Navigation – Plan du site
Le droit et son écriture : la médiatisation du fait judiciaire dans la littérature médiévale

Le droit et son écriture : la médiatisation du fait judiciaire dans la littérature médiévale

Joël Blanchard et Renate Blumenfeld-Kosinski
p. 3-8

Texte intégral

1D’une sociologie des pratiques politiques, l’histoire est revenue à ses anciennes amours et à l’étude du rôle des acteurs et de leur éventuelle autonomie : en ce domaine où se rencontrent approche collective et ordre de l’individuel la médiatisation des faits judiciaires illustre parfaitement un processus de retour à une autre histoire, plus fragmentée, mais se voulant mieux ciblée sur la chaîne des responsables qui « font » l’événement. Les rapports entre littérature et droit sont un domaine privilégié de cette problématique. Dès le Moyen Âge, la littérature s’empare d’affaires judiciaires propres à frapper les esprits. Ces médiatisations appellent deux types d’interrogations. D’abord sémiologiques. Selon qu’il s’agit de chansons de geste, de mémoires, de plaidoiries, de théâtre, de chroniques, de pamphlets, de pièces poétiques, les rhétoriques divergent, leur réception aussi. Mais tout cet ensemble, si hétéroclite soit-il, témoigne d’une approche radicalement différente de celle des formulations proprement juridiques. Bref le juridique et le littéraire ne sont pas équivalents, mais viennent s’insérer dans une même trame pour produire des textes entrant en concurrence. Peut-être pourrait-on parler de complémentarité plutôt que de concurrence. Quelles « traces » du droit dans la littérature, d’un domaine dans l’autre ? Des arts du discours au réemploi des « autorités », le discours littéraire porte en lui la transcription d’une pratique qui, pour être autrement dite, n’en est pas moins étroitement liée à lui. La base est constituée des mêmes faits. Deuxième type de question, complémentaire de la première, mais plus réflexive, si j’ose dire. Comment réagit l’historien devant ce double langage ? Il est à nouveau tenté de réintégrer l’événement dans le cadre d’une anthropologie et d’une sociologie, d’une grille d’évaluation des comportements (honneur, opinion, rituels…). Mais les écarts qui peuvent naître entre la généralité du droit et la mobilité des acteurs, nous orientent moins vers la norme que vers des singularités, des particularités. En somme il s’agit de s’interroger sur la réalité vécue de l’événement judiciaire, sur les circonstances et l’impact souvent local et aléatoire de sa réception. Ces questions sont évidemment importantes pour la compréhension adéquate des implications différentes des deux discours juridique et littéraire. Les dix contributions qui suivent portent sur un segment chronologique précis, le Moyen Âge. Elles tentent, chacune sur des textes de nature différente, de répondre à ces diverses questions.

2 Au début de cette série d’articles Mary Jane Schenck nous offre une étude au large spectre, qui pose la question des relations entre textes littéraires et juridiques. Elle suit des pistes multiples : le passage de l’oral à l’écrit représente-t-il un progrès, la loi coutumière est-elle supplantée par une forme plus « avancée » de la loi avec l’alphabétisation croissante au cours du Moyen Âge ? Dans un panorama qui s’étend d’Homère au groupe contemporain de « Critical Legal Studies » et au conflit entre une lecture herméneutique et déconstructionniste des textes littéraires et juridiques, M. J. Schenck nous présente une vue d’ensemble de la problématique à laquelle cet ouvrage est consacré.

