfin rendue au roi légitime, le seul possible : Charles, « fils du roy Charles », roi selon la loi, comme l’affirme plus tard l’écu de la sacristie de Bourges, héritier qui fut trop longtemps « déjeté » (v. 34).

  • 34  On ne se prononce pas sur la forme poétique ni sur des « architectures » de composition, cela est (...)

13Une lecture du poème, lecture que l’on a tenté objective, aboutit à reconnaître la première place à Dieu, la seconde au roi, la troisième à Jeanne la Pucelle, dans un ordre assez différent de l’hyper-focalisation sur notre héroïne bien-aimée, dût-on le regretter en tant que spécialiste de ce personnage. Cependant, ce n’est pas dans cet ordre exact que l’on va procéder34.

  • 35  J.-B. de Vaivre, « Les cerfs ailés de la tapisserie de Rouen », Gazette des Beaux-Arts, oct. 1982, (...)
  • 36  L. Hablot, La devise. Mise en signe des princes, mise en signe du pouvoir. L’emblématique des prin (...)

14Le roi Charles est, en vérité, le soleil et la lumière de la vision poétique, l’origine, le cœur et la fin du chant de victoire (un péan !) de Christine : parti depuis onze ans de Paris, trahi (v. 4-6), il est maintenant « coronné », « éperonné » d’or (v. 38-40), sacré (v. 384) à Reims (v. 386) et est, désormais, devenu le « chef greigneur » des Français (v. 486). Entre-temps, le roi (ou autrement désigné comme : « l’estat royal », le roi de France, le prince, Charles, roi des Français, la France – sept fois nommée, et que le roi incarne –, le seigneur, le chef), qu’« il » soit là en personne ou qu’on l’apostrophe (tu, toi, tien, ton pays, ton renom, « ton pueple », ton fait, ton penon, ton « deu [dû] », tes ennemis), apparaît dans la moitié des strophes. Les insignes du roi : le soleil lumineux (v. 2, v. 488), la fleur de lis qui ne se trompe jamais (v. 96), le cerf-volant (v. 125)35, l’or, et le vert, une de ses couleurs, qui va bientôt remplacer le « sec » de la branche écotée bourguignonne (v. 32) parsèment la louange. On sait mieux aujourd’hui le rôle extrêmement important des couleurs et devises dans la propagande royale et leur écho auprès des populations36. La ballade faicte quant le Roy Charles viie fut couronné à Rains du temps de Jehanne d’Aiz dicte la pucelle retrouvée à Stockholm et publiée il y a un siècle par P. Champion ne commence-t-elle pas par

  • 37  P. Champion, « Ballade du sacre de Reims », Le Moyen Âge, 22, 2e série, 13, 1909, p. 370-377. La b (...)

Voicy venir le noble serf volant
………………………………………………
Qui vient régner comme fort et poissant
En la forest de son noble domaine37.

15Et le vers : « le beau jardin des nobles fleurs de lis » n’en clôt-il pas chaque strophe ?

  • 38  P. S. Lewis, Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, III, La vie et l’œuvre, Paris, Klincksi (...)
  • 39  Brantôme, Recueil des Dames, II, VII, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1991, p. 673- (...)
  • 40 40 On retrouve même dans des objets communs le topos d’un Charles VII incapable ; une assiette de f (...)
  • 41  J. Quicherat, « Supplément aux témoignages contemporains sur Jeanne d’Arc (Chronique des cordelier (...)
  • 42  G. Minois, Charles VII, un roi shakespearien, Paris, Perrin, 2005, p. 798. L’auteur date de 1437 a (...)

16On sait que les actions de Charles VII ont toujours été lues sous l’éclairage d’une accusation permanente de traîtrise : trahison et guet-apens du pont de Montereau vis-à-vis de Jean sans Peur (1419), trahison des objectifs de Jeanne de reprendre Paris en septembre 1429, abandon de la Pucelle elle-même après sa capture à Compiègne (mai 1431) en ne tentant rien pour la racheter, ni pour prendre d’assaut Rouen où elle était prisonnière, déprise versatile brutale de ses « favoris » les uns après les autres, mésentente avec le dauphin Louis. Il est vrai que ses serviteurs n’eurent pas la vie facile, comme le rappelle P. S. Lewis, à propos de Jean Juvénal des Ursins : « défendre le roi contre ses ennemis était une chose. Le défendre contre lui-même en était une autre »38. On pourrait faire un florilège des remarques acerbes sur le roi « mol et lasche » et « avec si peu de soin de ses affaires », à dire vrai issues de Brantôme39, et de leur illustration, non seulement chez des littérateurs et romanciers de tous bords40 mais aussi chez des générations de polygraphes et d’auteurs d’histoire qui se sont intéressés, entre autres, à Jeanne d’Arc, y compris Quicherat qui évoque « le timide et froid Charles VII » arraché par Jeanne « un instant à sa réserve habituelle »41. Dans une des plus récentes et sérieuses biographies du souverain, G. Minois conclut qu’il n’avait pas « ce qui, dans l’opinion publique fait le héros, le grand homme : le spectaculaire, le pittoresque, le panache »42.

