Navigation – Plan du site

José Chabás, Bernard R. Goldstein, A Survey of European Astronomical Tables in the Late Middle Ages

Max Lejbowicz
Référence(s) :

José Chabás, Bernard R. Goldstein, A Survey of European Astronomical Tables in the Late Middle Ages, Leiden / Boston, Brill, 2012, 250p.

ISBN 978-90-04-23058-3

Texte intégral

  • 1  Adelard de Bath, De opere astrolapsus, dans Bruce George Dickey, Adelard of Bath. An Examination B (...)

1Le livre sous recension porte sur les tables astronomiques produites dans une Europe latine délimitée, en amont, par le Xe siècle et, en aval, par les premières décennies de l’imprimerie ; encore faut-il préciser qu’aux documents de l’espèce rédigés en latin, il ajoute ceux qui l’ont été dans d’autres langues pour peu qu’elles aient été pratiquées dans les bornes temporelles et spatiales ainsi posées – langue d’une minorité religieuse (l’hébreu) ou langues vernaculaires méridionales (le provençal, le catalan et le castillan). Le monde byzantin n’est abordé qu’indirectement, à la faveur de traductions en grec de tables conçues sur les territoires et durant la période en question. Il va sans dire qu’une telle tranche chronologique implique la prise en compte du Ptolémée arabo-latin et, plus largement, des traductions arabo-latines de textes d’astronomie, sans compter que les astronomes arabophones ont intégré à leurs travaux des éléments empruntés à ceux de leurs confrères indiens. Au final, on s’en doute, la configuration de l’Europe occidentale qui se dégage de ces pages est sensiblement différente de celle d’aujourd’hui. C’est une Europe dont Adélard de Bath avait énoncé les prémices intellectuelles en décrivant sa situation : « Ce que j’ai appris en arabe, je le noterai en latin »1 - une Europe donc qui, en s’ouvrant à des textes rédigés à l’extérieur de sa culture, acquérait peu à peu son autonomie savante tout en enrichissant sa propre identité. Dans ce transfert des savoirs, les auteurs juifs ont joué un rôle éminent, qui est sans rapport avec le poids démographique de leur communauté ; nolens volens, ils sont les seuls à vivre et à penser plus ou moins pacifiquement à l’intérieur des deux grandes aires culturelles en cause, le dār al-islām et la chrétienté latine, et ą en accompagner les évolutions : leur situation favorise non seulement les échanges, par textes interposés, entre les deux grands blocs alors antagonistes, mais elle permet aussi, dans certains cas (Levi ben Gerson, 1288-1344, et Abraham Zacuto, v. 1450-v. 1510), d’apporter des solutions originales aux problèmes posés. Ces quelques remarques viennent spontanément à l’esprit une fois la lecture de ce Survey of European Astronomical Tables terminée, et alors même que les auteurs de l’ouvrage sont peu portés à en faire de semblables. Ils concentrent toute leur attention sur l’analyse technique du matériel tabulaire astronomique élaboré dans le cadre mentionné ; et il faut reconnaître que la matière est suffisamment riche et complexe pour justifier une étude aussi strictement spécialisée.

  • 2  Quand le mot « table » est écrit avec une initiale minuscule, il désigne les éléments constitutifs (...)
  • 3  Ils ont depuis étudié une nouvelle Table connue par un seul manuscrit : J. Chabás, B. R. Goldstein (...)

2Dans la courte Préface, p. XVII-XIX, après avoir défini la nature d’une table astronomique (une liste de données structurées présentant des informations numériques ayant un intérêt astronomique) et après l’avoir triplement caractérisée (par sa finalité, par son ou ses paramètre(s) sous-jacent(s) et par sa disposition), Chabás et Goldstein rappellent les monographies qu’ils ont déjà consacrées à dix-sept Tables2, en travaillant ensemble ou séparément, parfois en pionniers, parfois en contributeurs. Ils intègrent à leur présente étude les monographies consacrées à trois Tables étudiées jusqu’ici par d’autres qu’eux. Leur étude porte donc sur vingt Tables, soit la totalité de la production tabulaire astronomique, qui, connue à la date de la rédaction de leur ouvrage, s’est développée pendant le gros demi-millénaire européen latin circonscrit en commençant.3

