Navigation – Plan du site
Le scandale : de l’exemple pervers à l’outil politique

Le scandale : de l’exemple pervers à l’outil politique (XIIIe-XVe siècle)1

Gilles Lecuppre
p. 181-191

Résumés

Une pierre sur laquelle on achoppe, une incitation au mal, une saine provocation, une cause d’indignation unanime… Parce que le mot « scandale » lui-même est polysémique et ambigu depuis son usage dans l’Évangile, la notion a récemment fait l’objet de débats entre sociologues et historiens du droit, notamment. Sans oublier que l’institution ecclésiastique y a fréquemment recours, pour définir son champ d’action et étendre son emprise, je m’efforcerai de démontrer que, par contamination, la notion concerne aussi largement les laïcs, et singulièrement les puissants, aux XIIIe-XVe siècles. Toutes les autorités se familiarisent avec le scandale, et apprennent à le réparer, à le désamorcer, voire à en jouer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Notre dossier fait suite à une journée d’étude nanterroise. Qu’il me soit permis de remercier Jérô (...)

1Lorsque reviennent les beaux jours, les magazines titrent avec soulagement sur l’avènement de la « saison des scandales » – comme si ces derniers se mettaient en sommeil aux premiers frimas. Toujours est-il que, même médiéval, le scandale a aujourd’hui bonne presse : le sujet a notamment reçu l’attention des historiens du droit dans les toutes dernières années, voire les tous derniers mois. Aussi notre série d’articles se propose-t-elle modestement de dresser un premier bilan de cette effervescence et de conférer au scandale l’amplitude qu’il mérite en lui donnant pour champ d’action l’ensemble de la société des derniers siècles du Moyen Âge... voire au-delà.

  • 2  Pour un premier tour d’horizon de la notion, voir les articles du Dictionnaire de théologie cathol (...)
  • 3  Guillaume de Rubrouck, Voyage dans l’empire mongol. 1253-1255, trad. C.-C. et R. Kappler, Paris, I (...)

2Étymologiquement, le scandalon désigne une pierre d’achoppement, un obstacle ou un piège bien concret qui font trébucher2. Dans le vocabulaire du Nouveau Testament, il est fréquemment employé dans le sens d’une tromperie menaçant la foi des croyants dans le Christ et dans sa mission. Simultanément, Jésus lui-même puis sa mort sur la croix sont qualifiés de scandales. Progressivement, le sens moral est venu relayer le sens originel : le scandale est cette action extérieure qui fournit au prochain l’occasion de commettre une faute, un péché – acte qui d’ailleurs, peut fort bien être bon en soi mais faire tomber par son apparence les autres dans le péché. Ainsi d’une prière prononcée trop ostensiblement dans un milieu d’impies qui peut provoquer leur courroux et leur blasphème. Sans la barrière de la langue, qui atténue à peine sa provocation, le franciscain Guillaume de Rubrouck aurait commis un scandale caractérisé en processionnant avec sa croix au son de Vexilla regis prodeunt devant des Sarrasins médusés3 !

  • 4  Summa, IIa IIae, q. 43, a.1.
  • 5  Alain Boureau s’est penché sur cette catégorie à l’occasion de son séminaire à l’ÉHÉSS et dans l’a (...)
  • 6  Un opuscule utile sur la perception du scandale par la théologie et la prédication : Scandala, éd. (...)

3Thomas d’Aquin stabilise cette définition théologique4. Pour lui, le scandale s’identifie à toute parole ou toute action extérieure (par opposition aux pensées ou désirs, purement intérieurs) donnant à autrui une occasion de mal agir. Cette incitation au mal a fait l’objet de distinctions scolastiques, étudiées il y a quelques années par A. Boureau, fondées sur une grande attention à l’étymologie du mot et aux voies grammaticales qu’emprunte le verbe correspondant – scandalizo et scandalizor5. Il existe par conséquent un scandale actif, acte extérieur répréhensible, et un scandale passif, dommage spirituel, chute, péché résultant du scandale actif. Dès le XIIe siècle, ces deux catégories sont elles-mêmes subdivisées en fonction de leur intentionnalité et de leur gravité. Le scandale actif peut de la sorte être qualifié de direct ou indirect selon qu’il procède d’une mauvaise ou d’une bonne volonté, voire de simple ou diabolique, selon qu’il vise à la seule satisfaction du pécheur ou constitue, en plus de la ruine spirituelle du prochain, une offense à l’égard de Dieu6. Le scandale passif peut lui-même se scinder, selon Bernard de Clairvaux, en scandale des faibles et scandale pharisaïque.

4Exégèse et théologie n’épuisent pas, cependant, les significations du mot, puisque les relations humaines échappent parfois au cadre de la charité chrétienne. L’espace public, délimité dans un premier temps par le contrôle disciplinaire de l’Église, a lui aussi besoin de sa définition, juridique, judiciaire et administrative, du scandale. J’y reviendrai dans un instant, avant même les deux parties canoniques de Corinne Leveleux.