  • 43  J. Blanchard, « Christine de Pizan et les raisons de l’histoire », Le Moyen Âge, 92, 1986, p. 417- (...)
  • 44  Tout en ayant bien noté que Christine a placé Charles au premier plan, A. D. Lutkus et J. M. Walke (...)
  • 45  G. Peyronnet, « Quelle place a tenu le sacre royal de Reims (1429) dans la mission de Jeanne d’Arc (...)

17Pourtant, le roi de Christine de juillet 1429 n’est pas du tout celui des historiens des époques futures, lesquels, oserait-on le dire, ne pensent qu’à Jeanne ; c’est le souverain élu de Dieu, pour lequel Fortune, soumise ici à une force supérieure43, a tourné le mal en bien. Un roi dont on doit célébrer non seulement le « triomphe et puissance » (v. 385) sur les ennemis et les rebelles mais aussi la clémence et la bonté pour les fidèles du jour (entre autres les villes qui se sont ouvertes) et pour ceux qui sauront le reconnaître, mansuétude qui est le propre de la justice du « bon seigneur » (v. 480)44. De fait, comme le soulignait G. Peyronnet, « le sacre avait renforcé les hésitations du duc de Bourgogne. L’empereur Sigismond de Luxembourg se montrait de plus en plus favorable […]. Les États italiens penchaient aussi pour Charles VII. La Castille, alliée de ce dernier, devenait plus hostile envers l’Angleterre »45 et l’on peut ajouter que l’alliance de Louis d’Anjou et de Provence et le ralliement de René d’Anjou, héritier de Bar et de Lorraine, étaient plus que probables, voire imminents. Le Charles (VII) du Ditié de Christine est la certitude du surgissement d’un nouveau Charles (V), ces deux dauphins contestés et maladroits qui se ressemblaient tant physiquement, appelés, nous le savons, l’un à devenir le « sage » et l’autre le « victorieux », et encore le « bien servi ». Dieu aidant.

Dieu par dessus tout

  • 46  D. Fraioli, Joan of Arc, the early debate, op. cit.

18Cette primauté royale de Charles n’est qu’«  apparence visible », car elle doit avant tout son retour à la volonté divine omniprésente : « tout ce fait Dieu » (v. 288). L’ordonnance du monde et le déroulement du temps et des événements obéissent à la volonté de celui « qui aux tors faits ne repune/ Ceulx relieve qui espoir maint » (v. 71-72). Au long du poème, Dieu – trente-huit fois ! – et désigné aussi comme la sainte providence, le Saint-Esprit, « Lui », « Il », règne et régit ; il est la Grâce, il est le maître, il a fait des miracles aux temps bibliques, comme l’ont rappelé déjà lettres, traités et libelles qui ont été répandus dès la fin de l’hiver de 142946, et montre à nouveau aux temps chrétiens troublés, dans le dur et trop long moment des guerres, sa force et son pouvoir » oultre nature » (v. 192) et « fors nature » (v. 274). Dieu veut, Dieu donne force et pouvoir (v. 189), il « restore son pueple » (v. 218), Dieu « abat les orguilleux » (v. 312), il a la « main mise » (v. 370). Dieu juge : « il compère le deffault » (v. 404). Enfin, c’est Dieu qui, « secourable/ en droit en fin » (v. 60), donnera aux Français la grâce de tous redevenir loyaux, il leur rendra un roi de paix (v. 136, 149, 160, 168).

  • 47  F. Autrand, Christine de Pizan, op. cit., p. 448 : « Le pouvoir et le surnaturel ».
  • 48  C. C. Willard, Le livre de la Paix, a critical edition, ‘S-Gravenhage, Mouton, 1958.
  • 49  C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 109-111.

19On aurait certainement tort de ne voir dans cette répétition du nom et des caractères de Dieu qu’un usage vide, une cheville rythmique. Comme l’a souligné F. Autrand47, la femme de lettres avait déjà fait intervenir Dieu dans sa louange de la capacité qu’avait eu un précédent dauphin, Louis de Guyenne âgé de 15 ans et demi, de présider à une paix inattendue, célébrée en grande pompe à Auxerre le 22 août 1412, entre les fils de Louis d’Orléans et les assassins du duc48. Dix-sept ans plus tard, afin d’amener Charles VII à Reims, « […] Dieu, par une vierge tendre […] » a bien voulu « […] sur France si grand grâce estendre » (v. 86-88), comme il le fit pour susciter de jeunes héros et des héroïnes inouïs, des champions en vue de sauver son peuple d’Israël. Et d’ailleurs, la France de Charles VII n’était-elle pas appelée par les prophéties à s’étendre jusqu’à la Terre sainte (v. 338)49 ? La prophétie Karolus filius Karoli, était bien antérieure à l’arrivée de Jeanne d’Arc. Elle est évoquée et réactualisée, entre autres, en 1429 par la Ballade sur le sacre de Reims et le Ditié, mais n’est pas attribuée à une annonce prononcée par Jeanne. La Pucelle commence, en fait, à la réaliser.