3L’Introduction brosse dans une première partie, p. 1-10, l’histoire des Tables astronomiques, à partir des écrits de Ptolémée, dont la Syntaxe mathématique est traduite en arabe sur l’ordre du calife al-Ma Òmūn (vers 827) et se métamorphose bientôt en Almageste. Cette version suscite des travaux où se mêlent des éléments d’astronomie indienne, connus un peu avant celle de Ptolémée dans le Bagdad abbasside. Une partie de ces ouvrages se diffuse au Maghreb et en al-Andalus. Elle y est reprise et réaménagée, avant de susciter un intérêt de plus en plus vif chez les Latins (pris au sens large d’habitants des territoires où la langue savante majoritaire est le latin), et d’accéder au prestige de l’imprimé à neuf reprises, sous diverses formes, entre 1483 et 1504.

4La seconde partie de l’Introduction, p. 10-12, propose un simple inventaire des divers types de tables, faute d’une classification théoriquement fondée. Les auteurs en distinguent dix-neuf, qui sont successivement l’objet des dix-neuf chapitres du livre, d’une dizaine de pages en moyenne. Les deux premiers proposent quelques notions générales, qui, pour indispensables qu’elles soient à l’établissement et à l’exploitation des tables, débordent leur champ d’application : 1. La chronologie et 2. La trigonométrie et l’astronomie sphérique. Les trois derniers chapitres témoignent d’intérêts extra astronomiques : 17. Les listes géographiques ; 18. L’astrologie et 19. Les questions diverses, dont les auteurs n’ont retenu que les plus utiles à la pratique des tables : multiplication et conversions sexagésimales, coefficient d’interpolation. Les quatorze chapitres intermédiaires traitent directement des éléments propres à la technique astronomique, envisagée sous l’angle de la théorie épicyclique telle qu’elle a été reçue, pratiquée, conceptualisé et renouvelée dans l’Europe latine du second Moyen Âge. Le lectorat des CRMH n’incite pas à entrer dans le détail de ces chapitres on ne peut plus spécialisés - encore qu’ils sont conçus pour être compris par tous les lecteurs de bonne volonté : ils dénotent un grand talent pédagogique mis au service d’une familiarité exceptionnelle avec l’objet étudié. Participent à cette réussite pédagogique les 157 tables qui illustrent le volume ; elles sont soit réalisées à partie de tables originales (et dans ce cas elles sont le plus souvent données sous forme d’extraits), soit quelquefois conçues par les auteurs eux-mêmes. S’ajoutent à ces tables 26 figures originales qui permettent de visualiser graphiquement les termes fondamentaux. Tables et figures sont répertoriées à la suite de la table des matières. Si l’on ajoute une List of Manuscripts de deux pages, une Bibliography qui en compte onze imprimées en petits caractères et un Index de six, on peut considérer que ce volume est une très remarquable introduction à la connaissance des Tables astronomiques médiévales. Tous les médiévistes devraient l’avoir à portée de main pour résoudre les problèmes d’astronomie rencontrés au hasard de leurs recherches.

  • 4  C. Burnett, « The works of Petrus Alfonsi: questions of authenticity », Medium Aevum, 66 (1997), 4 (...)
  • 5  E. Poulle, Astronomie planétaire au Moyen âge latin, Aldershot, Variorum, 1996, ét. VI.
  • 6  C. Burnett, « The Transmission of Arabic Astronomy via Antioch and Pisa in the Second Quarter of t (...)
  • 7  Matthieu Husson « L’astronomie alphonsine dans l’Expositio intentionis regis Alfonsii circa tabula (...)
  • 8  E. Poulle, Les Tables alphonsines avec les canons de Jean de Saxe. Edition, traduction et commenta (...)