5Notons pour l’heure que le choix du XIIIe siècle comme terminus a quo de notre étude peut se justifier par la fixation des définitions dans l’un et l’autre domaine, théologique et juridique, par la véritable obsession qu’entraîne le scandale dans des procédures pontificales redéfinies en fonction de lui et surtout de son évitement, prioritaire même sur la vérité, mais aussi – le détail est mis en lumière de façon moins directe ces derniers temps – par l’irruption des laïcs au royaume du scandale. Le pontificat d’Innocent III, juriste dans l’âme et promoteur d’une plus grande visibilité des laïcs au sein de l’Église, pose une borne sur laquelle les historiens ne sauraient trébucher. Je reconnais volontiers que le XVe siècle, pour sa part, ne marque pas de rupture caractérisée et que c’est plutôt par convention qu’il a été invoqué – le XVIe siècle, dont nous parlera Estelle Doudet, instaurant des formes de contrôle social plus strictes, devrait sans doute avoir notre préférence.

6Pour introduire la réflexion, je partirai des apports de l’historiographie récente, avant de considérer l’extension considérable de l’empire et des sens du scandale dans la période que nous avons définie, et de m’interroger sur le traitement du scandale dans une société qui s’efforce de le maîtriser pleinement.

Renouveaux et débats récents

  • 7  Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, éd. L. Boltanski, É. Claverie, N. Of (...)
  • 8  C. Lemieux, « L’accusation tolérante. Remarques sur les rapports entre commérage, scandale et affa (...)
  • 9  Ibid., p. 368.
  • 10  D. Barthélemy, « L’affaire d’Enguerran de Coucy (1259) », ibid., p. 59-77 ; D. Lett, « Construire (...)

7Depuis quelques années déjà, les sociologues ont essayé d’unifier le concept et d’entraîner les historiens dans leur sillage. Un ouvrage paru en 2007, intitulé Affaires, scandales et grandes causes de Socrate à Pinochet, a concrétisé les échanges7. Les participants se sont ralliés à la définition proposée par Cyril Lemieux, que je cite : « Mise en accusation publique qui conduit sans coup férir au châtiment, unanimement reconnu comme légitime et souhaitable. […] l’accusé ne rencontre jamais personne qui prenne en public sa défense – lui-même ne s’y aventurant guère »8. Au scandale, l’auteur oppose l’affaire se caractérisant « par l’absence d’unanimisme, par la multiplicité des points de vue et même par la défense de l’accusé »9. Malheureusement pour nous, les médiévistes qui étaient partie prenante de la réflexion ont préféré les affaires au scandale10. Saine prudence ?

  • 11  J. Devard, « Des rumeurs au scandale. Étude phénoménologique de la répudiation d’Ingeburge du Dane (...)

8On peut toutefois considérer que le défi a été relevé par Jérôme Devard dans un article récent, qui met en lien rumeur et scandale11. Ce dernier décline effectivement de manière convaincante le modèle, compliqué d’une dynamique qui fait passer du scandale à l’affaire, à propos du différend entre Philippe Auguste et son épouse répudiée, Ingeburge. L’appel de la reine à la papauté y constitue l’événement scandaleux. Comme la malheureuse Danoise se trouve par la suite des défenseurs, elle est au centre d’une affaire qui tourne à la confusion du roi et à la disparition, dans une certaine mesure, de la pratique de la répudiation unilatérale.

  • 12  Parmi une bibliographie pléthorique : J. Heers, Gilles de Rais, Paris, Perrin, rééd. 2005.
  • 13  N. Offenstadt et St. Van Damme, « Introduction. Une longue histoire », Affaires, scandales, op. ci (...)
  • 14  Ibid., p. 11.
  • 15  Voir le classique de B. Guenée, Un Meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembr (...)
  • 16  Fr. Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994, p. 126.

9La démonstration est habilement menée sur cet exemple précis, mais cette grille de lecture sociologique ne me paraît universellement satisfaisante. Si elle rend compte de manière convenable de cas élémentaires – Gilles de Rais est effectivement seul contre une indignation générale12 –, elle se révèle mal commode pour d’autres scenarii médiévaux. Dans la préface du livre mentionné plus haut, Nicolas Offenstadt confesse lui-même la porosité des notions de scandale et d’affaire ainsi entendues13. Pour le Moyen Âge, il évoque à plusieurs reprises l’assassinat du duc d’Orléans en 1407 et ses suites, en venant à qualifier la défense du tyrannicide par Jean Petit d’«  affaire dans l’affaire »14, quand chacun sent bien que les thèses développées par le docteur parisien ajoutent en fait du scandale au scandale et ceci pour très longtemps15. Les meurtres politiques revendiqués haut et fort méritent d’être appelés « scandales » : c’est la dénomination que choisit le pape Innocent VI pour qualifier l’assassinat du connétable Charles d’Espagne publiquement assumé par Charles II de Navarre en 135416. Tyrannicide et scandale se répondent naturellement.

  • 17  En attendant la publication de sa thèse, A. Fossier, « La Pénitencerie pontificale en Avignon (XIV(...)

10Par ailleurs, la définition transhistorique néglige un contexte institutionnel désormais bien éclairé par les historiens du droit et de la justice : les papes, en particulier, ont assemblé aux XIIe et XIIIe siècles scandale et opinion publique. L’exploitation récente des sources de la Pénitencerie contribue à souligner le rôle moteur de cette dernière dans la prise en considération d’un scandale « technique »17. Par conséquent, les médiévaux ne se scandalisent ni de manière naturelle, ni de façon intemporelle, mais sur fond d’une certaine culture juridique.