Jeanne, la pucelle « oultre nature »

  • 50  A. J. Kennedy, « La date du Ditié de Jehanne d’Arc, réponse à A. D. Lutkus et J. M. Walker », Au c (...)
  • 51  Même si l’on a voulu très tôt, et du vivant même du roi René, faire croire à la présence de René d (...)

20On ne doit pas oublier que, contrairement à nous, Christine de Pizan ne connaît ni la suite en mineure, ni la fin tragique de la trajectoire de Jeanne. Rien, ainsi que l’a relevé avec force A. J. Kennedy, ne permet de dire que la date du poème est postérieure à l’échec devant Paris et que l’œuvre est dirigée contre l’attitude royale pour éviter un siège de Paris en septembre 1429 et contre les trêves jurées entre les royaux et le duc Philippe le Bon50. La poétesse ne pouvait que souhaiter le rassemblement de tous les princes autour de Charles : des trêves pouvaient en être le début prometteur. Elle termine son poème en ignorant, même si elle pouvait les espérer, des ralliements de « rebelles rouppieux » au souverain, tel celui de René d’Anjou, duc de Bar, que l’on ne peut pas dater avant le 3 août 142951. On sait que les Bourguignons ne revinrent vers Charles qu’à la paix d’Arras (21 septembre 1435), durement négociée.

  • 52  Alain Chartier, Le Quadrilogue invectif, ici dans l’édition Pauphilet, Jeux et sapiences du Moyen (...)
  • 53  Le Livre de l’advision Cristine, éd. Ch. Reno et L. Dulac, Paris, Champion, 2001. « Je vis cette p (...)

21On ne saurait néanmoins sous-estimer la magnifique et étrange louange envers une Pucelle traitée presque comme la vierge Marie « en qui le Saint Esprit réa/ sa grant grâce » (v. 172 173), à tel point que l’on peut lire sans – presque – broncher un oxymoron parfaitement assumé comme « oultre nature » par Christine : « une jeune pucelle/ […] Qui donne à France la mamelle/ De paix et doulce norriture » (v. 189-190). La vierge Marie, virgo lactans, pouvait allaiter, puisqu’elle avait donné naissance à Jésus, mais Jeanne nourrit France, royaume-enfant allégorique, sans avoir elle même enfanté et, ainsi, les limites corporelles s’avèrent totalement dépassées, « oultre nature ». Certes, on peut se remémorer la femme France « mère jadis habundante et plantureuse de prospérité et ores angoisseuse et triste du déclin de ta lignée » du Quadrilogue invectif52 et la princesse couronnée, mais aussi blême et en larmes, de l’Advision Christine53. Mais alors Jeanne est-elle un être vrai ou une allégorie ? Si elle est humaine, ne serait-on pas à la limite du blasphème en l’assimilant à la Vierge ?

  • 54  Le Livre de mutacion de Fortune, éd. S. Solente, Paris, Picard (Société des Anciens textes Françai (...)

22Plus loin, l’exceptionnalité « fors nature » de Jeanne est à nouveau affirmée au double titre de la jeunesse et du port d’arme (v. 276). S’émerveiller de la jeunesse, « une fillette de 16 ans » (v. 273), peut apparaître à l’historienne comme une véritable afféterie, outre que l’âge canonique minimum du mariage féminin était de 12 ans, les princes, comme les jeunes nobles et bien des gens de la piétaille, allaient à la guerre très jeunes : Jean le Bon l’été de 1356, avait emmené avec lui, à la poursuite funeste du Prince Noir, non seulement son dauphin Charles, mais aussi Jean (futur duc de Berry) qui avait 16 ans et Philippe (futur le Hardi) âgé de 14 ans. Charles VI participa, en 1382, à l’expédition de Roosebecke à 14 ans. Ce n’est donc pas l’âge qui fait vraiment l’exception de Jeanne, même si l’on peut se souvenir que Christine s’était elle-même jugée, mariée à 15 ans, « encore moult jeune d’âge »54, mais bien la capacité donnée à cette femme de porter les armes et d’en faire usage, comme si elle avait été élevée pour cela et, qui plus est, cette « nourriture » efficace a permis à la Pucelle de faire fuir les ennemis, ce « peuple de chiens », devant elle et de mener le roi à Reims pour le sacre. Là se trouve le don inouï, unique, exceptionnel, « fors nature », hors des lois générales, des normes, là est la grâce donnée, par l’amour de Dieu, dans le dessein précis de rendre l’honneur au roi et au royaume et de rétablir la justice sur terre.

  • 55  F. Michaud-Fréjaville, « La “jeunesse” de Jeanne d’Arc dans les traités en sa faveur », Colloque J (...)
  • 56  Rappelons que les strophes 42 et 43 (v. 329-344) qui élargissent la campagne du sacre à l’Occident (...)

