Navigation – Plan du site

Nicole Chareyron, Éthique et esthétique du récit de voyage à la fin du Moyen Âge

Françoise Michaud-Fréjaville
Référence(s) :

Nicole Chareyron, Éthique et esthétique du récit de voyage à la fin du Moyen Âge, Paris, Champion (« Essais sur le Moyen Âge » 57), 2013, 539p.

ISBN 978-2-7453-2427-6

Texte intégral

1Qui lira cet ouvrage ne pourra que remercier ceux qui ont permis sa parution, sept ans après la disparition de son auteur. Désormais, les auteurs voyageurs médiévaux n’auront que plus d’attrait pour leurs lecteurs : ils sont ici réhabilités dans leur expression, leurs styles particuliers, leurs trouvailles, leurs rapports vrais et leurs inventions, pardonnés parce qu’expliqués dans leurs silences et leurs amplifications, rendus plus proches par le dévoilement de leurs forces et de leurs faiblesses et, ce qui n’est pas rien, ils sont placés de pair avec les globe-trotters des siècles suivants, quand le récit de voyage devint un genre à lui seul. D’emblée, on ne doit pas cacher que c’est la pensée et les œuvres de Paul Ricœur qui ont aidé l’A. à mener une réflexion qu’elle a poussée presque à l’extrême pour la période. Il faudrait presque placer en tête de son ouvrage ce qu’elle a écrit dans sa conclusion (p. 479) : « mieux vaut estimer [ces récits] pour ce qu’ils disent que les condamner pour ce qu’ils ne disent pas ».

2L’ouvrage est la présentation d’une habilitation, avec tout ce qu’il faut de sources (près de cent récits), de bibliographie centrée sur le dit et l’écrit des auteurs voyageurs et leurs sources, d’un index des auteurs anciens. De plus, ce qui ne gâche rien, la lectrice a fort apprécié une rédaction d’une subtile élégance, un style délié, expressif, même si le vocabulaire est souvent d’une exactitude un peu précieuse. Divisée en trois grandes parties, de plus en plus longues, subdivisées en chapitres (les 11 chapitres sont en fait renumérotés à chaque nouvelle partie), et en sous-chapitres, et enfin en paragraphes, la présentation un peu hachée est largement liée au désir de présenter le plus possible d’exemples, éclairés par de très nombreuses citations dans les langues originales, toutes traduites… sauf l’italien.

3L’introduction, assez fascinante, rappelle que les récits de voyages, vrais ou fictifs, ne sont pas propres au Moyen Âge finissant, et que leur qualité littéraire n’est qu’un des sujets sur lesquels s’interroger : écriture d’une expérience, expérience enrichie de culture, culture à destination d’un public, public de futurs voyageurs, voyageurs en imagination ou vraiment sur le départ, départ réel ou fictif du rapporteur, rapporteur au service de lui-même ou d’autrui ? Les questions s’emboîtent autour de mises en scène plus ou moins volontaires de l’auteur ou des compagnons et rencontres qu’il évoque. L’un, voyageur solitaire, ou devant compter avec un groupe, est face aux autres des contrées abordées et également face aux lecteurs. Toute la recherche est ici une tentative de cheminement logique et lucide dans un palais des glaces qui aurait une entrée à l’Orient des croisades et une autre aux Antilles de C. Colomb, des diverticules hispaniques et africains.

4La première partie, « Frontières du récit viatique », aborde le sens du terme « voyage » et en reconnaît, de suite, les risques de contamination par le savoir personnel de l’écrivain et son projet. On peut donc poser quelques limites : celles de l’événementiel (choix d’un héros ou d’un groupe) ; celles de la sélection des objets traités ; celle, si intrigante, de la réalité du voyage (ici le cas Jean de Mandeville est évidemment soulevé). Le récit ne peut donc qu’être « polymorphe » : il visera à la description géographique, il se nourrira des encyclopédistes, il se revendiquera comme itinéraire, guide, instruction et distraction. C’est un genre « protéiforme » tout à la fois par son désir de se poser en souvenir, de donner des connaissances et de participer à l’édification morale du lecteur, en direct si celui-ci doit prendre la route ou par procuration. Chaque auteur montre des préférences, gens et mœurs, paysages, lieux saints, anecdotes.