  • 18  C. Nemo-Pekelman, « Scandale et vérité dans la doctrine canonique médiévale », Revue historique de (...)

11Dans son article de la Revue d’Histoire du Droit en 2007, Capucine Nemo voit dans le scandale un « standard juridique », dont elle démontre le caractère fondateur pour l’instauration du droit pénal canonique : le scandale ajouté au péché définit le crime. Prudents, les décrétalistes ont réservé cette arme puissante à l’usage de l’Église, seule à même de contrôler l’imputation de scandale18.

  • 19  A. Fossier, « Propter vitandum scandalum. Histoire d’une catégorie juridique (XIIe-XVe siècle) », (...)

12Arnaud Fossier préfère l’expression de « catégorie juridique » à celle de standard, qu’il juge trop moderne19. Il l’étudie d’abord en tant que telle, puis au crible des formulaires de la Pénitencerie apostolique. Il peint une Église soucieuse d’empêcher la contagion du mal que suppose le scandale, véritable envers de l’exemplum. Au travers de préoccupations avant tout disciplinaires, le gouvernement pontifical du dernier tiers du XIIe siècle donne à la catégorie quelques-uns de ses traits définitifs, notamment en établissant le lien entre scandale et infamie. Il apparaît surtout que le scandale est moins l’étalon de la juste sanction que la dérive dommageable qu’il faut éviter presque à tout prix.

  • 20  Voir en outre l’article à paraître d’A. Fossier, « Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ? L (...)
  • 21  R. Helmholz, « Scandalum in the medieval canon law and in the English ecclesiastical courts », Zei (...)

13La confrontation des articles de Capucine Nemo et d’Arnaud Fossier permet donc de situer le scandale, à l’orée du XIIIe siècle, à l’articulation du droit pénal et de la pénitence, marqueur décisif du crime et regrettable amplificateur de la faute20. Malaisé à définir, à saisir, comme le confirmera la réflexion de Corinne Leveleux, il exerce toutefois une influence considérable dans la jurisprudence pratique des cours ecclésiastiques21.

Mutation et extension du champ de la notion

14Ces jalons posés, il s’avère toutefois que le scandale se fait, sur d’autres terrains, plus divers et ondoyant. En dehors de ses acceptions théologiques et juridiques, le mot, employé par les chroniqueurs, les poètes et les fatistes, s’enrichit de nouveaux sens, qui nous sont parfois plus familiers, et dont il convient de répertorier les nuances si l’on veut s’atteler à la construction d’une axiologie, d’une science des valeurs morales, appliquée à la société médiévale occidentale.

  • 22  1 Cor. 1, 23 : Quoniam et Iudaei signa petunt, et Graeci sapientiam quaerunt, nos autem praedicamu (...)
  • 23  C. Nemo-Pekelman, « Scandale et vérité », art. cit., p. 499.
  • 24  Voir par exemple A. Vauchez, François d’Assise, Paris, Fayard, 2009.

15Réservons d’emblée un sort particulier à ce qu’il faut bien appeler le « bon scandale ». Dans les Évangiles, Jésus ne cesse de scandaliser l’opinion commune en s’entretenant avec la Samaritaine, en chassant les marchands du Temple, en délivrant la femme adultère de ses trop vertueux persécuteurs, sans parler du scandale suprême du Dieu crucifié par les hommes22. L’Église garde en mémoire que la vérité est née et peut naître encore de la contestation, pour paraphraser une remarque de Grégoire le Grand23. Il existe en somme un scandale généreux et fécond, manifestant le bien à une opinion prisonnière de ses idoles, de ses fausses valeurs et de son conformisme. Le renouveau spirituel peut jaillir de ce qu’un contexte sociologique donné percevra comme une provocation. Il suffit de considérer la vie de S. François et la marginalité parfois résolument maintenue des franciscains pour se convaincre de cette potentialité24.

  • 25  Pour des exemples de délits scandaleux du clergé paroissial et des religieuses, enregistrés en Ang (...)
  • 26  G. Dahan, Les Intellectuels chrétiens et les juifs au Moyen Âge, Paris, Cerf, 1990.

16Si l’on en revient au scandale blâmable, son succès dans l’ordre du discours et des perceptions religieuses, politiques et sociales est indiscutable à la fin du Moyen Âge. Concept théologique et catégorie juridique, il passe au rang de critère moral quasi universel. L’institution ecclésiastique est évidemment la première concernée, chronologiquement et exemplairement. Les questions du célibat sacerdotal, de la simonie, des mauvaises mœurs du clergé représentent la première ligne de front du scandale25. Comme Gilbert Dahan l’a montré, l’existence d’une communauté juive au sein de la Chrétienté est parfois envisagée sous cet angle26. Le scandale diabolique, la menace contre la foi que représente l’hérésie aux mille visages constitue une angoisse épisodique qui s’étend tardivement à la sorcellerie. La division des chrétiens, le schisme prolongé forment quant à eux des nouveautés désespérantes.

  • 27  Un cas radical : la connexion entre les violences domestiques et l’imputation de scandale, qui per (...)
  • 28  J. Cerquiglini-Toulet, « Christine de Pizan et le scandale : naissance de la femme écrivain », Let (...)