23On est donc bien au delà d’un honneur rendu au sexe féminin qui reconnaîtrait de façon naturelle à ce dernier des capacités politiques, stratégiques naturelles et l’on est parfaitement dans l’esprit des traités en faveur de Jeanne, dont Christine avait pu avoir connaissance, et qui insistaient sur le fait que Dieu, seul, avait assez de puissance pour élever ainsi une humble créature et abaisser pareillement l’orgueil des puissants55. La personne charnelle de la Pucelle, son allure « autre » par son vêtement illicite sont soigneusement ignorées, évacuées, par la poétesse, ce qui est évidemment contraire à tout ce que l’on pouvait colporter en terre anglo-bourguignonne sur la jeune fille, tant en sa faveur que contre. Dans le Ditié, Jeanne ne parle pas, ne prophétise pas56, n’écrit pas. Elle agit seulement, elle pousse devant elle (v. 278) et « descombre » la France de ses ennemis (v. 281), elle assaille (v. 407), elle est un être tout en action, un capitaine qui accumule des prouesses que seul Dieu l’autorise à accomplir. Jeanne n’est pas un modèle, elle est une exception.

  • 57  L. Dulac, « Un écrit militant de Christine de Pizan : le Ditié de Jehanne d’Arc », Aspects of Fema (...)
  • 58  K. L. Forhan, The Political Theory of Christine de Pizan: Women and Gender in the Early Modern Wor (...)
  • 59  Thierry Ménissier, « Monarchia de Dante : de l’idée médiévale d’empire à la citoyenneté universell (...)

24La Pucelle a été envoyée par Dieu au roi (v. 227-228, v. 238), et si elle tient ce dernier par la main (v. 377) et est « chevetaine » (v. 286), cependant « tout ce fait Dieu qui la menne » (v. 288) ; c’est une chaîne, par l’intermédiaire de Jeanne, du ciel à la terre de France et son roi sacré. Dans le vrai héros du « très bel Ditié », le roi de France solaire, Charles fils de Charles, cette clara lux que Dieu a choisie de sortir de l’ombre en suscitant Jeanne à seule fin que le fils de roi soit couronné et chaussé d’éperons d’or57, Christine pensa-t-elle avoir déterminé, trouvé le prince idéal qu’elle avait recherché au long dans la deuxième partie du Chemin de longue étude, ce monarque dont elle avait, peut-être, trouvé une des inspirations dans Monarchia de Dante58 ? Ce remède universel aux guerres intestines et extérieures grâce à un souverain parfait59 ? Ce prince qui, certes, grâce à Jeanne mais surtout à Dieu, saura pardonner

Afin que le cruel orage
De ces guerres soit effaciez,
Et que vostre vie passiez
En paix sous vostre chief greigneur […] (v. 475-478)

  • 60  La question du choix de la représentation sur le dais des anges portant la couronne, scène qui évo (...)

25En tout état de cause, le Ditié, que nous devrons, plus par coutume que par raison, continuer à appeler « de Je[h]anne d’Arc », n’est pas la seule glorification de la geste d’une Pucelette par une femme de lettres retraitée, c’est avant tout une Gesta Dei per Johannam pro Carole, rege francorum. C’est bien l’œuvre de Dieu en faveur de la royauté de Charles qui s’est matérialisée par la couronne d’or de Reims et est venue jusqu’à nous sur le dais de Jacob de Littemont60. Jeanne n’en apparaît pas pour autant reléguée à un rôle mineur, mais, au contraire, Christine l’a parfaitement bien insérée dans le moment décisif où a basculé, en faveur de Charles VII, le drame politique que connut le royaume de France dans la première moitié du XVe siècle.

Notes

1  É. Antoine, « Un dais pour le trône de Charles VII le victorieux », Le dais de Charles VII, une acquisition exceptionnelle pour le Louvre, Dossier de l’Art, H.S. n° 4, 2010, 24 p. Comme l’a écrit É. Antoine, ici p. 24, « cette tapisserie éblouissante est loin de nous avoir livré toute sa “senefiance” ».

2  A. Châtelet, « Jacob de Littemont », En Berry, du Moyen Âge à la Renaissance : pages d’Histoire et d’Histoire de l’Art offertes à Jean-Yves Ribault, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, H. S., 1996, p. 79-86, ici, p. 83. C’est L. Grodecki qui a proposé l’identification du « Maître du vitrail de Jacques Cœur » à Jacob de Littemont, dans les Études d’art offertes à Charles Sterling, éd. A. Chatelet et N. Raynaud, Paris, PUF, 1975 (« Le maître des vitraux de Jacques Cœur », p. 378-381).

3  J.-Y. Ribault, « Un hommage de Jacques Cœur à Charles VII. Le décor emblématique de la sacristie capitulaire de la cathédrale de Bourges », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 136e année, 1992/1, p. 109-124.

4  Il semble que ce sens de lecture soit préférable à celui proposé par J.-Y. Ribault, op. cit., p. 115, ce vieil ami le pardonnera. Le fleuron de la porte de la sacristie ne laisse plus voir que l’inscription usée d’un écu bûché : Lilia francorum rex Karolo septime regum/ sunt tua, cum regno, si qua est reverentia legum, traduit littéralement par J.-Y Ribault : « Roi Charles sept, que les lis des rois de France te soient acquis avec le royaume, si l’on respecte les lois ». Cette phrase étrange, retrouve son sens en lisant le si en sic : « tel est le respect des lois ». Là aussi, la discussion avec J.-Y. Ribault est ouverte. Sur les lis de France voir : C. Beaune, Naissance de la Nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 239-283 et particulièrement les p. 252-255.