3Un point de départ précis nous est fourni par l’article de Philippe Haugeard. La grille de lecture, empruntée à l’anthropologie juridique de Louis Gernet, lui permet de mettre en évidence la dimension profondément agonistique des chansons de geste composées dans la deuxième moitié du XIIe siècle. Grâce à des exemples particulièrement bien choisis dans deux d’entre elles, Girart de Roussillon et Garin le Loherenc, Ph. Haugeard montre comment l’établissement du droit fait l’objet d’une discussion préalable (plaid) entre protagonistes : le mot « plaid » est ici employé dans le sens de querelle. Dans ces discussions, la finalité est moins d’établir un point de droit que d’arriver à un consensus en s’appuyant sur des conventions. Les « références », les « valeurs » sur lesquelles elles reposent sont les liens du sang, l’amitié, l’honneur, l’obligation, le serment. Droit et tort définissent, dans leur association, un schéma mental de compréhension et de représentation. C’est suffisant pour dessiner une configuration juridique qui tend vers le droit mais reste ancrée dans le pré-droit. On est encore loin d’une sphère autonome du droit avec ses propres règles. Le champ d’application de ces valeurs n’a rien d’automatique, et c’est ce qui rend ce « droit féodal » si fécond d’un point de vue littéraire, car la chanson de geste s’ingénie à multiplier les causes de conflit propres à faire durer les guerres et à réguler les conflits. Le cadre des « valeurs » ne se réduit pas à une simple et stricte définition normative, et les situations qui les éclairent sont mouvantes et réversibles.

4Nous sommes alors avant la grande mutation juridique du XIIIe siècle marquée par le renouveau du droit romain et le développement du droit coutumier écrit. Mais la multiplicité et la souplesse des registres juridiques pas encore rigoureusement délimités nous autorisent à nous interroger, toujours dans le même sens, sur la question des adaptations pragmatiques du droit. Nous sommes au cœur de la « médiatisation ». C’est ce que montre Catherine Gaullier-Bougassas : Philippe de Novare fait un usage particulier du droit latin d’Orient. Dans le cadre du conflit qui oppose Frédéric II et les Ibelins, ce vassal des Ibelins, éminent juriste, utilise ses connaissances pour créer un discours favorable aux seigneurs qu’il sert, les Ibelins, représentant une conception chevaleresque et aristocratique du pouvoir (conforme au droit féodal, que l’on retrouvera chez Philippe de Mézières attaché à la conservation d’un ordre ancien), pour lutter contre l’imperium de Frédéric II. L’intérêt de cette enquête est que nous possédons deux textes différents de l’auteur sur le même sujet, des mémoires et un traité. La comparaison précise et rigoureuse des deux textes souligne l’engagement de l’auteur, qui ne met pas le droit au premier plan de son récit, mais procède à son « instrumentalisation » : sa démarche est une forme de retournement du droit (amplifications fallacieuses, contradictions, mises en scène dénuées de tout fondement historique, reconstitution d’un droit perdu…). L’interprétation est séduisante car elle pose la question des rapports du droit et de la rhétorique, et de l’influence de la rhétorique sur le droit vue comme une forme de perversion. Qu’il s’agisse du traité ou des mémoires où s’insèrent des formes lyriques, la littérature, pour reprendre une formule de C. Gaullier-Bougassas, sert comme une « caisse de résonance » des événements décrits. La combinatoire de tous ces éléments souligne la fonction pragmatique de l’écriture.

5Dans le même ordre d’idées (celui d’un jeu joué par l’écrivain avec le droit), le texte d’Adrian Armstrong offre un bel exercice de « déconstruction ». Il décrit un cas « limite », une aporie dans l’approche des questions soulevées par les relations entre droit et littérature. Le cas de Villon est à la fois remarquable et unique dans la littérature tardo-médiévale. Lai et Testament n’offrent aucune prise : la contingence, au sens philosophique et médiéval du terme, rend le sens difficile ou instable et interdit d’établir une norme de référence à un principe fondateur, qu’il soit juridique ou autre, alors même que la forme du texte revêt les habits du droit. Cela vaut pour la « protean persona» qui échappe à toute assignation, comme pour l’usage inhabituel des formes poétiques : les allusions opaques, les dysfonctionnements de la mémoire, les hasards de la transmission – on pourrait ajouter l’antiphrase – rendent le texte inassimilable, figé dans une contingence et une altérité absolues, comme l’est Fortune dont le Testament est l’image. Le Lai et le Testament font un usage rhétorique du droit, mais ils n’en conservent que les oripeaux. Il s’agirait d’un pur ornement, d’un artefact, sans valeur pragmatique. La persona et le cadre formel ont une valeur légale, qui est malheureusement inexploitable ! Nous sommes avec Villon dans un cas limite, dans un dévoiement complet, radical, paradoxal des relations entre droit et littérature.