5La seconde partie s’attache de plus près aux auteurs, à « l’identité du voyageur ». Des exemples nombreux et non répétitifs, de Plan de Carpin à Nompar de Caumont et de Gilles le Bouvier à Félix Fabri (ce dernier étant, bien sûr, le favori de N. Chareyron, successivement pèlerin réel puis virtuel), insérés dans des chronologies parallèles, permettent de passer des missionnaires (Rubrouck) aux pèlerins, puis aux géographes descripteurs (Bertrandon de la Broquière), enfin aux humanistes (Adorno). Ces auteurs se « mettent en scène » avec tous les niveaux d’implication. Cette mise en valeur est aussi une mise en danger, celle d’une fabrique des héros de voyage qui s’auto-présentent en pionniers (Ca da Mosto, le « Marco Polo de l’Afrique noire »), en humanistes, en diplomates (Contarini), en philosophe (Barbaro), en explorateur (C. Colomb). L’occidental se projette, menant ses lecteurs potentiels avec lui, en « voyageur-symbole » qui va aimer revivre et faire vivre ses aventures (quand l’œuvre n’a pas sombré dans l’oubli !). On pourrait seulement se poser la question de savoir si cette mise en valeur du voyageur écrivain est une « dérive typologique », titre de cette partie, ou tout bonnement une nécessité du genre, si ce dernier dépasse le niveau d’un pur itinéraire.

6Avec la troisième partie nous entrons dans la technique narrative, la « voix du narrateur », plus familière sans doute aux littéraires qu’aux historiens. Il s’agit de donner à connaître, mais de qui à qui et quoi, et de sérier l’auteur, l’acteur, le lecteur (p. 173, à la suite des recherches de Jean Roudaut). Pas du tout ou à peine lisible dans le simple itinéraire ou le routier, la communication du locuteur au destinataire commence son effet quand interviennent le « Je », l’aveu du jeu narratif (« ce serait trop long de… »), ou encore un discours à la pédagogie affirmée. Dans ce dernier domaine, Félix Fabri est encore un bon exemple parmi d’autres. Le destinataire peut être entièrement sous-entendu et absent, mais l’auteur peut aussi le prendre à partie (tel Adorno : « vous ne devez pas manquer de…, il faut voir…, prenez garde à …, on peut penser que… », etc.). Plus complexe est de tenter l’approche d’un narrateur qui se dérobe et se « masque ». Il peut se poser en simple relai d’autrui, il peut être un Froissart en Béarn mettant en scène ses mémoires par un quasi « double ». Le récit peut être prêté, en cours de chemin, à un tiers fiable ou non, à un questionneur jouant plus ou moins l’innocent afin de faire passer l’incroyable : Tafur narre comment à l’audition des pérégrinations de N. de Conti ‒ qu’il rapporte et met « en abyme » ‒ il rebroussa lui-même chemin. En réalité, un auteur, afin de meubler son récit de reporter, rajoute presque toujours de l’autre au sien et des notes vécues à des lectures : il est lui, tout en englobant des acteurs réels ou imaginaires, voire en se présentant comme le simple « scribe » d’une geste d’autrui (Belesta).