17Mais, entre-temps, l’Église a fait entrer les laïcs dans l’orbe du scandale, par le biais des questions matrimoniales. Plus généralement, la place de la femme dans la société est le foyer d’interrogations et de débats27. Jacqueline Cerquiglini, par exemple, avait souligné le scandale redondant que suppose chez Christine de Pizan le statut de femme-écrivain écrivant sur les femmes – ou pire, sur la politique28. Anne-Hélène Allirot et Tracy Adams apporteront dans les pages qui suivent un éclairage supplémentaire sur cet obscur objet du scandale. Notons à ce propos que le scandale dénote le pouvoir. Il est symptomatique que les épouses des rois des Romains, qui sont élus, ne fassent plus parler d’elles à partir du XIIIe siècle : la fonction de reine a été dévitalisée par le recul de la transmission dynastique. Le scandale n’a plus lieu d’être.

  • 29  Voir notamment La Parenté déchirée : les luttes intrafamiliales au Moyen Âge, éd. M. Aurell, Turnh (...)
  • 30  Pour une comparaison des espaces septentrionaux et des villes italiennes sur cette question : M. B (...)
  • 31  I. Hlaváček, « Wenzel IV., sein Hof und seine Königsherrschaft vornehmlich in Böhmen », Das spätmi (...)
  • 32  Voir l’étude de genre de C. Fletcher, Richard II : Manhood, Youth and Politics, Oxford, Oxford Uni (...)
  • 33  La célèbre diatribe du prédicateur carme Thomas Cornette dénonce les vices urbains du clergé aussi (...)
  • 34  V. Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, 2006, et, du même auteur, « Association (...)

18Bientôt, les valeurs fondamentales se succèdent ou s’additionnent pour normer les comportements au péril des scandales : la famille, où trahisons et déchirements donnent lieu à une plus grande déploration29, le respect des hiérarchies, qui pointe du doigt mariages inégaux et ascensions douteuses dans leur rapidité, la nature, que contrefont à leur grand dam les joyeux drilles du Bal des Ardents ou que contrarient les sodomites, véritable hantise des pouvoirs publics30. Les vices personnels des rois achoppent désormais sur la pierre de scandale en raison de l’inflation de la dignité dont ils sont porteurs : l’ivrognerie de Wenceslas31, la jeunesse arrogante et désordonnée de Richard II ou de Louis d’Orléans tombent sous les coups de censeurs plus exigeants32. Le scandale suit logiquement les modes, les obsessions, les innovations et nous permet de débusquer les valeurs montantes : le vêtement se fait plus sexué, plus tape-à-l’œil, plus frivole, et c’est la décence qui s’offusque33 ; des bandes de brigands prolifèrent, et chacun de s’écrier « mais que fait la police ?34 ».

  • 35  T. Adams, « L’Affaire de la Tour de Nesle : Love Affair as Political Conspiracy », ibid., p. 17-40 (...)
  • 36  Ch. T. Wood, « Queens, queans and kingship : an inquiry into theories of royal legitimacy in late (...)
  • 37  C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, notamment p. 298-332.

19La très grande plasticité du scandale émerveille. Bien sûr, il appartient au groupe des fautes relationnelles, éminemment dépendantes de la culture et de l’histoire, ce qui explique en grande partie sa relativité. Philippe le Bel frappe ses brus des foudres de sa rigueur pour un adultère hypothétique35 ; sa propre fille Isabelle, dont la liaison avec Mortimer est notoire, dépose son mari et installe sur le trône son fils Édouard, dont la légitimité n’est à aucun moment mise en cause36. Vérité en-deçà de la Manche, erreur au-delà. Et ce qui vaut dans l’espace se décline également dans le temps : Jeanne d’Arc scandalise tout un tribunal de théologiens, qui passent à leur tour pour scandaleux une génération plus tard37. Sur certains points, la morale s’émousse ou s’adapte : les maîtresses princières ne font plus guère scandale au XVe siècle.

  • 38  Quelques exemples dans l’article d’A. Fossier, « Propter vitandum scandalum… », art. cit., p. 341.

20Le scandale n’est pas seulement relatif dans ses occurrences, il est aussi variable dans son essence. D’emblée, l’Église se révèle attentive au scandale en ce qu’il menace son prestige et sa crédibilité : le clerc indigne pousse moins les fidèles à l’imiter de façon mimétique qu’à perdre confiance dans l’institution qu’il représente. Avec ce niveau de sens, celui de l’étonnement, de l’ébranlement émotif, de la colère ou du dégoût frappés au coin de l’éthique, en un mot de l’indignation, prise en compte par les dépositaires de l’autorité, le scandale se rapproche de l’acception plus tardive du terme. Le fait qu’elle cohabite constamment dans toutes les chroniques, dès avant le XIIIe siècle, avec les significations plus techniques que nous avons relevées ne laisse pas d’étonner. En français, l’« esclandre » et, à un moindre titre, il est vrai, le « scandale » sont assez courants à la fin du Moyen Âge. À l’extrémité de son déferlement, le mot ne signifie même rien d’autre qu’une vague rumeur, un bavardage mesquin. Quand la Pénitencerie accorde une dispense à un prêtre atteint d’une légère tare physique, par exemple privé d’un doigt, sous réserve de scandale, il est entendu que l’homme de Dieu ne poussera quiconque au péché, mais fera cancaner un temps – bêler serait plus adéquat – une partie de ses ouailles38.