5Quelques erreurs ou oublis mineurs se sont glissés dans ces pages. Contrairement à ce que prétend la p. 3, Adélard de Bath n’est jamais allé en Espagne ; c’est plutôt l’Espagne qui est venue à lui en la personne d’un Juif d’al-Andalus converti au christianisme et émigré en Angleterre, Pierre Alphonse, absent de l’ouvrage, alors qu’il a été l’un des plus importants pionniers de la transmission des savoirs arabes à l’Europe latine, avec notamment sa traduction des Tables d'al-Khwārizmī.4 Il est dommage que le traducteur latin des Tables d’al-Battānī, Platon de Tivoli, ne soit en aucun moment nommé, ni que soit rappelé le parti pris qui entache les admirables travaux de Carolo Alphonso Nallino : son édition de l’original arabe est accompagnée d’une version latine de son cru, non de celle que les médiévaux ont eu entre les mains ; une pareille initiative frustre l’historien de la culture. L’édition par Emmanuel Poulle et Antoine de Smets des Tables de Louvain de 1526 est signalée en abrégé dans le texte (p. 226), mais est oubliée dans la Bibliography, où n’est pas davantage mentionnée la reprise des 36 pages d’Introduction et de Traduction et commentaire de ces Tables dans le recueil d’articles de Poulle.5 On regrette qu’à l’occasion de la diffusion de l’Almageste n’ait pas été rappelé la voie antiochienne.6 On regrette aussi, mais sans doute la date de parution ne l’a pas permis, que l’étude de Matthieu Husson sur les Tables alphonsines ne soit pas citée7 : elle apporte une contribution décisive aux difficiles problèmes des rapports entre les astronomies alphonsines castillanes et latines, en mettant en avant, à la suite d’une lecture attentive du texte de Jean de Murs citée dans son titre, l’existence d’un corpus de textes que l’historien qualifie de « quasi-alphonsins ». Enfin, on peut se demander si l’impossibilité de Chabás et Goldstein d’établir une classification raisonnée des tables ne provient pas de la méthode qu’ils ont choisie pour aborder ce problème. Si l’on admet la remarque d’Emmanuel Poulle : « Ce sont les canons qui fixent, en quelque sorte, le contenu des tables, ce sont eux qui leur donnent leur unité. Telles tables astronomiques, en somme, se définiraient assez bien comme l’ensemble de tables qui répond à un ensemble de canons »8 - est-ce qu’il ne faudrait commencer par établir une classification des canons avant de procéder à celle des tables ?

6Ces quelques remarques n’atteignent évidemment pas l’essentiel de ce Survey, qui ne peut pas ne pas s’imposer avec les ans comme l’ouvrage de référence sur le sujet dont il traite.

Notes

1  Adelard de Bath, De opere astrolapsus, dans Bruce George Dickey, Adelard of Bath. An Examination Based on Heretofore Unexamined, Manuscripts, Ph.D, University of Toronto, 1982, p. 148: Quod arabice didici latine subscribam.

2  Quand le mot « table » est écrit avec une initiale minuscule, il désigne les éléments constitutifs d’un ensemble tabulaire (table de déclinaison, table de l’équation de temps, …) ; quand il l’est avec une initiale majuscule, il désigne un tel ensemble (les Tables de Tolède, les Tables alphonsines, …).

3  Ils ont depuis étudié une nouvelle Table connue par un seul manuscrit : J. Chabás, B. R. Goldstein « Displaced Tables in Latin: the Tables for the Seven Planets for 1340 », Archive for History of Exact Sciences, 67, 1 (2013) 1-42.

4  C. Burnett, « The works of Petrus Alfonsi: questions of authenticity », Medium Aevum, 66 (1997), 42–79.

5  E. Poulle, Astronomie planétaire au Moyen âge latin, Aldershot, Variorum, 1996, ét. VI.

6  C. Burnett, « The Transmission of Arabic Astronomy via Antioch and Pisa in the Second Quarter of the Twelfth Century », dans Jan P. Hogendijk and Abdelhamid I. Sabra, éd., The Enterprise of Science in Islam. New Perspectives, Cambridge, Ma., The MIT Press, 2003, p. 23–51. – Dans la mesure où Charles Burnett codirige la collection « Time, Astronomy, and Calendars » dont ce Survey est le deuxième volume paru, les notes 4 et 6 de cette recension portent à s’interroger sur l’état de l’édition savante en Europe ; il reste que le volume est parfaitement imprimé et relié.

7  Matthieu Husson « L’astronomie alphonsine dans l’Expositio intentionis regis Alfonsii circa tabulas ejus de Jean de Murs », Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 78 (2011) 229-245.

8  E. Poulle, Les Tables alphonsines avec les canons de Jean de Saxe. Edition, traduction et commentaire, Paris, CNRS, 1984, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Lejbowicz, « José Chabás, Bernard R. Goldstein, A Survey of European Astronomical Tables in the Late Middle Ages », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 07 juillet 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://crm.revues.org/13053

Haut de page

Auteur

Max Lejbowicz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org