5  J.-P. Boudet, « Le roi-soleil dans la France médiévale », Le soleil et la lune, Il sole e la luna, Micrologus, 12, 2004, p. 455-478. Article qui, on l’ose dire, a éclairé cette recherche !

6  J.-P. Boudet, « Le roi-soleil », op. cit., p. 474 : « le rédacteur de la Vita sancti Karoli affirme que Frédéric Barberousse […] a voulu « “faire éclater en pleine lumière avec l’aide de Dieu, ce soleil que l’ombre avait dissimulé 351 ans” ».

7  M. Chazan, « Guillaume de Nangis et la translation de l’Empire aux rois de France », Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, éd. F. Autrand, C. Gauvard, J.-M. Moeglin, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 462-480, le passage Roi-soleil et royaume-soleil se trouve aux p. 472-475.

8  Songe du Vergier : » Karolus interpretatur quasi clara lux », (voir J.-P. Boudet, « Le roi-soleil… », op. cit., p. 465).

9  J.-P. Boudet, ibid.

10  Jean Froissart, Chroniques, quatrième livre, chap. I ; ici dans l’édition de P. Ainsworth et A. Varvaro, Paris, Livre de poche (Lettres gothiques), 2004, p. 350 (on ne tiendra pas compte de la note des éditeurs, infirmée par des travaux récents, en particulier ceux de J.- B. de Vaivre, « À propos des devises de Charles VI », Bulletin monumental, 141, 1983, n° 1, p. 92-95 et ceux de Laurent Hablot).

11  Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry, Les Chroniques du roi Charles VII, éd. H. Courteault et L. Celier, Paris, Klincksieck (Société de l’Histoire de France), 1979, p. 192. Lors de l’entrée dans Rouen (1449), il s’agit bien du même étendard, également porté par le valet d’écurie royal : Jean Chartier le décrit avec « ung saint Michel dedans le champs dudit estandart, qui estoit d’ailleurs semé tout le long de soulleils d’or » (Jean Chartier, Chronique de Charles VII, éd. Vallet de Viriville, Paris, Jannet, 1868, t. II, p. 165-166).

12  Nous avons usé, bien sûr, de l’édition (et des notes) d’A. J. Kennedy et K. Varty, Ditié de Jehanne d’Arc, Medium Aevum Monographs, n. series, 9, Oxford, 1977, tout en rajoutant ici l’accent de compréhension du participe « embrunché », appelé à une postérité johannique inattendue (Perceval de Cagny – qui n’y était pas – rapporte que lors de l’arrivée sur la place du Vieux marché de Rouen Jeanne avait le « visage embrunché », soit donc la tête basse). Une présentation récente : Le Dit de Jeanne d’Arc, texte original et traduction, N. Desgrugiller-Billard, Clermont-Ferrand, Éd. Paléo, 2010 (il s’agit du ms 205 de Berne) n’ajoute rien. Bibliographies dans D. Fraioli, Joan of Arc, the Early Debate, Woodbridge, Boydell Press, 2000, et J.-F Kosta-Théfaine : « Bibliographie du Ditié de Jeanne d’Arc (1429) de Christine de Pizan », Ariane, Revue d’Études littéraires françaises, 16, 1999-2000, p. 213-221, et du même, La poétesse et la guerrière : lecture du Ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan, Lille, TheBookEdition, 2008 où se trouve une bibliographie complétée (on peut ne pas avoir la même lecture du poème).

13  On doit se demander si celui qui refuse de regarder le retour du soleil, directement visé par Christine, est Philippe le Bon, sourd aux appels de l’entourage royal, et, en particulier à la lettre que Jeanne lui a écrite, le jour même du sacre (J. Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc dite la Pucelle, Paris, Renouard, 1849, t. V, p. 126-127 (lettre conservée à Lille).

14  J. Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc dite la Pucelle, Paris, Renouard, 1847, t. IV, p. 310.

15  La strophe est d’ailleurs commencée de façon fautive !

16  Mme de Keralio, Collection des meilleurs ouvrages composés par des dames dédiée aux femmes françaises, Paris, Lagrange, 1787, Christine occupe la fin du t. II et le début du t. III.

17  A. Jubinal, « Ung beau Ditié fait par Christine de Pisan à la Louange de Jeanne d’Arc », Rapport à M. Le Ministre de l’Instruction publique, suivi de quelques pièces inédites tirées des manuscrits de la Bibliothèque de Berne, Paris, À la librairie spéciale des Sociétés Savantes, 1838 : p. 22, la présentation du poème en quelques lignes, le texte, p. 75-88, l’édition est tirée du ms 205 de Berne. La même année, une petite partie en fut proposée comme « vers de Christine de Pisan » par J. A. Buchon (Panthéon littéraire, Paris, Desrez, 1838, t. xxxiv, p. 540-543).

18  Quicherat, Procès…, t. V, p. 3-21.

19  Paris et ses historiens aux xive et xve siècles. Documents originaux recueillis et commentés par Le Roux de Lincy et Tisserand, Paris, Imprimerie Impériale, 1867 (Histoire générale de Paris), p. 147 et suivantes.