Maîtriser le scandale

21Quoi qu’il en soit – et ce sera là le dernier point de cette introduction –, insaisissable et vipérin, dompté à grand peine sur le seul plan théorique, le scandale ne se laisse pas aisément charmer et l’on parlera plus volontiers de scandale domestique que de scandale domestiqué. Désordre et danger doivent cependant être maîtrisés. Les pouvoirs s’essaient donc à sanctionner, à éviter ou à déchaîner le scandale au mieux de leurs intérêts.

  • 39  Là encore, ibid., p. 332-334, pour des illustrations.
  • 40  Fr. Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 301.
  • 41  Ch. Samaran, Isabelle d’Armagnac, dame des Quatre-Vallées, Tarbes, C. Larrieu, 1907. La thèse en c (...)
  • 42  Ch. Samaran, La Maison d’Armagnac au XVe siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le mi (...)

22Le châtiment ou la réparation du scandale tient à la fois de l’obligation de charité, dans la mesure où le salut du prochain a été mis en péril, et du devoir de justice compte tenu des lésions infligées à la réputation des victimes, à l’ordre et à la paix. L’idée principale consiste à rendre à l’exemplarité sa correcte polarité : le scandale public exige une réparation publique. En la matière, la peine varie selon la qualité des personnes et les circonstances du scandale ; le pragmatisme judiciaire ou disciplinaire est de mise. Les clercs scandaleux s’exposent, au-delà de la purgation canonique, à la suspension ou à la renonciation temporaire de leur charge, voire à l’excommunication et à la déposition39. Les laïcs compensent le mal occasionné par le bon exemple, les actes de charité et la prière, ou encore par une pénitence spectaculaire proportionnée à leur faute. Ainsi, Louis d’Orléans, responsable de la tragédie du Bal des Ardents, processionne-t-il nu-pieds dans Paris avant une réconciliation en deux temps : la participation à une messe célébrée à Notre-Dame, puis la construction d’une chapelle expiatoire dans l’église des Célestins40. Encore faut-il que le fauteur de scandale soit sous bonne garde et amené à résipiscence. L’un des esclandres les plus retentissants d’un XVe siècle riche en coups d’éclat est l’inceste assumé de Jean V d’Armagnac, qui a forcé un chapelain à le marier avec sa propre sœur, Isabelle, dont il a ensuite trois enfants. Le crime, qui suscite l’horreur, est incidemment le révélateur d’une nature foncièrement rebelle puisque le comte, rétif à l’autorité royale, est de toutes les intrigues avec les princes, les Anglais, l’Aragon. Ce n’est précisément que sur le conseil du roi d’Aragon chez qui il a trouvé refuge que le scélérat va demander pardon au pape avant de reprendre ses manigances contre la couronne. Insubordination scandaleuse caractérisée qui lui vaut après sa mort l’acharnement de Louis XI contre sa postérité41. Il faut ajouter, à la décharge de Jean V, que le scandale était une tradition familiale solidement ancrée : son père avait été excommunié et accusé d’hérésie par le pape Martin V, puis emprisonné et accusé de trahison par Charles VII ; le frère cadet de Jean V, Charles d’Armagnac, passa lui treize ans à la Bastille pour meurtres, rapts, rapines et sodomie. Dans leur cas, seule la sévérité la plus appuyée a pu venir à bout d’un scandale collectif insolent – à moins qu’il ne soit, dans un cas au moins, pure invention destinée à mettre au pas des féodaux trop turbulents42.

  • 43  Sur les avatars récents du traitement du scandale par l’Église, dans la continuité de sa doctrine (...)

23Loin de ces extrémités et puisque le scandale l’emporte souvent en nuisance sur la faute, il reste de meilleure politique de l’étouffer avant sa naissance. La sollicitude pastorale, l’admonestation demeurée secrète l’emportent en fréquence sur les châtiments exemplaires. La coutume de soustraire un clerc scandaleux à la communauté des fidèles en lui imposant un voyage à Rome ou en le déplaçant naît parallèlement à l’instauration d’une routine du scandale43. La confession, le sacrement de la pénitence, est conçue, enfin, comme le premier des garde-fous dressés contre le scandale.

  • 44  G. Lecuppre, « Le tyran et la peur du complot dans l’Angleterre du XVe siècle », Le Crime de l’omb (...)
  • 45  J. Théry, « Atrocitas/enormitas. Per una storia della categoria di “crimine enorme” nel Basso medi (...)
  • 46  T. Adams, « L’Affaire de la Tour de Nesle », art. cit.
  • 47  C. Beaune, « Les rois maudits », Razo : Cahiers du Centre d’Études Médiévales de Nice, 12, 1992, p (...)

