Navigation – Plan du site

Laurent Smagghe, Les Émotions du prince. Émotion et discours politique dans l’espace bourguignon

Estelle Doudet
Référence(s) :

Laurent Smagghe, Les Émotions du prince. Émotion et discours politique dans l’espace bourguignon, Paris, Classiques Garnier (« Bibliothèque d’histoire médiévale » 6), 2012, 474p.

ISBN 978-2-8124-0506-8

Texte intégral

1L’ouvrage présenté par Laurent Smagghe, issu d’une thèse de doctorat, explore un champ complexe, longtemps considéré comme inaccessible par les historiens factualistes. Décrypter les mondes intérieurs des individus du passé afin de comprendre globalement demeure un défi auquel il paraît dangereux de se risquer, malgré les recommandations déjà anciennes de Lucien Febvre. Pourtant l’étude des perceptions et des représentations est un pan essentiel de la connaissance (trans)historique. Il faut donc saluer cette plongée dans l’économie des émotions au XVe siècle. S’inscrivant dans un faisceau de travaux récents, comme ceux de B. H. Rosenwein sur les communautés émotionnelles, Les Émotions du prince s’en distingue par le choix d’une approche plus individualiste, concentrée sur le décideur. Il problématise ainsi un fonctionnement émotionnel complexe, entre ritualisation et dysfonctionnements, et met en lumière ses différents enjeux, de la morale politique à la pragmatique communicationnelle. Enfin, pour cerner un sujet fort vaste, il s’ancre dans une culture politique et littéraire particulière, celle des espaces bourguignons, où les documents sont à la fois nombreux et assez cohérents.

2De là découlent deux positionnements méthodologiques convaincants. Une attention aiguë est prêtée aux fluctuations du lexique, des analyses contextuelles précises étant préférées aux relevés sériels. Les sources sollicitées sont plurielles et traitées en tant que représentations. La fréquente confrontation des témoignages historiographiques, des théories normatives et des fictions contemporaines est l’une des plus remarquables réussites de l’ouvrage. Le regard historien posé sur ces textes pluriels n’est ni dupe (ils refléteraient la réalité ressentie) ni soupçonneux (ils l’occulteraient au profit de purs dispositifs rhétoriques), mais reste toujours attentif à leurs présupposés et lucide sur leurs stratégies. On ne peut que conseiller à tous, et notamment aux médiévistes littéraires, la lecture de chapitres d’une grande finesse, comme celui qui est consacré à l’errance sylvestre de Philippe le Bon dans la Chronique de George Chastelain (p. 259 et suivantes).

3La même volonté d’articuler des perspectives méthodologiques ambitieuses et des analyses de détail subtiles est sensible dans la construction du volume. Le résultat est cette fois moins réussi. Le livre déploie un triptyque. Une première partie pose le cadre théorique au sein duquel se construisent les représentations émotionnelles de l’homme politique et où puiseront les écrivains bourguignons. Elle présente une synthèse utile du portrait idéal du prince ; néanmoins le rappel d’éléments assez bien connus, comme la théorie des humeurs par exemple, aurait pu être plus rapide ou plus étroitement attaché aux sources principales de l’enquête. La deuxième partie explore une émotion paradigmatique du gouvernant, le courroux. Elle présente à nos yeux les pages les plus convaincantes du livre. Une troisième partie enquête sur la politique de l’effusio que manifestent les larmes et le rire. Plutôt que de concentrer l’analyse sur une galerie de princes, commentés l’un après l’autre, ou sur la sexualisation de certaines émotions, L. Smagghe a choisi une démarche spiralée, les thèmes et les exemples faisant à chaque étape l’objet d’un nouvel éclairage. Cette construction évite heureusement l’effet de liste. En revanche, elle introduit parfois un brouillage de l’argumentation, telle sous-partie répondant moins à celles qui l’encadrent qu’à des passages situés dans d’autres parties. Malgré cet inconvénient qui affaiblit un peu la force persuasive de la démonstration, Les Émotions du prince est un travail remarquable, riche de suggestions. Sa position méthodologique est particulièrement stimulante pour nourrir le dialogue entre historiens, sociologues, anthropologues et littéraires.

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Doudet, « Laurent Smagghe, Les Émotions du prince. Émotion et discours politique dans l’espace bourguignon », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2012, mis en ligne le 07 juillet 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://crm.revues.org/13049

Haut de page

Auteur

Estelle Doudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org