6Heureusement l’approche n’est pas toujours aussi complexe et redoutable. Un champ de recherches qui s’est largement développé ces dernières années est celui des rapports du théâtre et du droit. Ron Akehurst souligne d’abord la multiplicité des systèmes judiciaires au Moyen Âge, et dans le cadre de l’Église et dans celui du monde séculaire. Mais dans n’importe quel système un procès revêt un caractère dramatique et se déroule généralement en trois « actes » : la plaidoirie, l’examen des témoins, et le jugement. Grâce à une étude détaillée de plusieurs pièces qui mettent en scène des procès, R. Akehurst montre que le théâtre peut offrir toute une gamme de relations entre la loi comme système (par exemple, comme on le trouve dans les textes de Philippe de Beaumanoir) et sa dramatisation sur scène. L’effet de ces drames judiciaires varie selon le public : pour les initiés (les gens de loi, par exemple) il s’agit de connaissances partagées ; un tel public pourrait apprécier des variations des procès dont il a une expérience personnelle. Pour les autres, des farces, comme celle de « Maitre Pathelin » fournissent un spectacle qui amuse et qui confirme des adages de tous les jours : à tricheur, tricheur et demi !

7Encore dans le domaine du théâtre profane, Jelle Koopmans étudie la notion de scandale dans la farce : le sujet est important, car sa réflexion éclaire d’un jour nouveau la question de l’« espace public » au Moyen Âge. Y a-t-il un lieu où s’exprime la critique sociale ? Les sources qui nous renseignent sur les conditions de production de ces pièces révèlent des conflits entre les autorités administratives ou politiques et les auteurs ou acteurs (individus ou communautés d’acteurs et auteurs). Le problème a été abordé pour d’autres types de pièces (comme les soties ou les moralités – on connaît le cas célèbre de Henri Baude emprisonné par Louis XI), mais il ne l’avait jamais vraiment été pour la farce. Les exemples produits par J. Koopmans sont éclairants : il y est question d’injures ou d’atteintes à l’honneur des personnes. À la lumière de ces nombreux exemples est précisée la notion de « scandale », replacée dans son contexte. Autre objet de « scandale », l’Église, et surtout la critique des hommes d’Église, la floraison de la farce va de pair avec le regain du gallicanisme et des conflits qu’il engendre, mais les choses s’accélèrent avec la Réforme. Tantôt ce sont les acteurs qui sont punis, tantôt la pièce est condamnée et publiquement lacérée. L’importance d’une recherche qui porte sur les archives illustre l’importance des enjeux en termes d’ordre public et de régulation théâtrale. Les questions se posent en amont et en aval de la représentation. On notera que d’autres textes sont soumis à une régulation. L’intérêt d’une recherche sur la farce est d’élargir ainsi le champ opératoire.

8Il y a un domaine des rapports entre droit et littérature qui méritait à coup sûr d’être privilégié, c’est celui de l’historiographie. Peter Ainsworth met en parallèle deux textes de Jean Froissart traitant du même crime : le viol présumé de la dame de Carrouges par l’ami de son mari, Jacques Le Gris. Le combat judiciaire, « le dernier duel », semble confirmer la culpabilité de Le Gris. Par une analyse détaillée des deux versions (A et B) dans les chroniques de Froissart, Ainsworth s’interroge sur le « voir dire » à cette époque. Il montre qu’en effet la deuxième version veut s’approcher de la vérité juridique par une approche narrative qui diffère de la version A : celle-ci est plus « chevaleresque » que la version B. Cette version B est plus courte, plus brutale, plus centrée sur la culpabilité de Le Gris ; elle « lave » la dame de Carrouges de tout soupçon de collaboration avec le criminel ou d’un faux témoignage. Froissart veut voir « plus clair » par un deuxième récit « plus plausible ». Ainsworth illustre donc la puissance de la narration littéraire dans la création de la vérité juridique. Comme la narration se resserre, la culpabilité de Le Gris se profile plus clairement – l’enserre finalement d’une manière fatale.