24La sociologie reconnaît pourtant au scandale une capacité à renforcer l’ordre social par la réaffirmation des règles nécessaires à la vie collective. Dans cette logique, la répression des scandales, voire la production de scandales destinés à être réprimés de façon éclatante, pourrait fournir un instrument de propagande fort utile. Comme le roi habile sait s’inventer des complots pour mieux en prévenir d’autres44, un gouvernement par le scandale est une possibilité, sans doute jamais mieux approchée que sous Philippe le Bel, à l’œuvre duquel il convient d’associer ses conseillers. La litanie des scandales et la mode des enormia chers à Julien Théry sont alors très impressionnantes45. Dans une communication parue en 2010, consacrée plus spécifiquement à l’affaire de la Tour de Nesle, Tracy Adams argumente de manière convaincante sur l’opportunité offerte à l’autorité royale de détourner l’attention de problèmes plus graves, de se montrer en restauratrice de l’ordre et de donner une impression de maîtrise en des temps très troublés46. J’ai envie de souligner encore davantage la primauté de la morale, dont Philippe le Bel, petit-fils de saint Louis, se fait le champion, dans la conception de son office. Assurément, le jeu avec le scandale est un jeu dangereux. Comme nous l’avons vu plus haut, ses effets sur le long terme sont quelquefois délétères : la monarchie n’est pas ressortie grandie de l’ultime opération de communication de Philippe le Bel et le souvenir attaché à ses fils, aux règnes certes éphémères, souffre beaucoup de cette croustillante histoire. Ils sont pour toujours sous le coup du scandale47.

  • 48  W. C. Jordan, « The struggle for influence at the court of Philip III : Pierre de la Broce and Fre (...)

25L’opinion publique naissante est par ailleurs difficile à cerner, à quantifier. Pour qualifier le scandale, les décrétalistes ne font que la postuler, en une sorte de cas d’école. Il serait délicat d’évaluer ce qui peut permettre à la justice d’Église d’invoquer le scandale : simple suspicion ? fama ? notoriété ? Quelle part du peuple chrétien ou de la société politique s’émeut vraiment de l’inconduite des dignitaires indignes ? Çà et là, néanmoins, les signes d’une pénétration du scandale plus profonde qu’on ne l’imaginerait sont décelables. Au temps de l’affrontement de son favori, Pierre de la Broce, et de sa nouvelle épouse, Marie de Brabant, Philippe III le Hardi, le père de Philippe le Bel, avait eu à pâtir de rumeurs l’accusant de sodomie – scandale qu’il avait essayé de surmonter, pour sa part, selon des formes plus sublimées qu’à l’ordinaire, en faisant entreprendre par son confesseur la rédaction d’un traité du roi idéal, la Somme le Roi, et en menant une politique extérieure très martiale. Pourtant, lors d’échauffourées entre les agents du prévôt et des étudiants éméchés d’Orléans, l’accusation sacrilège que l’on espérait avoir étouffée ressurgit spontanément sous les vocables les plus scabreux chez ces récepteurs d’un secret devenu public, d’un scandale qui continue son chemin48.

26Il est temps pour moi de conclure. La polysémie du mot scandale est flagrante. Il est tour à tour la pierre qui fait trébucher, le spectacle et la publicité du péché ou au contraire la provocation salutaire, la circonstance aggravante du péché qui le fait basculer dans le crime, la réprobation générale réelle ou supposée devant une situation choquante, l’occasion de douter des institutions et de leur intégrité, l’écume des commérages devant un événement inhabituel. Tous ces sens cohabitent harmonieusement et ne s’excluent nullement les uns les autres, comme le montreront les articles de ce dossier. Les contemporains entendent pour la plupart toutes les nuances du scandale et pour longtemps encore, si on s’en réfère au Tartuffe de Molière, qui tente de tirer profit d’une donnée bien établie :

  • 49  Tartuffe, acte IV, scène V, v. 1505-1506.

Le scandale du monde est ce qui fait l’offense
Et ce n’est pas pécher que pécher en silence49

27Le thème caché derrière ces variations réside dans le surgissement inopiné du contraire de ce à quoi l’on croit : le scandale donne à l’anti-valeur une existence brutale. Pour les âmes grises et fragiles des hommes, le scandale a été l’épreuve de la foi et de la confiance. Pour les historiens d’aujourd’hui, il est la pierre de touche de la morale, des valeurs et des usages de ces gens du Moyen Âge.

Notes

1  Notre dossier fait suite à une journée d’étude nanterroise. Qu’il me soit permis de remercier Jérôme Devard et Arnaud Fossier pour m’avoir communiqué, dans cette perspective, les textes de leurs articles alors en voie de parution, mais aussi les présidentes de séance, Laurence Moulinier et Lydwine Scordia, le public (qui se reconnaîtra), pour sa curiosité et ses remarques avisées, et, à double titre, Franck Collard, qui avait bien voulu assurer les conclusions de cette manifestation et qui est depuis devenu président du CHISCO (Centre d’Histoire Sociale et Culturelle de l’Occident) – assumant providentiellement le rôle de celui par qui le scandale est arrivé.

2  Pour un premier tour d’horizon de la notion, voir les articles du Dictionnaire de théologie catholique, t. XIV, Paris, Letouzey et Ané, 1939, col. 1246-1254, du Dictionnaire de droit canonique, t. VII, Paris, Letouzey et Ané, 1965, col. 877-878, et de Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain, t. XIII, Paris, Letouzey et Ané, 1991, col. 876-880.

3  Guillaume de Rubrouck, Voyage dans l’empire mongol. 1253-1255, trad. C.-C. et R. Kappler, Paris, Imprimerie nationale, 2007, p. 160.