20  Ni La Biographie universelle de Michaud, ni le Desobry et Bachelet, ni le Bouillet, ni le Grand dictionnaire de Pierre Larousse ne citent le Ditié dans leurs notices consacrées à Christine.

21  Orléans, éd. Herluison, 1865, in-12, et dans Lanéry d’Arc, Le Livre d’or de Jeanne d’Arc, Bibliographie raisonnée et analytique des ouvrages relatifs à Jeanne d’Arc, Paris, Techener, 1894, p. 658-659, n° 1470.

22  H. Wallon, Jeanne d’Arc, Paris, Hachette, [1862], ici 2e éd., 1867, t. 1, p. 157, n. 1 et appendice, X, p. 264-267, fragments d’une douzaine de strophes, l’œuvre est qualifiée de « petit poème ».

23  A. France, Jeanne d’Arc, Paris, [1908], ici éd. des Œuvres complètes, Paris, Calmann-Lévy, 1929, t. XVI, p. 29-34, n. 1, référence à Le Roux de Lincy (avec une erreur de page). On a un peu de mal à pardonner à A. France son jugement sur la « langue affectée » et le « rythme dur » de « cette vertueuse dame ».

24  A. Molinier, Les Sources de l’Histoire de France des origines aux guerres d’Italie, IV, les Valois 1328-1461, Paris, Picard, 1904, p. 319, n° 4489.

25  G. Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1993, p. 228-244 : « La période de l’extrême bi-polarisation ».

26  Ch. De Roche, G. Wissler, « Documents relatifs à Jeanne d’Arc et son époque, extraits d’un manuscrit du xve siècle de la bibliothèque de la ville de Berne », Festschrift L. Gauchat, éd. F. Fanckhauser et J. Jud de Jakob, Aarau, H. R. Sauerländer, 1926, p. 329-376, texte p. 328-352.

27  C. Mc Webb, « Joan of Arc and Christine de Pizan : the symbiosis of two warriors in the Ditié de Jehanne d’Arc », Fresh verdicts on Joan of Arc, B. Wheeler, éd. C. T. Wood, New York/London, Garland, 1996, p. 133-154, on se permet de ne pas suivre l’idée que le « tu » est ici une autre expression du « je ».

28  J. Blanchard, « Vox poetica, vox politica : l’entrée du poète dans le champ politique au XVe siècle », Actes du Ve colloque international sur le Moyen Français, Milan 6-8 mai 1985, Milan, Vita et Pensiero, 1986, t. III, p. 39-51 ; C. Gauvard, « Christine de Pizan a-t-elle eu une pensée politique ? », Revue Historique, 250, 1973/2, p. 317-430 ; de la même : « Christine de Pizan et ses contemporains : L’engagement politique des écrivains dans le royaume de France aux XIVe et XVe siècles », Une femme de Lettres au Moyen Âge. Études autour de Christine de Pizan, éd. L. Dulac et B. Ribémont, Orléans, Paradigme, 1995, p. 105-128 ; L. Dulac, « Un poème de combat : le Ditié de Jehanne d’Arc, de Christine de Pizan, juillet 1429 », Synergies-Inde n° 2, Aux sources du dialogue des cultures. Regards croisés sur le Moyen Âge en France et en Inde. Hommage au professeur Jean Dufournet, éd. Vidya Vencatesan, Mumbai, 2007, p. 81-95.

29  G. Peyronnet, « Jeanne d’Arc et Charles VII : un problème à revoir », Bulletin des Amis du Centre Jeanne d’Arc, 12, 1988, p. 7-23, qui rappelle la constante depuis le xixe siècle à voir Charles VII comme « faible, hésitant, timoré », soumis aux tiraillements entre ses favoris (voir infra).

30  J. Maurice, « La naissance d’une légende : la “présence sensible” de la Pucelle dans le Ditié de Jeanne d’Arc de Christine de Pizan », Images de Jeanne d’Arc. Actes du colloque de Rouen, 25-27 mai 1999, éd. J. Maurice, D. Couty, Paris, PUF, 2000, p. 79-88.

31  C’est ce qui semblerait découler d’une mention issue de l’entourage du duc de Bedford (F. Autrand, Christine de Pizan, une femme en politique, Paris Fayard, 2009, p. 439 et n. 3, p. 371).

32  D. Fraioli, « The literary image of Joan of Arc : prior influences », Speculum, 56/4, 1981, p. 811-830, et Joan of Arc, op. cit., p. 103-124 ( à propos du Ditié).

33  J. Krynen, « Nature. Essai sur l’argument de Nature dans la pensée politique à la fin du Moyen Âge », Journal des Savants, 1982/2, p. 169-190 ; « L’Honneur de la couronne de France », quatre libelles contre les Anglais (vers 1418-1429), éd. N. Pons, Paris, Klincksieck, 1990 (SHF), en particulier le dernier texte (Fluxo biennali spacio).