9Franck Collard s’attache de son côté à montrer cette relation entre droit et littérature par les chroniqueurs du temps, à partir d’un cas précis qui est celui du duc d’Alençon (1458). Il s’agit là d’un excellent exemple de « médiatisation » du fait judiciaire. Le procès constitue un des grands moments de l’histoire politique du règne de Charles VII et une étape importante de l’affirmation de la majesté royale. Il faut tenir compte d’abord de la culture juridique, de la connaissance du droit des chroniqueurs, qui est souvent limitée. Seul Thomas Basin a une formation vraiment juridique mais malheureusement c’est lui qui donne le récit le plus bref de l’affaire. Les chroniqueurs peuvent incorporer des documents judiciaires, cela ne préjuge pas de leur compréhension du droit, des qualifications juridiques, de la procédure. Si la qualification du crime, de la lèse-majesté, est claire – car il s’agit d’une notion de droit romain qui est dans leur outillage mental –, l’enquête, la voie procédurale suivie, le déroulement des séances sont traités souvent de manière allusive. Cela est davantage dû à un défaut d’information qu’à un choix délibéré. Les chroniqueurs décrivent plus qu’ils ne définissent et ne placent pas l’affaire dans une perspective de droit public et de majesté lésée. C’est, comme le note F. Collard, une abstention assez significative d’une certaine séparation des champs d’écriture de l’histoire et du droit. Elle tient surtout à un projet d’écriture qui se veut, dans sa finalité, plus moral que juridique.

10 Jody Enders, qui dans plusieurs ouvrages importants a examiné les liens entre la rhétorique judiciaire et le théâtre médiéval, nous offre ici l’étude d’un cas précis et classique tiré d’une chronique : le meurtre d’un mari par sa femme et son amant en 1474, raconté par Philippe de Vigneulles. Encadrant son enquête par une analyse de la rhétorique judiciaire et de la « performance theory », J. Enders s’interroge sur les rapports entre l’acte de narration et la vérité de la loi. Elle montre que la fraude et la tromperie se trouvent au centre de l’assassinat en question : la femme et l’amant essaient en effet de monter un spectacle par la mise en scène d’un meurtre prétendu (le mari aurait été tué par des voleurs) mais l’opinion publique les démasque. Les deux coupables n’affichent pas de deuil à l’enterrement du mari et ainsi le public, en lisant ces « signes » (l’absence d’une émotion attendue), à juste titre les condamne. La rumor populi se transforme en scientia et donc en vérité. Les autorités jouent la veuve contre l’amant pour obtenir des confessions comme dans un « polar » moderne. J. Enders montre que les conventions de la fiction sont transposées dans un contexte judiciaire historique et que le public – qui connaît bien les schémas narratifs de l’époque – contribue à la résolution du crime et finalement à la condamnation des coupables. Cette étude d’un cas historique confirme la « théâtralité » et même la « métathéâtralité » de la vie quotidienne et de la justice à la fin du Moyen Âge.

11Karen Sullivan, pour sa part, ne nous offre pas un cas précis mais des versions différentes d’une scène précise : une jeune femme (toujours belle, bien sûr) est condamnée au feu et conduite au bûcher devant une foule. Par une analyse approfondie des opinions philosophiques sur l’émotion de pitié (d’Aristote et Sénèque à Grégoire le Grand, Thomas d’Aquin et d’autres penseurs), qui doit tenir compte des causes d’un crime aussi bien que du crime lui-même, Sullivan expose le conflit entre la justice et la pitié qui se joue dans des textes littéraires et non-littéraires. Dans des épisodes tirés du Dialogue sur les miracles de Caesarius d’Heisterbach, du Chronicon de Ralph de Coggeshall, et du Malleus maleficiarum des Dominicains Krämer et Sprenger il s’agit chaque fois du même scénario d’une jeune femme condamnée au bûcher. Dans chaque cas les spectateurs s’interrogent sur les causes du « crime » et démontrent de la pitié. Mais contrairement aux romans arthuriens où les reines adultères sont habituellement sauvées du bûcher par leurs amants, les jeunes femmes (d’une classe sociale assez basse dans les cas en question) meurent dans les flammes. La pitié, principe universel, est subvertie par les circonstances des cas individuels, c’est finalement la leçon dramatisée par le récit de ces cas historiques. Que la pitié des spectateurs peut être le résultat d’un sortilège diabolique est une leçon supplémentaire fournie par le terrible Malleus maleficiarum !