7La quatrième partie est une analyse plus précise de la manière de raconter le monde tel que le narrateur veut le faire connaître. C’est sans doute la partie où N. Chareyron a manifesté la plus fine perception, et même pratiqué une sorte de communion avec ses sujets d’étude. Comment l’auteur transmet-il les sensations corporelles et surtout visuelles d’un monde nouveau et souvent étrange, et comment arrive-t-il à faire partager des réactions de plaisir et déplaisir, à trouver les mots pour décrire le vu, à rendre la durée. Ici triomphe l’échange entre le passé et présent connu, sur lequel s’appuyer pour comparer avec la découverte de l’ailleurs, un « tissage » plus ou moins adroit entre semblance et dissemblance. Le positif (« c’est comme ») alterne avec le négatif (« ici, il n’y a pas de… »). Quand les balancements comparatifs viennent à manquer, soit le narrateur entre dans le jeu du totalement insolite (et c’est alors, apparemment, un des débuts de l’orientalisme que nous dirions de bazar, ou encore du mythe du bon sauvage), soit il perd ses mots dans l’indicible et c’est, du coup, la « démission devant l’objet » que les auteurs assument parfois, en refusant d’aller plus avant dans la description (N. de Martoni devant le Nil, C. Colomb à Hispaniola, terre rebaptisée d’un terme plus familier). Afin de ne pas se perdre, et les lecteurs avec eux, entre sensations physiques et sentiment d’étrangeté, les narrateurs peuvent avoir recours à l’intervention du temps. Le récit est souvent repris en main par l’intermédiaire d’une rigueur calendaire : journal de bord, chronique diariste, plus ou moins serrés et réguliers. La monotonie des jours de désert peut ainsi devenir un cadre de vérité pour la mesure de l’espace. Un enchâssement de récits enchâssés peut ramener le mieux connu dans l’incertitude du présent raconté après le retour. Ce que l’A. appelle les « temps croisés ». On avoue se perdre avec bonheur dans les exemples égrenés.

8La cinquième et dernière partie est la plus longue (le double des deux premières). On y trouve, à côté de très bons passages, quelques redondances avec les pages qui ont précédé. Le début du premier chapitre, « La conquête du nouveau lexique », est à la fois instructif et amusant : les mondes rencontrés ne sont pas seulement étranges par leurs paysages, climats, religions ou coutumes, mais aussi par leur langue. D’où l’art de faire passer des mots nouveaux, des « xénismes », désignant des choses jusqu’alors inconnues, et par là même le talent de donner au texte son pesant de couleur locale, puissant moteur de l’imaginaire. On trouvera, en trente pages (p. 355-378), un éclairant florilège sur 250 ans, y compris des tentatives de glossaires. On pourra passer plus vite, ensuite, sur la question, déjà plusieurs fois abordée, de la reprise des rédactions en cabinet, avec l’aide des fort nombreux textes alors déjà connus : l’art de la compilation, en la matière, n’est d’ailleurs pas propre au Moyen Âge finissant (qu’on songe au pillage des guides de Mellin par Stendhal). L’évocation de ces véritables palimpsestes (Gérard Genette) est ici ou mal placée ou, finalement, trop rapide : le cas de Mandeville avait été déjà vu plus haut (d’après Ch. Deluz). Le dernier chapitre, comme il se doit, reprend la question des raisons pour lesquelles il est devenu nécessaire d’avoir un héros, qu’il soit le narrateur ou l’acteur, ou les deux confondus en un « nous », pour décrire l’ailleurs de façon à la fois crédible et signifiante. Pourquoi « se raconter le voyage » (p. 416) ? Ici, rappelant l’expression de P. Ricœur (« Il n’y a pas de récit neutre »), l’A. revient sur les différences entre le pèlerinage, le « tour chevaleresque » et les diverses explorations de conquête, de découverte. Le pèlerin et son groupe se ressentent parfois comme les « Hébreux en Égypte », avec « l’Exode en filigrane » (p. 427). Les explorateurs donnent généralement des opinions, critiques ou louangeuses, en tant qu’émissaires, enquêteurs, voire simplement commerçants ; à propos de leurs rencontres plus ou moins exotiques et de leur capacité de se fondre – ou non – dans l’ailleurs, ils peuvent en écho suggérer une réflexion sur leur vision de leur pays d’origine. Le point de vue sur l’autre, qui est aussi un regard plus ou moins conscient sur soi, est l’un des éléments les plus ambigus du récit de voyage.

9Une fréquentation assidue des textes, une grande culture des théories de l’écriture et des relations sociales, une empathie non dénuée d’humour et de recul pour les auteurs et les voyageurs médiévaux, tout cela fait de ce livre plus qu’un testament, presque un viatique pour les lecteurs d’aujourd’hui. On ne lira plus Victor Segalen, Nicolas Bouvier ni, d’ailleurs, Henry James avec le même regard.

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Michaud-Fréjaville, « Nicole Chareyron, Éthique et esthétique du récit de voyage à la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 07 juillet 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://crm.revues.org/13030

Haut de page

Auteur

Françoise Michaud-Fréjaville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org