4  Summa, IIa IIae, q. 43, a.1.

5  Alain Boureau s’est penché sur cette catégorie à l’occasion de son séminaire à l’ÉHÉSS et dans l’article « Endolalies. Angèle de Foligno et la découverte de soi par le scandale », Fait de l’analyse, 2, 1997, p. 203-222.

6  Un opuscule utile sur la perception du scandale par la théologie et la prédication : Scandala, éd. G. Jaritz, Krems, Gesellschaft zur Erforschung der materiellen Kultur des Mittelalters, 2008.

7  Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, éd. L. Boltanski, É. Claverie, N. Offenstadt, St. Van Damme, Paris, Stock, 2007.

8  C. Lemieux, « L’accusation tolérante. Remarques sur les rapports entre commérage, scandale et affaire », ibid., p. 367-394, citation p. 367.

9  Ibid., p. 368.

10  D. Barthélemy, « L’affaire d’Enguerran de Coucy (1259) », ibid., p. 59-77 ; D. Lett, « Construire une grande cause en accumulant les petites affaires : l’exemple du procès de canonisation de Nicolas de Tolentino (1325) », ibid., p. 79-106 ; P. Boucheron, « L’affaire Boniface VIII », ibid., p. 107-131 ; T. Dutour, « Les affaires de favoris dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle) », ibid., p. 133-148.

11  J. Devard, « Des rumeurs au scandale. Étude phénoménologique de la répudiation d’Ingeburge du Danemark », Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 23, 2012, p. 397-415.

12  Parmi une bibliographie pléthorique : J. Heers, Gilles de Rais, Paris, Perrin, rééd. 2005.

13  N. Offenstadt et St. Van Damme, « Introduction. Une longue histoire », Affaires, scandales, op. cit., p. 7-18.

14  Ibid., p. 11.

15  Voir le classique de B. Guenée, Un Meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, Gallimard, 1992.

16  Fr. Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994, p. 126.

17  En attendant la publication de sa thèse, A. Fossier, « La Pénitencerie pontificale en Avignon (XIVe s.) ou la justice des âmes comme style de gouvernement », Les Justices d’Église dans le Midi (XIe-XVe siècle), Cahiers de Fanjeaux, 42, 2007, p. 199-239 ; et les travaux d’É. Lusset, notamment « Des religieux en quête de grâce. Les suppliques adressées à la pénitencerie apostolique par des clercs réguliers violents au XVe siècle », Médiévales, 55, 2008, p. 115-134.

18  C. Nemo-Pekelman, « Scandale et vérité dans la doctrine canonique médiévale », Revue historique de droit français et étranger, 85/4, 2007, p. 491-504.

19  A. Fossier, « Propter vitandum scandalum. Histoire d’une catégorie juridique (XIIe-XVe siècle) », Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge, 12/1, 2009, p. 317-348. 

20  Voir en outre l’article à paraître d’A. Fossier, « Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ? L’antonymie de la vérité et du scandale au XIIIe siècle », Vérité et crédibilité : la construction de la vérité dans le système de communication de la société occidentale (XIIIe-XVIIe siècle), éd. J.-Ph. Genet.

21  R. Helmholz, « Scandalum in the medieval canon law and in the English ecclesiastical courts », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Kanonistische Abteilung, 127, 2010, p. 258-274.

22  1 Cor. 1, 23 : Quoniam et Iudaei signa petunt, et Graeci sapientiam quaerunt, nos autem praedicamus Christum crucifixum, Iudaeis quidem scandalum, Gentibus autem stultitiam.

23  C. Nemo-Pekelman, « Scandale et vérité », art. cit., p. 499.

24  Voir par exemple A. Vauchez, François d’Assise, Paris, Fayard, 2009.

25  Pour des exemples de délits scandaleux du clergé paroissial et des religieuses, enregistrés en Angleterre au cours des visites épiscopales, L. Bryan, « Periculum animarum : bishops, gender and scandal », Florilegium, 19, 2002, p. 49-73.

26  G. Dahan, Les Intellectuels chrétiens et les juifs au Moyen Âge, Paris, Cerf, 1990.

27  Un cas radical : la connexion entre les violences domestiques et l’imputation de scandale, qui permet aux clercs de réguler certains comportements : voir L. Bryan, « Scandle is Heaued Sunne », Florilegium, 14, 1995-96, p. 71-86.

28  J. Cerquiglini-Toulet, « Christine de Pizan et le scandale : naissance de la femme écrivain », Lettres romanes, 58, 2004, p. 45-56.

29  Voir notamment La Parenté déchirée : les luttes intrafamiliales au Moyen Âge, éd. M. Aurell, Turnhout, Brepols, 2010.

30  Pour une comparaison des espaces septentrionaux et des villes italiennes sur cette question : M. Boone, « Le très fort, vilain et detestable criesme de zodomie : la répression de la sodomie à Bruges à l’époque bourguignonne », À la recherche d’une modernité civique : la société urbaine des anciens Pays-Bas au bas Moyen Âge, Bruxelles, Université de Bruxelles, 2010, p. 87-97.

