Navigation – Plan du site

Figures et langages de la marginalité aux XVIe et XVIIe siècles, dir. Maria Teresa Ricci

Mathilde Bernard
Référence(s) :

Figures et langages de la marginalité aux XVIe et XVIIe siècles, dir. Maria Teresa Ricci, Paris, Champion (« Le Savoir de Mantice » 23), 2013, 190p.

ISBN 978-2-7453-2528-0

Texte intégral

1Dans Figures et langages de la marginalité aux XVIe et XVIIe siècles, Maria Teresa Ricci rassemble les actes d’un colloque qui s’est tenu au CESR de Tours en octobre 2010. Les dix contributions qui composent l’ouvrage relèvent de questionnements sur le langage de la marginalité, sur la façon dont la marginalité était vue par une certaine philosophie qui se voulait elle-même à la marge d’une société aux normes trop rigides, ou encore sur les différents types de marginaux apparaissant dans la littérature de ces siècles.

2La première partie présente deux aspects différents de la marginalité dans le langage. Alice Becker-Ho s’intéresse à l’argot comme langue des sociétés secrètes persécutées et dangereuses, comme ont pu l’être les « Bohémiens » signalés sur le territoire français dès le début du XVe siècle. Langue de classe, langue de caste, l’argot est marqué par une marginalité à la fois identitaire et opérationnelle. C’est un angle différent, moins sociologique, qu’adopte Paul Larivaille, qui s’attache quant à lui à l’équivoque érotique dans la littérature italienne de la Renaissance. De Boccace au concile de Trente, qui met fin à toute licence, règne en Italie un climat de liberté qui permet aux auteurs de contourner aisément toute censure morale, en mettant en place des réseaux de signification fondés sur des doubles sens transparents. La question est alors de savoir jusqu’où repousser les barrières de la morale.

3La deuxième partie offre, quant à elle, une vision philosophique de la marginalité au tournant des XVIe et XVIIe siècles. À travers l’analyse de la figure des « Bohêmes » – ou « Égyptiens » – dans les Essais de Montaigne, Alain Legros montre comment, malgré la répulsion morale et physique que Montaigne éprouve à l’égard de ces déracinés, une admiration certaine perce néanmoins, qui a pour effet de rapprocher les Bohémiens des Cannibales, seuls capables d’avoir un regard juste sur notre monde perverti. Raffaele Carbone s’intéresse également à la philosophie de Montaigne, qu’il rapproche de celle de Giordano Bruno, les deux philosophes contestant, selon lui, l’ordre établi. La marginalité est pour Montaigne la nécessité revendiquée de prise de distance par rapport aux opinions des autres. Bruno est plus incisif, dénonçant le pouvoir temporel et le pouvoir religieux, qui agissent contre l’intelligence humaine. Les deux auteurs cherchent ainsi une sortie de la crise profonde dans laquelle la société européenne est engluée.

4Cette crise, plusieurs figures en portent la marque, celle du bouffon, du voleur de grand chemin, de la prostituée, du pirate, de l’espion ou de la sorcière. Anna Carlstedt étudie les fous du roi dans la littérature du XVIe siècle. Seul à pouvoir exprimer ce qu’il pense réellement des plus hautes personnalités de l’État, le bouffon a un rôle fondamental, grâce à son statut de marginal qu’il revendique et qui lui permet de prétendre à l’égalité avec le souverain. Les bouffons littéraires, Panurge ou les fous de Shakespeare, empruntent alors de nombreux traits au célèbre Triboulet, fou de François Ier. Stéphanie Fardel-Dewaël décrit, quant à elle, les exclus de la société qui sont dans le voisinage du fils prodigue, dans les peintures et gravures anversoises des XVIe et XVIIe siècles. Tous ces mauvais compagnons, voleurs, criminels, prostituées et proxénètes, figures de la malhonnêteté et du vice, matérialisent les craintes de contagion du mal tout en servant de faire-valoir au fils prodigue, capable de s’arracher à la spirale de la déchéance. Mahbouba Saï Tlili et Sandrine Blondet explorent tous deux, respectivement à travers l’étude du corsaire barbaresque dans L’Exil de Polexandre de Gomberville (1629) et à travers la scène parisienne de 1637, le monde fascinant de la piraterie dans la littérature du début du XVIIe siècle. Sur fond historique de la bataille de Lépante, Gomberville façonne des figures de pirates hors du commun. Bajazet, Polexandre et Zelmatide sont avant tout de valeureux héros, rejetés de tous, intouchables, qui permettent de dénoncer la politique internationale scandaleuse de l’Espagne et de l’Italie, tout en glorifiant le roi français. Les « illustres » corsaires de Mairet (L’Illustre Corsaire, tragi-comédie présentée à l’hôtel de Bourgogne en 1637-1638) et de Desfontaines (Eurimédon ou l’Illustre Pirate, tragi-comédie sans doute représentée au théâtre du Marais en 1636-1637 ou en 1637-1638), qui empruntent beaucoup au registre romanesque, ne semblent pas, quant à eux, revêtir une réelle charge subversive, dans la mesure où ils ne revendiquent pas leur marginalité, mais la déplorent. L’espion est également un marginal, car c’est un traître de l’intérieur. La figure de l’espion ressurgit avec la Fronde, dans le voisinage de Mazarin, cet étranger venu accaparer le trône français. Quand Marana publie L’Espion turc en 1684, il entend au contraire s’en servir comme support d’un éloge de Louis XIV, qui serait impartial, car extérieur. Mais cette parole implicite est suspecte et le livre ne connaît pas le succès escompté. Les espions sont polémiques ou ne sont pas. Figure incontournable d’un tel collectif, la sorcière apparaît enfin dans l’article de Pauline Ruberry-Blanc, qui traite de The Witch of Edmonton. Cette pièce de théâtre écrite en 1621 par Thomas Dekker, John Ford et William Rowley relate l’épisode de l’exécution d’Elisabeth Sawyer, cette femme marginalisée d’Edmonton, que les superstitions des paysans et les craintes économiques ont conduite à devenir le bouc émissaire de la communauté villageoise.

5Les actes sont courts et le sujet mériterait de nombreux prolongements, mais c’est une entrée en matière fort intéressante, qui a le mérite de montrer la diversité sociale du marginal aussi bien que la variété des usages littéraires que les auteurs des XVIe et XVIIe siècles en font.

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Bernard, « Figures et langages de la marginalité aux XVIe et XVIIe siècles, dir. Maria Teresa Ricci  », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 2013, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://crm.revues.org/12998

Haut de page

Auteur

Mathilde Bernard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Haut de page
  • Logo Classiques Garnier
  • Revues.org