34  On ne se prononce pas sur la forme poétique ni sur des « architectures » de composition, cela est hors de la compétence de l’historienne. C. Mira, « Les dénominations de Jeanne dans le Ditié de Christine de Pizan et dans quelques œuvres contemporaines », Images de Jeanne d’Arc, op. cit.,p. 89-98, remarque que Jeanne ne fait l’objet que de quatre strophes d’adresses et le roi de sept, mais que les qualificatifs de la pucelle sont très nombreux ce qui permet de « tracer un portrait » de l’héroïne, mais pour elle Jeanne est au cœur du texte, ce qui n’est pas certain.

35  J.-B. de Vaivre, « Les cerfs ailés de la tapisserie de Rouen », Gazette des Beaux-Arts, oct. 1982, p. 378-381. Le cerf ailé se retrouve plus tard aussi au-dessus de la porte intérieure de la salle d’apparat du palais de Jacques Cœur à Bourges.

36  L. Hablot, La devise. Mise en signe des princes, mise en signe du pouvoir. L’emblématique des princes à la fin du Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2009.

37  P. Champion, « Ballade du sacre de Reims », Le Moyen Âge, 22, 2e série, 13, 1909, p. 370-377. La ballade fut retrouvée dans un recueil de poésie française compilé après 1472. On a rétabli la lettre du titre d’après la photographie du manuscrit publiée dans l’article.

38  P. S. Lewis, Écrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, III, La vie et l’œuvre, Paris, Klincksieck, 1992 (Société de l’Histoire de France), p. 170.

39  Brantôme, Recueil des Dames, II, VII, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1991, p. 673-674 : l’auteur donne à Agnès Sorel la gloire d’avoir poussé Charles, lequel « prenant courage et quittant sa chasse et ses jardins prit le frain aux dents ; si bien que, par son bonheur et vaillance, chassa les Anglois de son royaume ». On sait que Jeanne et Agnès (v. 1422-1450) ne furent pas contemporaines à la cour.

40 40 On retrouve même dans des objets communs le topos d’un Charles VII incapable ; une assiette de faïence du milieu du xixe s. (Choisy) popularise, s’il en était besoin alors, une chanson de Béranger (1780-1857) reprenant le thème de Brantôme :« Je vais combattre, Agnès l’ordonne :/ Adieu, repos ; plaisirs, adieu !/ J’aurai, pour venger ma couronne,/ Des héros, l’amour, et mon Dieu./ Anglais, que le nom de ma belle/ Dans vos rangs porte la terreur. /J’oubliais l’honneur auprès d’elle,/ Agnès me rend tout à l’honneur ».

41  J. Quicherat, « Supplément aux témoignages contemporains sur Jeanne d’Arc (Chronique des cordeliers) », Revue Historique, 19, 1882, p. 72-83.

42  G. Minois, Charles VII, un roi shakespearien, Paris, Perrin, 2005, p. 798. L’auteur date de 1437 avec l’entrée du roi à Paris, le véritable tournant qui fait que désormais « il montre un nouveau visage, celui d’un souverain qui s’éveille à ses responsabilités, et qui cesse d’être spectateur pour devenir acteur. Certes, l’évolution n’est ni continue, ni définitive : phases d’apathie et sursauts d’énergie alternent pendant tout le règne ». Il est instructif de lire, en parallèle, la belle évocation d’Octave/Auguste par L. Jerphanion : « […] le résultat permet de pressentir ce qu’il a coûté d’énergie à un homme chétif, plutôt mal bâti, affligé d’un système digestif délabré, hanté avec cela d’anxiétés diverses, pour dépasser la condition ordinaire […] et assumer d’un bout à l’autre de sa vie, drapé dans sa fatigue, le rôle d’archétype… » (L. Jerphanion, Les divins Césars [2004], rééd : Les armes et les mots, Les divins Césars. Idéologie et pouvoir dans la Rome antique, Paris, Laffont, 2012 (Bouquins), p. 425).

43  J. Blanchard, « Christine de Pizan et les raisons de l’histoire », Le Moyen Âge, 92, 1986, p. 417-436.

44  Tout en ayant bien noté que Christine a placé Charles au premier plan, A. D. Lutkus et J. M. Walker dans « PR pas PC : Christine de Pizan’s pro-Joan propaganda », Fresh verdicts on Joan of Arc, éd. B. Wheeler, C. T. Wood, New York/ London, 1996, p. 145-160, et particulièrement p. 152, rectifient immédiatement en remettant Jeanne au cœur même de leur propos, en postdatant en quelque sorte le poème à fin août ou début septembre, au moment des opérations autour de Paris, ce qui ne se peut soutenir.

45  G. Peyronnet, « Quelle place a tenu le sacre royal de Reims (1429) dans la mission de Jeanne d’Arc », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 101/2, 2006, p. 575-590, ici, p. 587.

46  D. Fraioli, Joan of Arc, the early debate, op. cit.

47  F. Autrand, Christine de Pizan, op. cit., p. 448 : « Le pouvoir et le surnaturel ».

48  C. C. Willard, Le livre de la Paix, a critical edition, ‘S-Gravenhage, Mouton, 1958.

49  C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 109-111.

50  A. J. Kennedy, « La date du Ditié de Jehanne d’Arc, réponse à A. D. Lutkus et J. M. Walker », Au champ des escriptures, actes du IIIe colloque international sur Christine de Pizan Lausanne, Juillet 1998, éd. E. Hicks, D. Gonzalez, P. Simon, Paris, Champion, 2000, p. 740-790. Je partage entièrement son raisonnement.