31  I. Hlaváček, « Wenzel IV., sein Hof und seine Königsherrschaft vornehmlich in Böhmen », Das spätmittelalterliche Königtum im europäischen Vergleich, éd. R. Schneider, Sigmaringen, Jan Thorbecke, 1987, p. 201-232. Un incident diplomatique – une rencontre avortée avec Charles VI – a été suffisamment grave pour que l’information soit reprise par le très sérieux et conservateur journal Die Welt, certes avec un léger retard : http://www.welt.de/kultur/history/article1369978/Wenzel-Deutschlands-schlechtester-Koenig.html.

32  Voir l’étude de genre de C. Fletcher, Richard II : Manhood, Youth and Politics, Oxford, Oxford University Press, 2008, et l’article à paraître de G. Lecuppre, « A newcomer in defamatory propaganda : youth (late 14th-early 15th c.) », Character Assassination throughout the Ages, éd. M. Icks et E. Shiraev, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2014.

33  La célèbre diatribe du prédicateur carme Thomas Cornette dénonce les vices urbains du clergé aussi bien que ceux des laïcs : La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, éd. L. Douët d’Arcq, t. 4, Paris, Renouard, 1860, p. 302-306.

34  V. Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, 2006, et, du même auteur, « Association de malfaiteurs : fantasmes et goût du secret au XVe siècle », Le Crime de l’ombre. Complots, conspirations et conjurations au Moyen Âge, éd. C. Leveleux-Teixeira et B. Ribémont, Paris, Klincksieck, 2010, p. 225-236, où les documents invoqués mentionnent explicitement les scandales criminels.

35  T. Adams, « L’Affaire de la Tour de Nesle : Love Affair as Political Conspiracy », ibid., p. 17-40, émet la théorie très séduisante d’un complot fictif.

36  Ch. T. Wood, « Queens, queans and kingship : an inquiry into theories of royal legitimacy in late medieval England and France », Order and Innovation in the Middle Ages. Essays in Honor of Joseph R. Strayer, éd. W. C. Jordan, B. McNab et T. F. Ruiz, Princeton, Princeton University Press, 1976, p. 385-400 et 562-566. L’analyse demeure pertinente, meme si l’hypothèse de l’homosexualité d’Édouard II a été battue en brèche depuis : W. M. Ormrod, « The sexualities of Edward II », et S. Walker, « Sermons of sodomy : a reconsideration of Edward II’s sodomitical reputation », The Reign of Edward II. New Perspectives, éd. G. Dodd et A. Musson, Woodbridge, The Boydell Press, 2006, p. 22-47 et 48-60, respectivement.

37  C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, notamment p. 298-332.

38  Quelques exemples dans l’article d’A. Fossier, « Propter vitandum scandalum… », art. cit., p. 341.

39  Là encore, ibid., p. 332-334, pour des illustrations.

40  Fr. Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 301.

41  Ch. Samaran, Isabelle d’Armagnac, dame des Quatre-Vallées, Tarbes, C. Larrieu, 1907. La thèse en cours de Manuel Guay, Hommes et femmes dans les sociétés de cour françaises au XVe siècle : discours et représentations des affects, reviendra sans doute sur cet épisode.

42  Ch. Samaran, La Maison d’Armagnac au XVe siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le midi de la France, rééd. Genève, Slatkine, 1975. Une situation analogue d’accusation infamante : P. Pretou, « De la vérité judiciaire à l’obéissance véritable : remarques sur la crédibilisation de la parole dans des contextes de dépression souveraine au début du XVIe siècle », Vérité et crédibilité, op. cit. 

43  Sur les avatars récents du traitement du scandale par l’Église, dans la continuité de sa doctrine médiévale, D. Elliott, « Sexual scandal and the clergy : a medieval blueprint for disaster », Why the Middle Ages Matter : Medieval Light on Modern Injustice, éd. C. Chazelle, S. Doubleday, F. Lifshitz et A. G. Remensnyder, Abingdon, Routledge, 2012, p. 90-105.

44  G. Lecuppre, « Le tyran et la peur du complot dans l’Angleterre du XVe siècle », Le Crime de l’ombre, op. cit., p. 135-153.

45  J. Théry, « Atrocitas/enormitas. Per una storia della categoria di “crimine enorme” nel Basso medioevo (sec. XII-XV) », Quaderni storici, 131, 2009, p. 329-375, et Fama, enormia. L’enquête pontificale sur les crimes de l’évêque d’Albi Bernard de Castanet (1307-1308), à paraître.

46  T. Adams, « L’Affaire de la Tour de Nesle », art. cit.

47  C. Beaune, « Les rois maudits », Razo : Cahiers du Centre d’Études Médiévales de Nice, 12, 1992, p. 2-24.

48  W. C. Jordan, « The struggle for influence at the court of Philip III : Pierre de la Broce and French aristocracy », French Historical Studies, 24, 2001, p. 439-468.

49  Tartuffe, acte IV, scène V, v. 1505-1506.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Lecuppre, « Le scandale : de l’exemple pervers à l’outil politique (XIIIe-XVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 25 | 2013, 181-191.

Référence électronique

Gilles Lecuppre, « Le scandale : de l’exemple pervers à l’outil politique (XIIIe-XVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 25 | 2013, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://crm.revues.org/13087 ; DOI : 10.4000/crm.13087

Haut de page

Auteur

Gilles Lecuppre

Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense/CHISCO-EA 1587

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org