  • 1  L’entreprise originale et inédite, fruit d’une collaboration ciblée entre littéraires, juristes et (...)

12Au terme de cette enquête, il resterait peut-être un dernier pas à franchir : l’enjeu consisterait à prendre comme point de départ un texte juridique pour l’explorer selon les normes littéraires – c’est l’approche adoptée par les « Critical Legal Studies » évoquées dans notre volume par M. J. Schenck. Sans être assuré du résultat de ce retournement de perspective, on peut penser que la fiction n’est pas, comme on peut le croire, uniquement du côté de l’œuvre d’imagination, mais peut être le mode opératoire du juriste, qui donne aux événements une cohérence formelle et féconde. L’étude des procès politiques connaît un plein succès au sein de l’ANR juslittera et du Lamop1. Les pages de Franck Collard ont montré un aspect remarquable de leur influence. Il est possible de rebondir sur ce sujet. Près d’une trentaine de ces textes font actuellement l’objet d’enquêtes, d’éditions, d’identifications. Il resterait à explorer ce périmètre d’expériences. Il ne s’agit pas à leur propos de s’arrêter à la formalisation rythmique des documents normatifs, aux articulations et aux mécanismes de relance dans l’enquête lors de l’interrogatoire par exemple, mais de s’intéresser à des outils moins connus, dont l’instrumentalisation relève d’une stratégie de persuasion plus subtile mais non moins efficace. La dimension euristique du discours juridique, sa capacité à produire du sens en dehors du simple cadre normatif et prescriptif dans lequel on le cantonne habituellement, trouve à la fois sa source et son efficace dans ces procédures de sélection. En lieu et place de l’analyse binaire chère aux études médiévales et opposant les champs différenciés du juridique et du littéraire pour tenter a posteriori une conciliation incertaine, nous proposons, en nous fondant sur un domaine d’expérience inédit, une transition à la fois souple et fonctionnelle de l’un à l’autre, et, mieux encore, une circulation continue d’un territoire à l’autre. C’est là encore une des pistes à creuser.

Notes

1  L’entreprise originale et inédite, fruit d’une collaboration ciblée entre littéraires, juristes et historiens s’inscrit à la fois dans la continuité des travaux sur Law and literature, mais aussi en rupture avec des thématiques traditionnelles dont le tarissement tenait à l’absence de sources nouvelles exploitables : des médiévistes se sont réappropriés des textes qui n’étaient connus que par des copies modernes et fautives ; ce programme, qui se décline sur plusieurs niveaux (sémantique et pragmatique du discours judiciaire, pratique du droit politique, procédure), est engagé avec la publication programmée de nombreux procès. Ont déjà été publiés les procès de Saint-Pol, éd. J. Blanchard, Paris, Picard, 2008, et de Jacques d’Armagnac, éd. J. Blanchard, avec la collaboration de J.-P. Boudet, F. Martin et O. Mattéoni, Genève, Droz, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Blanchard et Renate Blumenfeld-Kosinski, « Le droit et son écriture : la médiatisation du fait judiciaire dans la littérature médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 25 | 2013, 3-8.

Référence électronique

Joël Blanchard et Renate Blumenfeld-Kosinski, « Le droit et son écriture : la médiatisation du fait judiciaire dans la littérature médiévale », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 25 | 2013, mis en ligne le 19 juillet 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13060

Haut de page

Auteurs

Joël Blanchard

Université du Maine/Juslittera

Articles du même auteur

Renate Blumenfeld-Kosinski

University of Pittsburgh

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org