51  Même si l’on a voulu très tôt, et du vivant même du roi René, faire croire à la présence de René d’Anjou, duc de Bar, au sacre, il n’arriva que plus de deux semaines plus tard auprès de son beau-frère (F. Michaud-Fréjaville, « Aux portes de Reims le 16 juillet 1429. Réflexions à propos d’une gravure du xviie siècle », Académie Nationale de Reims Travaux et Mémoires,180,2011, p. 95-112.

52  Alain Chartier, Le Quadrilogue invectif, ici dans l’édition Pauphilet, Jeux et sapiences du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1951 (Bibliothèque de la Pléïade), p. 875 : c’est la plainte de Peuple.

53  Le Livre de l’advision Cristine, éd. Ch. Reno et L. Dulac, Paris, Champion, 2001. « Je vis cette princesse toute ruisselante de larmes et son beau visage, habituellement brillant, plein de fraîcheur […] tout décoloré et pâli », La vision de Christine, trad. L. Dulac, Voix de femmes aux Moyen Âge, Paris, Laffont, 2006 (Bouquins), p. 433.

54  Le Livre de mutacion de Fortune, éd. S. Solente, Paris, Picard (Société des Anciens textes Français), 1959-1966, t. I, p. 33.

55  F. Michaud-Fréjaville, « La “jeunesse” de Jeanne d’Arc dans les traités en sa faveur », Colloque Jeanne d’Arc (Amiens, janvier 1998), Études médiévales, 2, 2000, p. 327-332, ici p. 329 : « Dieu choisit les faibles (infirmes) pour confondre les forts » (Jacques Gélu, De adventu Johanne) et Gerson la qualifie de « petite femme » (muliercula) ;Christine de « fillette », de « pucelette ».

56  Rappelons que les strophes 42 et 43 (v. 329-344) qui élargissent la campagne du sacre à l’Occident entier et même à la conquête de la Terre Sainte par le roi et annoncent l’achèvement de la mission, ne donnent pas la parole à Jeanne : la prophétie n’est pas mise à l’actif de son discours, elle n’en est que l’agent; c’est Christine qui prophétise. C. Beaune d’abord prudente, on l’a vu, suggère néanmoins chez Jeanne une réflexion personnelle de la jeune fille sur le modèle très précis du Ditié (C. Beaune, Jeanne d’Arc, op. cit., p. 255), or le texte de Christine était inconnu en 1431.

57  L. Dulac, « Un écrit militant de Christine de Pizan : le Ditié de Jehanne d’Arc », Aspects of Female Existence, Proceedings from the St. Gertrud symposium « Women in the Middle Ages » Copenhagen, Sept. 1978, éd. B. Carlé, N. Damsholt, K. Glente, E. Tren Nielsen, Copenhague, Gylgendal, 1980, p. 125-126.

58  K. L. Forhan, The Political Theory of Christine de Pizan: Women and Gender in the Early Modern World, Burlington, Vermont and Aldershot, U.K., Ashgate, 2002, ne se pose pas cette question dans son chapitre IV (« Kingship »). La question demeure de la diffusion du texte –latin – de Monarchia. Sur ce texte de Dante la littérature en français semble à peine renouvelée depuis Étienne Gilson, Dante et la philosophie, Paris, Vrin, [1939], 2e éd., 1953, p. 172-200, qui mettait fortement l’accent sur l’incompatibilité entre les conceptions thomistes et dantesques. Mise au point récente (2/2012) et intéressante de Claudia di Fanzo : « Dante et la tradition juridique romaine et médiévale ».

59  Thierry Ménissier, « Monarchia de Dante : de l’idée médiévale d’empire à la citoyenneté universelle », L’idée d’empire dans la pensée politique, historique, juridique et philosophique, éd. Thierry Ménissier, Paris, L’Harmattan, coédition avec l’Université Pierre Mendès France, 2006 (La Librairie des Humanités), p. 81-96, n’aborde, hélas, pas le Ditié.

60  La question du choix de la représentation sur le dais des anges portant la couronne, scène qui évoque irrésistiblement la mystérieuse description de Jeanne au procès de Rouen de l’ange couronnant le roi à Chinon (P. Tisset, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, Paris, Klincksieck, 1960 (SHF et fondation du département des Vosges), t. I, p. 133-141, interrogatoire du mardi 13 mars 1431), demande une recherche spécifique à laquelle s’attache actuellement X. Hélary.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Michaud-Fréjaville, « « Fors nature » : Dieu, le roi Charles et la Pucelle, ou Faut-il changer notre titre du Ditié de Jehanne d’Arc ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 25 | 2013, 545-558.

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « « Fors nature » : Dieu, le roi Charles et la Pucelle, ou Faut-il changer notre titre du Ditié de Jehanne d’Arc ? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 25 | 2013, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://crm.revues.org/13135 ; DOI : 10.4000/crm.13135

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Université d’Orléans – EA 4710 POLEN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org