Navigation – Plan du site

Cacher, se cacher au Moyen Âge, éd. Claude Thomasset et Martine Pagan

Myriam White-Le Goff
Référence(s) :

Cacher, se cacher au Moyen Âge, éd. Claude Thomasset et Martine Pagan, Paris, PUPS (« Cultures et civilisations médiévales » 52), 2011, 298p. 

ISBN 978-2-84050-767-3

Texte intégral

1Le volume est une collection de contributions à un séminaire de Claude Thomasset, qui en assure l’introduction, à partir du champ sémantique, mais aussi de l’observation du psychisme et des jeux enfantins. Quatre parties structurent l’ouvrage : la première autour de la nature et des éléments, la deuxième de l’imaginaire et de la magie, la troisième de la langue et de la littérature et la quatrième autour des vies sociale, spirituelle ou psychique.

2La première partie propose d’abord l’article de Cécile Le Cornec, « Des poissons qui savent se cacher, d’Aristote à Albert le Grand », dans lequel il est également question de Plutarque, d’Élien, de Pline, d’Isidore de Séville, de Basile de Césarée, de Barthélémy l’Anglais, de Vincent de Beauvais ou de Brunet Latin, autour des cachettes habitées par les poissons, des poissons qui se cachent des prédateurs, mais aussi des prédateurs eux-mêmes, pour mettre en lumière différents degrés de dissimulation, compris différemment au plan moral. L’article de Joëlle Ducos, « Mutation et métamorphose météorologique : de l’écriture des météores dans la littérature française (XIIe-XIIIe siècles) », illustre l’extrême instabilité du monde, autour des trois phénomènes les plus présents dans les textes médiévaux : la tempête, la brume, la neige, combinant différents éléments dans une écriture de la mutation ou de la métamorphose. Ces météores peuvent être conçus comme des épreuves initiatiques, mais ils peuvent également donner à voir et concevoir le travail de l’imagination.

3La deuxième partie regroupe trois articles. Jean-Charles Berthet s’intéresse aux « énigmes : [c]es aventures d’un art perdu ». Il explore le lexique qui s’y rapporte avant d’en dresser une typologie qui replace les différents types d’énigmes dans leurs traditions. Trois fonctions de l’énigme ressortent de l’analyse : « la fonction rituelle, la fonction pédagogique et la fonction ludique » (p. 67). L’auteur commente particulièrement les énigmes d’Œdipe, Amlethus et Merlin. Claude Lecouteux parle de « cacher, se cacher dans le domaine germanique et la magie » ; il mène l’enquête lexicologique en français et en allemand, et explore des exemples littéraires très divers, en s’attachant particulièrement à la question de l’invisibilité. La partie se termine sur un article de Claude Gaignebet, « Cachez cette pupille… ».

4La troisième partie débute avec la contribution de Christine Silvi, « Les figures de la réticence dans quelques textes de la littérature didactique en langue vulgaire », dans laquelle elle met en lumière le discours paradoxal, l’importance de l’adresse à un lecteur digne de dévoiler les secrets des philosophes ou le lien entre rétention de la parole et affirmation du pouvoir du clerc, par exemple. Dans « De l’Orient des croisades à l’Orient des cachettes : la transition vers le romanesque dans le second cycle de la croisade », Alexandre Winkler décrit la « dérive de l’épique vers le romanesque » (p. 169). Dans « Car en bien celer a grant sens. Vertus de la dissimulation dans le roman idyllique Jehan et Blonde », Jean-Jacques Vincensini montre que le roman « fait des jeux du secret et de la vérité, de la dissimilation et de la révélation, l’une des sources sémantiques les plus riches irriguant les espaces que déploient ‘syntaxiquement’ les narrations » (p. 176). Romaine Wolf-Bonvin évoque « L’aumusse et la sale tête » dans une « petite histoire d’un couvre-chef », entre le XIIe et le début du XVIe siècle, en différenciant notamment les aumusses féminines et masculines et en s’attachant particulièrement à l’observation des aumusses dans le Roman de la Rose ainsi que dans les Miracles de Nostre Dame, par exemple. Elle montre que « comme pour beaucoup de vêtements littéraires, priment les virtualités signifiantes qu’offrent les sonorités du mot » (p. 209).

5La quatrième partie comporte trois articles. « Le Corps du délit » de Claude Thomasset traite de Renaud de Montauban mais aussi, plus largement, des enfants jetés à la rivière. Nathalie Nabert s’intéresse à la « spiritualité cartusienne, une vie cachée en Dieu », qui passe notamment par le silence, le dépouillement ou la prière. Martine Pagan montre comment s’articulent éducation et dissimulation, notamment autour des préceptes moraux et religieux et d’une réflexion sur les orifices du corps.

6Le mot conclusif – même s’il ne cherche pas à être forclusif – revient également à Martine Pagan et il est agréable à lire, prenant un peu de distance avec l’hétérogénéité des contributions, révélant ainsi les problématiques profondes, mais souvent implicites et secondes, qui font leur unité.

7L’ensemble des articles est très riche mais très hétérogène. On comprend mal l’utilité d’une bibliographie qui reprend essentiellement les notes bibliographiques des différents articles. On aurait préféré une bibliographie de référence sur le sujet. Le volume comporte également deux index, nominum et rerum.

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam White-Le Goff, « Cacher, se cacher au Moyen Âge, éd. Claude Thomasset et Martine Pagan », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2011, mis en ligne le 26 mai 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://crm.revues.org/13022

Haut de page

Auteur

Myriam White-Le Goff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org