Navigation – Plan du site
Jus & Litterae
Entre Occident latin et Orient musulman : images, imaginaire et pratiques de l’ordalie

Entre Occident latin et Orient musulman : images, imaginaire et pratiques de l’ordalie

Anna Caiozzo
p. 369-370

Texte intégral

  • 1  La preuve, Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions, tome 2 : Moyen Âge et (...)

1L’ordalie est une pratique judiciaire connue des mondes anciens et médiévaux où les autorités, gardiennes de l’ordre et de la loi, invoquaient l’intervention des cieux lors du jugement de certains crimes, afin d’établir la culpabilité ou l’innocence d’un accusé. Politique et religieux y sont fortement liés : la royauté médiévale d’Orient et d’Occident possède une dimension sacrée ; le souverain, investi par les cieux de son autorité, est un souverain de première fonction veillant à maintenir l’ordre, à faire régner la justice et appliquer la loi. L’omniprésence du sacré en fait un élément clef intervenant dans les pratiques judiciaires, la guerre, la conduite morale des rois et autres dignitaires. Cette imbrication du politique et du religieux n’est d’ailleurs pas propre au monde chrétien et, les travaux sur la preuve de la Société Jean Bodin en 1959, dirigés par Paul Ourliac, avaient montré le grand éventail des pratiques ordaliques depuis le monde précolombien jusqu’en islam, en passant par l’Europe latine et Byzance1.

2L’ordalie, plus que le duel judiciaire, autre variante mais bilatérale de l’épreuve, est donc une sorte de curiosité en soi, un appel au miracle, une sollicitation officielle, urgente, à l’intervention de l’au-delà. Il s’agit en clair d’une procédure judiciaire où un accusé se voit infliger une épreuve dont il peut difficilement triompher sans une aide surnaturelle. La nature de l’épreuve est généralement insurmontable ; les moyens les plus répandus sont l’eau (y jeter un accusé entravé), le feu (saisir un fer rouge, marcher entre deux murailles de feu), ou le poison (ingérer des substances nocives). Unilatérale, codifiée, publique, la sanction n’est parfois pas immédiate, et il faut attendre quelques jours pour connaître le verdict définitif (par exemple la cicatrisation des plaies en cas de brûlure). L’accusé, s’il sort victorieux de l’épreuve, démontre ainsi publiquement son innocence ou sa légitimité, et un autre fait non négligeable : la protection céleste dont il jouit. L’ordalie, outre son aspect légal, peut ainsi servir à légitimer des entreprises, des revendications diverses, comme on le voit dans les légendes chrétiennes arabes, ou dans l’épopée des roi de Perse.

  • 2  L’Aveu, Antiquité et Moyen Age. : Actes De La Table Ronde École Francaise de Rome, CNRS, Universit (...)

3Mais, si l’ordalie semble bien enracinée dans les mondes anciens, sa pratique aux âges médiévaux est variable, et surtout en pleine évolution, en raison des pratiques juridiques qui se rationalisent à partir du XIIIe siècle. Au fur et à mesure que les États en Occident se construisaient, mettant en place institutions et procédures judiciaires, la justice éliminait les éléments « irrationnels » au profit du témoignage et de procédures normées fondées sur des preuves tangibles, et non sur l’aveu issu de l’épreuve ; l’Église catholique, avec le concile de Latran IV en 1215, éliminait elle aussi l’ordalie comme pratique de superstition avérée2.

4Dans le monde oriental, l’ordalie était connue par les tribus arabes avant l’islam, et la rencontre célèbre de Najrān entre le prophète Muhammad et les chrétiens de cette cité, mise en scène par la miniature, témoigne d’une pratique connue que l’islam désavoua par la suite, mais dont on peut soupçonner qu’elle ne fut pas abandonnée, comme diverses autres formes d’ordalie (par le feu notamment). Toutefois, les Etats latins d’Orient héritèrent, eux, de cette coutume judiciaire importée par les croisés : le contexte de la croisade, les difficultés matérielles et les souffrances endurées par les hommes les incitent à rechercher le moindre signe venu du ciel les encourageant dans cette entreprise : l’ordalie du feu demandée et subie par Pierre Barthélémy, le découvreur de la Sainte Lance, prend des allures de miracle. Pourtant, son auteur décède quelques jours plus tard, mais est-ce en raison des brûlures ou des blessures infligés par ses admirateurs enthousiastes ? Au XIIe siècle, outre le duel judiciaire qui fut largement pratiqué dans le royaume latin de Jérusalem, d’après les mémoires du prince syrien Usāma l’ordalie unilatérale (de l’eau et du feu) était connue, mais elle semble avoir été abandonnée au siècle suivant. D’ailleurs, cette pratique connue en Cilicie et dans le monde byzantin, réactivée par les croisés, ne connut pas de réel engouement.

5Hormis les pratiques réelles, un registre particulier sut valoriser l’ordalie : la miniature occidentale comme orientale. En effet, dans le monde latin, si l’ordalie demeure désavouée comme procédé judiciaire, en revanche les recueils de littérature exemplaire continuèrent à la mettre en scène de façon à marquer les esprits lors des prêches, en centrant l’argumentaire sur l’aspect miraculeux plus que sur le procédé et sa vocation initiale. Dans le monde iranien médiéval, la grande épopée des rois de Perse, le Shāh Nāma de Firdawsī, expose à partir du XIVe siècle quelques cas célèbres d’ordalies visant à légitimer le pouvoir des rois ou à établir l’innocence ou les ambitions des héritiers. Là encore, c’est un miracle qui est évoqué, une sanction céleste soulignant le caractère sacré de la royauté. En somme, c’est bien un imaginaire et une utilisation de l’ordalie que les images médiévales restituent dans le monde latin comme dans monde musulman, et non un véritable modus operandi

Notes

1  La preuve, Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions, tome 2 : Moyen Âge et Temps Moderne, Bruxelles, Éditions de la librairie encyclopédique, 1965. On signalera la rencontre récente sur l’ordalie organisée à l’initiative du Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit, à l’université de Paris X Nanterre les 2 et 3 décembre 2010 dont les actes, par la dimension comparative des cas étudiés, apporteront certainement bien des éclairages nouveaux : Puissances de la Nature - Justices de l’Invisible : du maléfice à l’ordalie, de la magie à sa sanction (voir http://eddsp.u-paris10.fr/ecole-doctorale-de-droit-et-de-science-politique/colloque-puissances-de-la-nature-justices-de-l-invisible--342059.kjsp?STNAV=&RUBNAV=&RH=1271767864131)

2  L’Aveu, Antiquité et Moyen Age. : Actes De La Table Ronde École Francaise de Rome, CNRS, Universita degli Studi di Trieste, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Caiozzo, « Entre Occident latin et Orient musulman : images, imaginaire et pratiques de l’ordalie », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 25 | 2013, 369-370.

Référence électronique

Anna Caiozzo, « Entre Occident latin et Orient musulman : images, imaginaire et pratiques de l’ordalie », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 25 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13107

Haut de page

Auteur

Anna Caiozzo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org